Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 21 novembre 2011


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 21 novembre 2011

Projet éducatif, version Hollande – Récidive et “secret partagé” – Le marché de l’angoisse scolaire -

Projet éducatif, version Hollande
La semaine dernière, les propositions de l’UMP agitaient le monde de l’éducation. Et le projet de Luc Chatel concernant l’évaluation des professeurs ne faisait qu’ajouter au trouble. Vincent Peillon, chargé de l’Education dans l’équipe de campagne de François Hollande, assure dans un entretien au Monde que le PS veut faire « exactement l’inverse » de ce que propose l’UMP, en permettant aux enseignants de « travailler mieux et différemment ». Le PS propose de « reconnaître les missions qui sont accomplies, missions nécessaires, mais non reconnues. Les enseignants y sont prêts, dès lors qu’il ne s’agit pas d’organiser une régression mais d’améliorer en profondeur un système éducatif en les associant pleinement », poursuit Vincent Peillon . « Il faut une revalorisation matérielle et morale du métier d’enseignant. Mais en même temps, il faudra faire évoluer la définition du métier, de ses tâches, de ses obligations, des services », ajoute-t-il.
Et le responsable de l’Éducation dans l’équipe de campagne annonce qu’il va « rencontrer avant le 15 décembre l’ensemble des acteurs de l’éducation », tandis que François Hollande « les recevra au début de l’année 2012 ».Il prône un renouveau du dialogue social pour faire évoluer le métier et le système. “Les enseignants y sont prêts, dès lors qu’ils ont la garantie qu’il ne s’agit pas, une fois de plus, d’organiser une régression mais d’améliorer en profondeur un système éducatif qui doit l’être en les associant pleinement. Vouloir réformer l’éducation contre les enseignants est une absurdité. Ni cogestion ni provocation, ce sont les conditions de la réussite.
Mais l’interview est bien plus large que ce seul aspect et l’ancien prof de philo qu’est Vincent Peillon aborde tous les autres thèmes du projet éducatif du PS déjà évoqués Samedi à Strasbourg par le candidat.V.Peillon revient sur la question des postes et des moyens “ Ce ne sont pas les moyens ou la réforme : c’est les moyens pour la réforme. ”. Et il donne des accents très jaurésiens à l’ambition de ce projet : “refonder l’école de la République, pour refonder la République par l’école ”. Et il précise ses priorités absolues : “Nous avons trois sujets primordiaux : la réussite de tous les élèves pendant la scolarité obligatoire, en particulier dans les zones qui relèvent de l’éducation prioritaire, le temps scolaire et le métier d’enseignant.”. Sur l’école primaire, il part d’un constat :“Notre école primaire est aujourd’hui celle où le taux d’encadrement est le plus faible des pays de l’OCDE. Il y a là un effort spécifique à faire, en particulier sur le CP. Les élèves en difficulté à la fin du CP sont les mêmes qui se retrouvent en difficultés à tous les autres niveaux, et ces difficultés ne font que s’accroître, pour les élèves, comme pour le système global, qui chute d’année en année dans les classements. Or ici comme ailleurs, la prévention vaut mieux que la remédiation. C’est moins coûteux, et c’est plus efficace. ”. Il précise aussi, ce qui était indispensable tant les dernières déclarations étaient floues sur ce point, sa position sur le socle commun : “Je suis favorable à tous les renforcements de la continuité scolaire, et en particulier à cette école du socle commun. Et je suis opposé à toutes les atteintes au collège unique, atteintes qui se profilent avec des tentatives de spécialisation prématurée. Mais la question, posée déjà à l’époque du plan Langevin-Wallon, de savoir si le collège est un petit lycée ou un primaire supérieur n’a jamais été suffisamment traitée. Des évolutions doivent avoir lieu, progressives et maîtrisées. Nous allons en débattre. ”.
Mais s’il faut mettre plus de moyens sur le primaire, quid du lycée ? Vincent Peillon n’exclut pas un “ allègement d’horaires au lycée ” et précise qu’ “il doit y avoir des moyens restitués, c’est acquis, mais on peut aussi envisager des redéploiements. Il n’y a pas de tabou, dès lors que la finalité est l’amélioration de la performance éducative de notre système, et non une "attaque" […] contre lui.
Il évoque aussi la carte scolaire, l’enseignement professionnel et le supérieur dans cette longue interview “programmatique”. À ce sujet, cela permet aussi d’éclaircir certaines zones d’ombre car les premières déclarations de l’équipe de campagne avaient marqué une certaine distance par rapport au projet socialiste pourtant voté à l’unanimité. M. Peillon tient à préciser à propos du principal artisan du projet initial“Avec Bruno Julliard, qui va continuer à piloter, à mes côtés, le dossier de l’enseignement scolaire, nous avons toujours travaillé en totale confiance et harmonie. Il a une grande connaissance des dossiers, et il a su gagner l’estime des uns et des autres. Nous allons continuer ”. Et il dévoile aussi le reste de l’équipe rassemblée autour de lui pour l’éducation, la jeunesse et la recherche dans cette équipe de campagne.
