Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 17 octobre


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 17 octobre

Prof et métier - Polémiques - L’éducation dans le monde - Divers


L’actualité éducative aborde aujourd’hui le métier d’enseignant, mais aussi quelques polémiques notamment à propos de la théorie du genre.


Prof et métier

Aujourd’hui parait dans le Café pédagogique une interview de la ministre à propos de la revalorisation PPCR. "La nouvelle évaluation prendra en compte autre chose que l’enseignement stricto sensu. Pourquoi ne pas simplement évaluer un professeur sur son cours ?
L’évaluation doit prendre en compte les différentes dimensions du métier. Bien sûr, l’activité pédagogique est majeure. Mais on ne peut pas ignorer la capacité à travailler en équipe, les relations avec les parents d’élèves et la capacité à installer dans la classe un climat propice aux apprentissages."

Autre sujet sensible : le remplacement des enseignants absents. Dans le JDD on évoque plusieurs pistes. "Le ministère prend donc les devants. Promis, des efforts devraient être faits en matière de transparence. En communiquant davantage avec les familles : "En temps réel, en précisant le motif et la durée prévue de l’absence", avance un membre de la FCPE." Mais quid du secret médical ? On y parle aussi des absences perlées : "Face à ce type d’absence, réagissait la ministre en avril, au bout de la deuxième fois, l’enseignant aura un rendez-vous systématique avec la médecine du travail pour prendre une décision claire pour tout le monde". Pourtant il n’y a pas de médecine du travail dans l’Education nationale...

Le grand « méchant » prof fait un carton sur Twitter.
Il préfère rester anonyme mais ses élèves l’ont démasqué. William B. est le prof qui se lâche le plus sur le Net, n’hésitant pas à railler les jeunes. Décapant. Et ça plaît. Sur Twitter, il est de plus en plus suivi.


Politique et polémiques

A la suite de la réforme du collège et de la suppression d’une partie des bilangues, une polémique se fait jour entre l’ADEAF et le ministère. "Selon l’Adeaf, le nombre d’élèves entre la 6e et la 4e qui apprennent l’allemand est en chute. Faux, répond la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem, qui affirme que l’objectif 2016 est au contraire dépassé."

Claude Lelièvre montre qu’en matière d’éducation, De Gaulle était plus progressiste que les candidats à la primaire de de la droite. "On a en tête les références que l’on peut. La période gaullienne a été marquée, dans le domaine scolaire, par la nouveauté et la prospective. La séquence de la primaire à droite semble devoir être dominée par la régression et la ringardise. Un rappel à l’ordre (historique) s’impose."

Et l’on retrouve encore, dans la foulée de la manif pour tous, une attaque contre les manuels scolaire accusés de propager une soit-disant théorie du genre. "Un collectif de parents, le réseau Vigigender, condamne les manuels d’enseignement moral et civique mais aussi ceux de sciences.
Depuis cinq ans, à intervalles réguliers, rebondit le même procès fait aux manuels scolaires et, à travers eux, à l’école : celui d’être les vecteurs de diffusion, auprès des plus jeunes, d’une prétendue théorie du « genre » qui battrait en brèche la différence entre les sexes, leur « complémentarité ». Bref, l’ordre « naturel ».
"
Deux professeurs de SVT racontent ce qui se passe vraiment dans leurs cours qui font si peur à certains. "Le HuffPost a interrogé deux enseignantes de SVT qui enseignent au lycée Jules Ferry à Paris, Valérie Sipahimani et Lise Schroun, pour qu’elles nous racontent elles aussi l’envers du décor. Au programme, une transmission de connaissances scientifiques et, dans le meilleur des cas, des débats enrichissants entre élèves."

Plus drôle, à la suite de l’interdiction du port du jogging dans certains établissements, Louise Tourret a décidé de faire l’éloge du survet’.
On peut aussi lire à ce sujet le blog de Anne Pedron. "Personnellement, je ne trouve effectivement pas que ce soit la tenue la plus élégante. Mais à vrai dire, l’élégance des élèves, je m’en contrefiche. Leur attitude par contre, non. Le chewing-gum m’horripile, tous comme les élèves avachis ou qui ne disent pas bonjour, et au sommet, ceux qui n’enlèvent pas leur manteau en classe. Parce que ces attitudes là, elles m’empêchent de tisser un lien avec les élèves et par là de faire cours correctement. "


L’éducation dans le monde

Mario Asselin compare l’éducation en Suisse, en France et au Québec au travers de 6 thèmes. Par exemple pour la différenciation pédagogique : "Si la France, la Suisse et le Québec ne sont pas entrés au même moment dans le débat sur l’utilité de différencier sa pédagogie dans une même classe pour favoriser la réussite éducative de tous ses élèves, l’équation reste à résoudre pour tous les enseignants de ces espaces francophones."

Jean-Pierre Veran aborde la question de la crise de confiance dans l’école. "Le dernier numéro de la Revue internationale d’éducation fait apparaître dans onze pays de tous les continents la crise de confiance de/en l’école, mais aussi les possibilités ouvertes de reprendre confiance en s’appuyant notamment sur la coopération de tous et sur le rôle actif des élèves."

Dans la Lettre de l’éducation, Nicole Catheline fait le point sur l’interdisciplinarité. « Associer des disciplines différentes développe les capacités de raisonnement »


Divers

Pour la ministre, il faut apprendre le code comme une langue vivante. "Il nous faut absolument démystifier le code", lance celui qui est aussi un membre très actif de la communauté Raspberry Pie. Car derrière la vulgarisation de cette discipline transversale à plein d’autres se cache un défi de taille : montrer aux gens qu’ils n’ont pas besoin de connaissances techniques pour bidouiller... et leur faire comprendre qu’essayer, c’est déjà (être curieux et donc) gagner. "

A lire : Evolutions de l’apprentissage : entre mutations structurelles et effets régionaux "L’apprentissage progresse entre 1997 et 2008, mais l’expansion diffère selon les régions. De même, sa progression dans les différents métiers est hétérogène. Son évolution résulte en effet d’une combinaison complexe dans laquelle interviennent les mutations du système productif, les contextes et les choix régionaux en matière de formation professionnelle, ainsi que les politiques nationales. Entre 2008 et 2011 l’apprentissage résiste bien à la crise, mais subit les effets de la rénovation de la voie professionnelle."

Géraldine Duboz


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Les parents et l’école, trente ans de réflexion


Hors série numérique 41
Coordonné par Guy Lavrilleux
La question des relations entre les parents d’élèves et l’école n’est pas nouvelle. Les Cahiers pédagogiques en parlent et y réfléchissent depuis plus de quarante ans. Ce nouveau hors-série numérique est constitué d’articles tirés de nos archives des trente dernières années, pour mettre en perspective enjeux et débats d’hier et d’aujourd’hui, pointer les problématiques qui perdurent mais aussi des pistes pour aller vers plus de dialogue et de coéducation.

Débuter dans l’enseignement

Hors série numérique 43
Coordonné par Catherine Rossignol et Sylvain Connac
Selon Freud (1937), avec gouverner et soigner, éduquer serait un métier impossible. Pourtant, des milliers de jeunes (et moins jeunes) choisissent chaque année l’enseignement pour profession et désirent s’y engager. Ce dossier des Cahiers pédagogiques leur donne la parole, ainsi qu’à leurs formateurs et partenaires.