Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 17 décembre 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 17 décembre 2018

Censure ? - Réforme du bac - Supérieur - Ailleurs

Les réformes diverses du ministre de l’éducation font couler beaucoup d’encre, que ce soit à propos de la liberté d’expression des enseignants ou à propos de la réforme du bac. On s’inquiète aussi de l’égalité des chances dans le supérieur. On finit avec quelques nouvelles de l’éducation en dehors de France.


Censure ?

Dans le projet de loi qui doit être examiné en janvier, un article crée la polémique. Le ministre veut-il censurer les enseignants ?
Jean-Michel Blanquer rappelle aux enseignants leur devoir de réserve
« Une disposition du projet de loi sur « l’école de la confiance » suscite les craintes de certains syndicats, qui redoutent que le ministre de l’Éducation ne veuille faire taire toute critique sur l’institution scolaire.
Le ministre de l’Éducation nationale veut-il faire taire les enseignants, prompts à donner leur avis, parfois très virulent, sur les réseaux sociaux ou dans les salles de profs ? C’est ce que craignent les syndicats, circonspects au sujet d’un article du projet de loi Blanquer sur « l’école de la confiance ». »

La réaction de Claude Lelièvre :
Le capitaine de réserve Blanquer assigne les enseignants à une obligation de réserve
« Le capitaine de frégate (de réserve) Jean-Michel Blanquer n’est pourtant pas exemplaire en la matière tant il multiplie les « annonces » et les « révélations » dans les médias ; mais il se permet néanmoins de renvoyer les enseignants à une ’’obligation de réserve’’ pour le moins problématique. »
Et celle de Jean-Charles Geslot
Encadrer la parole enseignante ? Il y a 150 ans déjà…
« [...]Les ministres passent, mais un fait demeure : la suspicion d’une partie de l’opinion contre un monde professoral partial, partisan (entendez trop « à gauche » – les profs de droite apprécieront). Un lieu commun qui semble trouver de l’écho jusqu’au sein de l’administration supérieure, où elle se traduit par des préventions contre la parole enseignante jugée trop libre, non plus parce qu’elle est susceptible de ternir l’image du monde éducatif, mais parce qu’elle compromet celle… du ministre et de ses réformes.
Ainsi, l’usage des libertés démocratiques par le corps enseignant continue, comme il y a 150 ans, à poser un problème à la rue de Grenelle. On pourra cependant regretter, ou pour le moins s’étonner, qu’à un même problème, le ministère veuille appliquer les mêmes méthodes : la censure et l’intimidation. »


Réforme du bac

Autre sujet problématique pour le ministre : la réforme du bac, au moment où l’on dévoile que le choix des spécialités ne sera pas égal sur tout le territoire.
Réforme du lycée : la liste des spécialités bientôt dévoilée
« Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a annoncé ce dimanche lors du Grand rendez-vous Europe1/Les Echos/CNews que la liste des spécialités proposées dans chaque établissement sera dévoilée « à partir de mardi ». Les élèves, qui passeront ou redoubleront leur première, devront en choisir trois parmi douze. A raison de quatre heures hebdomadaires par matière, elles s’ajouteront aux 16 heures de tronc commun.
Problème, on sait depuis la rentrée que toutes ne seront pas proposées partout. Chez les lycéens, mais aussi leurs familles, la crainte est de devoir changer d’établissement pour suivre les dominantes qui les intéressent. Ou, à défaut, de cocher des cases qui leur fermeront ensuite les portes de formations dans le supérieur. »

Bac : « L’Education nationale ne pourra pas assurer une offre raisonnable sur tout le territoire »
« Les nouvelles spécialités prévues dans le cadre du bac 2021 ne seront pas accessibles à tous, faute d’un nombre suffisant d’enseignants, relève dans sa chronique le chercheur Philippe Askenazy. Cela va à l’encontre de l’égalité des chances promise lors de la campagne du président Macron. »

