Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du lundi 10 septembre 2007


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du lundi 10 septembre 2007

Faut-il revenir aux « bonnes vieilles méthodes » ? , C’est la question que pose L’Humanité dans son édition du 8 septembre. Le journal constate, comme nous le faisons souvent nous même, que les promoteurs d’une pédagogie à l’ancienne gagnent du terrain, du moins dans les médias. Ceux ci affirment souvent que ce seraient les méthodes pédagogiques innovantes qui seraient à l’origine de l’échec scolaire.
Les personnes interviewées dans l’article réfutent cette thèse. En particulier Dominique Guy, prof de maths et secrétaire générale du CRAP qui répond “Elles ne sont qu’un élément parmi d’autres tout aussi fondamentaux comme l’environnement social des élèves, la formation des enseignants, le manque de travail en équipe, des programmes surchargés ou inadaptés... En même temps, c’est vrai, ces méthodes ont toujours besoin d’être évaluées et améliorées”. Je rajouterais qu’il suffit d’observer les établissements scolaires d’aujourd’hui et en particulier les lycées pour constater que les méthodes pédagogiques d’aujourd’hui n’ont guère changé bien au contraire. C’est toujours la “pédagogie frontale” qui est de loin le modèle dominant.
Une nouvelle illustration de cette lutte d’influence des réactionnaires de l’école avec
ette fois-ci, le Figaro Magazine qui en remet une louche avec un article à la gloire du SLECC (Savoir lire, écrire, compter, calculer) et de Brighelli. Curieusement, on trouve aussi un reportage assez élogieux sur plusieurs écoles alternatives dont l’école Vitruve dans le 20ème arrondissement de Paris et qui n’est pas du tout dans la même école de pensée que Brighelli et consorts.
Peut être est-ce la preuve que le débat n’est pas aussi clair que cela pour beaucoup de médias et qu’il y a donc une marge de manœuvre pour les pédagogues.

École à la maison.
Deux journaux consacrent un dossier à ce sujet avec des contenus très proches. En France, 3 000 enfants ne vont pas à l’école et sont instruits par leurs parents. Exaspérés par les contrôles de l’Etat, qui craint des dérives sectaires, ils sont reçus demain au ministère de l’Education, peut-on lire dans Le Parisien de lundi. Même tonalité dans Le Figaro de samedi. Les raisons de ce choix parental sont aussi nombreuses que les familles concernées. Beaucoup de parents, expliquent ce choix par le fait qu’ils sont en désaccord avec la pédagogie soit parce qu’ils la trouvent trop laxiste ou parce qu’ils la trouvent trop marquée par la compétition.

Finissons avec un courrier paru dans Libération de Jacques Auxiette, président PS du Conseil Régional des pays de la Loire Il répond à la lettre de Nicolas Sarkozy destinée aux enseignants sous le titre “Votre lettre a semé la confusion
"Monsieur le Président, écrit-il , depuis ce mardi 4 septembre, jour où vous avez lu à Blois votre lettre aux éducateurs, je visite des lycées de ma région. J’y rencontre les communautés scolaires - lycéens, enseignants personnels techniciens et ouvriers, conseillers d’orientation, intendants, proviseurs, parents... Nos débats tournent principalement autour de la suppression de 11 000 postes qui crée une tension sociale indéniable dans les lycées, la fin du collège unique, le socle commun des connaissances, les effets de la suppression de la carte scolaire et le rôle de l’école républicaine dans la réduction des inégalités sociales. Dans ce contexte, votre lettre a levé quelques ambiguïtés, mais a semé de la confusion..
Or tout votre propos renvoie à une vision de la réussite scolaire fondée uniquement sur la réussite individuelle, indépendamment de tout environnement social. Là réside la grande différence entre la gauche et la droite."
Un début de réveil de la gauche ?

Bonne Lecture...


