Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 21 novembre 2005


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 21 novembre 2005

A signaler tout d’abord un bon texte d’analyse dans Libération où quatre chercheurs analysent la crise des banlieues et du modèle républicain.
On pourra lire aussi dans Le Monde une information sur les questions que se pose actuellement le gouvernement sur l’avenir des ZEP. Dominique de Villepin a promis une « relance », mais comment relancer et rendre plus efficace encore ce dispositif majeur ?
Enfin, il faut signaler dans les dépêches l’annonce du plan de « prévention de la violence » par Nicolas Sarkozy. Il s’agit, selon lui, de repérer très tôt, dès l’enfance, des "troubles du comportement" qui seraient précurseurs de la délinquance. il s’inspire ainsi du rapport Bénisti dont nous avions dit beaucoup de mal il y a quelques temps. Ce député, dans une analyse aux relents racistes proposait, entre autres un dépistage des délinquant potentiels dès ...3 ans.
Bonne Lecture...


Libération du 21/11/05

Quelle crise des banlieues ?
par Pierre ROSANVALLON et GOFF Jean-Pierre LE et Emmanuel TODD et Eric MAURIN

Commencer par essayer de comprendre, puis tenter une explication du phénomène inédit de trois semaines d’émeutes dans les banlieues : c’est ce qu’a proposé Libération à quatre universitaires et essayistes réputés pour l’acuité de leur regard sur les fractures de la société, à l’occasion d’une table ronde organisée le 14 novembre (avant l’intervention télévisée du Président). Jean-Pierre Le Goff, Eric Maurin, Pierre Rosanvallon et Emmanuel Todd se livrent à une confrontation qui s’enrichit de leurs approches plurielles d’une question qui les préoccupe tous : la crise du modèle républicain. Le débat est animé par Eric Aeschimann et Jean-Michel Helvig.
Lire la suite de l’article

COURRIER : Cette France n’est pas la mienne
Il y a quelques années, j’ai été engagée pour m’occuper d’ex-délinquants, dirigés vers une formation d’éducateur susceptible de les réinsérer. J’ai découvert là une réalité que j’étais loin d’imaginer : de grands garçons de 20 ans et quelque se conduisant comme des enfants, incapables de reconnaître les codes de ce que j’appellerais, d’une façon désuète, « la bienséance », et que mon vocabulaire trop « châtié » agressait. Ce qu’ils ne comprenaient pas, ils préféraient, par défense excessive, l’assimiler à du mépris ou de l’hostilité. Après de violents malentendus de départ, et parce que j’étais résolue à cerner les raisons de mon échec du premier jour, nous parvînmes enfin à communiquer. Pour cela, il a fallu du temps, et de l’attention, surtout.
Et voilà que la semaine dernière, je surprends au Zapping de Canal Plus l’extrait d’un débat où était convié M. Sarkozy. Je me souviens des mots exacts employés par le ministre, prenant ombrage de la façon dont un jeune s’exprimait : « Je vous prierais de me parler normalement ». « Mais je parle normalement », rétorqua le jeune. « Eh bien si c’est ça parler normalement, alors je m’imagine ce que ça doit être dans votre quartier... », lui répondit Sarkozy sur le ton de celui qui sait. Qui sait tout, et a choisi de ne pas entendre. Car lui, homme d’éducation et de culture, devrait pouvoir entendre le sens au-delà de la forme, au lieu de s’en offusquer de manière agressive.
Il est facile d’offusquer, et facile d’agresser lorsqu’on est du bon côté de l’autorité. Faciles, les effets d’annonce, les effets de manche, les menaces d’expulsion.[...]
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 21/11/05

Le chinois grimpe au hit-parade des langues vivantes
LE CHINOIS fait son grand bond en avant. 12 628 élèves sont engagés cette année dans l’apprentissage du mandarin dans le secondaire contre 9 328 l’an dernier, soit une augmentation de 35%. Passé en cinq ans de la neuvième à la sixième place des langues du secondaire, « le chinois accédera sans doute dès l’an prochain à la cinquième place, devant le russe, le portugais, l’arabe et l’hébreu », explique Joël Bellassen, inspecteur général de chinois.
Lire la suite de l’article

