Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 22 octobre 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 22 octobre 2018

Faits ? — Blanqueries — PDV — Commentaires — Distances

Une actualité centrée sur une vidéo et ses effets


Faits ?

Créteil : l’agression d’une enseignante choque
Un élève a braqué une arme factice sur sa professeure, jeudi 18 octobre. Il a été mis en examen dimanche 21 octobre.”

Indignation unanime après l’agression d’une professeure à Créteil


Blanqueries

Le ministre a aussitôt réagi, et va prendre des mesures, mais sur quoi ?

Jean-Michel Blanquer et Christophe Castaner condamnent avec la plus grande fermeté les menaces dont a été victime une enseignante
Communiqué de presse - Jean-Michel Blanquer - 21/10/2018
M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, et M. Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, condamnent avec la plus grande fermeté les menaces et avanies dont a été victime une enseignante, ainsi que la diffusion sur les réseaux sociaux de la vidéo de ces actes inqualifiables. Ils assurent à ce professeur et à l’ensemble de la communauté éducative leur total soutien.”

Éducation Des mesures contre les violences visant les enseignants
Les ministres de l’Éducation et de l’Intérieur ont annoncé, ce dimanche, la réunion la semaine prochaine d’un comité stratégique pour un « plan d’actions ambitieux » contre les violences visant les enseignants. Cela fait suite à la diffusion, jeudi, d’une vidéo montrant un lycéen qui braque une arme factice sur sa professeure.”

Vidéo d’un lycéen braquant une arme sur son enseignante : Blanquer prône l’interdiction du portable au lycée
Le lycéen de 15 ans arrêté vendredi à Créteil après avoir braqué une arme factice sur sa professeure la veille a été mis en examen dimanche soir. La scène avait été largement http://www.cahiers-pedagogiques.com/ecrire/?exec=article_edit&new=oui&id_rubrique=31&bonjour=ouidiffusée sur Internet. Lundi, le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer "encourage" l’interdiction du téléphone portable dans les lycées.”

Jean-Michel Blanquer : « Nous allons rétablir l’ordre »
Téléphone portable au lycée : Jean-Michel Blanquer « encourage l’interdiction »
Le ministre de l’Éducation nationale a affirmé vouloir « encourager l’interdiction du téléphone portable au lycée.”

Jean-Michel Blanquer incite à bannir le téléphone portable au lycée
VIDÉO. Pour le ministre, les réseaux sociaux encouragent les comportements comme celui du lycéen à Créteil. Il évoque la « responsabilisation des familles ».”


PDV

Sous le hashtag, la vague
#PasdeVague : les enseignants racontent ce qu’ils vivent au quotidien
Un nouveau hashtag exutoire a émergé sur les réseaux sociaux après qu’une professeure a été braquée par un élève dans un lycée de Créteil.”

#Pasdevague : le Metoo des enseignants ?
Ce matin dans vos journaux, des éditos très nombreux qui s’indignent de l’agression de cette enseignante en pleine classe par un élève qui brandit sur elle un pistolet à air comprimé. Indignation générale qui justifie peut-être cette Une du Parisien Aujourd’hui en France où le ministre de l’Éducation Nationale parle comme un ministre de la Police "Nous allons rétablir l’ordre", assène Jean-Michel Blanquer. Il en faudra davantage pour calmer la colère des enseignants et peut-être aussi la lassitude exprimée sur le réseau social Twitter à travers le hashtag Pasdevague ! Pas de vague qui pourrait bien devenir le balance ton porc des enseignants.”

Violences à l’école : des professeurs dénoncent sur Twitter le silence de l’Education nationale
"La parole se libère chez les enseignants. Des centaines de professeurs dénoncent sur Twitter, depuis dimanche 21 octobre, l’absence de réactions de l’Education nationale face aux violences qu’ils subissent."


Commentaires

Philippe Watrelot : Braquage(s) et effets d’aubaine...
Ce qui est délicat dans cette affaire de lycéen qui braque une arme sur une prof c’est de distinguer le fait lui même de l’exploitation médiatique et politique qui en est faite.”

Christophe Chartreux : Affaire de Créteil - Et si l’on cessait de sur-réagir ?...
Que de bêtises sont dites, écrites ! Dans l’effervescence, à chaud, tout le monde sur-réagit. Quelle que soit la position prise par les uns ou les autres, l’excès est démultiplié par les réseaux sociaux. C’est maintenant devenu une habitude.
Le geste de l’élève est EVIDEMMENT insupportable. Inacceptable ! On ne peut qu’apporter notre soutien à cette collègue.
Mais entendre affirmer, au plus haut sommet de l’Etat, qu’ il y a eu "trop de laxisme" par le passé, cela me met hors de moi. L’ accusation, récurrente, est une paresse intellectuelle, une manœuvre politique grossière :[...]

