Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 3 avril 2006


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 3 avril 2006

Abracadabrantesque...
On se souvient que le chef de l’État avait utilisé cette expression, il y a quelque temps. On peut aujourd’hui l’appliquer à lui même et à la situation du moment. Une loi promulguée mais qu’on ne doit pas appliquer...
Notons tout de même que la loi « Égalité des chances » comporte d’autres articles tout aussi critiquables et qui ne seront pas rediscutés. A commencer par l’article 2 qui institue l’apprentissage à 14 ans. Sans oublier aussi le “contrat de responsabilité parentale“ (article 48).
Que pensent les français ? Selon un sondage Ipsos, 71% des Français estiment que l’attitude du chef de l’Etat va radicaliser les anti-CPE, 60% désapprouvent la promulgation de la loi.

Radicalisation...
C’est bien là le danger. Alors qu’on assiste au sommet à des ébauches de négociations, on peut craindre dans le même temps qu’une partie de la base se radicalise et soit tentée par des actions violentes. Qu’en sera t-il alors pour ceux qui sont déjà dans la violence ? N’y t-il pas un risque de surenchère ?

Pour finir, un coup de gueule. En général, on évoque ici ce qu’on peut lire dans la presse à propos de l’éducation et de l’École. Je voudrais ici parler de ce qu’on n’y lit pas...
Le CPE a en effet rendu quasi inaudible toutes les autres questions. C’est la loi du genre mais on peut la déplorer.
Pourquoi n’y a t-il eu aucun article ou presque sur le socle commun, sur la lecture. Pourquoi ne parle t-on pas de la circulaire de rentrée pourtant si importante dans ses conséquences ? Il n’y a pas que le CPE qui fait débat...

Bonne Lecture...


Libération du 03/04/06

L’UMP organise les funérailles du CPE
Le parti emmené par Sarkozy envisage ouvertement de laisser la loi se vider de sa substance, sous l’oeil impuissant de Villepin.
Lire la suite de l’article

A Lille, la grève générale au bout de la nuit
La coordination étudiante, réunie ce week-end, a organisé la mobilisation de la semaine.
Lire la suite de l’article

A Montpellier, des boursiers dans la galère
Mal logés, beaucoup d’étudiants survivent de petits boulots et de colis alimentaires.
Lire la suite de l’article

Dialoguer ou pas, dilemme syndical sur le CPE
Le président de l’Unef se dit prêt à discuter puis se rétracte • Les confédérations de salariés continuent de réclamer l’abrogation du contrat première embauche • L’importance de la mobilisation lors de la journée d’actions de mardi devrait dicter les stratégies •
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 03/04/06

CPE : la majorité divisée, les syndicats « ouverts » à la discussion
La reprise en main du dossier par Nicolas Sarkozy et les députés UMP place le gouvernement en situation délicate. Les syndicats, qui font toujours du retrait du texte un préalable, semblent toutefois favorables à un retour à la table des négociations.
Lire la suite de l’article

CPE : Sarkozy cherche une sortie de crise
Le président de l’UMP veut parvenir au plus vite à une solution négociée avec les syndicats.
Lire la suite de l’article

Le point sur la journée d’action du 4 avril
De nombreux préavis de grève ont été déposés dans le secteur public comme dans le privé à l’occasion de la cinquième journée de mobilisation nationale interprofessionnelle contre le CPE.
Lire la suite de l’article

Editorial : Les pousse-au-crime
Stop ou encore ? A la veille de l’énième journée de mobilisation contre le CPE, le destin semble hésiter. Les manifestations de demain seront-elles un adieu aux armes ou une bataille de plus ? Même si certains signes, côté syndicats, laissent espérer une sortie de crise, rien ne permet de dire encore avec certitude que l’intervention de Jacques Chirac aura permis de calmer le jeu.Il serait temps cependant que les passions retombent. Car enfin, que dénoncent les adversaires du CPE depuis deux mois ? La « période d’essai » de deux ans, qui ferait peser sur la jeunesse une insupportable « précarité ». Et les conditions de rupture du contrat, qui permettraient au patron de licencier un titulaire de CPE « sans même lui dire pourquoi ». Or, Jacques Chirac vient de l’annoncer, ces deux points vont être revus.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 01RP /04/06 (un jour de retard)

