Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 16 octobre 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 16 octobre 2017

Politique — Pédagogie — Numérique —

Une belle brassée d’articles sur la politique éducative, la pédagogie et le numérique récoltée par Géraldine Duboz.


Politique

Inquiétudes sur l’indépendance de la fabrique des programmes. "Après la démission de son président, le Conseil supérieur des programmes attend d’être fixé sur son sort. Une rencontre a lieu au ministère de l’éducation lundi 16 octobre."

Politique éducative : "populisme éducatif" plutôt que résultats de la recherche ? "Les orientations de politique éducative sont elles fondées sur la science et les résultats, comme se plait à l’affirmer le ministre de l’éducation nationale ? A observer certaines orientations dessinées depuis le mois de juin, on pourrait en douter : le « populisme éducatif » pourrait-il être à la manœuvre ?"

Le pré-recrutement, une solution à la crise de recrutement des profs ? "Le nombre de candidats au concours de profs des écoles a été divisé par 2 en 12 ans, selon le SNUIPP. Le syndicat propose de pallier la crise en instituant un pré-recrutement."

La chronique de Véronique Soulé : L’Ecole, l’orientation et la ségrégation. “Le débat sur le thème " Orientation ou ségrégation scolaire ? " organisé dimanche 15 octobre par ATD Quart Monde sur la place de la République, a fait salle comble. Avec finesse, la sociologue Agnès Van Zanten a analysé les mécanismes qui conduisent l’école française à reproduire la ségrégation sociale par des mécanismes d’orientation biaisés. Récit.” “En conclusion, Agnès Van Zanten appelle à une évolution raisonnable de l’école française : " Plutôt que les réussites spectaculaires ou que les internats d’excellence qui profitent à un petit nombre, l’école devrait se centrer sur les réussites ordinaires afin de faire progresser tous les enfants. "
"Reste à savoir si le ministre Jean-Michel Blanquer, fervent partisan de l’excellence et du mérite, est prêt à prendre cette voie-là. Il est permis d’en douter.”

Macron promet la transformation des savoirs à l’école. “Mis en difficulté par ses propos sur les "fainéants" et autres "fouteurs de bordel" lors de son entretien télévisé du 15 octobre, le président de la République s’est justifié en faisant appel à sa politique éducative. Quelques minutes plus tard il nuançait ce tableau en assumant la sélection dans le supérieur et l’apprentissage comme voie de réussite. Mais on retiendra aussi ses propos sur la transformation des savoirs fondamentaux à l’école. Une formule qui semble annoncer une réforme des programmes.”

Ni révolution ni restauration  : une nouvelle version du DNB pour 2018. “Faut-il, pour le diplôme national du brevet (DNB), privilégier l’acquisition du «  socle commun  », issu de la loi de 2005, ou la maîtrise des programmes disciplinaires classiques  ? Le projet du ministère va dans la seconde direction, sans renier la première.

Les élèves moyens réussissent mieux dans leur carrière. "Étiez-vous un premier de classe lorsque vous étiez au secondaire ? Si c’est le cas, il y a de bonnes chances que votre carrière soit plutôt ordinaire. C’est le résultat auquel parvient une étude menée par la professeure Karen Arnold, de l’université de Boston. Elle a suivi pendant 14 ans un groupe de 81 premiers de classe du secondaire afin de savoir si leurs succès 
scolaires conduiraient à des succès similaires dans la vie professionnelle."

Une question venue d’ailleurs : Le système éducatif de Singapour est-il vraiment le meilleur et va-t-il le rester ?En 2016, le rapport PISA a classé Singapour en tête de son classement qui évalue les performances des systèmes éducatifs mondiaux. La cité-état attire même les étudiants étrangers qui souhaitent suivre une formation d’excellence. Pourtant, l’enseignement de Singapour est rigoureux et compliqué. Qu’est-ce qui fait sa spécificité, et peut-il vraiment rester le meilleur ?


Pédagogie

Langage : tout se joue avant trois ans. "Un récent rapport du think tank Terra Nova démontre, force statistiques à l’appui, que ces inégalités sociales prennent racine très tôt, avant même l’entrée en maternelle. Au moment où nos bambins, tout intimidés, accrochent pour la première fois leur sac à doudou au portemanteau de leur classe de petite section, l’écart est bel et bien déjà creusé. En matière de langage, notamment."

Goigoux : La méthode syllabique et l’enseignement de la lecture-écriture au cours préparatoire. "Quels sont les savoirs sur l’enseignement du lire-écrire au cycle 2 qui font consensus ? Où sont les discussions ? Peut-on proposer des pistes utilisables pour les enseignants ? Roland Goigoux fait le point sur le site de l’Ifé à partir des fruits de la recherche Lire-Ecrire qu’il a dirigée."

LA MÉMORISATION EN CLASSE : UN FACHEUX OUBLI. “La mémorisation est le parent pauvre des activités réalisées en classe. Dommage ! Car la phase de mémorisation initiale massée est déterminante pour toute la suite de la rétention.”

Eirick Prairat : Enseignez avec tact !Doit-on réhabiliter le tact à l’Ecole ? Si la pratique est bien vivante, le mot est tout neuf dans l’Education nationale. Dans un nouvel ouvrage (Eduquer avec tact, ESF Sciences Humaines), Eirick Prairat défend avec efficacité la vertu du tact en éducation. Le mot semble vieillot, un peu hypocrite. Mais ce "toucher du langage", pour Eirick Prairat, est bien un art pédagogique et une vertu éthique. Un art pédagogique car le tact nécessite un à-propos qui renvoie à l’expérience du maitre. Une vertu éthique car la finalité du tact se justifie dans une éthique éducative. Au final, cette apologie du tact en éducation rappellera de bons moments de classe aux enseignants tout comme il fera réfléchir à leur formation et au sens profond du métier. Car comment apprendre le tact ?

La classe inversée, une piste pour la pédagogie du futur. "Frank Niedercorn “Savoir mémoriser et calculer ne suffit plus. Dernière-née des méthodes de pédagogie active, la classe inversée se distingue par sa facilité de mise en œuvre pour les enseignants.”

Sylvain Connac : « La pédagogie différenciée se heurte aux carences de la formation des enseignants ». Auteur d‘Enseigner sans exclure  (ESF), Sylvain Connac est enseignant-chercheur en sciences de l’éducation à l’université Paul-Valéry de Montpellier.

Enseigner et apprendre à enseigner : un « double emploi », désormais ? Par Jean-Pierre VERAN. “Il est beaucoup question de la formation des enseignants. Mais quels sont les principes pouvant garantir son succès auprès des élèves, en terme de réussite ? Une étude québécoise propose une synthèse des recherches internationales sur le sujet, travail utile pour penser la formation continue, et qui incite à redéfinir le métier d’enseignant aujourd’hui.”


Numérique

« L’intelligence artificielle nous dépasse de plus en plus ». “Dans son ouvrage « La guerre des intelligences » paru le 4 octobre aux éditions JC Lattès, l’essayiste et cofondateur du site web « Doctissimo » Laurent Alexandre s’attaque à l’intelligence artificielle (IA). Il aborde notamment les mutations qu’elle va provoquer dans nos modes de vie et en particulier dans notre conception de l’éducation.”

Françoise Cahen : Et si on codait Molière ? "Faut-il enseigner la programmation ? La question, sujette à controverses, mérite d’être abordée par l’exemple. Professeure de français dans un lycée d’Alfortville, Françoise Cahen a invité ses élèves à utiliser le logiciel Scratch pour réaliser un dialogue animé mettant en scène un extrait de « L’Ecole des femmes ». L’activité, originale, s’avère plaisante et formatrice. Elle montre aussi combien, à l’âge des humanités numériques, littérature et informatique peuvent faire bon ménage : en se frottant aux claviers et aux écrans, la littérature à l’Ecole peut être revitalisée ; la programmation elle-même peut trouver davantage sens en devenant un mode d’expression et de créativité. Par-delà la question du codage, c’est alors celle de l’enfermement disciplinaire qui nous est ici posée : « Les professeurs qui tiennent le coup sont ceux qui pratiquent l’échange de savoirs, qui sortent du solipsisme » (Philippe Meirieu, journée AFEF, 14-10-2017)."

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 539 - Pouvoir d’agir et autonomie de l’école au lycée

Dossier coordonné par Michèle Amiel et Gwenaël Le Guével
septembre-octobre 2017

Prendre des initiatives, engager un processus de décision, animer une équipe, mettre en place une innovation, etc. Est-ce le domaine réservé du directeur d’école, de l’IEN, du chef d’établissement ? Au bout du compte, l’augmentation du pouvoir dans un établissement autonome, c’est celle du chef ou celle des personnels.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.