Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 24 avril 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 24 avril 2017

Deuxième tour — Bilans — DIvers —

Une très petite actualité éducative marquée par les résultats du premier tour de la présidentielle. Il y a toujours des bilans bien sûr en cette période de fin de quinquennat. Quelques infos diverses pour compléter cette revue.


Deuxième tour

Présidentielle : Quel choix pour l’Ecole ? “A l’issue d’un premier tour unique dans l’histoire de la 5ème République, les électeurs ont éliminé les partis traditionnels. Ce sont des candidats représentant des forces nouvelles qui se font face. Deux programmes pour l’Ecole s’affrontent, ceux d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen. Seul le premier semble conforme aux valeurs du monde enseignant. Pour autant des zones d’ombre entourent encore les intentions du candidat.”

Présidentielle : Les syndicats devraient appeler à ne pas voter Le Pen. “Vote de barrage ou pas ? La formulation reste à trouver, si les syndicats y arrivent tant la désunion règne. Les grandes fédérations syndicales ont rendez vous le 24 avril dans l’après midi pour tenter de trouver ensemble une posture commune face au danger que représente la présence du Front national au second tour. Un front commun capable aussi de peser sur le futur gouvernement est il possible ?

Emmanuel Macron vs Marine Le Pen : leurs propositions pour l’enseignement supérieur. EducPros fait le point avec Céline Authemayou et Sylvie Lecherbonnier.

Macron/Le Pen : leurs propositions pour l’enseignement supérieur. "Autonomie et financement des universités, sélection, alternance, politique de bourses et de logement, service civique ou militaire... Découvrez et comparez les propositions d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen concernant l’enseignement supérieur et la vie étudiante." Par Julia Fauconnier pour Studyrama.

Education : le programme de Marine Le Pen. “Si elle est élue présidente, Marine Le Pen supprimera le collège unique et proposera l’apprentissage dès 14 ans.”


Bilans

Les révélations de PY Duwoye. “C’est le blog qu’il faut suivre dans les jours qui viennent. On savait que plusieurs anciens conseillers de Vincent Peillon préparaient des Mémoires sur la Refondation. Mais c’est le plus discret, le plus affable, le plus retiré, en apparence, d’entre eux, bref le Père tranquille de l’Education nationale, qui tire le premier. Ancien secrétaire général du ministère de l’Education nationale sous Sarkozy, premier directeur de cabinet de Vincent Peillon puis recteur de Versailles et Limoges, Pierre Yves Duwoye a servi l’Education nationale aux plus hautes responsabilités durant des années. Il l’a quitté il y a quelques semaines. Il a ouvert le 23 avril un blog dont on n’a pas fini de parler. Mais pour quoi faire ?

La chronique de Véronique Soulé : Le pot de départ de Najat. “Publier une chronique le jour de résultats électoraux, dans une présidentielle aussi incertaine, franchement ça n’est pas un cadeau. On a toutes les chances de tomber à côté de la plaque. Ignorer l’actu et parler de toute autre chose ? Ca ne ferait pas un peu bizarre ? Devant ce dilemme, j’ai opté pour un sujet sûr : le départ de Najat Vallaud-Belkacem de la rue de Grenelle. L’occasion de dire au revoir à une ministre vraiment sympa.”

Le dernier mot aux parents en fin de 3ème prolongé de deux ans. “La loi de janvier 2017 sur l’égalité et la citoyenneté a prévu de prolonger pour deux ans l’expérimentation du "dernier mot laissé aux parents" lors de l’orientation en fin de 3ème. Un décret publié au JO du 23 avril met en place cette seconde expérimentation et un arrêté fixe la liste des établissements concernés. Le bilan de la première expérimentation n’était pourtant pas si positif.”

Marseille : les rythmes scolaires à l’heure du bilan. “La réforme des rythmes scolaires restera sans conteste pour l’Éducation, la plus polémique des réformes du quinquennat Hollande.”
Dans un souci d’éclairer le débat, la FCPE des Bouches-du-Rhône avait initié une rencontre avec Georges Fotinos. Ancien inspecteur général de l’Éducation nationale, ce spécialiste des rythmes et des temps de l’enfant a mené un travail d’évaluation à Arras dans le Nord, d’où ressort une certaine satisfaction des effets de la réforme, globalement bien intégrée par les formateurs, intervenant durant le temps périscolaire, ainsi que les parents, à l’exception des enseignants.”

Des limites de la « table rase » dans les politiques scolaires. “Vouloir abroger certaines réformes, ou même les « adapter », c’est encore une façon de poursuivre leur empilement, et s’exposer à ce que les opposants d’hier ne soient pas aussi comblés qu’on l’imagine. Bref, l’antiréforme peut s’avérer aussi problématique que la réforme.”


Divers

Olivier Rey : « Chaque établissement devrait pouvoir construire son propre plan de formation ». Olivier Rey est chargé de mission à l’Institut français de l’éducation - ENS de Lyon. L’interview se termine par cette remarque importante à mes yeux en tout cas : “Dans un contexte professionnel, une formation ne « prend » réellement que si les uns et les autres peuvent se voir agir, si un enseignant observe que telle ou telle façon de faire donne des résultats dans une situation comparable à la sienne. Pour cela, il faut sortir du paradigme de la seule formation individuelle : il faut des échanges, de l’observation, du collectif…

Dossier de veille de l’IFÉ : Je dis, tu parles, nous écoutons : apprendre avec l’oral, n°117, avril 2017 par : Gaussel Marie.

Et pour terminer une excellente nouvelle !
11 h du matin serait l’heure idéale pour commencer les cours. “ Des chercheurs américains viennent de publier une étude selon laquelle les cours à l’université devraient commencer après 11 heures pour un meilleur apprentissage des étudiants.”

Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.

N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

Dossier coordonné par Évelyne Chevigny et Roseline Ndiaye
décembre 2016
L’enseignement des sciences expérimentales s’est considérablement renouvelé. Ces changements ont visé à mettre l’élève au centre, en prenant en compte les travaux de la didactique ainsi que les réflexions sur le bagage intellectuel de base pour tout citoyen du XXIe siècle, au cœur d’une société basée sur les sciences et les technologies.