Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 20 février 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 20 février 2017

A faire et à venir — Privé

Dernière semaine de vacances pour les uns et reprise pour les autres l’actualité éducative se réveille tout doucement par des idées à faire et à venir. Et puis le "privé" se conforte.


A faire et à venir

Pourquoi il faut supprimer les classes prépas, Normale Sup et l’agrégation par Fabrice Bouthillon, agrégé d’histoire, normalien, professeur des universités à Brest, auteur de "l’Impossible université" qui vient de publier un livre. L’article remonte aux origines de nos particularités.

L’efficacité des Rased mise en cause par une étude. “Les réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased) vont-ils faire à nouveau les frais de la probable alternance politique ? C’est ce que craignent les associations d’enseignants spécialisés après la publication par l’IREDU d’une étude qui met en doute leur efficacité. Réalisée par Claire Bonnard, Jean-François Giret et Céline Sauvageot, l’étude point une recrutement trop large des élèves, un effet d’étiquetage néfaste à leur carrière scolaire et des résultats neutres ou négatifs. Les associations de maitres des Rased pointent des failles dans l’étude et craignent des suites politiques. Des enseignants du premier degré sont inquiets.”

La scolarité obligatoire de 3 à 18 ans bientôt expérimentée en Outre-Mer. “La scolarité obligatoire de 3 ans à 18 ans devrait être expérimentée dans l’Outre-Mer, à la rentrée 2018. Mais cette extension de la scolarité sera-t-elle facile à mettre en oeuvre ?

Quels enjeux éducatifs pour 2017 ? Premières pistes..., une mise en garde sur le site de Philippe Meirieu : “Mettons l’éducation au cœur des débats politiques, mais sachons, au-delà des catalogues de mesures, en voir les enjeux de société. Bref, sachons faire de la politique.”

L’avenir de nos jeunes, est-ce important ? L’orientation scolaire et professionnelle n’est pas un luxe, mais une nécessité. Mais c’est Luc Gélinas Président de l’Association des conseillères et des conseillers d’orientation du réseau scolaire du Québec qui pose cette question. “La formation professionnelle, la formation préuniversitaire ou technique, quel choix faire ? Les choix et les particularités par établissement sont multiples en 2017. Pour les accompagner et les orienter vers un choix qui répondra à leurs aspirations et leurs besoins, il est impératif d’avoir accès à des professionnels en choix de carrière. Ont-ils la possibilité d’être accompagnés pour faire le meilleur choix ? Peuvent-ils être rencontrés et guidés par un conseiller d’orientation (C.O.) ?


Privé

Montessori, Freinet  : ces alternatives à l’école publique. “Sur les réseaux sociaux, dans les milieux éducatifs ou dans les ouvrages pour parents, la “bienveillance éducative” a un succès fou. Les jardins d’enfants et écoles aux pédagogies alternatives se multiplient pour répondre à la nouvelle demande.” Article bien sûr “non-public”, réservé aux abonnés !

Thomas Blettery (Ashoka) : « Nous ne nous situons pas en opposition au système public, mais au contraire à ses côtés ». Thomas Blettery est responsable du programme éducation de l’association Ashoka France. “Nous ne nous situons pas en opposition au système public mais au contraire à ses côtés. Nous identifions et soutenons, sans aucun dogme, les innovations qui «  marchent  » et sont susceptibles de faire tache d’huile, sans pour autant prôner une quelconque privatisation du système. Nous sommes convaincus que des innovations qui ont le potentiel d’améliorer l’écosystème éducatif peuvent aussi émerger à la marge de celui-ci, et qu’on aurait tort de s’en priver. Pour être autant que possible représentatifs du contexte éducatif français, nous portons d’ailleurs aujourd’hui nos efforts sur l’identification d’établissements scolaires publics en REP et dans le secondaire, encore trop peu représentés au sein du réseau Ashoka, et ce avec l’appui du ministère.”

L’enseignement supérieur privé, un marché à deux vitesses par Cécile Peltier. “Le marché de l’enseignement supérieur privé français a aiguisé l’appétit des fonds d’investissement. Mais le vent pourrait tourner, selon Serge Nicolas, senior advisor chez Odyssey Education Group, groupe d’investissement et de conseil. Entretien en amont de la conférence EducPros du 23 février 2017.”

Bonnenote.fr, le site qui fait vos devoirs, crée la polémiqueLe site Bonnenote.fr, qui propose des services éducatifs dont la rédaction payante de devoirs pour collégiens, lycéens et étudiants, est dans le viseur des parents, des élèves et du ministère de l’Education nationale.”

Réinventons l’orientation scolaire par Thierry Debarnot, co-fondateur de digiSchool. “Après le bac, trop d’étudiants changent de cursus ou abandonnent. Il est urgent de repenser l’orientation des élèves, bien avant l’échéance post-bac.”

La pauvreté demeure un obstacle et un défi pour l’école. "Que la France compte 5 millions ou 8,8 millions de pauvres, selon qu’on fixe à 50% ou 60% du revenu médian le seuil de pauvreté, celle-ci se répercute sur les publics scolaires et représente la pointe avancée d’une crise sociale qui n’a cessé de s’approfondir depuis trente  ans."

Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Enseigner les langues aujourd’hui
N° 534 - Enseigner les langues aujourd’hui
Dossier coordonné par Soizic Guérin-Cauet et Hélène Eveleigh
janvier 2017
Apprendre une langue étrangère, c’est à la fois une évidence pour tous et une difficulté pour chacun. Et les études internationales ne font que confirmer que les Français seraient mauvais en langues. Quelles sont les pratiques qui permettent à l’apprentissage des langues vivantes d’être bénéfique pour nos élèves ?

N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

Dossier coordonné par Évelyne Chevigny et Roseline Ndiaye
décembre 2016
L’enseignement des sciences expérimentales s’est considérablement renouvelé. Ces changements ont visé à mettre l’élève au centre, en prenant en compte les travaux de la didactique ainsi que les réflexions sur le bagage intellectuel de base pour tout citoyen du XXIe siècle, au cœur d’une société basée sur les sciences et les technologies.