Récidive et “secret partagé”
L’horreur du meurtre et du viol de la jeune Agnès au collège-lycée privé du Chambon sur Lignon par un élève récidiviste suscite aussi une polémique sur la gestion du secret judiciaire et l’information donnée à l’établissement.
Les parents de l’adolescente accusent la direction d’avoir été au courant du passé judiciaire de Mathieu M. et d’avoir commis des négligences. « La direction nous a dit devant témoins que ce garçon avait eu des problèmes pour des faits d’agression sexuelle. C’est bien qu’ils savaient… » a expliqué le père de la jeune filleà 20 minutes. Ce que dément la direction de l’établissement. Le proviseur du collège-lycée privé Cévenol, a redit lundi matin dans une conférence de presse ignorer la nature des faits pour lesquels le meurtrier présumé avait été condamné. La direction savait juste que “Mathieu avait eu des ennuis avec la justice”. “Ses parents m’ont prévenu qu’il avait été incarcéré quatre mois, mais nous n’étions pas informés d’un ‘passé de violeur’”, a t-il déclaré. S’il avait été au courant, le proviseur assure que Mathieu n’aurait jamais été admis. Toutefois cette version des faits a été mise à mal par le procureur de Clermont-Ferrand. “L’établissement scolaire a reçu le mineur en toute connaissance de cause après le refus de plusieurs autres. Il y a dans le dossier un courrier qui en atteste”, a t’-il affirmé dans une interview au Monde
Les faits devront donc être éclaircis par une enquête. Cette affaire pose la question de la communication entre la Justice et l’Éducation Nationale comme le dit très bien Jean-Pierre Rosenczveig dans son blog sur LeMonde.fr. Dans la mesure où le jeune homme n’avait pas encore été jugé, le secret de l’instruction interdisait à la Justice de divulguer ces informations à l’établissement. Le ministre de la Justice Michel Mercier a jugé qu’il aurait fallu que la justice et les services d’éducation et de santé puissent échanger plus librement. “Un décret était déjà en préparation et pratiquement prêt pour organiser ce partage du secret professionnel”, a-t-il précisé. Le principal syndicat des chefs d’établissement étant pour sa part très réservé sur ce “secret partagé”
Pour Jean-Pierre Rosenczveig , il faut prendre garde car sinon, on risque d’empêcher toute tentative de réinsertion : “Les enseignants du Chambon sur Lignon appellent à ce que des protocoles sur le partage d’informations soient signés entre la justice et les établissements scolaires. Ils ont raison. Une formation doit être donnée, mais elle ne peut être que celle qui est strictement nécessaire aux enseignants pour assumer leurs responsabilités (les deux lois du 5 mars 2007). Ils n’ont pas à tout savoir de l’état de santé d’un enfant, sauf risque d’épidémie comme un chef d’entreprise n’est informé de tous les éléments de vie privée de ses salariés. Là encore des équilibres doivent être trouvés qui sont dans la loi. Faisons les vivre. ”. Faisant allusion à la loi en préparation sur la “dangerosité des délinquants, le juge pour enfants conclut : “On nous annonce pour demain un conseil interministériel autour du premier ministre consacré à l’affaire du Chambon sur Lignon. Faisons le pari que la raison l’emportera sur l’émotion…”. Dans un tel contexte, il n’est pas sûr que le vœu de Jean-Pierre Rosenczveig soit entendu.
Le marché de l’angoisse scolaire
Sur le site d’information Rue89, il faut signaler un volumineux dossier intitulé “Dans les coulisses du marché de l’angoisse scolaire. Composé de nombreux articles qui explorent toutes les dimensions de cet énorme marché de plus de 2,2 milliards d’euros mais aux contours imprécis et peu connus, le dossier a été réalisé avec le Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ).
Il est difficile de citer tous les articles que je vous invite évidemment à lire. Le dossier montre surtout en préambule que ce marché prospère sur les failles du système public et sur la pression scolaire et l’angoisse du diplôme particulièrement vive en France. Alors que l’École devrait être “son propre recours”, elle crée de l’échec. Comme le dit le titre de la septième partie du dossier  : "L’école se comporte comme un hôpital qui soignerait les bien-portants et mettrait dehors les malades" reprenant une formule empruntée à 
"Lettre à une maîtresse d’école” rédigée par les enfants de Barbiana et publiée en 1968 . Dans ce contexte, les entreprises de soutien scolaire communiquent sur les réponses qu’elle sont supposées apporter aux lacunes du système : la réactivité, l’individualisation de l’enseignement, le choix de l’enseignant et la garantie de résultat. Mais ce marché est aussi le révélateur d’une société très inégalitaire et élitiste : « L’important ce n’est plus d’être bon, c’est surtout d’être meilleur que les autres », regrette François Dubet. Et ce secteur marchand très juteux ne fait que renforcer les inégalités sociales
On notera aussi que si ce marché s’est développé c’est grâce à l’abattement fiscal de 50% du service à la personne . Et cette “niche fiscale” a été soigneusement préservée du dernier coup de rabot…
Bonne Lecture...



