Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 23 janvier 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 23 janvier 2017

Orientation - Journée franco-allemande - Présidentielles - Divers

Ce tour d’horizon de l’actualité éducative nous amènera ce lundi à beaucoup parler d’orientation, avant d’aborder la journée franco-allemande qui avait lieu hier et les ambitions pour l’éducation de M. Fillon. Nous terminerons avec quelques informations diverses.


Orientation

Avec l’ouverture d’APB, les médias s’emparent naturellement d’une question qui demeure épineuse et cruciale pour beaucoup de lycéens. Ainsi, la rectrice de l’académie de Dijon, Frédérique Alexandre-Bailly, a accordé une interview au Journal du centre pour souligner l’importance d’un réel travail sur l’orientation des élèves : « Quelques mois après votre arrivée, quelles sont vos priorités pour l’académie de Dijon ?
La première de mes priorités, c’est de travailler sur l’orientation des jeunes pour augmenter leur niveau d’ambition. Il y a dans cette académie beaucoup trop d’élèves qui s’orientent en bac pro. Attention, je ne dis pas que c’est se limiter, que d’aller en bac pro. Si cela correspond à un vrai projet, c’est très bien, mais il y a beaucoup de jeunes qui, pour des raisons financières ou psychologiques, choisissent le lycée professionnel près de chez eux. Ce manque d’ambition se retrouve au moment du passage dans l’enseignement supérieur. Nous sommes à deux points de moins que dans le reste du pays.
Si, dans certains métiers, le bac pro suffit pour démarrer dans une profession, il y a aussi beaucoup de filières pour lesquelles il est insuffisant et où il faut un BTS pour pouvoir accéder à un emploi.
 ». On ne manquera pas, à la lecture de ces propos, de s’interroger sur le réel impact des orientations par défaut dans l’enseignement professionnel sur le taux d’élèves, visiblement important dans l’académie, qui y sont scolarisés et de souligner également l’importance d’accompagner les élèves dans la construction d’un projet cohérent.
Le Télégramme, quant à lui, publie un entretien avec deux conseillères d’orientation-psychologues qui s’adresse davantage aux parents, souvent inquiets sur ce sujet : « On le voit dans les entretiens que nous menons avec les parents et leur enfant. Il y a beaucoup de parents qui se montrent peut-être trop impatients de voir leur enfant choisir un métier. C’est oublier que cette décision est souvent le fruit d’un long processus, d’une maturation qui se consolide au fur et à mesure des expériences que vit le jeune. Il faut éviter de mettre son enfant sous pression. Et savoir aussi être en mesure de départager ses propres ambitions de celles de son enfant. »
Enfin, le logiciel APB continue de faire l’objet de toutes les attentions. Le Monde Campus aide les non initiés à décrypter les enjeux de et autour d’APB : « La procédure Admission post-bac 2017 a débuté, vendredi 20 janvier, pour quelque 800 000 élèves de terminale et étudiants en réorientation. Elle va durer plusieurs mois, avec pour objectif que chacun d’eux puisse obtenir une place en 1e année d’études supérieures à la rentrée de septembre. Que vous soyez d’ores et déjà directement concerné ou juste fatigué d’entendre parler d’APB sans vraiment savoir de quoi il s’agit, voici l’essentiel à savoir sur cet outil incontournable de l’orientation des lycéens, sur les critiques qu’il a suscité ces dernières années et sur la meilleure façon de s’en servir. »
Et de son côté, l’Etudiant s’intéresse aux polémiques autour des algorithmes d’APB : « L’association "Droit des lycéens" a mis la question sur le devant de la scène – et de la justice – en 2016 : quelle transparence pour la procédure Admission postbac ? Depuis lors, le sujet est passé d’une discussion d’initiés à un débat de société. Philosophes, sociologues et mathématiciens s’interrogent sur l’impact de cet algorithme sur l’orientation des bacheliers et les inégalités scolaires. »


Journée franco-allemande

Au lendemain de l’anniversaire du traité de l’Elysée, signé le 22 janvier 1963 par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, Najat Vallaud Belkacem était aujourd’hui en déplacement à Hambourg, l’occasion pour la ministre de mettre l’accent notamment sur l’apprentissage de la langue de l’autre : « Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, se rendra lundi 23 janvier à Hambourg en Allemagne, à l’occasion de la Journée franco-allemande. Cette visite mettra l’accent sur l’éducation et la formation de tous les élèves, les questions d’intégration, l’apprentissage de la langue du partenaire et les projets communs en matière d’éducation. »
L’ADEAF (Association pour le développement de l’allemand en France), saisit l’occasion pour alerter sur la situation de l’enseignement de l’allemand en France qu’elle juge, et sans doute en partie à raison, fragilisé par la mise en place par la réforme du collège.


Présidentielles

François Fillon, en déplacement dans l’Ain, compte s’appuyer sur l’apprentissage pour réduire le chômage des jeunes. Et pour renforcer l’apprentissage, rien de mieux, selon lui, que de sortir les lycées de l’Education nationale :«  La France compte actuellement 400.000 apprentis contre 800.000 au Royaume-Uni et 1,5 million en Allemagne. Si l’ancien Premier ministre, autrefois proche de Philippe Séguin, n’a pas fixé d’objectifs chiffrés, il a tout de même lancé une bombe : s’il est élu en mai prochain, le dispositif ne relèvera plus de l’Education nationale. François Fillon propose ainsi de placer les 1.500 lycées professionnels qui accueillent près de 666.000 élèves sous la houlette des régions et des branches professionnelles qui ont déjà la charge des centres de formation en alternance (CFA). » Difficile de trouver un intérêt pédagogique à cette proposition, qui semble surtout budgétaire, et pour le moins peu argumentée. En tout état de cause, M. Fillon ne dit pas comment il compte s’y prendre pour le cas des lycées polyvalents...


Divers

Quelques informations diverses pour terminer cette revue de presse. Commençons par l’agrégation interne, qui voit certaines épreuves écrites reportées dans quelques disciplines pour cause d’intempéries en Polynésie.
Et enfin, sans transition, le SGEN-CFDT s’inquiète à propos de la circulaire de missions des professeurs documentalistes.

Aurélie Gascon (sur une récolte de Bernard Desclaux)


Sur la librairie

 

Enseigner les langues aujourd’hui
Apprendre une langue étrangère, c’est à la fois une évidence pour tous et une difficulté pour chacun. Et les études internationales ne font que confirmer que les Français seraient mauvais en langues. Quelles sont les pratiques qui permettent à l’apprentissage des langues vivantes d’être bénéfique pour nos élèves ?

 

 

Rencontrer le fait religieux à l’école
Qu’est-ce que rencontrer le fait religieux à l’école ? Comment amener les élèves à réfléchir à une question aussi sensible, et pour cela à dépasser leurs expériences subjectives ? Un HSN qui mêlera articles tirés des archives des Cahiers pédagogiques et d’autres entièrement nouveaux.