Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 22 mai 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 22 mai 2017

Mesures annoncées - Polémiques et politique - Enseignement - Ailleurs

La presse revient sur les annonces du nouveau ministre. Il est aussi question de polémiques à la télévision et de réflexions politiques. Il sera aussi question d’enseignement et de l’école ailleurs.


Les mesures annoncées

L’annonce de baisser à 12 élèves les classes de CP de REP+ continue à faire couler l’encre. C’était le sujet de Rue des Ecoles hier sur France Culture. "Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Education, pourra-t-il obtenir un consensus sur ce chantier prioritaire des REP et des REP+, parmi les engagements-phare d’Emmanuel Macron durant la campagne ?"
L’OZP est d’ailleurs sceptique :
"Abaisser le nombre d’élèves à 12 ne peut pas produire d’effets sans transformation des pratiques pédagogiques". Réuni à l’occasion de sa Journée nationale, l’Observatoire des zones prioritaires (OZP), une association d’acteurs de l’éducation prioritaire, accueille avec scepticisme les mesures annoncées par E Macron, c’est à dire la réduction à 12 élèves par classe des CP e CE des Rep+ (la catégorie la plus défavorisée de l’éducation prioritaire) et l’augmentation de 3000 € de la prime annuelle versée aux enseignants de ces Rep+. La centaine de formateurs, coordonnateurs, enseignants de l’éducation prioritaire réunis le 20 mai ont manifesté leur attachement au dispositif des maitres surnuméraires (maitres +)."

On parle aussi de la remise en cause des rythmes scolaires. "L’exécutif veut, dès l’été, permettre aux maires de choisir l’organisation de la semaine d’école.
Cette mesure soulève des questions financières et risque de mécontenter des familles qui avaient déjà dû s’adapter aux nouveaux rythmes scolaires."


Polémiques et politique

L’ancienne ministre de l’éducation était samedi soir dans l’émission de Laurent Ruquier. Elle a commenté la nomination de son successeur assez durement. "Un sarkozyste à l’Éducation : quelle plaisanterie !"
Elle a été aussi confrontée à une "séquence d’invectives avec Vanessa Burggraf [qui] met mal à l’aise. Car voilà, pour « se payer » l’invité, selon le cahier des charges bien établi de l’émission, la chroniqueuse utilise sans distance les fake news distillées par la fachosphère, mâtinées d’un argument de bon sens (« dans la classe de ma fille… ») qui entend désamorcer tout débat.
On peut contester la réforme du collège (une réforme que Vallaud-Belkacem a bien menée, celle-là) avec des arguments de fond (les syndicats de profs ne s’en sont d’ailleurs pas privés en leur temps), on peut discuter du bien-fondé de telle ou telle mesure mise en place ces trois dernières années par la rue de Grenelle. Mais qu’une journaliste utilise son magistère pour relayer des mensonges manifestes inventés pour nuire consterne. Qu’elle le fasse de bonne foi, comme cela semble être le cas, est encore plus atterrant."

Claude Lelièvre se demande si Blanquer est ’’Macron’’ ou ’’Fillon’’ compatible ?
"Si on en juge à partir de ce que le nouveau ministre de l’Education nationale vient de dire à propos de l’enseignement de l’histoire, le doute est pour le moins permis.
La focalisation sur « l’histoire de France », « sa chronologie » a été patente pour ces deux candidats en matière d’ « éducation nationale ». Les réponses du nouveau ministre de l’Education nationale ne paraissent pas vraiment affranchies de ces ombres portées de Nicolas Sarkozy et de François Fillon en l’occurrence, même si Jean-Michel Blanquer indique qu’il ne s’agit pas de remettre en chantier les programmes et qu’il n’y a pas besoin d’une nouvelle loi d’orientation scolaire."