Chirac : le choix de tous les dangers
En décidant de promulguer la loi sur le CPE, moyennant deux aménagements sans portée véritable, le chef de l’État a choisi de poursuivre l’épreuve de force.
Lire la suite de l’article

Robien prend les militants de l’UNEF pour des billes
Le syndicat étudiant accuse le ministre d’avoir proposé un sordide marchandage sur les élections bidon aux CROUS.
Lire la suite de l’article

À la faculté de Censier, les étudiants dénoncent le « mépris » de Chirac
À Paris-III, le passage en force sur le CPE n’entame pas la détermination des étudiants grévistes qui bloquent leur université depuis quatre semaines.
Lire la suite de l’article

La haine s’apprend aussi à l’école
Par Laurent Ott, éducateur et enseignant, docteur en philosophie, co-auteur de Quand les banlieues brûlent, Retour sur les émeutes de novembre 2005 (sous la direction de Laurent Mucchielli),La Découverte, 2006, 155 pages, 8,50 euros.

Si rien n’a changé sur la question des violences, c’est surtout parce que le déni d’éducation dans le traitement des enfants et des jeunes par les institutions, et la surdité à leur détresse, n’ont fait que s’amplifier depuis le milieu des années quatre-vingt avec une accélération vertigineuse plus récemment. Aujourd’hui, les jeunes ont des comptes à régler, même avec les écoles maternelles ; cette hostilité alimente malheureusement encore davantage le clivage entre les jeunes, les enseignants et les familles, renforçant au passage le problème.L’école n’en finit plus en effet de se replier, sur quelques savoirs fondamentaux dont elle dramatise l’acquisition, anticipant les échecs de plus en plus tôt au moyen d’une culture de l’évaluation toujours plus précoce et du suivi des enfants repérés qui n’épargne plus la maternelle.
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 03/04/06 ( payant)

Mardi noir
La 5e journée nationale d’action devrait encore fortement mobiliser étudiants et syndicats contre le CPE. Au Parlement et à l’UMP, on prépare une proposition de loi pour sortir de la crise. Avec, aux manettes, Nicolas Sarkozy en Premier ministre bis.
Lire la suite de l’article

Polémique sur le comptage des manifestants
UN MILLION de manifestants selon les renseignements généraux, trois millions selon les syndicats. Encore une fois, lors de la manifestation de mardi dernier, l’écart entre les estimations des uns et des autres s’est révélé énorme.
Lire la suite de l’article


La Croix du 03/04/06

Le CPE entre la rue et l’Assemblée
Les syndicats, déterminés à poursuivre la mobilisation, ont maintenu l’appel à une journée de grèves et de manifestations mardi 4 avril. La bataille du CPE s’est déplacée sur le terrain parlementaire où l’UMP a été chargée de préparer une proposition de loi. La décision de Jacques Chirac de promulguer la loi soulève de nouvelles interrogations
Lire la suite de l’article


20 minutes du 03/04/06

Les anti-CPE, dans la rue mardi, espèrent rééditer le succès du 28 mars
Syndicats de salariés, étudiants et lycéens, se préparent à descendre dans la rue mardi pour une cinquième journée d’actions et de grèves, qu’ils espèrent, après la promulgation de la loi et l’annonce d’un nouveau texte, aussi importante, voire plus, que la précédente du 28 mars.
Lire la suite de l’article

Un CPE applicable, mais un autre texte en vue
Le double effet de l’allocution : un texte décrié promulgué et une nouvelle loi en préparation. Le président de la République a décidé, lors de son discours de vendredi, de « promulguer la loi sur l’égalité des chances », renforcée par l’aval officiel du Conseil constitutionnel. Il s’agit pour Jacques Chirac d’ « un instrument efficace pour l’emploi ». Néanmoins, il a aussi demandé au gouvernement de « préparer immédiatement deux modifications » sur « les points qui ont fait débat » : « La période (d’essai) de deux ans sera réduite à un an » et, « en cas de rupture du contrat, le droit du jeune salarié à en connaître les raisons sera inscrit » dans un nouveau texte législatif.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 03/04/06

Encore un mardi qui s’annonce très perturbé
Les transports et l’Éducation nationale devraient pâtir le plus de la nouvelle journée anti-CPE de mardi. Grèves et manifs sont au programme.
Lire la suite de l’article

L’UMP chargée de réparer les dégâts du CPE
Députés et sénateurs de la majorité vont élaborer un nouveau texteen concertation avec les syndicats. Le CPE est paru au Journal officiel.
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 04/04/06

Pour 71 % des Français, M. Chirac radicalise le mouvement anti-CPE
L’intervention de Jacques Chirac sur le contrat première embauche (CPE), vendredi 31 mars, ne va pas permettre de sortir de la crise politique et sociale. C’est la conclusion d’un sondage réalisé samedi 1er avril pour Le Monde par Ipsos auprès de 951 personnes âgées de plus de 18 ans.

Seules 20 % des personnes interrogées estiment que l’intervention du président de la République va "plutôt permettre de débloquer la situation", tandis que 71 % pensent qu’elle "va plutôt entraîner une radicalisation du mouvement anti-CPE". Ce dernier avis est partagé par 82 % de la gauche parlementaire et 77 % des moins de 26 ans, mais aussi par la moitié de l’électorat UMP et 65 % de l’UDF. "Quand un président de la République intervient et que plus des deux tiers de la population dit que cela va radicaliser la situation, on peut difficilement ne pas dire que c’est raté", analyse Jean-François Doridot, qui a mené l’enquête pour Ipsos.
Lire la suite de l’article

L’UNEF juge le dialogue possible si aucun CPE n’est signé
« Il est très probable qu’un dialogue s’établisse" avec les parlementaires chargés de rédiger une nouvelle loi sur le CPE, "si les conditions de l’UNEF sont respectées", a déclaré, lundi 3 avril au matin, le président de l’UNEF, Bruno Julliard, sur les ondes de France-Inter.
Lire la suite de l’article

Jamal Derrar, "fils idéal" pour ses parents, "pervers et méchant" pour ses professeurs
Il garde la tête baissée. A la première minute de ce face-à-face qui va durer une semaine devant la cour d’assises de Créteil, Jamal Derrar ne regarde pas le père de Sohane Benziane. Il détourne les yeux des trois soeurs et du frère de cette jeune fille qui n’avait pas encore 18 ans, et qu’il a brûlée vive après l’avoir aspergée d’essence, le 4 octobre 2002, dans la cité Balzac de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). [...]Pour découvrir un autre Nono, il faut se tourner vers l’école et le parcours scolaire chaotique de l’accusé, définitivement exclu de son dernier établissement le 8 février 2002. Jamal est "un élève insolent, provocateur, nuisible pour la classe", estime un professeur, qui poursuit : "Il est toujours enclin à se croire supérieur aux autres par son insolence et son esprit." "Il narguait, il titillait verbalement", insiste une autre enseignante.
65 jours d’absence, 18 retards sont comptabilisés pendant son séjour au lycée Camille-Claudel, où il a entamé un BEP d’action force de vente. Il veut être "représentant", mais les résultats ne suivent pas. "Il est le seul sur 45 élèves à avoir eu une note négative à son devoir d’histoire", indique un autre témoin. Ou encore : "Avec finesse, il pouvait être extrêmement pervers et méchant."[...]
Lire la suite de l’article

