Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 2 décembre


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 2 décembre

Former ? - Diviser ? - Réunir ?


FORMER ?

À la veille (au sens propre) de la publication des résultats de l’enquête PISA 2013, Éric Charbonnier, expert éducation à l’OCDE, évoque les ESPÉ dans une interview publiée par le site EducPros.fr : "La formation en ESPÉ se rapproche des recommandations de l’OCDE". Pour lui, "Il était nécessaire de revoir la formation, atypique, des enseignants en France. Jusqu’ici, nous suivions un modèle "consécutif" : la formation académique était suivie d’une formation pédagogique après le passage d’un examen. Un modèle en voie de disparition.
Dans la plupart des pays de l’OCDE, le modèle utilisé est dit "simultané" : les deux formations sont dispensées en même temps. C’est ce que proposent les ESPÉ aujourd’hui : savoirs et savoir-faire sont liés, enseigner est reconnu comme un véritable métier qui s’apprend. On se rapproche des recommandations de l’OCDE et de la réforme que la Finlande a menée dans les années 1970.
" Il évoque aussi la nécessité de renforcer la formation continue des enseignants pour leur permettre de bénéficier également de ce type de formations.

« Le cerveau est préorganisé pour la lecture » peut-on lire dans Le Monde. C’est ce qu’affirme Stanislas Dehaene, professeur au Collège de France et récipiendaire aujourd’hui du Grand Prix de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). "Comment le cerveau de l’enfant apprend-il à lire ou à calculer ? D’où viennent les compétences uniques du cerveau humain ?", autant de sujets passionnants sur lesquelles les neurosciences apportent un éclairage nouveau.


DIVISER ?

La réforme de l’Éducation Nationale continue de diviser. Entre Jean-Pierre Raffarin qui reproche au gouvernement, de vouloir "casser" les filières d’"excellence" (à lire sur le site d’Europe1), les syndicats d’enseignants et associations de classes préparatoires qui ont déposé un préavis de grève pour le 9 décembre et
Dans son blog "C’est classe", Véronique Soulé, journaliste de Libération parle carrément de "divorce" entre Vincent Peillon et les profs de prépas, on sent bien que Vincent Peillon a touché là un sujet sensible.
"Pourquoi les profs de prépa sont-ils mécontents ?" Le Nouvel Observateur tente de faire le point. Outre les pertes de salaires mises en avant, ils considèrent en outre [cette modification de leurs rémunérations] comme une manifestation de "mépris" à leur égard, en les faisant passer pour des privilégiés mis artificiellement en opposition avec leurs collègues de ZEP.
Pourtant le ministre ne ferait que suivre les conseils de la Cour des Comptes qui en mai 2013, (...) avait déjà pointé un système jugé injuste dans lequel les agrégés de prépa gagnent en moyenne 28% de plus qu’en lycée.

La grogne ne retombe pas non plus dans l’enseignement primaire et Libération pointe quelques contradictions qui apparaissent dans un sondage commandé par le SNUipp : Sur le dossier très sensible des rythmes scolaires, les résultats interpellent : seuls 6% des sondés approuvent la réforme telle qu’elle a été conçue par le gouvernement (raccourcissement des cours l’après-midi, et classe le mercredi matin), mais 80% estiment que les rythmes scolaires doivent effectivement être revus.

JPEG - 67.8 ko
Le dessin de Fabien Crégut


Le syndicat reproche à Vincent Peillon de "ne pas avoir concrétisé sa promesse de donner « la priorité au primaire » et d’avoir déçu. Il réclame la suspension de la réforme qui doit se généraliser l’an prochain, l’ouverture de discussions pour en définir « une autre »..." et appelle à la grève le 5 décembre.


RÉUNIR ?

Si l’union fait la force, on peut garder l’espoir de voir l’Éducation progresser.

Educavox présente la visite de Vincent Peillon au Lycée Suger de Saint Denis (93) où se signait la convention Éducation entre les académies franciliennes et la Région Île de France a été l’occasion de mettre en lumière la labellisation du Campus des Métiers et des Qualifications de la création numérique qui s’installe en Île-de-France : "Partout où on travaille ensemble, on travaille bien !". Et c’est bien ici le cas puisque il s’agit de se placer "au cœur du redressement productif des territoires en regroupant en un même lieu ou en réseau des établissements d’enseignement secondaire et d’enseignement supérieur, et en associant, au sein d’un partenariat renforcé, des entreprises, des laboratoires de recherche et des associations à caractère sportif et culturel."

C’est ce qu’ont fait également pendant cinq ans des historiens "méditerranéens" qui publient enfin le résultat de leurs travaux dans un manuel destiné aux enseignants."Méditerranée : une histoire à partager" propose une approche radicalement nouvelle élaborée à partir d’un point de vue régional qui n’entend pas se substituer mais compléter des enseignements nationaux encore trop souvent centrés sur des logiques nationales voire arabo-islamique ou européennes. Il tient compte de l’évolution récente de la discipline historique et s’inscrit en particulier dans les mouvements de l’« histoire mondiale » ou « connectée ». Une présentation est en ligne sur le site Marseille Provence 2013, capitale de la culture européenne.

À demain pour une nouvelle revue de presse, avec Laurent Fillion.

Mila Saint Anne


JPEG - 59.9 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques


Hors-série numérique n°16 (mars 2009) "Les rythmes scolaires"

Hors-série numérique n°33 (novembre 2013) "Enseignant : quel métier !"