Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 28 novembre 2011


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 28 novembre 2011

-* Contreparties - stress - précaires – Histoire - plaisir d’offrir, joie de recevoir -

Contreparties
Le salon de l’éducation a fermé ses portes dimanche soir. Durant quatre jours, les candidats se sont succédé pour parler de l’École avec les acteurs de l’éducation. Dimanche matin, c’était au tour de François Hollande de faire le tour des stands et de faire un discours à destination des enseignants.
Le candidat socialiste à la présidentielle, a pu ainsi préciser son projet et il a notamment inscrit les 60 000 postes promis, dans une stratégie plus globale de réforme de l’école. Pour lui, il ne s’agit pas de dépenses mais d’un investissement. “ Pour des raisons d’économie et de compétitivité, nous devons investir dans l’école. La France n’a pas assez investi pour préparer le futur, pas assez investi dans la recherche et l’innovation, pas assez dans les industries nouvelles, dans l’enseignement supérieur et dans tous les sens du terme, dans son école ”. Et il vrai que depuis plusieurs années, la France a vu sa dépense intérieure d’éducation baisser par rapport au PIB (7,6% en 1997, à peine 7% aujourd’hui).
Mais, comme le souligne Maryline Baumard dans Le Monde , le présidentiable est allé plus loin, avançant l’idée que ces efforts méritaient “contreparties”. Un terme qui est revenu plusieurs fois dans son discours. Car il existe un précédent qui est dans la mémoire des hommes politiques et des représentants des enseignants. C’est celui de la “revalo” de 1989 où le ministre de l’éducation de l’époque, Lionel Jospin, avait décidé face à la pression de certains syndicats de revaloriser les enseignants sans leur demander aucune contrepartie. Cet épisode est presque un traumatisme pour ceux qui considèrent qu’on a raté là une occasion de rénover l’école et que l’on en paye toujours le prix aujourd’hui.
C’est certainement pour éviter cela que François Hollande et son principal conseiller sur ce sujet, Vincent Peillon annoncent des consultations et des concertations tous azimuts. François Hollande, a ainsi affirmé que s’il était élu en mai, il entendait engager "dès l’été la concertation" avec les acteurs de l’éducation pour aboutir à une loi de programmation avant fin 2012. Mais pour préparer celle-ci des consultations vont avoir lieu dès maintenant. Vincent Peillon et Bruno Julliard commencent lundi prochain, une série de rendez-vous avec les principaux syndicats, les parents d’élèves, les organisations lycéennes, les associations et mouvements pédagogiques.
Parmi les sujets des discussions figurera certainement la définition du métier d’enseignant dont François Hollande pense qu’il est toujours “un peu le même et en même temps, il change… ”.
Autre élément de son discours : s’il est élu, pour l’école, il faudra attendre la rentrée 2013. “Hélas, la rentrée 2012 est déjà faite, on en connaît les conditions : 14 000 emplois supprimés. L’urgence, nous la traiterons dans l’idée d’apporter des moyens supplémentaires aux établissements les plus en difficulté ” a t-il regretté.
stress
A propos de l’évolution du métier d’enseignants, la lecture de l’Expresso du Café Pédagogique de ce lundi 28 novembre risque de susciter des commentaires chez les syndicalistes et leurs interlocuteurs. Le site d’informations pédagogiques consacre un long article au rapport La qualité de vie au travail dans les lycées et collèges rédigé par José Mario Horenstein, psychiatre MGEN et Georges Fotinos, ancien chargé de mission d’Inspection général. Ce dernier donne d’ailleurs une interview au Caféqui complète la lecture de cette enquête menée auprès de 400 lycées et collèges et plus de 2000 personnels de l’éducation nationale.
Que dit le rapport ? Dans un établissement sur quatre, le climat scolaire est jugé “mauvais”. Les enseignants se plaignent aussi de n’être ni considérés , ni suffisamment formés. Ainsi moins de la moitié des enseignants (42%) estiment que leur opinion compte dans leur établissement. La moitié (49%) se déclarent mal formés pour le métier actuel. La moitié aussi considère que les conditions matérielles les empêchent de bien travailler. Ce serait en lycée que les enseignants souffriraient le plus. Dans son interview, Georges Fotinos précise son analyse. Selon lui, “on demande trop aux enseignants. Ils sont certains de ne jamais atteindre les objectifs des programmes dans certains endroits. On leur impose des horaires impossibles également. Par exemple changer de classe 6 ou 7 fois par jour, chaque heure, avec à chaque fois l’obligation de remotiver les élèves. C’est épuisant même quand tout va bien avec les élèves ! Les enseignants sont souvent victimes d’un conflit de valeurs. Ils sont souvent en désaccord avec ce que leur institution leur demande de faire. On peut parler d’intensification du travail, d’absence de reconnaissance, de montée des contrôles, d’hétérogénéité des classes. C’est l’accumulation de ces éléments qui font que le stress s’installe et que 28% des enseignants veulent quitter l’enseignement.
