Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 1er février 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 1er février 2016

Réforme — Numérique — Réflexions —


Lundi, premier jour de février, et approche des vacances pour certains, temps calme sur l’éducation, ou alors j’ai raté quelque chose, ce qui est toujours possible. Y aura tout de même quelques petites infos sur les réformes, le numérique, et quelques réflexions plus générales.


Réformes

Le Café pédagogique nous annonce une bonne nouvelle : Le lycée professionnel réintroduit dans les projets gouvernementaux. “Le dédain envers le lycée professionnel c’est fini ? Après de nombreuses déclarations en faveur de l’apprentissage, le gouvernement semble redécouvrir le lycée professionnel. A l’occasion des 30 ans du bac professionnel, au lycée Desprez de Paris, la ministre de l’éducation nationale a souligné les points forts du lycée professionnel. "C’est ce que je demande au président.. Dans nos discours il faut avoir des ambitions pour tous les types de formation en alternance aussi bien l’apprentissage que le lycée professionnel qui sont tout aussi performants". Au passage elle a annoncé des mesures qui font grincer des dents du coté des proviseurs comme la réorientation possible en début de 2de pro.”

Pendant ce temps, L’OZP a été reçu par Florence Robine, directrice générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) : le compte rendu détaillé de l’entrevue.

Et les opposant à la réforme ont une nouvelle recrue : Réforme de l’éducation : "une offense", pour François Bayrou. “Le responsable du MoDem fustige la suppression des classes bilangues en province, alors qu’elles sont conservées à Paris "par connivence sociale", selon lui.”


Numérique

La presse du numérique se fait l’écho d’un débat.
L’accord Microsoft-Éducation nationale fait (encore) des vagues. "Des entreprises jugent illégal ce partenariat signé fin novembre et qui n’a pas donné lieu à un appel d’offres. Elles veulent porter l’affaire en justice."

JPEG - 35.4 ko
“Partenariat Microsoft / EN” par Geneviève Brassaud

L’Education nationale sous influence américaine entre Cisco et Microsoft. “Cisco et Microsoft. Deux géants américains, deux accords avec l’Education Nationale qui donnent un large accès pour ces sociétés privées aux personnels, aux décideurs et aux élèves des écoles françaises. Les deux entreprises n’ont pas à débourser le moindre centime, hormis leurs frais de consultants chargés de présenter leurs solutions aux personnels de l’éducation nationale.”

Open Source : le collectif EduNathon menace d’attaquer l’Éducation Nationale pour favoritisme.

Le logiciel libre demande l’annulation de la convention Microsoft Éducation.

Un recours demande l’annulation du partenariat entre Microsoft et l’Éducation Nationale. "Le partenariat très léger signé entre Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation Nationale, et Alain Crozier, président de Microsoft France, est menacé d’annulation suite au recours du collectif EduNathon. (Crédit D.R.)" “Le collectif EduNathon, qui regroupe le CNLL et les associations La Mouette et Ploss-RA, a déposé un recours gracieux contre une décision de la ministre de l’Éducation Nationale et menace de saisir le tribunal administratif pour annuler un partenariat contesté passé sans aucun appel d’offre avec Microsoft France.”

Et de son côté, Apple rachète la startup LearnSprout spécialisée dans le secteur de l’éducation.

“LearnSprout développe des logiciels permettant à l’enseignant de suivre les progrès de ses élèves et leurs résultats, ou encore organiser des objectifs de performance. Avec l’arrivée du multi-compte sur iOS 9.3 en mars prochain, un iPad pourra être utilisé par plusieurs élèves avec chacun sa propre session. Il est donc fort probable de voir de nouvelles applications débarquer dessus prochainement.”

Et concernant Minecraft Education Edition, Microsoft mise sur C++ plutôt que Java pour écrire la nouvelle version de Minecraft Education Edition. Gage de plus de rapidité ?


Réflexions

Échec scolaire : il faut agir dès la maternelle. À 11 ou 12 ans, il est déjà trop tard. Par Arlette Bourcier-Mucchielli, Professeur des universités. “Depuis des années voire des décennies, la question est récurrente : comment combattre l’échec scolaire ? Pour Arlette Bourcier-Mucchielli, professeur retraitée des universités et psychanalyste, auteur de "La prévention de la dyslexie à l’école", si toutes les tentatives ont échoué jusqu’à maintenant, c’est parce qu’elles étaient centrées sur le collège. Or il faut agir bien avant, explique-t-elle.”

Jean-Pierre Véran, sur son blog se pose la question suivante : Réduire le décrochage : « pourraient mieux faire » ?Chaque année, en France métropolitaine, cent mille jeunes alimentent une population d’environ 480 000 jeunes de 18 à 24 ans sans qualification. Leur taux de chômage approche 50%. Une récente enquête de la cour des comptes examine les politiques de formation et d’insertion de ces jeunes et propose de les rendre plus efficientes.”

Egalité des chances : Un système scolaire européen nécessaire par Léa Gévaudan. “Connue pour être une valeur européenne, l’égalité des chances est inscrite dans les textes de l’Union européenne. C’est vers une telle vertu que devrait tendre l’Union européenne, en vue de former les jeunes à l’excellence et de manière la plus égalitaire possible. Pour cela, le Conseil de l’Europe avait commencé il y a une quinzaine d’années à lancer une politique commune sur l’enseignement. Pourtant, depuis le processus de Bologne et l’harmonisation des systèmes universitaires européens, l’éducation n’est plus la politique prioritaire de l’Union européenne. Pour quelles conséquences ?” “Néanmoins, la question du modèle sur lequel harmoniser les systèmes éducatifs, et celle de l’acceptation de cette mutation totale reste majeure : le système finlandais étant le plus performants, les Etats vont-ils accepter ce changement de politique et l’abandon de leur système traditionnel ? Parallèlement, D’autres interrogations économiques se posent pour les pays les moins favorisés de l’Union européenne. En effet, ces pays-là sont-ils prêts ; et peuvent-ils tout simplement monopoliser un certain budget afin de mettre une harmonisation en œuvre ? La solution à cela pourrait être la création d’un fonds européen réservé à cet effet, et à cette avancée. Une telle harmonisation serait un réel souffle donné à la cohérence européenne, à sa construction et un grand élan pour l’égalité des chances.”

Prévenir l’embrigadement terroriste par l’éducation à la psychologie du soi par Luc-Laurent Salvador. “L’actualité explique suffisamment que politiciens et scientifiques recherchent des solutions au problème posé par la radicalisation djihadiste. Etonnamment, la prévention ne fait pas encore partie des voies explorées. Comprendre que la radicalisation vient de la fragilisation inhérente à l’adolescence permet d’envisager une forme de prévention basée sur l’éducation aux processus de construction du « soi » et de la « réalité ».”

Et certains agissent, ainsi : Boxchool : l’école qui apporte l’éducation aux populations pauvres. “Imaginée par le studio coréen de design ID+IM Laboratory, Boxchool est une école nomade créée pour donner un accès à l’éducation dans les pays en voie de développement.”

Bonne soirée à toutes et à tous.
Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Pédagogie : des utopies à la réalité

Revue n°525 - décembre 2015
Qu’est-ce qui fait qu’un enseignant, un éducateur, sort des sentiers battus et s’avance sur les chemins de l’expérimentation et de l’innovation ? Qu’est-ce qui le met, l’a mis en mouvement ? Quels sont les utopies, les projets, les rêves, les modèles peut-être qui font entrer dans un collectif, un mouvement pédagogique ?

Tout commence en maternelle
Revue n°517 - decembre 2014
Ils ont entre 2 et 6 ans et ils interpellent la communauté éducative pour qu’elle pense leur école, redéfinisse ses missions, entre épanouissement de l’enfant et apprentissages. Que sait-on aujourd’hui de l’école maternelle ? Quelles sont les attentes ? Qu’y apprend-on et pour quoi ? Avec qui ?