« On lit made in China sur tous les vêtements ! »
Au collège parisien Louise-Michel classé en ZEP, une trentaine d’enfants ont choisi le chinois pour ses débouchés professionnels.
Lire la suite de l’article

Des violences urbaines au règne de Narcisse
Par Tony Anatrella

La violence des délinquants qui empoisonne la vie des cités exprime le crépuscule des repères de base. Une violence prévisible, annoncée dans les faits, conséquence d’erreurs déjà dénoncées en leur temps. Mais qui voulait l’entendre ? A chaque fois c’est une catastrophe qui nous réveille. La société se sent trahie et déboussolée par une gouvernance qui semble menée à partir des sondages, des images médiatiques, voire de ses points aveugles.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 19/11/05

Expliquez-vous : Barbara Walter, Présidente du Conseil français des associations pour les droits de l’enfant.
L’éducation tout d’abord, et plus particulièrement toutes les questions qui touchent à la discrimination. Car les enfants migrants, ou ceux souffrant de handicaps, ont beaucoup de mal à être insérés dans l’école.[...]
Lire la suite de l’article

Les ZEP, outil social au coeur de la ville
Les zones d’éducation prioritaire sont critiquées pour leur manque d’efficacité. Elles proposent pourtant des ambitions éducatives pour tous les élèves.
Lire la suite de l’article

E2C, une école pour une deuxième chance
Des centaines de jeunes de la Seine-Saint-Denis repartent du bon pied en passant par cette école différente, fruit d’un partenariat entre entreprises, collectivités locales et Communauté européenne.
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 21/11/05 ( payant)

Rien vu...


La Croix du 21/11/05

La génération nomade
Ils aiment bouger, mais ne savent pas toujours où se poser. "La Croix" ouvre une enquête de cinq semaines sur les 20-30 ans. Selon un sondage exclusif de l’institut CSA, ils sont pessimistes pour leur génération mais confiants dans leurs chances personnelles de réussite. Ils mettent en priorité leur vie familiale
Lire la suite de l’article


20 minutes du 21/11/05

Un écran géant à la place du tableau noir
L’école du futur a été testée ce week-end. Ecran géant à la place du tableau noir, élèves postés devant des ordinateurs portables reliés à un logiciel commun : c’est une nouvelle forme d’enseignement qu’une douzaine d’enfants de cours moyen a expérimentée devant le ministre de la Recherche, François Goulard. L’événement était organisé dans le cadre du premier Salon de la réussite scolaire à Elancourt (78).
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 21/11/05

Rien vu...


Le Monde daté du 22/11/05

"L’Etat a aidé les territoires, il faut promouvoir les individus"
Ghislaine Hudson, proviseur du lycée de Dammarie-lès-Lys (édition du 20-21 novembre)

[...]l’école française est rigide. Un élève est jugé sur une sorte de moyenne sur l’ensemble des matières : il faut donc qu’il réussisse à peu près partout. Mais un élève peut être très bon en maths et très mauvais en français. Dans le système français, il va être amené à redoubler. Un parcours d’élève se fait d’échec en échec, ou de réussite en réussite. Son point fort ne sera pas valorisé. Ce système amène au redoublement tant décrié, au coût social énorme, mais aussi humain, celui de l’humiliation. Aux Etats-Unis, on travaille par unités de valeur, qui valorisent les points forts. On cultive moins la notion d’échec.[...]
Lire la suite de l’article