Libération du 10/09/07

Votre lettre a semé la confusion
Par JACQUES AUXIETTE, PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL DES PAYS DE LA LOIRE, PRÉSIDENT DE LA COMMISSION ÉDUCATION DE L’ASSOCIATION DES RÉGIONS DE FRANCE

Monsieur le Président, depuis ce mardi 4 septembre, jour où vous avez lu à Blois votre lettre aux éducateurs, je visite des lycées de ma région. J’y rencontre les communautés scolaires - lycéens, enseignants personnels techniciens et ouvriers, conseillers d’orientation, intendants, proviseurs, parents... Nos débats tournent principalement autour de la suppression de 11 000 postes qui crée une tension sociale indéniable dans les lycées, la fin du collège unique, le socle commun des connaissances, les effets de la suppression de la carte scolaire et le rôle de l’école républicaine dans la réduction des inégalités sociales. Dans ce contexte, votre lettre a levé quelques ambiguïtés, mais a semé de la confusion. Les valeurs universelles que vous prônez (épanouissement, laïcité, respect, tolérance) provoquent bien évidemment l’adhésion lorsqu’elles restent au niveau des considérations générales. La traduction que vous en faites a, par contre, une dimension autoritaire bien moins consensuelle. Vous précisez quelques éléments sur la reconversion des enseignants, sur l’interdisciplinarité, sur les études surveillées, sur l’individualisation des parcours de formation pour lesquels il sera nécessaire de mettre des moyens conséquents en face. Je suis en revanche en désaccord total avec la grille de lecture de la société qui transparaît dans votre propos.
Non, l’échec scolaire n’a pas atteint récemment des niveaux qui ne sont pas acceptables, il a toujours existé et nous devons tous travailler à le résorber.[...] Or tout votre propos renvoie à une vision de la réussite scolaire fondée uniquement sur la réussite individuelle, indépendamment de tout environnement social. Là réside la grande différence entre la gauche et la droite.
Lire la suite de l’article

Le bac à l’épreuve
Livre. Pour le président de la Sorbonne, l’examen est une imposture.
Lire la suite de l’article

Le singulier parcours des enfants multiples
Devenus adultes, des triplés et des quadruplés témoignent du lien qui les unit.
Lire la suite de l’article

« La fusion n’est pas innée, c’est l’éducation qui l’induit »
Fabrice Bak explique que les jumeaux ou les triplés ont un développement spécifique.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 10/09/07

Ces parents qui choisissent de faire l’école à la maison
Entre 30 000 et 40 000 enfants seraient instruits à domicile. Les familles disent privilégier la « souplesse ».
Lire la suite de l’article

Voyager à l’autre bout du monde pour "redonner le plaisir d’apprendre"
Une mère a emmené son fils loin de l’école pour qu’il découvre le plaisir d’étudier.
Lire la suite de l’article

Un précepteur pour ses enfants, une solution très tendance chez les VIP
Un précepteur pour ses enfants, une solution très tendance chez les VIP
Lire la suite de l’article

École primaire : les clés de la réussite
Douze millions d’élèves ont repris le chemin de l’école et déjà les salles des profs comme les groupes de parents d’élèves bruissent d’une nouvelle inquiétude : le bilan de l’enseignement primaire serait catastrophique.
Lire la suite de l’article

Redonner l’envie d’apprendre
MINE DE RIEN, un grand pas a été franchi en cette rentrée 2007 : après quinze années de vaines polémiques et de cris d’alarme étouffés, les résultats de l’école primaire ont enfin bénéficié d’une évaluation officielle (texte intégral sur www.hce.education.fr/). Plus question par conséquent de nier l’existence du problème ni de minimiser sa gravité : « L’école primaire prépare correctement 60 % de ses élèves ; mais elle paraît en revanche s’être résignée à l’échec des 40 % qui cumulent les insuffisances », concluent en effet les sages du Haut Conseil de l’éducation, en précisant que « les graves lacunes » dont souffrent ces 40 % d’écoliers « les empêcheront de poursuivre une scolarité normale au collège ». On ne saurait être plus clair.
Lire la suite de l’article