Libération.fr du 21/11/11(certains articles payants)

Hollande recevra début 2012 les enseignants sur leur statut
Le débat sur la modification du statut des enseignants, resté inchangé depuis 1950, figure au programme du PS.
Lire la suite de l’article

Abdoul Sogui Diaw, un prof en attente de titre de séjour
Abdoul Sogui Diaw, 37 ans, est un prof d’anglais bien noté. En septembre, le rectorat l’a affecté au lycée professionnel Jules-Verne de Cergy (Val-d’Oise). Mais il n’a jamais pu faire sa rentrée. Sénégalais, il est victime de la politique du chiffre. En situation régulière depuis dix ans en France, il a reçu le 30 juin un refus à sa demande de renouvellement de titre de séjour.
Lire la suite de l’article

Chiffre : 8 universités
C’est, sur 83, le nombre d’universités dont les budgets vont être arrêtés par les recteurs, car ils ont été en déficit deux années de suite.
Lire la suite de l’article

Bourses étudiantes : le ministère joue-t-il la montre ?
Les étudiants boursiers s’inquiètent des retards de versement, les aides n’auraient pas entièrement été budgétisées. Le ministère réfute.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 21/11/11

Agnès : le gouvernement veut « évaluer la dangerosité »
Suite à la vive émotion suscitée par l’assassinat de la collégienne, le gouvernement se mobilise. Un projet de loi sur l’évaluation de la dangerosité des délinquants sera présenté au Conseil des ministres mercredi.
Lire la suite de l’article

Agnès : le proviseur n’était « au courant de rien »
La scolarisation de l’assassin présumé d’Agnès, accusé de viol dans une autre affaire, a fait naître un début de polémique entre les parents d’Agnès, l’Éducation nationale et la Justice.
Lire la suite de l’article

Agnès : pourquoi la justice n’a pas prévenu le lycée
Le meurtrier présumé de la jeune adolescente accusé d’un viol dans le Gard était placé sous contrôle judiciaire. Le secret de l’instruction ne permettait toutefois pas d’avertir l’établissement.
Lire la suite de l’article


Le Monde.fr (certains articles payants) du 21/11/11

M. Peillon n’exclut pas « un allègement d’horaires au lycée »
Chargé par François Hollande d’un immense secteur allant de la maternelle à l’université, englobant la jeunesse, la formation professionnelle et la recherche, Vincent Peillon est l’un des hommes forts de la campagne du candidat socialiste à l’élection présidentielle. Il dévoile au Monde le détail du programme esquissé samedi 19 novembre à Strasbourg par M.Hollande.
Lire la suite de l’article

