Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 15 janvier 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 15 janvier 2018

Parours sup - Dehaene - Foot et Laïcité

Parcoursup : « Je n’ai toujours pas compris le fonctionnement de la plateforme et ça me stresse »

« La plate-forme Parcoursup destinée à l’orientation des lycéens démarre aujourd’hui sous l’oeil inquiet des lycéens concernés, de leurs parents et de leurs professeurs. Lycéens, parents et professeurs sont venus nombreux au Salon Postbac de Paris pour s’informer des nouvelles règles d’accès à l’enseignement supérieur. »
Les reportages de 20minutes par Delphine Bancaud et du Monde Campus par Séverin Graveleau rapportent des propos similaires venant des visiteurs au Salon Postbac de Paris venus s’informer sur le nouveau système qui va remplacer APB.

Parcoursup : « On nous dit qu’il n’y a pas de sélection à la fac, mais que les dossiers seront vérifiés… »

« Reportage - Dans les allées du salon Postbac, les lycéens se montrent inquiets face à la nouvelle procédure d’accès au supérieur… »

« De fait, au moment de l’échange avec l’intervenante, responsable du service académique d’information et d’orientation de l’université de Créteil, il y a ceux qui se posent des questions techniques ou procédurales : nombre de vœux possibles, dates des réponses, spécificité des études de santé à Paris, impact de l’avis du conseil de classe, traitement des étudiants en réorientation, priorité accordée aux candidats de l’académie, etc. Et puis ceux qui s’interrogent sur les nouvelles règles d’accès à l’université, quelque peu perturbés par le discours ministériel sur le maintien de la “non-sélection” à l’université et le “dernier mot au lycéen” assuré. »


Neurosciences "Apprendre à apprendre"

Sur France Culture, Stanislas Dehaene a expliqué sa position de chercheur en sciences cognitives.
« On ne va pas tout bouleverser. Mais il va falloir expérimenter, pour trouver de nouvelles solutions »
« Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a installé mercredi 10 janvier, un conseil scientifique chargé d’apporter des éclairages sur la pédagogie. A sa tête, Stanislas Dehaene, chercheur en sciences cognitives et professeur au Collège de France qui souhaite "agir pour l’éducation des jeunes indépendamment de toute idéologie" comme il le confiait au journal Le Monde. Son expertise sur les sciences cognitives est une nouvelle façon d’appréhender l’éducation et l’apprentissage. »
Nomination commentée par Claude Lelièvre sur son Blog, qui rappelle l’histoire mouvementée du concept d’apprendre à apprendre.

Blanquer et Dehaene : « Apprendre à apprendre ! ». Un mot d’ordre « sulfureux » ?
« En tout cas c’est le mot d’ordre mis en avant jeudi dernier lors de la conférence de presse tenue par le président du Conseil scientifique nouvellement créé, en présence du ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. »


Enfin, on s’éloigne de l’école mais pas de l’éducation, la Fédération française de football organise des ateliers autour de la laïcité pour éviter les affrontements.

« Après les écoles et collèges, pourquoi la FFF organise des ateliers laïcité ?
Deux objectifs pour la Fédération française de football : donner aux jeunes un bagage civique sur le fait religieux et lutter contre les atteintes dans les vestiaires et sur le terrain.
 »
Dans le Huffington Post, Annabel Benhaiem a rencontré Marine Quenin.
« Nous avons animé des ateliers, précise la jeune femme, dans les structures qui forment les jeunes à devenir professionnels de football. Nous sommes allés à Clairefontaine, Rennes et Sochaux. On s’est rendu compte que ces jeunes n’avaient pas d’endroit pour parler de ces sujets. Les questions du type c’est quoi une pratique religieuse ?, “à quoi sert-elle ?”, “peut-elle changer ?”, ne sont jamais posées. Pourtant, les enfants et adolescents y sont confrontés tous les jours, quand ils voient, par exemple, Paul Pogba ou Lionel Messi faire de drôles de gestes avant d’entrer sur le terrain ou après un but marqué. »

Catherine Rossignol