Ces écoles qui réussissent autrement
Ils s’appellent Alexandra, Chloé, Tom ou Léa. A l’école primaire publique Vitruve, dans le XXe arrondissement de Paris, ce sont des élèves comme les autres. Pourtant, l’un est médiateur et règle les conflits qui ponctuent la vie de ses petits camarades. L’autre est responsable des flux. Il doit orchestrer le complexe défilé des entrées et des sorties à la cantine. Une autre encore prépare et vend le café du matin (pour financer la caisse des classes vertes)... Avec 45 ans au compteur, Vitruve est l’ancêtre des écoles innovantes. 1962 : La Ve République est encore toute jeune quand un inspecteur de l’Education nationale, Robert Gloton, déjà préoccupé par l’échec scolaire, se lance dans l’aventure. Depuis, Vitruve continue à assumer son rôle avec succès : former des enfants autonomes et responsables, qui auront d’autant moins de mal à s’adapter au collège qu’ils sauront se débrouiller seuls, dans leur intimité comme à l’école.
Lire la suite de l’article

"Toujours valoriser et encourager l’enfant"
Le Pr Philippe Mazet est psychiatre pour enfants et adolescents à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière, à Paris.
Lire la suite de l’article

Lecture : on se calme !
« LA SYLLABIQUE n’est ni de droite, ni de gauche ; elle est juste efficace » : telle est l’une des conclusions d’un petit ouvrage collectif, à la fois limpide et très solidement argumenté * , qui permet enfin d’y voir clair dans la fameuse « querelle des méthodes » qui avait tant défrayé la chronique en 2006. Mais le débat n’est pas clos pour autant ; surtout sur le terrain, dans les écoles, où l’immense majorité des instituteurs (formés depuis 1972 à un apprentissage de la lecture fondé sur « la mémorisation idéo-visuelle d’un stock de mots permettant de comprendre le sens du texte », c’est-à-dire sans décodage préalable des lettres, des syllabes et des sons) continue de pratiquer des « méthodes mixtes » qui provoquent les dégâts que l’on sait : incapables de déchiffrer n’importe quel mot, surtout s’ils ne le connaissent pas, la plupart des élèves de CP et de CE1 ne font que « deviner » ce qu’ils croient lire, sans enrichir leur vocabulaire et sans acquérir aucune autonomie. Une situation qui perdure en cette rentrée scolaire. Malgré les consignes ministérielles de 2006 qui demandent aux instituteurs de « commencer par la syllabique », malgré les prières des parents d’élèves qui sont favorables à 84 % à ces consignes, force est en effet de constater qu’il faudra sans doute encore plusieurs années avant qu’une majorité des maîtres démarrent par l’alphabet, et puissent se procurer facilement des manuels reposant sur cette méthode. Selon les sondages, entre 15 et 40 % d’entre eux seraient cependant déjà conquis par ladite méthode ; et leur proportion pourrait augmenter rapidement, tant les progrès des élèves qui en bénéficient sont visibles. L’efficacité, voilà en effet ce qui compte, quelle que soit la méthode, et voilà ce qui comptera chaque année davantage. Car dès cette année, les maîtres ne seront plus évalués sur la façon dont ils enseignent, mais sur les résultats de leurs élèves. Plus que tout, c’est cela qui devrait contribuer à désamorcer « la querelle des méthodes », au profit du seul critère qui vaille : le devenir des écoliers.
Lire la suite de l’article

Mercredi ou samedi ?
Aujourd’hui, plus d’un quart des écoles primaires ont choisi la semaine de quatre jours (quand 10 % des élèves de maternelle et de primaire sont soumis à un rythme alternant une semaine de quatre jours avec une semaine de quatre jours et demi - samedi matin inclus). Dans les faits, les parents d’élèves mais aussi les professeurs en semblent satisfaits. Bénéfique sur les résultats scolaires, l’organisation du travail, la vie familiale et surtout les activités périscolaires : voilà ce que les parents en pensent en général.
Lire la suite de l’article

Ce qu’ils en pensent
LUC FERRY - PHILOSOPHE, EX-MINISTRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE
PATRICK RAMBAUD - ECRIVAIN
PHILIPPE TORRETON - ACTEUR
Lire la suite de l’article

L’anorexie gagne du terrain chez les adolescents
Près de deux jeunes filles sur 100 seraient atteintes de troubles alimentaires graves. Le psychiatre Xavier Pommereau appelle à créer des centres spécialisés.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 07 et 08/09/07 (un jour de retard)

Faut-il revenir aux « bonnes vieilles méthodes »
Face à l’échec scolaire, les promoteurs d’une pédagogie à l’ancienne gagnent du terrain. Sans pour autant convaincre le monde enseignant.
Lire la suite de l’article

« Trop d’échec, pas trop de pédagogie »
Jean-Jacques Hazan secrétaire général de la Fcpe
Lire la suite de l’article

« Une attention pour chaque enfant »
Jacques Faverjon, instituteur et maître formateur à Saint-étienne, membre du SNUIP
Lire la suite de l’article

Les atouts de la démocratisation.
Éric Maurin décortique les idées reçues sur le système éducatif en soulignant l’échec des conceptions libérales et élitistes en vogue.
La Nouvelle Question scolaire. Les bénéfices de la démocratisation,par Eric Maurin.
Éditions du Seuil, Paris, 2007, 272 pages, 18 euros
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 10/09/07 ( payant)

Ils ont choisi l’école à la maison
La loi l’autorise, mais la pratique est mal vue. En France, 3 000 enfants ne vont pas à l’école et sont instruits par leurs parents. Exaspérés par les contrôles de l’Etat, qui craint des dérives sectaires, ils sont reçus demain au ministère de l’Education
Lire la suite de l’article

Les motivations des familles
AUCUNE ETUDE quantitative n’a encore été effectuée en France pour analyser les motivations qui poussent les familles à..
Lire la suite de l’article

3 000 enfants apprennent avec leur parents
POUR EUX, il n’y a pas eu de rentrée des classes. Pas de nouvelle maîtresse, pas de camarades à retrouver à la récré......
Lire la suite de l’article

Voitures, autobus, deux-roues : attention aux enfants
Faut-il inventer un nouveau code pour protéger les piétons et surtout les enfants ? Les parents, inquiets, comme le montre notre sondage, inventent des solutions. Et les pouvoirs publics planchent sur le sujet.
Lire la suite de l’article

Des consignes différentes selon les âges
COMMENT protéger ses enfants sur le chemin de l’école ? La Prévention routière vient de publier sur le site Internet www.priorite-vos-enfants.fr , une série de conseils aux parents selon l’âge. Avant 8 ans, hors de question de laisser un enfant seul dans la rue. Même s’il le veut, il n’a pas les capacités pour assurer seul sa sécurité. Il perçoit mal les distances et les vitesses, a des difficultés à reconnaître les sons et à les localiser, et sa petite taille le rend peu visible aux autres usagers.
Lire la suite de l’article

Un code de la rue à l’étude
IMAGINEZ la généralisation en ville de trottoirs « traversant » la chaussée et de carrefours surélevés, contraignant les automobilistes à ralentir pour laisser passer les piétons ; l’obligation d’aménager des zones 30 aux abords des écoles dans un rayon de trois cents mètres ; la multiplication de secteurs à vitesse très réduite en centre-ville (moins de 20 km/h) où les enfants pourraient jouer au ballon dans la rue et les voitures ne seraient que « tolérées ». La secrétaire générale du Club des villes cyclables, Véronique Michaud, ne manque pas d’idées originales - souvent puisées à l’étranger - pour sécuriser les déplacements des piétons et cyclistes. Avec d’autres responsables associatifs, elle fait partie depuis avril 2006 d’un groupe de travail chargé par le gouvernement de réfléchir à un code de la rue. Ces travaux ont déjà abouti au recensement de 120 propositions d’évolutions réglementaires, prochainement présentées par la déléguée interministérielle à la Sécurité routière. ?
Lire la suite de l’article

