Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 20 septembre 2004


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 20 septembre 2004

Que mettrez-vous dans la loi d’orientation sur l’école promise pour la fin de l’année ?
La rentrée scolaire s’est déroulée dans de très bonnes conditions. Je suis très reconnaissant à la communauté éducative pour sa mobilisation. L’éducation est l’un des grands enjeux de l’avenir de notre pays. Après la phase d’écoute menée par la commission Thélot, nous allons identifier tout ce qui est nécessaire pour améliorer la situation, répondre aux attentes des enseignants, des parents et des élèves. Notre objectif prioritaire est de lutter contre l’échec scolaire parce que l’échec d’un élève, c’est l’échec de l’ensemble du système éducatif : chaque jeune doit se voir offrir un parcours de réussite. Nous avons besoin d’une école moderne : aujourd’hui, lire, écrire, compter sont des savoirs fondamentaux, mais ils ne suffisent plus. Il faut dorénavant que dès le primaire les élèves se familiarisent avec les langues vivantes et avec l’informatique.
C’est Jean-Pierre Raffarin qui répond ainsi à cette question dans une interview parue dans le Figaro.
On peut lire aussi une interview de François Fillon dans le Parisien et des échos dans le Monde de cette même interview

Bonne Lecture...

Libération du 20/09/04

Ecole : années inégales
Livre. Un constat grave sur les failles du système scolaire français.

L’Ecole des chances, de François Dubet, éd. du Seuil, 96 pp., 10,50 €

Poser à l’enseignement français la question de l’égalité inscrite aux frontons de ses établissements (de moins en moins souvent, il est vrai) réclame plus de mauvais esprit qu’il ne semble. François Dubet, sociologue spécialiste de l’enseignement, évite les postures justicières mais son constat n’en prend que plus de gravité : le système éducatif français est globalement inégalitaire et, surtout, il l’est bien plus qu’il est inévitable qu’il le soit. [...]
Un système se juge sur le sort de ses éléments les plus défavorisés : « le fait que les vainqueurs soient désignés de manière juste ne signifie pas que la condition des perdants soit juste, elle aussi ». Dubet propose la définition d’une culture commune minimum, conçue comme un droit et destinée à « atténuer les effets inégalitaires de la compétition méritocratique en garantissant quelque chose de commun à tous les élèves ». Pour cela, il faudrait « construire véritablement un collège unique ou un collège pour tous  », à la place de celui qu’on n’a « ni voulu ni pu faire » et dont l’auteur juge les jours comptés.
Lire la suite de l’article

Roland Veuillet, ou l’individu contre le néolibéralisme
Par Philippe CORCUFF

Roland Veuillet est conseiller principal d’éducation en lycée. A la suite de la grève des surveillants et des aides-éducateurs de janvier 2003, ce militant du syndicat Sud Education a été sanctionné et muté de Nîmes à Lyon, loin de sa famille et de ses enfants. Roland n’a pas accepté cette mesure arbitraire orientée contre le droit de grève et entachant son intégrité personnelle. Alors, marathonien, Roland a couru pour protester. Pendant les périodes de congés scolaires, il a parcouru environ 5 000 km en un an : de Nîmes à Lyon, autour du ministère de l’Education nationale, etc. Mais rien n’y a fait.[...]
Le combat de Roland est exemplaire quant au statut nouveau de l’individualité dans les combats contre le néolibéralisme. Tout, d’abord, parce qu’il met en évidence que ce néolibéralisme continue à promouvoir un individu passif, soumis, standardisé, coincé entre la réduction marchande de ses capacités et l’arbitraire des grandes bureaucraties privées et étatiques. Face à cela, Roland incarne la résistance de l’individualité méprisée.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 20/09/04

Voile à l’école : une centaine d’irréductibles
La phase de dialogue s’achève. A partir de cette semaine, les quelque 100 élèves refusant toujours d’ôter leur signe religieux ostensible à l’école seront peu à peu convoqués en conseil de discipline. Ces derniers se tiendront huit à dix jours plus tard.
Mais, avant de lancer la procédure d’exclusion, les établissements doivent transmettre les dossiers au service juridique du ministère. Car l’application de la loi est entrée dans sa phase judiciaire. L’Education nationale sait que les opposants à la loi entendent mener bataille dans les prétoires.
Pour limiter les revers, le ministère a décidé de passer en revue les dossiers des élèves réfractaires. « Nous vérifions chaque fois si le dialogue a été bien mené, si les éléments de preuve sont réunis », dit-on au cabinet de François Fillon. Les chefs d’établissement concernés doivent fournir des verbatim, des notes, des emplois du temps, pour prouver leur implication. Si ces précisions manquent, le dossier devra être complété. Il s’agit donc d’une véritable mise à niveau juridique
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 20/09/04

Rien vu...


Le Parisien du 20/09/04

François Fillon : « La laïcité a gagné »
« Au débat, la loi sur la laïcité est apparue comme un débat marginal. Aujourd’hui, elle apparaît comme le symbole du coup d’arrêt au processus de la montée des communautarismes. Il y aura un avant et un après-septembre 2004. Les responsables de certaines organisations musulmanes, au départ contre la loi et qui ont finalement appelé à la respecter, auront du mal à faire machine arrière.[...] »
Lire la suite de l’article

Voix express(réalisée auprès de professeurs) : La rentrée s’est-elle mieux passée que l’an dernier ?
Marc-Emmanuel Mage 37 ans prof de lettres classiques Gretz-Armainvilliers (77) « Le dossier du voile cette année, c’est de la poudre aux yeux. L’attention s’est focalisée dessus, et le gouvernement a pu dire que la rentrée s’était bien passée. Cela permet de passer sous silence les autres problèmes. Le sureffectif par exemple, comme dans mon collège, où tous les emplois du temps ont été changés une semaine après la rentrée parce qu’il fallait créer une nouvelle classe de 3 e  »
Lire la suite de l’article


La Croix du 20/09/04

Rien vu...


20 minutes du 20/09/04

Plus que 101 élèves voilées
Lire la suite de l’article

Wattrelos redécouvre ses jeux
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 11/09/04

Loi sur la laïcité : M. Fillon satisfait malgré 101 cas "problématiques"
Le ministre de l’éducation nationale a défendu son bilan sur l’application de la loi interdisant les signes religieux à l’école, dimanche 19 septembre sur Europe 1, puis lundi 20 septembre, dans Le Parisien. "Aujourd’hui, la loi sur la laïcité apparaît comme le symbole du coup d’arrêt au processus de la montée des communautarismes.
Il y aura un "avant-rentrée 2004" et un "après-rentrée 2004
", a ainsi affirmé François Fillon, moins de trois semaines après la reprise des cours par 12 millions d’élèves. "Les responsables de certaines organisations musulmanes, au départ contre la loi et qui ont finalement appelé à la respecter, auront du mal à faire machine arrière", a-t-il ajouté.[...]
Sur Europe 1, M. Fillon a par ailleurs affirmé que "le lundi de Pentecôte reste la référence"pour fixer la journée de solidarité créée par le gouvernement, après la canicule de l’été 2003, afin de financer le plan dépendance pour les personnes âgées et handicapées. "Le premier ministre a dit que ce serait le lundi de Pentecôte sauf si les recteurs le pensaient autrement. Ma préférence va pour une journée de solidarité clairement comprise par tout le monde", a-t-il précisé. En clair, ce sera le lundi de Pentecôte pour tous, sauf pour ceux qui voudront faire autrement...
Lire la suite de l’article

A Mantes-la-Jolie, une centaine de personnes défilent pour la réintégration de quatre lycéennes voilées
Lire la suite de l’article