L’équipe Hollande en charge des questions d’éducation dévoilée par Vincent Peillon
Vincent Peillon, à qui François Hollande a confié la charge de suivre la jeunesse, l’enseignement scolaire, l’enseignement supérieur, la recherche et l’enseignement professionnel, s’entoure d’une équipe qui va lui permettre de couvrir l’intégralité de ces secteurs majeurs.
Lire la suite de l’article

Luc Chatel, qualifié de « sauvageon bouffi de morgue et de suffisance » par le PS veut continuer les coupes de postes
Le « vivre ensemble » est très à la mode. Avec la montée des violences en tout genre, on s’en gargarise volontiers. A l’école on le rappelle sans cesse. Mais la grande cour de récré du débat politique, reste, elle, totalement hermétique à ce concept.
Lire la suite de l’article

"L’idée que l’on peut conjurer la récidive est une illusion"
Psychiatre à l’hôpital de Ville-Evrard (Seine-Saint-Denis) et expert auprès de la cour d’appel de Paris, Daniel Zagury dénonce la stigmatisation des professionnels du monde judiciaire, médical et éducatif.
Lire la suite de l’article

Michel Mercier promet des mesures sur "l’évaluation de la dangerosité"
La question de "l’évaluation de la dangerosité" des délinquants sera incluse dans un projet de loi "présenté au Conseil des ministres la semaine prochaine", a annoncé lundi 21 novembre le garde des Sceaux, Michel Mercier, à l’issue d’une réunion à la Chancellerie sur l’assassinat d’Agnès en Haute-Loire.
Lire la suite de l’article

Questions autour du crime du Chambon sur Lignon par Jean-Pierre Rosenczveig
A juste titre le drame criminel de Chambon sur Lignon remue tout un chacun. Le viol, mais aussi l’assassinat puisqu’il semble que des éléments matériels déjà laissent à penser qu’il y a eu préméditation dans l’homicide d’une jeune fille de 13 ans par un garçon de 17 ans qui plus est déjà poursuivi et incarcéré pour viol, le traitement infligé à la jeune victime, tout appelle non seulement à la compassion et à des interrogations.
Lire la suite de l’article

Meurtre d’Agnès : questions sur le suivi du suspect
Le viol et l’assassinat d’Agnès Marin, 13 ans et demi, une jeune Parisienne scolarisée dans un internat en Haute-Loire, a déclenché une vif débat, dimanche 20 novembre. Alors que son assassin présumé, Martin (le prénom a été modifié), 17 ans, a été mis en examen et incarcéré, samedi soir, une polémique a éclaté quelques heures après une marche blanche à la mémoire de la jeune fille, au Chambon-sur-Lignon, à laquelle plus de 4 000 personnes ont participée. La direction du collège-lycée Cévenol international, où étaient scolarisés en internat les deux adolescents, a affirmé dimanche ne pas avoir été informé du "passé de violeur" de Martin, mis en examen dans une affaire précédente en août 2010. La justice affirme au contraire que la direction de l’établissement "a reçu le mineur en toute connaissance de cause".
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 21/11/11

Mauvaise note pour l’évaluation
Révélé mardi, le projet de réforme de l’évaluation et de l’avancement des enseignants rencontre l’opposition de la plupart des syndicats. Une journée de grève est d’ores et déjà annoncée pour le mois de décembre.
Lire la suite de l’article

Les enfants toujours victimes du sida
Depuis 1994, 
des solutions existent pour réduire à néant 
la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Mais en Afrique de l’Ouest et du Centre, leur mise en œuvre rencontre nombre d’obstacles.
Lire la suite de l’article


Le Parisien (certains articles payants) du 21/11/11

États-Unis : un lycée récompense ses bons élèves avec des chèques
Reverser des chèques aux élèves et aux professeurs qui ont obtenu de bons résultats. C’est le choix plutôt original pour lequel a opté un lycée public d’Ashland aux États-Unis, en Virginie. Le concept est simple : récompenser les professeurs et les élèves les plus méritants en fonction de leur résultats et de leur degré de réussite.
Lire la suite de l’article