Et les deux auteurs du rapport ne se contentent pas de faire un constat mais font pas moins de 23 propositions. Ils demandent que soit instaurée "dans tous les projets d’établissements un axe concernant la qualité de vie au travail des personnels". Car, dit Georges Fotinos, “Le bien être est une dimension indispensable au bon fonctionnement d’un établissement.” Les auteurs souhaitent aussi voir se développer "systématiquement des espaces de repos et des lieux de travail personnel et de loisirs collectifs de type bureau d’enseignement, cafétéria, salle de sports, salon des personnels". Il s’agit de développer aussi le sentiment d’appartenance à l’établissement. Mais leurs propositions touchent aussi la pédagogie. Ils préconisent notamment une refonte des emplois du temps. " Reconnaître le lien causal entre la succession fréquente des temps d’enseignement, la pédagogie pratiquée et la fatigue et le stress des acteurs et usagers. Interdire les journées de travail de plus de 6 heures de cours". Pour eux il faut "renoncer au modèle de l’emploi du temps conçu sur la séquence horaire d’enseignement pour la mise en place d’un « Emploi du temps mobile »". Ils vont même plus loin encore en préconisant pour lutter contre l’ennui des enseignants, l’instauration d’une "bivalence disciplinaire privilégiant l’association d’une discipline fortement cognitive à une discipline sportive et/ou de sensibilité artistique". Ils veulent aussi "la mobilité professionnelle interne (inter catégorielle) externe (entreprises privées et publiques) à partir du développement de la VAE". Ils souhaitent "faciliter et permettre aux 28 % de personnels qui pensent souvent quitter leur travail une réorientation professionnelle".
Avec une affirmation forte qui parcourt tout ce rapport : il y a un lien direct entre la qualité de vie au travail des enseignants (et des élèves ?) et la qualité des enseignements. Une autre forme de contrepartie ?
précaires
A propos de qualité de vie au travail, Le Monde consacre un long article dans son édition de vendredi au "Livre noir des non-titulaires de l’éducation nationale" . Un opuscule d’une quarantaine de pages qui détaille la situation de ceux qui se définissent comme des "bouche-trous", "enseignants de seconde zone" et "prisonniers d’un statut". Ils seraient 21 200 contractuels, selon le ministère de l’éducation : 15 000 à durée déterminée (CDD), 5 200 à durée indéterminée (CDI), et près de 1 000 vacataires (un contrat qui porte sur un maximum de 200 heures par an). Leur nombre augmente depuis 2007. Car depuis cette date, 66 000 postes de fonctionnaires ont été supprimés dans l’éducation nationale. Pour compenser, l’administration a recruté des contractuels. Luc Chatel l’assume et le revendique. En mars 2010, il demandait aux recteurs de se doter d’un "vivier" de contractuels, composé de retraités et d’étudiants, pour "subvenir à des besoins urgents de remplacement".
Normalement, dans l’éducation nationale, les périodes de CDD sont limitées à six ans "sans interruption", contre dix-huit mois dans le secteur privé. Après quoi on peut en principe bénéficier d’un CDI. Sauf que les rectorats s’arrangent pour ne pas reconduire les contrats à l’issue de la sixième année. Le premier plan de résorption de la précarité date de 1950. Puis il y eut la loi Le Pors en 1983, la loi Perben en 1996, le plan Sapin en 2000...et les précaires sont toujours de plus en plus nombreux. En fait, l’éducation nationale est shootée à la précarité et est dans une véritable situation de dépendance. Le dualisme de l’emploi est déjà une réalité depuis de nombreuses années et les précaires comme dans le privé jouent un rôle de variable d’ajustement.
Histoire
L’humanité consacre plusieurs articles à l’enseignement de l’Histoire au lycée et à la pétition lancée par le collectif “aggiornamento" .
Ceux ci critiquent la réforme du lycée qui a supprimé l’histoire-géo en Terminale S et qui conduit selon eux , les élèves de première à ingurgiter en une année scolaire la période «  1850 à nos jours  » qui se faisait, auparavant, en deux. Comme il y a par ailleurs des réductions de postes, cela conduit certains établissement à faire des classes communes S, L et ES. Un casse tête car 
certains (les L et ES) poursuivront la matière en terminale, tandis que d’autres (les S) 
passeront l’épreuve de bac à la fin de l’année… En dehors de la classique revendication horaire, il y a aussi une critique du contenu et de l’organisation même du programme . Le programme de 1ère n’est plus organisé uniquement sur une base chronologique mais autour de cinq grands thèmes. Pour les enseignants interrogés, ce programme thématique ne correspond pas aux besoins des élèves de première. “ L’approche thématique est valable pour des étudiants en histoire, pas pour des lycéens de 16-17 ans qui ne maîtrisent pas toutes les notions de base, estime une enseignante interrogée par l’Humanité . Pour 
un bon élève, ça pourra aller, pour les plus faibles, ça va être encore plus dur. 
Une des animatrices du collectif, “aggiornamento"Laurence de Cock est interviewée par le journal . Elle déplore tout d’abord la précipitation avec laquelle s’est faite la révision des programmes et critique implicitement la réforme du lycée : “Il nous faudrait pouvoir repenser nos pédagogies, mais c’est impossible à cause des nouvelles charges qui pèsent sur les professeurs (accompagnement personnalisé, éducation civique…). Au final, on se sent pris dans une machine, un zapping de disciplines diverses, contraints à une pratique urgentiste de notre métier qui conduit à une logique de survol, de simplification des faits historiques. ”. L’Association des professeurs d’histoire-géographie (APHG) réclame également une réécriture de ces programmes d’histoire-géo et la réintroduction de la matière en terminale S. Elle organisera, le 28 janvier 2012, des états généraux de l’histoire-géographie.
Juste une question un peu polémique Y a t-il eu une seule refonte des programmes d’histoire-géo qui n’ait pas suscité à chaque fois une avalanche de protestations... ?
Plaisir d’offrir, joie de recevoir
Ce n’est pas un scoop : c’est bientôt Noël. Et le supplément La Parisienne du journal Aujourd’hui-Le Parisien pousse un cri d’alarme : “ Au secours, mon enfant veut un jouet de mauvais goût
Et l’article s’attarde sur un des jouets qui risque d’avoir du succès au pied des sapins. Toutou Rista est un genre de petit teckel en plastique aux grands yeux sympathiques, vendu avec sa laisse, quatre pelles et un pot… de pâte jaune pour le « nourrir ». Chaque fois qu’on tire sur la laisse, le chien pète bruyamment, et une fois de temps en temps — de manière aléatoire — il gratifie le sol d’une boulette jaune… qu’il faut ramasser pour ne pas perdre la partie. Immonde ? “ Au contraire, c’est un moyen très drôle d’éduquer les enfants au civisme” répond le directeur commercial de la société Goliath qui importe en France ce jeu de plateau, lequel cartonne déjà en Allemagne et aux Pays-Bas où il sert même de support éducatif dans certaines villes. Signalons que l’an dernier cette même société commercialisait “Carlo Crado” qui consistait à tirer… les vers (une charmante morve élastique de couleur verte) du nez d’une tête en plastique.
Mais on peut aller plus loin et c’est sur un blog intitulé “Tout à l’égo” qu’on trouve une sorte de bêtisier des pires jouets de Noël. On y retrouve notre fameux “Toutou rista” au nom si poétique, mais aussi les Zhu Zhu pets princesses, c’est-à-dire des hamsters électroniques habillés avec des robes de princesses. On a aussi Ken “the utimate boyfriend” qui, lorsqu’on lui appuie sur la poitrine redit avec sa propre voix les mots que vous aurez enregistré au préalable. En résumé, l’homme idéal répète ce que vous voulez entendre…
Mais on a échappé au kit de “pole dance” (danse des boîtes de strip tease) retiré suite à la pression des parents tout comme le “breast milk baby” qui est un bébé que les petites filles peuvent allaiter grâce à un vêtement spécial avec des tétons en forme de fleurs… En revanche seront bien disponibles la barbie burqua et la boite playmobil ”buanderie“ avec un aspirateur, une table à repasser, une machine à laver le linge et même un étendoir...
Finalement, je me demande si ces jouets sexistes et véhiculant tous les pires stéréotypes ne sont pas plus choquants et vulgaires que le chien qui pète….
Bonne Lecture...



Libération.fr du 28/11/11(certains articles payants)

Luc Chatel, le père Noel et les 2 000 euros
A un mois de Noel, Luc Chatel annonce que les enseignants débutants vont être augmentés et toucher 2 000 euros bruts par mois. C’est sympa et ça met dans l’ambiance. Et puis, dans 3 semaines, il y a une journée de mobilisation - qui sait, peut-être que grâce à ça, la grogne va retomber ? Et dans 5 mois, c’est la présidentielle - et si les profs reconnaissants votaient pour Sarkozy ? Mais là, rien n’est prouvé.
Lire la suite de l’article

Éducation signalements d’alarme
De l’école, on connaît surtout le quotidien de l’élève, de la salle de classe à la cour de récré, ou alors les actualités brutales et retentissantes - comme, récemment, le viol et l’assassinat de la jeune Agnès par un camarade de classe au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire). En reproduisant les fiches de signalement d’incidents recueillies entre janvier et juin 2003 dans les académies de Versailles, Paris et Créteil - un document rare qu’un fonctionnaire a décidé de faire sortir -, l’ouvrage de l’historien Philippe Artières nous montre une facette jusque-là inconnue de l’institution : une école respirant tel un corps vivant, qui s’agite et qui souffre, parcouru de doutes et d’inquiétudes.
Lire la suite de l’article

Bataille de la matière grise : la France à la traîne par PAR EL YAMINE SOUM SOCIOLOGUE ET ANAS JABALLAH INGÉNIEUR
Notre monde connaît aujourd’hui une triple mutation : démographique et géopolitique d’abord avec la montée des « émergents » que sont la Chine, l’Inde et le Brésil ; éthique ensuite, avec des interrogations sur les impacts sociaux et environnementaux de notre modèle de développement ; structurelle enfin, avec l’avènement de l’économie de la connaissance.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 28/11/11

Fuites au bac S : la mise en examen du suspect n°1 levée
Cinq mois après les faits, le jeune homme a été placé sous le statut de témoin assisté par le juge. Celui-ci estime que le lycéen ne pouvait être certain d’être en possession du véritable sujet lorsqu’il l’a pris en photo grâce à son téléphone portable. Le parquet a décidé de faire appel.
Lire la suite de l’article

Égalité homme-femme : les manuels scolaires dénoncés
En matière d’égalité homme-femme, les nouveaux manuels d’histoire de seconde et de CAP pourraient mieux faire.
Lire la suite de l’article

Luc Chatel porte à 2000 euros le salaire des jeunes profs
Les 107.000 enseignants débutants vont commencer leur carrière avec un salaire dépassant les 2000 euros bruts à partir de février 2012, une « barre symbolique », selon le ministre de l’Éducation.
Lire la suite de l’article

Quatre mises en examen après le bizutage à Dauphine
Ces mises en examen, intervenues jeudi, s’ajoutent à d’autres cas de jeunes envoyés devant la justice pour des actes de bizutage cette année.
Lire la suite de l’article

Éducation : Hollande choisit la prudence
Le candidat socialiste propose une concertation et une loi de programmation avant la fin de l’année.
Lire la suite de l’article

Les incivilités envers les professeurs sont en hausse
Les incivilités et les cas de petites violences, les insultes se multiplient . Parfois, les parents eux-mêmes sont en cause.
Lire la suite de l’article

Rien vu...

Lire la suite de l’article


Le Monde.fr (certains articles payants) du 28/11/11

Hollande attend des « contreparties » aux 60 000 postes qu’il veut recréer
En visite au salon de l’éducation, dimanche 27 novembre, le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande a inscrit ses 60 000 postes, qui semblaient être un cadeau aux enseignants, dans une stratégie plus globale de réforme de l’école.
Lire la suite de l’article

Le grand malaise des précaires de l’éducation
D’ordinaire, ils se font plutôt discrets, les "précaires" de l’éducation nationale. Avec le chômage comme épée de Damoclès, "le moindre faux pas, et c’est la porte", disent-ils. Mais comme si la coupe était pleine, ils ont décidé de témoigner à travers le "Livre noir des non-titulaires de l’éducation nationale" . Quarante pages qui lèvent le voile sur des situations kafkaïennes.
Lire la suite de l’article

Bizutage à Dauphine : quatre mises en examen
Un mois après un violent bizutage à l’université Paris Dauphine, quatre étudiants membres de l’association Japad (Jeune association pour la diffusion des activités à Dauphine) ont été mis en examen pour « violences volontaires en réunion avec arme ayant entraîné une incapacité totale de travail (ITT) de moins de huit jours. Les quatre membres ont été placés sous contrôle judiciaire.
Lire la suite de l’article

Luc Chatel fait franchir le cap symbolique des 2 000 euros aux jeunes enseignants
Deux mille euros brut mensuels. Ce sera le salaire du jeune enseignant certifié ou professeur des écoles à compter de février 2012. Le passage de ce cap symbolique devait être annoncé par Luc Chatel au Salon de l’éducation, jeudi 24 novembre à Paris.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 28/11/11

La Commune et Mai 68 à la trappe
La fin du régime nazi dans la même leçon que la fin de l’URSS ? Pas de problème. Passer allègrement de la guerre froide aux attentats du 11 septembre ? Pas de problème non plus ! Pas un mot sur Mai 68, le traité de Versailles, la révolution russe ou encore Adam Smith ? Pas de problème, on vous dit ! À l’évidence, parler de coupes claires dans les nouveaux programmes d’histoire de première relève de l’euphémisme. À ce niveau-là, on est plutôt proches du trou noir…
Lire la suite de l’article

Laurence De Cock « Zapping, survol et simplification »
Professeure d’histoire-géographie au lycée Joliot-Curie de Nanterre, Laurence De Cock détaille les ravages de la réforme du lycée et la vision de l’histoire portée par le pouvoir.
Lire la suite de l’article

Les lycéens aux oubliettes de l’histoire
La réforme du lycée, avec la suppression de l’histoire-géographie en terminale S, a profondément désorganisé l’enseignement de cette matière. Les élèves n’ont plus qu’une année pour ingurgiter ce qui se faisait en deux ans auparavant. La colère monte chez les enseignants.
Lire la suite de l’article

"Nous voyons un grand malaise social chez les jeunes"
Vandoeuvre-les-Nancy, correspondance. Le Secours Populaire Français a mis la jeunesse au coeur de son 33ème congrès national ce week-end en Lorraine en centrant ses débats sur la solidarité pour et par la jeune génération afin de mettre en échec la précarité. Trois questions à Jean-Louis Callens (responsable de la Fédération du Nord du SPF).
Lire la suite de l’article

Tribune : Pour une culture éthique à l’école publique Par Éric Favey, secrétaire général adjoint de la Ligue de l’enseignement et, Guy Coq, philosophe .
Faut-il, et comment, développer une culture éthique à l’école publique ? Cette question fait partie de celles qui fâchent. Et pourtant, quand on interroge les citoyens sur l’importance de l’éthique dans l’éducation, ils sont nombreux à reconnaître qu’il s’agit là d’un problème important. Cette question entre dans le programme d’un grand débat nécessaire sur l’éducation dans ce pays, et particulièrement sur l’éducation scolaire.
Un véritable débat sur l’éthique à l’école peut-il être lancé en France ? Une comparaison doit être faite avec ce qui s’est passé pour l’étude des faits religieux à l’école. Quand, au début des années quatre-vingt, la Ligue de l’enseignement engagea le débat sur cette question, on pouvait également penser que c’était là toucher à un thème tabou. Pourtant, l’opinion publique se montra très vite favorable. Un grand débat eut lieu, si l’on en juge par le nombre des colloques, des conférences, des dossiers, des articles traitant de cette présence d’une étude des religions à l’école. La richesse du débat eut quelque chose d’exceptionnel et contribua à une prise de conscience qui ne fut pas sans effet sur l’évolution de l’école. Même si l’on estime que la présence de l’étude des faits religieux dans la culture scolaire n’est pas encore ce qu’elle devrait être, c’est un fait que le débat a gagné : l’accord sur sa nécessité est largement acquis.
Lire la suite de l’article

La violence conjugale n’épargne pas les enfants
Pour ses dix ans, l’Observatoire des violences envers les femmes publie une enquête inédite concernant l’impact des brutalités, commises au sein du couple, sur les petits.
Lire la suite de l’article


Le Parisien (certains articles payants) du 28/11/11

Fuites au bac S : la mise en examen du lycéen suspect abandonnée
Cinq mois après l’affaire des fuites au baccalauréat, qui avait ébranlé cet examen emblématique, les accusations se dissipent autour du principal suspect, l’enquête s’orientant vers la piste d’une blague de potache. Le jeune homme accusé d’avoir été à l’origine de la fuite d’un sujet de maths du bac S de juin 2011, via internet, a été placé sous statut de témoin assisté, a annoncé vendredi matin l’AFP.
Lire la suite de l’article

Au secours, mon enfant veut un jouet de mauvais goût
En découvrant le nom de ce jouet dans sa liste au Père Noël, vous risquez d’éclater d’un rire incrédule. Toutou Rista. Euh… C’est une blague ? Comme beaucoup de parents, depuis que la pub TV pour ce nouveau jeu passe en boucle dans les émissions pour la jeunesse, vous allez ouvrir des yeux ébahis devant l’explication enthousiaste de votre petit : « Bah ouais, tu vois, c’est un chien qui fait caca et faut ramasser ses crottes avec une pelle… » Et… c’est vrai.
Lire la suite de l’article


France Soir du 28/11/11

Fuites au bac S : Une blague de potaches
Le principal suspect aurait ignoré détenir un véritable sujet de l’examen.
Lire la suite de l’article


La Croix du 28/11/11

Rien vu...


Les échos (certains articles payants) du 28/11/11

Hollande promet, s’il est élu, une concertation « dès l’été » sur l’éducation
Le candidat socialiste à la présidentielle, a affirmé hier, au Salon de l’éducation, que s’il était élu en mai prochain, il entendait engager « dès l’été la concertation » avec le monde éducatif (enseignants, parents, etc.) pour aboutir à une loi de programmation avant fin 2012. Il a proposé que la nation passe un nouveau « contrat avec l’école » . Les « conditions » de la rentrée 2012, « hélas, sont faites », a-t-il regretté. La première année, il s’agira surtout de « colmater les brèches », a-t-il précisé.
Lire la suite de l’article

Les sportifs tentent de se dépasser aussi à Sciences Po
Après les médailles, les titres et les records, commence une autre vie pour les sportifs de haut niveau : certains entament leur reconversion pendant leur carrière sportive, d’autres après, sur les bancs de Sciences-Po qui leur propose depuis quatre ans une formation "sur mesure".
Lire la suite de l’article


20 minutes du 28/11/11

Présidentielle 2012 : François Hollande précise « son contrat » pour l’école
Le candidat socialiste prévient qu’il y aura des évaluations et des contreparties...
Lire la suite de l’article

Fuite au bac S : Les charges levées à l’encontre du principal suspect, le Parquet fait appel
L’affaire se dégonfle, l’enquête s’orientant vers la piste d’une blague de potache...
Lire la suite de l’article


Rue89 du 28/11/11

La France veut bien des étudiants étrangers, mais juste les riches par Julie Owono
Je suis étrangère et je prépare l’examen d’avocat en France. Ce que l’Education nationale m’a apprise depuis mon enfance – j’ai été scolarisée dans un lycée français à l’étranger –, c’est qu’apprendre est une chance qui devrait être offerte à tous.
Mais depuis quelques années, ce sacro-saint principe du droit à l’éducation pour tous semble voler en éclats, non seulement pour les Français, mais aussi pour ceux qui ne le sont pas et ont choisi d’étudier en France.
Pourtant, l’’inégalité d’éducation est, en effet, un des résultats les plus criants et les plus fâcheux, au point de vue social, du hasard de la naissance », comme le déclamait Jules Ferry il y a cent quarante et un ans.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 28/11/11

Les ados violeurs en centre fermé : la solution ?
Comment encadrer et soigner un jeune violeur ? Le gouvernement a la réponse : les placer en centres éducatifs fermés. Le ministre de la Justice prévoit de renforcer leurs moyens.
Lire la suite de l’article


Le Journal du Dimanche du 28/11/11

Hollande veut reprendre la main
Critiqué par à peu près toute la classe politique, François Hollande avance contre le vent, mais avance. Dimanche, le candidat socialiste s’est rendu au salon de l’Éducation pour marteler une de ses mesures phares : la création de 60.000 postes d’enseignants en cinq ans. Un principe qui ne se fera pas sans contrepartie, a-t-il toutefois précisé.
Lire la suite de l’article

Nicolas Sarkozy face au péril jeune
A moins de 150 jours de la présidentielle, 38% des primo-votants penchent pour François Hollande. L’emploi est leur premier sujet de préoccupation.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 28/11/11

Fuite au bac : le parquet fait appel de la décision de lever la mise en examen
Le lycéen, principal suspect de l’affaire est placé sous statut de témoin assisté par le juge chargé de l’enquête.
Lire la suite de l’article


L’Express.fr du 28/11/11

Salaire des enseignants : opération poudre aux yeux (blog L’instit’humeurs)
On se doutait bien que le salon de l’Education fournirait cette semaine l’occasion idéale au ministre Chatel de communiquer « positivement » : on ne se rend pas à un salon pour rencontrer des professionnels et les insulter (non, ça on le fait de loin). Imaginez un ministre de l’agriculture venir au salon éponyme dégoiser sur les agriculteurs… Mieux vaut « flatter le cul des vaches », vous pensez bien. Pour la communication positive, on n’a pas été déçu ! Il faut même reconnaître que Chatel a réussi une jolie passe politique. En annonçant, dans une véritable tribune, une revalorisation salariale pour les jeunes enseignants, le ministre a réussi un coup à plusieurs ricochets.
Peu importe si cette annonce repose entièrement sur une manipulation éhontée, le ministre a atteint ses objectifs.
Lire la suite de l’article

Fuites au Bac S : l’enquête s’oriente vers la blague de potache
La mise en examen et len contrôle judiciaire du principal suspect ont été levés. Il a été placé sous le statut de témoin assisté. Le parquet a fait appel.
Lire la suite de l’article


Le Café Pédagogique du 28/11/11

Rapport Fotinos : La Qualité de vie au travail doit être au coeur des projets d’établissement
Réalisée auprès de 400 lycées et collèges et plus de 2000 personnels de l’éducation nationale, l’enquête menée par Georges Fotinos, ancien chargé de mission d’Inspection générale, et José Mario Horenstein, psychiatre MGEN, fait date. Elle pose un diagnostic inquiétant sur l’état de "burnout" de nombreux enseignants et sur la crise profonde que traversent certains types d’établissements scolaires. Elle invite l’éducation nationale à mettre la qualité de vie au centre des projets d’établissement. Pas seulement pour le confort des enseignants. Mais aussi pour l’efficacité du système éducatif : il y a un lien direct entre le climat scolaire et la qualité des enseignements.
Lire la suite de l’article

Entretien avec Georges Fotinos : " On demande trop aux enseignants"
Comment vous apparaît la situation de stress des enseignants par rapport à d’autres professions ?
Lire la suite de l’article


Touteduc (accès payant) du 28/11/11

Pour un "big bang" des politiques jeunesses, un manifeste de 12 organisations
12 organisations demandent un "Big-Bang des politiques jeunesse", et que soit reconnu à tous les jeunes "un droit à construire leur parcours et à vivre dignement". Ce texte a pour objectif de susciter le débat sur "l’éducation-formation tout au long de la vie", sur "un service public de l’information, de l’orientation et de l’accompagnement des jeunes" qui resterait à organiser, sur les ressources financières qu’il faudrait leur garantir, sur leur accès au travail et sur leur "implication dans la vie collective" qu’il faudrait favoriser.
Lire la suite de l’article


Médiapart (accès payant) du 28/11/11

Décision de justice attendue sur le plagiat universitaire
La 17e chambre du TGI de Paris doit statuer aujourd’hui sur le cas de Jean-Noël Darde, un chercheur spécialiste de la question du plagiat universitaire, assigné en référé pour diffamation par un enseignant de Paris VIII. Une affaire qui a jeté une lumière crue tant sur le plagiat lui-même que sur la réaction pour le moins mesurée des universitaires.
Lire la suite de l’article


Slate.fr du 28/11/11

Message d’une prof « perdue à l’école »
La réforme de la notation des professeurs sera-t-elle la goutte de nitroglycérine qui fait tout exploser ?
Lire la suite de l’article


ÉducPros du 28/11/11

Soizic Guérin-Cauet, professeur d’anglais : « J’ai 22 heures de cours sur trois jours et sept niveaux différents »
Suppressions de postes et réforme du lycée ont modifié le quotidien des enseignants. Les heures supplémentaires notamment ont été redistribuées entre professeurs. Soizic Guérin-Cauet, professeure d’anglais dans un lycée de la banlieue nantaise, raconte comment elle enchaîne vingt-deux heures de cours en trois jours, enseigne pendant la pause repas tout en préparant chaque semaine sept niveaux de classe différents.
Lire la suite de l’article

Géraud Lafarge, maître de conférences en info com (IUT de Lannion) : « La sélection sociale dans les écoles de journalisme se rapproche de celle des prépas »
Coauteur avec Dominique Marchetti de l’enquête « Les portes fermées du journalisme » publiée en octobre 2011 dans la revue Actes de la recherche en sciences sociales, Géraud Lafarge a étudié le profil social des étudiants en 2004-2005 des formations en journalisme reconnues par la profession. Pour EducPros, l’enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication revient sur les principaux enseignements de l’enquête.
Lire la suite de l’article


VousNousIls du 28/11/11

Elections des parents d’élèves : la FCPE conteste les résultats du ministère
La FCPE, principale fédération de parents d’élèves, "dénonce le manque de transparence" des résultats des élections des représentants de parents d’élèves publiés la semaine dernière par le ministère de l’Education nationale.
Lire la suite de l’article

Hollande : s’il est élu, concertation "dès l’été" sur l’éducation, loi de programmation fin 2012
François Hollande, candidat PS à la présidentielle, a affirmé que s’il était élu en mai, il entendait engager "dès l’été la concertation" avec les acteurs de l’éducation pour aboutir à une loi de programmation avant fin 2012, dimanche au Salon de l’éducation.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre…
Lisez et achetez des journaux !