Éducation : pourquoi la réforme du bac inquiète les lycéens
« De nombreux lycéens dénoncent la nouvelle formule du baccalauréat. Ils rencontrent ce lundi 17 décembre Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale. »


Supérieur

Ce que rapporte l’éducation gratuite. Entretien avec Philippe Aghion
« Professeur au Collège de France, spécialiste des théories de la croissance et auteur de plusieurs articles et rapports sur l’enseignement supérieur, Philippe Aghion défend la nécessité d’augmenter le financement de l’université sans avoir recours à une hausse des frais d’inscription. »

Égalité des chances – l’accès à l’université est-il plus inégalitaire en France qu’ailleurs ?
« Comme le montre l’étude PISA, les inégalités dans le niveau de performance des élèves sont fortes en France et se sont creusées depuis 10 ans, alors même que l’insertion professionnelle des jeunes les moins qualifiés est toujours aussi difficile. En France, les élèves issus des familles les plus défavorisées sont quatre fois plus susceptibles que les autres d’être parmi les élèves peu performants à l’étude PISA, c’est la probabilité la plus élevée des pays de l’OCDE. Toutes les études convergent pour montrer que les inégalités et les difficultés observées en France apparaissent dès l’école maternelle, où la scolarisation est pourtant quasi généralisée dès l’âge de 3 ans, pour ensuite s’accentuer jusque dans l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur, et dans la progression des compétences tout au long de la vie. »

Revoir l’orientation : le dernier pavé dans la mare du Cnesco  ?
« L’idéal de l’orientation des élèves, tel qu’il est dessiné dans les discours, est un subtil mélange de conscience de soi et de connaissance des réalités. Cet idéal n’est aujourd’hui approché que partiellement et confié à des enseignants qui n’ont pas été préalablement formés à cette fin »


Ailleurs

En Finlande, un enseignement connecté à la nature
« Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, les enfants ont classe dans la forêt, trois heures par jour.
Image idyllique, façon Guerre des boutons. Pendant la récréation, les enfants chaudement emmitouflés jettent des galets depuis les rives d’un lac et simulent des débuts de bagarre avec des bâtons. Leur cours se passe assis sur des rochers, sous un arbre. Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, ils ont classe dans la forêt, trois heures par jour. »
Article réservé aux abonnés.

En Hongrie, la « reconquista » chrétienne passe par l’école.
« Dans un pays où la part des chrétiens pratiquants ne dépasse pas 10 % de la population, le gouvernement entend rompre avec la neutralité religieuse de l’État en favorisant les établissements confessionnels. Une « révolution conservatrice » qui ne se répercute pas dans la fréquentation des lieux de culte. Certains mettent en garde contre une rechristianisation au pas de course dans laquelle les églises pourraient se perdre. »

Mali : « Ils ont ordonné au directeur de fermer l’école, sinon ils reviendraient tous nous tuer »
« Dans le centre du pays, trois écoles sur dix sont fermées pour cause de menace terroriste, privant de leur droit à l’éducation plus de 149 000 enfants. »

Géraldine Duboz


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 548 - Des collectifs enseignants connectés
Dossier coordonné par Régis Forgione, Fabien Hobart et Jean-Philippe Maitre
novembre 2018
De nombreux champs d’actions du métier enseignant ont été transformés à mesure que l’informatique a envahi les lieux professionnels et personnels des enseignants. Comment définir aujourd’hui ce qu’est un collectif d’enseignants connectés et comment le numérique prend place dans son fonctionnement ?

N° 547 - Des alternatives à l’école ?
Dossier coordonné par Richard Étienne et Jean-Pierre Fournier
septembre-octobre 2018
Qu’en est-il de ces expériences de classes et d’écoles alternatives, dans le système public comme à l’extérieur, voire à l’étranger ? Sur quels principes se fondent-elles ? Comment interroger ces principes ? Un dossier pour voir plus clair dans ce qui, au-delà d’une certaine mode, reste flou.