Le gouvernement hésite sur les moyens à donner aux ZEP
epuis près de vingt-cinq ans, l’Etat affirme "donner plus à ceux qui ont moins" grâce à la politique des zones d’éducation prioritaires (ZEP). Cette volonté est-elle réellement mise en oeuvre ? Avec l’extension progressive du dispositif, qui touche aujourd’hui plus d’un écolier et collégien sur cinq, la discrimination positive apparaît en réalité assez modeste. Les quelque 600 millions d’euros consacrés chaque année à cette politique sont en effet censés réduire les inégalités subies par 1,7 million d’élèves (400 millions d’euros) et compenser la pénibilité du travail pour plus de 150 000 enseignants (200 millions d’euros).
Face à la crise des banlieues, dans l’idée d’améliorer "l’égalité des chances", le gouvernement, par la voix du premier ministre, Dominique de Villepin, a promis "une réorganisation et une relance" de l’éducation prioritaire. Le ministre de l’éducation nationale, Gilles de Robien, qui avait fait de ce dossier une de ses priorités, n’a, pour l’heure, donné aucune indication précise sur les pistes qu’il comptait suivre. Plusieurs interrogations majeures doivent encore être levées.[...]
Lire la suite de l’article

Le gouvernement rétablit les crédits aux associations des quartiers sensibles
Trois semaines de crise et un budget pour 2006 en augmentation... de 193 millions d’euros. Le "plan d’action" en faveur des banlieues annoncé en urgence par Dominique de Villepin à la tribune de l’Assemblée, le 2 novembre, a eu pour conséquence immédiate de retarder l’examen de la mission "ville et logement". C’est un budget revu et corrigé qui était discuté, lundi 21 novembre, à l’Assemblée nationale.
Lire la suite de l’article

M. Sarkozy durcit son discours sur les banlieues
La crise des banlieues avait un instant réuni sur la même ligne de fermeté le premier ministre et son ministre de l’intérieur. A l’heure du bilan, ils se séparent à nouveau. Dopé par les sondages qui plébiscitent son action, mais talonné par Dominique de Villepin, Nicolas Sarkozy ne veut rien partager des éventuels bénéfices électoraux de ces vingt nuits de violences. Samedi 19 novembre, devant 2 000 nouveaux adhérents de son parti conviés dans le cadre de l’opération "48 heures pour un mouvement populaire", le président de l’UMP a donné "sa" vision des événements.
Employant une nouvelle fois les mots "Kärcher" et "racaille" ("le vocable était sans doute un peu faible", a-t-il ironisé), le candidat à la présidentielle a radicalisé un peu plus son discours. "La première cause du chômage, de la désespérance, de la violence dans les banlieues, ce ne sont pas les discriminations, ce n’est pas l’échec de l’école. La première cause du désespoir dans les quartiers, c’est le trafic de drogue, la loi des bandes, la dictature de la peur et la démission de la République."
Lire la suite de l’article

Les feux de la haine, par André Glucksmann
[...]Comment désigner ces jeunes et moins jeunes incendiaires ? Un gosse de 10 ans lave la voiture familiale, c’est la Fête des pères. Il tombe sous une balle perdue. Sur les lieux du crime, le ministre de l’intérieur propose de nettoyer la cité "au Kärcher". Autre drame à Argenteuil, il parle de "racaille". Que n’a-t-il pas dit ! L’opposition se déchaîne, c’est normal. La presse aussi, ce qui l’est moins. Pour éviter de regarder le mal en face, on fait de la sémantique : le ministre aurait injurié l’ensemble des cités ! Quand les émeutes éclatent, le gouvernement enfonce le clou, pas mécontent de tenir un mouton noir responsable du chaos. Passons sur les intrigues très fin de règne.
Peut-on ou non user du terme "racaille" et d’autres quolibets non moins dépréciatifs ? Faut-il s’abstenir de toute stigmatisation des incendiaires sous prétexte que des innocents pourraient se sentir visés ? Le sacro-saint souci de ne pas susciter d’"amalgame" fait justement l’amalgame. Il suppose impossible de séparer le bon grain de l’ivraie, donc de distinguer la minorité de l’ensemble.[...]
Pourquoi euphémiser des actes délictueux ? Serait-ce par crainte de reconnaître en eux un peu de nous-mêmes ? Le diagnostic tombe tous azimuts : échec de l’intégration. Et si c’était exactement le contraire ? Les immigrés de première génération ne mettaient pas le feu à leurs bidonvilles autrement sordides. Leurs enfants sont français et se conduisent en Français, y compris quand, avec d’autres Français "de souche", ils ont l’allumette facile. Ils ne sont pas, ce qu’on leur fait croire par racisme compassionnel, les damnés de la terre. L’embrasement des banlieues est l’indice d’une intégration aboutie : tout dépend de comment et à quoi on s’intègre.[...]
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Quotidien du 21/11/05

Rien vu...


Une sélection dans les dépêches du 21/11/05

Un rapport épingle les insuffisances du conseil en orientation
Un rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) critique sévèrement le fonctionnement des centres d’information et d’orientation (CIO), en épinglant notamment le "temps de présence limité des conseillers d’orientation psychologues" (CO-P).
Ce rapport de 118 pages, remis récemment au ministre de l’Education nationale, comprend un état des lieux général, des témoignages de conseillers d’orientation psychologues et de chefs d’établissement, et prône "de profondes réformes".
Lire la suite de l’article

Sarkozy veut prévenir la délinquance dès le plus jeune âge
Le plan de prévention de la délinquance du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, vise notamment à repérer très tôt, dès l’enfance, des "troubles du comportement" qui seraient précurseurs de la délinquance.
"Ce n’est pas quand un adolescent de 15 ans est devenu un délinquant multirécidiviste qu’il faut commencer à se préoccuper de son cas. Il faut donc agir le plus tôt possible, en direction des enfants, mais aussi des parents, qu’il faut aider à exercer leurs responsabilités avant qu’ils ne soient totalement dépassés", explique Nicolas Sarkozy dans un entretien à la Gazette des Communes.
Dans un rapport très décrié et récemment remis à Nicolas Sarkozy, le député UMP Jacques-Alain Bénisti jugeait "primordiale" la "période des trois premières années de la vie et des trois années suivantes".
Lire la suite de l’article

Le Snes-FSU appelle lycées et collèges à la grève jeudi
Le premier syndicat des lycées et collèges, le Snes-FSU, a appelé lundi dans un communiqué à un mouvement de grève pour jeudi dans le cadre de sa "mobilisation contre les projets du gouvernement".
Lire la suite de l’article

"Supprimer les prestations ne favorise pas l’assiduité", selon le SNUipp-FSU
Le SNUipp-FSU a estimé vendredi que "supprimer les prestations ne favorise pas l’assiduité", après la suggestion du ministre de l’Intérieur que les maires puissent croiser des informations sur l’assiduité des enfants à l’école et les prestations versées aux familles.
Lire la suite de l’article

Samuel Morville jugé en appel, confirmation de la condamnation demandée
L’avocate générale Marie-Jeanne Vieillard a requis vendredi devant la cour d’appel de Paris la confirmation de la condamnation à cinq mois de prison avec sursis prononcée en première instance contre Samuel Morville, l’un des leaders de la coordination lycéenne. Interpellé lors d’une manifestation à Paris le 31 mars, Samuel Morville, qui était à l’époque élève de terminale ES au lycée Sophie Germain (IVe), est accusé d’avoir insulté et craché sur un commissaire de police qui encadrait les forces de l’ordre ce jour-là.
Lire la suite de l’article

Un collectif publie un "Programme" pour enseigner la non-violence à l’école
Un collectif d’associations mobilisées dans le cadre de la "décennie 2001-2010 de promotion d’une culture de paix et de non violence" décrétée par l’ONU, a présenté vendredi lors d’un colloque au Sénat un livre "Programme" pour l’éducation à la non-violence et à la paix à l’école.
Lire la suite de l’article


Pour en savoir plus

L’indispensable café pédagogique

Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)

La maison des enseignants

Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr

Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation