Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 21 avril 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 21 avril 2014

Rumeurs, complots et information - Numérique et changement - Une bonne nouvelle


Une petite revue de presse pour vous aider à digérer le chocolat. Numérique, complots et rumeurs nous rappellent que l’éducation aux médias est un devoir essentiel de l’École. Et puisque c’est férié, nous conclurons par une bonne nouvelle, ce qui n’est pas si fréquent.


Rumeurs, complots et information

Les sites d’information parodiques se multiplient. Après le grand ancêtre Désinformation.com sont venus Le Gorafi, Le Courrier des Échos, le Bilboquet Magazine, sans oublier le très spécialisé Édukactus déjà évoqué dans cette revue de presse. Souvent, le meilleur des articles réside dans les commentaires. Si certains y jouent la surenchère au quarante-troisième degré, le nombre de lecteurs qui n’ont absolument pas compris où il se trouvaient fait peine à voir. Ce n’est pas pourtant faute d’avoir été prévenus. Même Madame Boutin s’était fait prendre la main dans la confiture en février dernier quand elle prenait un tweet Gorafien pour une lanterne.
En attendant, vous pourrez choisir de vous informer par le biais qui vous semblera le plus pertinent sur l’affectation en qualité de fonctionnaire stagiaire des lauréats des concours et des examens professionnalisés du second degré - rentrée 2014, soit en lisant la note de service n° 2014-050 du 10-4-2014 soit en vous référant à l’enquête exclusive publiée par Le Courrier des Échos : Au cœur du système d’affectation de l’Éducation Nationale. je vous accorde que l’une est plus drôle à lire que l’autre.

"Benoit Hamon et les épinards : ce que révèle l’information parodique". Comme le remarque Lucien Marbeuf sur son blog "L’instit Humeur", le fait que certains puissent encore prendre au sérieux ces publications nous montre tout le chemin qui reste à parcourir en matière d’éducation aux médias. Pourquoi ne pas les utiliser d’ailleurs ?
"Les sites d’information parodique sont un merveilleux outil d’éducation aux médias : parce qu’ils reprennent leurs codes à la perfection, parce qu’ils jouent avec la réalité et avec l’actualité en les détournant, ils nous forcent à nous poser des questions importantes sur la crédibilité et la crédulité et à nous positionner dans le flux ininterrompu de données informatives."

Quand il s’agit de blagues de potaches, ce n’est pas grave. Mais il est plus difficile de démonter les "théories du complot". Le Monde est allé rencontrer les élèves d’un Club-Journal (dont on pourrait à priori penser qu’ils sont déjà sensibilisés à la question !) pour les interroger sur les "Illuminati", secte ultra secrète sensée dominer le monde. Difficile de les faire démordre de leur existence, entre complot franc-maçonnique et protocole des sages de Sion, les idées nauséabondes qui sous-tendent ces délires conspirationnistes ne les rebutent pourtant pas.
La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) se dit d’ailleurs « attentive et préoccupée ». Elle a été interpellée par des parents inquiets, mais ne peut lancer d’enquête : il n’y a ni gourou, ni pratique, ni lieu.

La désinformation, vous vous en souvenez, c’est une enseignante de l’école Blotterie de Joué-Lès-Tours qui en a fait les frais. Instrumentalisés, les parents ont tenus à se réunir pour faire le point, ainsi que nous le raconte La Nouvelle République.
"Lors de cette rencontre, précisent les parents élus, la maman de la petite fille a décidé de témoigner de la non-véracité des faits et des bouleversements engendrés dans leur famille."
On imagine aisément les bouleversement engendrés dans la vie de l’enseignante....
On pourra également lire un article de soutien à cette collègue sur le site du Huffington Post.

La maîtrise des médias numériques est devenue indispensable et tout le monde devrait en être convaincu. D’ailleurs, le président russe le sait bien puisqu’il a en projet de mettre les élèves et les enseignants sous surveillance via internet dans le cadre de la surveillance anti-terroriste. On comprend que comme nous le précise Libération, "La communauté éducative s’alarme."