Le CPE ? Un bras de fer entre réactionnaires et conservateurs, par Adriano Farano
Vu d’ailleurs en Europe, le bras de fer entre gouvernement et manifestants sur le contrat première embauche (CPE) ressemble fort à une confrontation entre réactionnaires et conservateurs. Le réactionnaire, c’est Dominique de Villepin. En ayant recours à l’article 49-3 de la Constitution, il a coupé court au débat parlementaire. Il s’est dérobé obstinément à la discussion démocratique sur un sujet aussi sensible que l’emploi des jeunes, d’une importance stratégique pour l’avenir de la France.
Dans plusieurs pays européens, les constitutions prévoient ce type de vote sans débat, où est engagée la responsabilité du gouvernement. Mais ce recours est toujours considéré comme un dernier recours, à n’employer que quand toutes les concertations ont échoué. Dans le cas du CPE français, il est intervenu sans qu’aucune véritable consultation avec les partenaires sociaux n’ait été mise en place. C’est peut-être cette incapacité à discuter sereinement des questions sociales qui semble le plus insolite aux autres Européens
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 03/04/06

L’intervention de Chirac jugée contre-productive
Selon Ipsos, 71% des Français estiment que l’attitude du chef de l’Etat va radicaliser les anti-CPE, 60% désapprouvent la promulgation de la loi.
Lire la suite de l’article

La police "débloque" l’entrée d’un lycée
A Alençon, les forces de l’ordre ont permis à une cinquantaine d’élèves de rentrer dans leur établissement. L’entrée a été à nouveau bloquée.
Lire la suite de l’article


L’Express Quotidien du 03/04/06

"Abracadabrantesque !"
Jacques Chirac a promulgué dimanche la loi sur l’égalité des chances... et offert un enterrement de première classe au CPE : l’analyse de Christophe Barbier, directeur-adjoint de la rédaction de l’Express
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 03/04/06

Des étudiants bloquent deux nationales dans le Val-de-Marne et en Essonne
Une centaine de lycéens anti-CPE bloquaient lundi matin la route nationale 4 à hauteur de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) tandis que d’autres barraient la route nationale 20 en deux endroits, à Arpajon et à Etampes (Essonne), a annoncé le CRICR d’Ile-de-France.
Lire la suite de l’article

CPE : le recteur de Reims appelle les parents à lutter contre l’absentéisme
Le recteur de l’académie de Reims a appelé lundi "solennellement" les parents des lycéens qui manifestent contre le CPE à lutter contre l’absentéisme de leurs enfants, estimant que la "notion de grève ne peut s’appliquer à des lycéens".
Lire la suite de l’article

Julliard (Unef) : "le CPE n’est pas mort, poursuivre la mobilisation"
Le président de l’Unef, Bruno Julliard, a déclaré lundi à l’AFP que "le CPE n’est pas mort" et il a rappelé qu’il faut "poursuivre la mobilisation" tant qu’il n’est pas annulé.
Lire la suite de l’article

Cinquième mobilisation nationale pour écarter définitivement le CPE
Les syndicats de salariés, d’étudiants et de lycéens appellent mardi à une cinquième mobilisation nationale, espérant consolider le rapport de force, après la suspension de facto du CPE, pour obtenir qu’il soit définitivement écarté.
Lire la suite de l’article

Un possible "dialogue" sur le CPE marque un tournant dans la crise
L’idée qu’un "dialogue" pourrait s’établir après la journée de mobilisation de mardi entre les organisations étudiantes et lycéennes, dont l’Unef, et l’UMP, à travers ses députés et son président, marque un tournant dans la crise du CPE.
La participation à la journée de manifestations avec arrêts de travail à l’appel de l’intersyndicale des Douze (salariés, étudiants et lycéens) mardi redéfinira le rapport de force entre les anti-CPE et leurs nouveaux interlocuteurs.
Lire la suite de l’article

Intervention des forces de l’ordre à l’entrée d’un lycée d’Alençon
Les forces de l’ordre sont intervenues lundi matin à l’entrée d’un lycée d’Alençon bloqué depuis trois semaines, permettant à une cinquantaine de jeunes de pénétrer dans l’établissement avant que d’autres lycéens ne bloquent à nouveau les accès, a constaté un correspondant de l’AFP.
Lire la suite de l’article


Pour en savoir plus

L’indispensable café pédagogique

Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)

La maison des enseignants

Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr

Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation