Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 29 septembre


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 29 septembre

Intégrisme (aujourd’hui comme hier) - Polytechnique - Lussault - Redoublements


La revue de ce jour, (assez brève et réalisée grâce à la veille documentaire des autres membres de l’équipe, que je remercie), revient sur des questions déjà abordées ces derniers jours, que ce soit l’entrisme des intégristes dans l’école, le redoublement ou la nomination de Michel Lussault à la tête du CSP.


Menaces sur l’école publique ?

Article alarmiste dans Le Monde à propos d’un fait dont nous avons déjà parlé ici : les tentatives d’entrée dans les conseils d’école de parents proches de la Manif pour Tous ou des Journées de Retrait de l’Ecole de l’extrêmiste de droite Farida Belghoul. Les "antigenre" tentent de mettre un pied dans l’école, titre le quotidien dans son édition de ce week-end. "Du côté des « vigi-gender », ces parents dits « vigilants » proches de La Manif pour tous, comme dans la mouvance de Farida Belghoul, qui s’est autoproclamée présidente d’une « Fédération nationale de parents engagés et courageux » (FAPEC), les élections de représentants de parents d’élèves, les 10 et 11 octobre, constituent une porte d’entrée. Reste à la passer.".
Sur son blog, et en s’appuyant sur cet article, l’histoire de l’éducation Claude Lelièvre remet cette menace en perspective, en rappelant avec pertinence que ce n’est pas une première, et qu’il a déjà fallu ériger un cordon sanitaire contre les tentatives d’instrumentalisation de l’école en... 1914. "En septembre 1908, les cardinaux et archevêques de France publient une déclaration solennelle : « vous surveillerez l’école publique, employant d’abord tous les moyens légaux pour la maintenir dans l’observation de ce que, à défaut d’une expression meilleure, nous appellerons neutralité  ». En septembre 1909, les cardinaux, archevêques et évêques de France préconisent une nouvelle forme d’organisation – à savoir les « associations des pères de famille  » - en affirmant davantage encore quel est le but : « Vous avez le devoir et le droit de surveiller l’école publique. Il faut que vous connaissiez les maîtres qui la dirigent et l’enseignement qu’ils y donnent. Rien de ce qui est mis entre les mains et sous les yeux de vos enfants ne doit échapper à votre sollicitude : livres, cahiers, images, tout doit être contrôlé par vous […]. Nous interdisons l’usage de certains livres dans les écoles, et nous défendons à tous les fidèles de les posséder, de les lire et de les laisser entre les mains de leurs enfants, quelle que soit l’autorité qui prétend les leur imposer  ». Suit une liste d’une quinzaine de manuels d’histoire, de morale ou d’instruction civique condamnés".


Chambardement ?

C’est demain, nous rappelle Le Nouvel Observateur, que le député UMP François Cornut-Gentille remettra à l’Assemblée nationale son rapport sur "La vocation de l’école Polytechnique. Ce rapport met-il l’Ecole polytechnique à la veille d’un grand chambardement ?. Ce n’est pas impossible. "Polytechnique, la plus célèbre des grandes écoles françaises, est une école militaire qui ne forme pas de soldats, mais des cadres pour les corps d’Etat et pour les entreprises. [...] En fait la grande majorité des diplômés de Polytechnique délaisse aujourd’hui le service de l’Etat, pour faire de brillantes carrières dans le privé. Beaucoup sont courtisés par le monde de la finance et les grandes banques d’affaires internationales en raison de leur bagage hyper pointu en maths. [...] D’après nos informations, le rapport de François Cornut-Gentille va poser la question centrale de la vocation de l’école et de l’intérêt de son statut militaire. Le parlementaire, qui a fait un audit sur le campus de l’X pendant quatre mois, au printemps dernier, mettra moins en cause l’école que l’Etat, auquel il serait demandé de redéfinir clairement l’objectif qu’il assigne à l’école."

JPEG - 99.6 ko
Le dessin de Geneviève Brassaud

Michel Lussault proposera-t-il un chambardement dans les programmes scolaires ? Le Figaro revient sur la nomination de ce géographe de talent, ancien président de l’université de Tours et de l’Ifé (ENS-Lyon), en donnant la parole à différents acteurs, déjà et alors même qu’il ne s’est pas encore exprimé. Fidèle à sa vision disciplinaire figée et ancestrale, le Snalc tente une pirouette pour justifier par avance son revus de ce que produira le Conseil supérieur des programmes. « Michel Lussault, c’est Dr Jeckyll ou Mister Hyde », estime Albert-Jean Mougin, vice-président du Syndicat national des lycées et collèges (Snalc). Le nouveau président du Conseil des programmes est un scientifique reconnu, docteur en géographie urbaine. Mais il présidait également depuis 2012 l’Institut français de l’éducation (IFÉ), composante de l’ENS Lyon et ex Institut national de recherche pédagogique (INRP) dissous en 2010. « La Mecque du pédagogisme », résume le représentant du Snalc, qui perçoit avec cette nomination un « vrai virage ». Sans conteste la réaction la plus savoureuse de la journée.

Et du côté du redoublement ? Philippe Watrelot se faisait largement l’écho, dans son bloc-notes de samedi, de la petite polémique née d’une annonce sensationnelle, mais fausse, d’une interdiction prochaine du redoublement.
Place, ce week-end, au recul et à l’analyse, pour dépasser la polémique médiatique. Dans un billet de blog très convaincant (Il n’y a que de mauvaises raisons pour faire redoubler un élève), Bernard Girard démonte méthodiquement les arguments généralement avancés en faveur du redoublement. et de conclure : "Outil de sélection sociale, le redoublement et ses traditions associées, comme les examens de passage, ont la faveur des partis politiques les plus conservateurs qui n’ont jamais fait mystère de leurs préférences idéologiques. Qu’il recueille également la considération d’enseignants réputés voter à gauche est une autre histoire…". L’article que tout blogueur éducation aurait aimé écrire !

Une revue peu fournie, qui vous occasionnera donc peu de travail de lecture. De quoi vous préparer pour la livraison de demain, qui sera assurée par Ostiane Mathon.

Lionel Jeanjeau


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Vers l’école du socle commun
Revue n°515 - septembre 2014
La loi de la refondation a réaffirmé le socle commun. Ce dossier veut mutualiser les expériences et réflexions menées sur le terrain. Nous touchons là à un rôle fondamental de l’école : Que s’agit-il d’enseigner ? Dans quel objectif ? Qui pour le faire, dans quel cadre ? Dès maintenant, des réponses…