Luc Cédelle, quant à lui remarque que les idées de l’Institut Montaigne sont désormais au pouvoir. "Dix ­sept ans d’existence, une forte présence médiatique, des propositions déclinables par des politiques de couleurs différentes et le soutien indéfectible d’un cénacle de grands patrons valent authink tank libéral la présence de ses idées au sommet de l’Etat"

La nouvelle ministre de la culture s’intéresse beaucoup à l’éducation. "Le rapport éducation- culture m’importe énormément. Et je sais que cela importe aussi à ce nouveau gouvernement. J’ai tout de suite demandé à rencontrer mon collègue de l’Éducation nationale, Jean-Michel Banquer, pour voir comment réfléchir ensemble. J’ai participé pendant des années au Haut conseil de l’éducation artistique et culturelle et cette éducation-là doit se faire partout, tout le temps, dès le plus jeune âge. C’est l’une des priorités. C’est fondamental."


Enseignement

TV5Monde revient sur la nouvelle position du ministère sur les GAFAM.
" Le mail du délégué du numérique éducatif, Mathieu Jeandron n’a pas fini de faire du bruit. Et pour cause : il incite clairement les cadres de l’éducation nationale à utiliser les services numériques des "GAFAM" (Google Apple Facebook Amazon Microsoft) dans les établissements scolaires. Cette surveillance et l’utilisation des données personnelles scolaires peut mener à des abus qui inquiètent les fonctionnaires de l’Education nationale."
Remarquons cependant de nombreux enseignants utilisent déjà les services des GAFAM mais de manière anonyme pour leurs élèves. Une autre voie est possible. Les ENT n’ont pas toujours des outils performants et intéressants.

Dans la Lettre de l’Education un entretien avec Marie-Ange Dat sur l’enseignement des langues vivantes en primaire.
"Tant que nous aurons environ une moitié des professeurs des écoles à ce niveau de quasi-débutant, on ne peut espérer un résultat de qualité. Il serait bon, aussi, qu’ils choisissent la langue qu’ils vont enseigner, ce qui n’est pas du tout le cas aujourd’hui en raison des injonctions locales. S’ils enseignent une langue qu’ils n’ont pas choisie et dans laquelle ils n’ont pas le niveau requis, je ne vois pas comment les élèves pourraient vraiment bénéficier de cet apprentissage. De cette façon, on dépense beaucoup d’énergie pour des résultats insatisfaisants."

Des élèves de Polytechnique envoient un satellite dans l’espace
"Le nano-satellite X-CubeSat, mis en orbite le 17 mai, analysera l’une des couches atmosphériques les moins étudiées. Un projet qui a mobilisé 57 élèves polytechniciens pendant six ans."

APB : la phase cruciale des réponses aux candidatures exprimées par les élèves de terminale
"Comment cela se présente-t-il ? Selon quel calendrier ? Quelles sont les diverses propositions d’admission que les candidats peuvent recevoir ? Quelle(s) réponse(s) ces derniers peuvent-ils exprimer et comment doivent-ils le faire ? Quelles sont les erreurs à éviter ?"


Ailleurs

Une prof d’anglais suspendue pour s’être moquée de la copie d’une élève sur Facebook. "Les enseignants y réfléchiront peut-être à deux fois avant de poster sur les réseaux sociaux les « perles » de copies de leurs étudiants. En Argentine, une professeur d’anglais de Buenos Aires a été suspendue après avoir publié sur son compte Facebook une photo d’une réponse d’une de ses élèves, relate le quotidien El Pais."
"Au Royaume-Uni, Theresa May a annoncé une nouvelle mesure qui n’enchante pas le monde de l’Education nationale. Elle voudrait supprimer les repas gratuits qui sont actuellement distribués dans les écoles primaires, car cela coûterait trop d’argent au gouvernement."
Eugénie, 12 ans, raconte sa vie de collégienne à Singapour. Un témoignage intéressant d’une élève au lycée français de Singapour.

Géraldine Duboz


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 537 - Classes inversées

Dossier coordonné par Françoise Colsaët et Héloïse Dufour
mai 2017

La classe inversée, on en parle beaucoup, des partisans enthousiastes et des opposants décidés s’opposent. Est-ce une mode passagère, un gadget pédagogique, ou l’amorce d’un changement de fond ? Au-delà des définitions (trop) simples, ce dossier s’attache à mieux cerner ce qu’est la classe inversée.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.