Rudyard Kipling aurait été le créateur de la célèbre maxime "La première victime de la guerre, c’est la vérité". En Ukraine, rumeurs, manipulations et guerre de l’information est le titre d’un article publié dans Le Monde.
"Chaque jour, des dizaines de site « d’information » locaux ou nationaux relaient – ou inventent – des rumeurs qui visent à enjoliver les victoires ou à discréditer l’adversaire."
Si nous voulons la liberté pour nos élèves, nos futurs concitoyens, la maîtrise des médias numériques est une condition insuffisante certes, mais nécessaire.


Numérique et changement

Changera, changera pas ? La grande maison Éducation Nationale parviendra-t-elle à vivre avec son temps, c’est à dire à former les citoyens du XXie siècle ? Rien n’est moins sûr pour Emmanuel Davidenkoff, directeur du magazine "L’Etudiant" et chroniqueur à France Info, qui publie un ouvrage intitulé "Le tsunami numérique".
Internet va-t-il terrasser l’Education nationale ? c’est sous ce titre que Le Nouvel Obs nous présente cet ouvrage.
"Le numérique est un révélateur à la lumière duquel Davidenkoff se demande si le mammouth français va survivre, empêtré dans sa lenteur à évoluer.
L’internet ouvre une nouvelle voie d’accès de tous au savoir, qui remet en cause le dogme élitiste de notre système éducatif. "L’écosystème qui a converti en quelques décennies des milliards d’êtres humains au smartphone et à Internet a mis toute sa puissance de travail et d’innovation au service d’un objectif : réinventer l’éducation", résume l’auteur en introduction
."

JPEG - 83.1 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Dans son blog, Jean-Michel-Zakhartchouk continue son étude des Propositions Fillon sur l’école "en abordant comme promis les trois autres thèmes : la formation des enseignants, les modes de gouvernance et un point particulier sur le numérique". Et l’auteur de conclure : "on est loin d’avoir un ensemble à la hauteur des défis de l’école de demain. (...) On est quand même bien loin de la pédagogie du futur qui permettrait aux inégalités scolaires de reculer et à l’école française de ne pas s’enfoncer dans la médiocrité…"


Bonne nouvelle

Sefo, le lycéen rom, pourra passer son bac titre La Provence.
l’histoire de ce jeune macédonien de 19 ans (pourquoi d’ailleurs insister sur sa qualité de "rom" dans le titre ?), élève modèle, "avait ému le tribunal administratif de Marseille" pour un dossier "dans lequel la composante humaine est essentielle". Cela sous-entendrait-il que ce n’est pas toujours le cas ?
Scolarisé en terminale ES au lycée Victor Hugo, il vient d’obtenir "une autorisation provisoire de séjour", pour lui et sa famille, victimes de persécution dans leur pays d’origine. Le journal de préciser que "dans ce dossier, la personnalité exemplaire du jeune Sefo, un excellent élève, parlant six langues et se destinant à des études de droit, aura incontestablement joué."
Bonne nouvelle pour Sefo, mais qui laisse un goût amer à la pensée d’élèves moins brillants qui n’auront peut-être pas sa chance...

Bonnes lectures et à demain pour une nouvelle revue de presse.
Mila Saint Anne


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Développer les compétences dans les pratiques documentaires
Hors-série n°27 - juin 2012

La documentation est-elle une discipline d’enseignement au même titre que les autres ? Quelles missions pour le professeur documentaliste parmi ses collègues enseignants, dans l’établissement ? Quelles notions, compétences spécifiques aux pratiques documentaires ?

Travailler sur la presse écrite à l’école
Hors-série n°15 - decembre 2008

La presse écrite a-t-elle encore sa place dans la société ? Comment travailler avec la presse, en comprendre les langages, contribue-t-il effectivement à former l’esprit critique ?