Enseignants : grève le 15 décembre contre la réforme de l’évaluation
Les enseignants des collèges et lycées, mais aussi des écoles primaires, sont appelés à une grève intersyndicale le 15 décembre contre la réforme de leurs modes d’évaluation et d’avancement.
Lire la suite de l’article

L’irrésistible montée du bio dans les cantines scolaires
Les communes devront servir des produits bio et des produits de saison dans les cantines scolaires. Ce sera une obligation d’ici à la fin 2012.
Lire la suite de l’article


France Soir du 21/11/11

Bourses étudiantes : Il faudra attendre jusqu’à la semaine prochaine
La question épineuse des bourses étudiantes revient dans l’actualité après un retard massif des versements du mois de novembre. Une situation préoccupante pour bon nombre de jeunes...
Lire la suite de l’article


La Croix du 21/11/11

Rien vu...


Les échos (certains articles payants) du 21/11/11

Les cours reprennent et "la vie continue" au collège d’Agnès
Visages fermés, silencieux, les élèves du collège-lycée cévenol du Chambon-sur-Lignon ont repris lundi les cours. Car "la vie continue", disent-ils, malgré la disparition d’Agnès, tuée, violée et brûlée par un camarade.
Lire la suite de l’article

Education : le programme de Hollande se précise
Si la gauche l’emporte, l’accent sera mis sur le primaire, indique, dans une interview au « Monde », Vincent Peillon, en charge de l’éducation dans l’équipe du candidat socialiste. L’euro-député se prononce en faveur d’un allègement des horaires au lycée et d’une remise à plat des missions des enseignants.
Lire la suite de l’article

Meurtre d’Agnès : "on a remis un monstre en liberté", dénonce la famille d’une première victime
"Comment a-t-on pu remettre ce monstre en liberté ?", a dénoncé lundi Alain Diaz au nom de la famille d’une adolescente victime dans le Gard, en août 2010, du violeur et tueur présumé d’Agnès, lors d’un entretien téléphonique avec l’AFP.
Lire la suite de l’article


20 minutes du 21/11/11

Mort d’Agnès : L’affaire prend un tournant politique, réunion à Matignon ce lundi après-midi
Le collège-lycée du Chambon-sur-Lignon a assuré ne pas avoir été informé du passé de violeur présumé du lycéen mis en cause…
Lire la suite de l’article

« La direction du collège était au courant », pour le père d’Agnès
Frédéric Marin réagit après la conférence de presse organisée par la direction du collège...
Lire la suite de l’article

Pierre Moscovici plaide pour les centres fermés, Valls pointe les risques de récidive
Pierre Moscovici, directeur de campagne du candidat PS à l’Elysée François Hollande, a estimé lundi, en évoquant le cas de l’assassin présumé d’Agnès en Haute-Loire, que "quand un mineur est dans cette situation-là, il faut des centres fermés".
Lire la suite de l’article

Agnès : polémique autour d’un éventuel défaut de suivi du lycéen accusé d’assassinat
Le collège-lycée du Chambon-sur-Lignon a lancé la polémique dimanche en assurant ne pas avoir été informé du passé de violeur présumé du lycéen qui a avoué avoir violé et tué Agnès, une de ses camarades, à laquelle près de 4.000 personnes ont rendu hommage lors d’une marche blanche.
Lire la suite de l’article

Chili : nouvelle manifestation étudiante pour une réforme de l’éducation
Une dizaine de milliers d’étudiants et enseignants ont manifesté vendredi à Santiago pour une réforme de l’éducation, lors d’une journée de mobilisation émaillée de quelques incidents.
Lire la suite de l’article

Inquiétante crise de vocation des médecins scolaires selon un rapport
La médecine scolaire est en "crise", notamment du fait de la chute du nombre de vocations, due à des salaires très bas mais pas seulement, selon un rapport parlementaire rendu public jeudi et qui propose plusieurs solutions pour répondre à ce "manque d’attractivité".
Lire la suite de l’article


Rue89 du 21/11/11

Dans un mauvais lycée : « Des fins de mois sans Nutella »
Rencontre avec Mélody, Jessica, Kevin et Louise, élèves dans l’un des plus faibles lycées de France. Leurs point communs : problèmes d’argent et ambitions limitées.
Lire la suite de l’article

Au lycée Cévenol du Chambon-sur-Lignon, « il n’y a pas de murs »
Romain Blachier, élu local et blogueur lyonnais, plonge dans ses souvenirs de pensionnaire au lycée du Chambon-sur-Lignon qui vient de connaître un drame avec le meurtre d’une élève. Un établissement particulier, qui ne laisse pas que des bons souvenirs.
Lire la suite de l’article

Dans les coulisses du marché de l’angoisse scolaire
Cours particuliers par Acadomia, aide en ligne, coaching ou radiesthésie : en matière de soutien scolaire, les parents sont prêts à tout. Enquête réalisée avec le CFPJ.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 21/11/11

Mort d’Agnès. La mère dénonce la négligence du collège
La mère d’Agnès, 13 ans, violée et tuée par un de ses camarades, a estimé que la direction du collège-lycée du Chambon-sur-Lignon « devait être un peu plus vigilante ».
Lire la suite de l’article

Ni maquillage, ni talons, ni minijupes pour les écolières de Ploudalmézeau (29)
À Ploudalmézeau, dans le Finistère, un établissement a interdit, via le conseil d’école, les vêtements jugés indécents ou dangereux pour les enfants. Pas si simple…
Lire la suite de l’article


Le Journal du Dimanche du 21/11/11

Un mineur qui a commis un viol peut-il être scolarisé dans un établissement public ?
La polémique enfle sur le passé de violeur du lycéen de 17 ans qui a avoué avoir violé et tué Agnès, une de ses camarades. Jean-Michel Hieaux, vice-président du Collège cévenol, s’est dit "sidéré que, par inconséquence et irresponsabilité, un système puisse permettre à un jeune particulièrement violent d’être accueilli dans un internat mixte, ouvert, en pleine nature". La direction de l’établissement a également pointé du doigt le manque de structures adaptées pour de tels jeunes qui se retrouvent dans des établissements classiques. La polémique a pris une telle ampleur que Matignon a annoncé une réunion interministérielle autour de François Fillon, cet après-midi
Lire la suite de l’article

Education : Peillon détaille les ambitions de Hollande
Créer 60.000 postes dans l’Education nationale, "alléger les horaires au lycée", "revaloriser le métier d’enseignant"... Telles sont les mesures proposées par François Hollande et détaillées par Vincent Peillon dans Le Monde daté de mardi. En la matière, le PS compte faire "exactement l’inverse" de l’UMP.
Lire la suite de l’article

Hollande s’offre un bain de jouvence
Après les difficultés de l’accord PS-Verts, le candidat relance sa campagne auprès des jeunes socialistes.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 21/11/11

Meurtre d’Agnès : que devait savoir le collège ?
La polémique enfle depuis l’annonce, dimanche 20 novembre, par la direction du collège-lycée Cévenol de Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), du fait qu’elle n’avait pas connaissance du passé judiciaire du meurtrier présumé d’Agnès, 14 ans. Le corps de l’adolescente a été retrouvé vendredi soir à proximité de l’établissement privé réputé où elle était scolarisée en classe de troisième.
Lire la suite de l’article

Mort d’Agnès : "après chaque fait divers atroce, une réunion et un journal de 20h"
Benoît Hamon, porte-parole du PS, accuse le gouvernement de vouloir instrumentaliser le meurtre et le viol d’Agnès.
Lire la suite de l’article

Meurtre d’Agnès : ces politiques qui piétinent sa tombe
Guéant, Moscovici, Chatel, Fillon, Valls et bien sûr le Pen, tous ont commenté l’affreux fait divers qui secoue la France ces derniers jours. Mais l’histoire du meurtre d’une jeune fille de 13 ans est-il vraiment un terrain approprié aux guerres de pouvoir ?
Lire la suite de l’article


L’Express.fr du 21/11/11

Evaluation des profs : derrière les modalités, la question des salaires
Derrière l’arbre se cachait la forêt : alors que la quasi-totalité des réactions au projet de décret sur l’évaluation des enseignants s’est portée sur l’entretien d’évaluation, la création d’une nouvelle grille d’avancement a globalement été passée sous silence. Elle aura pourtant des conséquences importantes sur le pouvoir d’achat de 800 000 enseignants et incidemment sur le recrutement.
Lire la suite de l’article

Dans les coulisses des évaluations : le témoignage d’un chef d’établissement
Actuellement, les chefs d’établissements donnent une note administrative aux membres de leurs équipes. Elle ne vaut que pour 40% de la note globale – les autres 60% étant attribués par les inspecteurs pédagogiques. Face aux questions et aux craintes des enseignants, un principal de collège a accepté de me raconter la manière dont se déroulent aujourd’hui les évaluations.
Lire la suite de l’article


Le Café Pédagogique du 21/11/11

Evaluation des enseignants : Les syndicats décident aujourd’hui d’une journée de grève unitaire
C’est la décision aujourd’hui des syndicats du primaire qui donnera à la journée du 15 décembre sa coloration. Après la publication le 15 novembre des projets de décret et d’arrêté sur l’évaluation des enseignants, les syndicats du second degré ont décidé de ne pas attendre le 21 pour prendre position. Vendredi 18, ils annonçaient leur décision d’appeler à la grève pour le 15 décembre.
Lire la suite de l’article

Evaluation : et si on sortait de la langue de bois… ? par Marcel Brun
On pourrait trouver étonnante la réaction des syndicats enseignants, presque unanime , d’appeler à la grève contre la modification des modalités d’évaluation et d’avancement de leurs mandants. Ce serait oublier combien le sentiment des profs sur ces questions est à vif, surtout dans le second degré. Depuis plusieurs années, la double tutelle des chefs d’établissement et des IPR ou IEN disciplinaires sent la poudre. Entre les sujétions du « projet d’établissement » et la défense de la « discipline », on connait les difficultés à inventer ce nouvel espace professionnel hybride.
Lire la suite de l’article


Touteduc (accès payant) du 21/11/11

L’Institut Montaigne chiffre la création de 65 000 postes dans l’Education, voulue par François Hollande
"Le coût du recrutement de 65 000 postes dans l’enseignement scolaire est estimé à environ 1,9 milliard d’euros par an au terme du prochain quinquennat (écart entre les charges de 2017 et de 2012) (...). Cela représente environ 13 000 postes par an répartis entre la rentrée de septembre 2012 et la rentrée de septembre 2017. Le coût annuel moyen de la mesure est d’environ 378 millions d’euros. Le coût cumulé est de 5,7 milliards d’euros sur la durée du quinquennat (addition du coût des 5 années)."
Lire la suite de l’article


Médiapart (accès payant) du 21/11/11

Hollande prend un bain de jeunesse
Après une semaine calamiteuse, polluée par les bisbilles avec les écologistes, le candidat socialiste a tenté de relancer samedi sa campagne avec un de ses thèmes fétiches : la jeunesse. Mais sans rien changer sur le fond.
Lire la suite de l’article


Slate.fr du 21/11/11

Rien vu...


ÉducPros du 21/11/11

Plus de 80% des candidats au concours de professeur des écoles pourraient être admissibles dans l’académie de Créteil
Situation inédite dans l’académie de Créteil. Les candidats étaient seulement 1324 à plancher aux écrits du CRPE (concours de recrutement des professeurs des écoles) externe, les 28 et 29 septembre 2010 dans l’académie de Créteil, contre 2747 l’an dernier. Conséquence : le taux d’admissibilité à ce concours devrait dépasser les 80% pour conserver deux admissibles pour chacun des 541 postes à pourvoir dans l’académie.
Lire la suite de l’article


VousNousIls du 21/11/11

Agnès : le lycéen était passé en "conseil de vie scolaire"
Le lycéen accusé de l’assassinat et du viol d’Agnès, 13 ans, en Haute-Loire était passé en "conseil de vie scolaire" en juin 2011, a annoncé lundi l’établissement, qui s’est cependant refusé à dire si son comportement sexuel était en cause.
Lire la suite de l’article

Partage du secret professionnel : scepticisme des chefs d’établissement
Le principal syndicat des personnels de direction de l’Education nationale a accueilli lundi avec circonspection l’annonce, après la mort d’Agnès, d’un décret sur le partage du secret professionnel entre représentants d’administrations différentes.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre…
Lisez et achetez des journaux !