Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 25 janvier 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 25 janvier 2016

Langues anciennes — Réforme et changements — Modernités, innovations ?


Atmosphère de préparation de grève, pas grand chose dans l’actualité. Mais quand même quelques textes intéressants. Les langues modernes ou anciennes, réforme et changements, modernité et innovations, orientation seront les thèmes de cette revue. Et enfin quelques documents à mettre peut-être de côté.


Les langues

Le site du gouvernement présente la stratégie des langues vivantes : « La stratégie langues vivantes, qui entrera en vigueur à la rentrée 2016 propose une offre linguistique diversifiée. Plus de 5 500 écoles élémentaires dispenseront un enseignement de langue vivante autre que l’anglais. Un effort exceptionnel est fait en faveur de l’allemand avec 1 000 écoles primaires et 700 collèges supplémentaires qui l’enseigneront. »

La Croix  : Enseignement des langues, ce qui va changer. « La ministre de l’éducation a présenté vendredi 22 janvier sa “stratégie” pour l’enseignement des langues étrangères, en lien avec les nouveaux programmes et la réforme du collège. La plupart des classes “bilangues” subsisteront et l’allemand, assure Najat Vallaud-Belkacem, se verra renforcé. »

« Le latin et le grec rajeunissent », nous assure La Croix. « Alors que la réforme du collège, attendue pour septembre, risque d’affaiblir l’enseignement du latin et du grec, de nombreuses voix s’élèvent pour affirmer que ces langues anciennes ont aujourd’hui encore toute leur place dans la formation des jeunes. » Après une première partie très pro « langues anciennes », la deuxième partie s’attaque au système : « Les langues anciennes, un enseignement pour sélectionner les élites ?
Laurent Bigorgne, le directeur de l’Institut Montaigne, ne dit guère autre chose : “Ce qui est en jeu, souvent, ce n’est pas la transmission d’un héritage mais avant tout la capacité des élites scolaires à organiser le parcours de leurs enfants. D’ailleurs, la présence de ces langues au collège – leur place serait plutôt, à mon sens, dans l’enseignement supérieur – relève plus du corporatisme que du projet pédagogique”, estime-t-il.
À ses yeux, on se trompe de priorité. “Le vrai drame de l’école française, c’est le faible niveau de ses élèves en anglais, une langue dont beaucoup vont devoir se servir au quotidien. C’est aussi, bien évidemment, le fait que 20 % sortent du primaire sans maîtriser la lecture ni l’écriture. Les moyens consacrés au latin et au grec sont autant de moyens qu’on ne consacre pas à l’apprentissage du français ni de l’anglais”, glisse ce spécialiste des politiques publiques
. »
Et un appel. Au BOEN : Évaluation des acquis scolaires des élèves et livret scolaire, à l’école et au collège.

Nathalie Mons : « Le Cnesco produit une évaluation strictement documentée, objectivée, étayée... ». Donc n-ième explication par sa présidente, Nathalie Mons, de ce qu’est le Cnesco (Conseil national d’évaluation du système scolaire) et une réponse au comité de suivi de la loi de refondation, qui « dans son rapport, a reproché au Cnesco de s’aventurer au-delà de son champ de compétences et de traiter de “sujets d’actualité” »… « La lecture de ce rapport montre une méconnaissance des missions et des activités du Cnesco. On nous reproche d’être indépendants et d’utiliser la recherche pour nourrir l’évaluation des politiques scolaires, alors que c’est précisément notre raison d’être. Ce rapport comporte même des erreurs factuelles puisqu’il considère comme manquant un rapport annuel que nous avons publié en 2015. Quant au reproche de traiter de “sujets d’actualité”, il est incompréhensible. La mixité sociale, par exemple, est au cœur de la loi de refondation. C’est un objectif donné à l’école et dont le Cnesco devait évidemment s’emparer. »


Réforme et changements

Pour les abonnés du Monde, un compte rendu par Aurélie Collas d’une première réunion d’information sur la réforme du collège au collège Georges-Pompidou d’Orgerus, dans les Yvelines. Collège : « Pourquoi tout réformer d’un coup et dans des délais si courts ? »

Et sur le site des Cahiers pédagogiques, le « journal de bord du capitaine Pascal Thomas aux commandes du vaisseau Jean-Macé en route pour Collège 2016. Le bâtiment, en mission d’éducation, transporte 350 élèves, 26 enseignants et 25 autres membres d’équipage. Son spatioport d’attache est Calais. » Mise en place de la réforme du collège. Informer et construire. Pascal Thomas est l’un des rédacteurs de notre revue de presse.

Un dossier de l’IFE par Olivier Rey : Le changement, c’est comment ? « Qu’est-ce qui permet l’implantation d’une réforme sur le terrain ? Pourquoi les changements réussissent plus ou moins bien à se concrétiser dans le quotidien des classes ? Il s’agit ici de faire un pas de côté par rapport aux contenus conjoncturels des politiques pour identifier des caractères récurrents de ces politiques qui pourraient expliquer une part de leurs échecs ou de leurs réussites. »


Modernité, innovation ?

Le Monde s’intéresse à ce qu’il se passe « Quand les étudiants conçoivent eux-mêmes leurs cours ». « L’Essec a fait de l’innovation pédagogique une marque de fabrique. Mais tous les établissements d’enseignement supérieur s’interrogent sur la manière de s’adresser aux étudiants d’aujourd’hui. “Il faut toujours se méfier des coupures générationnelles, du fossé entre la connaissance délivrée par un enseignant et la manière dont elle est reçue par des étudiants séparés de leur professeur par une ou deux générations, justifie Xavier Pavie, professeur d’innovation et concepteur du programme. Cela a toujours existé. Mais le numérique, qui rend la connaissance accessible à tous, met cela particulièrement en évidence. Nous avons donc décidé de nous adapter, et d’accueillir le point de vue des élèves.” »

« Le gouvernement lance un portail pour faciliter la vie étudiante », rapporte l’Étudiant « Un site qui rassemble toutes les démarches étudiantes, à savoir l’orientation, les stages, le logement, les bourses, etc. en un seul lieu ? Il existe, c’est le nouveau portail étudiant lancé par le gouvernement le 18 janvier 2016. »

Toujours dans l’Étudiant, Najat Vallaud-Belkacem lance la chasse aux faux diplômes. « Dans le cadre du salon de l’école numérique Bett, à Londres, la ministre de l’Éducation nationale a annoncé ce jeudi le lancement d’un système numérique d’authentification nationale des diplômes, pour lutter contre la fraude. »

JPEG - 158.6 ko
Faux diplôme Par geneviève Brassaud

Découvrir l’OpenData en tant que citoyen. Quelles données sont publiées sur « data.gouv.fr » ? Par exemple, on y apprend que « depuis le début du quinquennat, 35 227 postes ont déjà été créés dans l’éducation ; 31 627 au sein de l’Education nationale, 3000 dans l’Enseignement supérieur et 600 dans l’Enseignement agricole ».
A propos de Najat Vallaud-Belkacem, trop bonne élève, « LCP a suivi la ministre de l’éducation nationale durant neuf mois pour nous livrer un portrait qui reste en surface ». Aurélie Collas en rend compte dans Le Monde.


Orientation

Orientation scolaire : de plus en plus d’entreprises privées sur le marché en Normandie. « Au moment de choisir une orientation scolaire post-bac, beaucoup d’élèves et leur parents doutent sur le choix d’une filière. De plus en plus de familles consultent des cabinets d’orientation privés. Au détriment des conseillers d’orientation "classiques". » Un reportage de France 3 Normandie.

Les compagnons du devoir, filière d’excellence de l’apprentissage. « Tandis que le gouvernement veut promouvoir l’apprentissage, gros-plan sur une filière d’excellence dans ce domaine. Les Compagnons du Devoir. Ils organisaient ce week-end à Nîmes leurs traditionnelles journées portes ouvertes. Avec succès. »


Documents

« Pratiques numériques en éducation : l’exemple des usages de Twitter en milieu scolaire » par Cécile Delesalle et Gérard Marquié. Le résumé de l’article : « Une enquête annuelle auprès de professionnels de l’éducation a été réalisée par l’INJEP et Vérès Consultants depuis 2011 sur les usages de Twitter en milieu scolaire. Elle fait partie d’une série d’études et d’expérimentations initiées dans le cadre d’une recherche-formation-action plus générale concernant le développement d’outils de suivi des pratiques d’Internet des jeunes et des professionnels de l’éducation et de la jeunesse. Les résultats de cette enquête montrent que ce type de pratique numérique réinterroge la relation éducative. Ils éclairent également sur les compétences développées par les acteurs, tant les jeunes que les professionnels, et sur les apports d’outils numériques, que ce soit en termes pédagogiques, de réseau ou de co-formation, ceci dans un contexte institutionnel encore perçu par les professionnels comme peu favorisant. »

Ecole : Une fracture sexuée ? « Les garçons sont-ils les grands perdants du système éducatif ? C’est la thèse défendue, dans un ouvrage à paraitre début février, par Jean-Louis Auduc, ancien directeur d’IUFM. Pour lui, un certain conformisme républicains nous a rendu insensibles à l’absence de parité en matière d’éducation entre les filles et les garçons. Il demande une différenciation pédagogique entre les genres et notamment des temps hebdomadaires où garçons et filles sont séparés pour mieux les aider dans leurs difficultés scolaires. »

Bonsoir, demain, vous serez accompagnés dans vos lectures par Lionel Jeanjeau.
Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Pédagogie : des utopies à la réalité
Revue n°525 - décembre 2015
Qu’est-ce qui fait qu’un enseignant, un éducateur, sort des sentiers battus et s’avance sur les chemins de l’expérimentation et de l’innovation ? Qu’est-ce qui le met, l’a mis en mouvement ? Quels sont les utopies, les projets, les rêves, les modèles peut-être qui font entrer dans un collectif, un mouvement pédagogique ?

Inclure tous les élèves
Revue n°526 - janvier 2016
Pour les élèves à besoins éducatifs particuliers, l’écart est parfois grand entre ce qui est prescrit et la réalité de leur scolarisation. Ce dossier vise à en pointer les freins et à proposer des leviers à même de faire vivre l’école inclusive refondée.