Claude Lelièvre : Une nouvelle violence à l’Ecole ? Le ’’précédent’’ de Porcheville.
La nouveauté n’est pas évidente, même si la diffusion des images du ’’braquage’’ avec une arme factice d’une enseignante par un lycéen a gagné non seulement les réseaux sociaux mais aussi les chaînes en continu (et même les autres ) inscrivant de facto cet acte inadmissible dans la sphère politico-médiatique .”

Louise Tourret : http://www.slate.fr/story/168896/eleve-braque-enseignante-lycee-creteil-pas-de-vague-fait-divers-violence-ecole-education-nationale?fbclid=IwAR1PgQhM0maWzCF0KEP8sI6L6KXQWapuix2lcgTRto8hVLGRlimX5wdMjiE
Elle conclu son article ainsi : "Pour contredire une formule bien connue, le fait divers ne fait pas diversion, il nous fait voir ce que nous (trop de gens) ne voulons pas regarder et dont il faut de toute urgence s’occuper plus largement. Ça commence par s’écouter et ne pas remettre en cause la parole de celles et ceux qui témoignent, ne pas nier les incidents individuels, entendre et respecter les collectifs qui se mobilisent et sont en première ligne pour défendre les élèves. Des élèves, car c’est bien ce qui compte, pour qui une scolarité dans un cadre normal est tout simplement un droit."


Distances

Le livre du mois du n° 538 - La parole des élèves. L’école face à la violence : décrire, expliquer, agir, Éric Debarbieux, Armand Colin, 2017
Cet ouvrage est un point d’étape de la recherche universitaire sur la violence scolaire en France et à l’étranger, mais c’est aussi «  une œuvre de combat, d’intellectuels engagés contre tous les simplismes et les manipulations interminablement présentes avec le thème de l’insécurité  ». Éric Debarbieux et les autres contributeurs font le point sur les avancées scientifiques, sur les évolutions idéologiques, en particulier la mise en évidence du lien entre apprentissages et violences.”

Eric Debarbieux : L’impasse de la punition à l’école
"Notre approche n’a rien d’idéologique. La question n’est pas d’être pour ou contre la punition, mais d’en montrer les difficultés et les insuffisances en ce qui concerne la question de la violence à l’école et du climat scolaire". Spécialiste de la violence à l’école, délégué ministériel à la lutte contre les violences scolaires sous deux présidents, Eric Debarbieux apporte dans son nouveau livre "L’impasse de la punition, Armand Colin) des données uniques (et surprenantes !) sur la réalité des punitions dans l’école française. A contre courant des dénonciations du laxisme qui sévirait à l’école, il en montre l’importance. Il établit aussi leurs retombées négatives sur la vie quotidienne dans les écoles. Il en tire la conclusion : il y a d’autres façons de gérer les relations dans les écoles dont certaines ont déjà été évaluées et expérimentées à grande échelle. La seconde partie de son ouvrage propose des contributions pour d’autres façons de gérer la vie quotidienne de l’école, de Freinet aux pratiques de justice restaurative.”

Claire Guéville : Réformes Blanquer, Blitzkrieg
Le gouvernement a adopté la stratégie de la guerre éclair sur tous les fronts y compris dans le domaine éducatif. Les réformes de l’enseignement secondaire et supérieur auxquelles il faut ajouter celles de la formation professionnelle, sont solidaires.”

L’ère de la post-vérité ?
L’irruption récente de la notion de « post-vérité », désignée comme mot de l’année 2016 par le dictionnaire d’Oxford, interroge profondément les relations entre politique et vérité en ce début de XXIème siècle. Mais cette question est-elle vraiment nouvelle ?

Raymond Aron : le chemin de la liberté
A l’occasion di 35ème anniversaire de la mort de Raymond Aron et du cinquantenaire de Mai 68, ce film dresse un portrait inédit de cet intellectuel majeur qui a, mieux que personne, analysé la fragilité des démocraties, de la paix et des libertés. Sur la base d’archives inédites et de nombreux témoignages, dont celui de Dominique Schnapper, la fille du philosophe, le récit nous révèle un homme sensible, passionné, loin d’être l’analyste froid et indifférent caricaturé par ses adversaires. Un documentaire de Fabrice Gardel. Une coproduction Plaj Productions & Public Sénat avec la participation de Toute l’Histoire.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 547 - Des alternatives à l’école ?
Dossier coordonné par Richard Étienne et Jean-Pierre Fournier
septembre-octobre 2018
Qu’en est-il de ces expériences de classes et d’écoles alternatives, dans le système public comme à l’extérieur, voire à l’étranger ? Sur quels principes se fondent-elles ? Comment interroger ces principes ? Un dossier pour voir plus clair dans ce qui, au-delà d’une certaine mode, reste flou.

N° 546 - L’histoire à l’école : enjeux
juin 2018
Comment les élèves peuvent-ils construire un rapport apaisé, critique et intégrateur au passé de la société humaine et à l’Histoire ? Une histoire qui prenne en compte le récit, l’histoire politique, économique, sociale, les représentations, les enjeux de mémoire, qui éveille l’esprit et qui crée du « nous ».