La solution Pédibus rassure les parents
MEME si le trajet jusqu’à l’école n’est pas très long, les parents ont toujours beaucoup de mal à lâcher leur progéniture seule, dans la « jungle hostile de la ville ». Bien que Mandres-les-Roses (Val-de-Marne) n’ait rien à voir avec cet effrayant tableau, elle est pourtant traversée par une départementale et sa rue principale connaît une circulation assez dense. Mais c’est surtout l’affluence de voitures devant l’école pour « jeter les enfants » qui a donné l’idée à un ancien directeur de l’école des Charmilles d’instituer le Pédibus. Le principe est simple : un trajet avec des arrêts précis est défini. Les enfants se placent aux arrêts et ils sont amenés, à pied, vers l’école sous la surveillance de parents bénévoles. Triple avantage : on sécurise le trajet, on familiarise les enfants avec la rue et on limite le nombre de voitures.
Lire la suite de l’article

Le nord de l’Europe pour modèle
LE « CODE DE LA RUE » est une réalité depuis le 1er janvier 2004 en Belgique . Il instaure le principe de prudence en favorisant les usagers les plus vulnérables, piétons et cyclistes en priorité, face aux voitures et camions. En instaurant des trottoirs traversant en ville, en généralisant des zones limitées à 30 km/h et en autorisant les cyclistes à emprunter des rues à sens unique en sens inverse des voitures, le nouveau code a participé à la baisse récente du nombre de victimes d’accidents de la circulation, jusqu’à - 11 % certains mois, tout en dopant le nombre d’adeptes du vélo.
Lire la suite de l’article


La Croix du 10/09/07

Rien vu...


20 minutes du 10/09/07

Une boulette de trop lancée sur Sarko
Il ne fait pas bon faire des blagues de potache avec le Président. Surtout quand on est enseignant. C’est Le Parisien qui a raconté, dans son édition d’hier, cette histoire survenue le 4 septembre. Alors que Nicolas Sarkozy quittait la Halle aux grains de Blois (Loir-et-Cher) après son discours sur l’Education nationale, un enseignant a jeté dans sa direction une boulette de papier d’aluminium, sans le toucher. Emmené par la police, il a été menacé de poursuites judiciaires. Au final, il ne devrait être sanctionné que d’une amende.
Lire la suite de l’article

Des étudiants handicapés privés de rentrée universitaire
Plusieurs étudiants handicapés ont été privés de rentrée universitaire lundi sur le campus de Tours, en raison de l’absence d’auxilliaires de vie universitaire pour les aider, a-t-on appris auprès de l’association Handicap Conseil.
Lire la suite de l’article


Métro (Paris) du 10/09/07

La "génération MP3" risque de devenir sourde
Deux tiers des utilisateurs réguliers de lecteurs MP3 souffriront un jour de troubles de l’audition...
Lire la suite de l’article


Rue89 du 10/09/07

La galère des majeurs sans papiers pour être scolarisés
Avec l’aide de RESF, une quinzaine d’entre eux a publié un recueil sur les difficultés du quotidien. Reportage.
Lire la suite de l’article

Quand Bernard Laporte confond rugby et résistance : scandaleux !
Suis tombé de mon canapé en regardant le 20H de TF1 vendredi soir : dans un reportage avant la rencontre France/Argentine (qui a occupé 95% du JT !), on assistait à une scène très étrange : l’un des joueurs lisait à ses co-équipiers la lettre de Guy Môquet à ses parents, avant d’être fusillé...
Idée du "coach" pour "motiver ses joueurs" ? C’est n’importe quoi, irresponsable, et même scandaleux de tout mélanger !
Quel rapport entre un simple match et la résistance à l’oppression ???
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 10/09/07

« Quand on le regarde, l’enfant est plus attentif »
Entretien. Chercheur à l’université d’Angers, Christophe Boujon s’est spécialisé dans l’attention. Son laboratoire a mené des études sur des milliers d’élèves.
Lire la suite de l’article


Sud-Ouest du 10/09/07

« Des lycées agréables à vivre »
Des lycées agréables à vivre, mais aussi une priorité accordée à l’orientation professionnelle des élèves. Alain Rousset, le président du Conseil régional, évoque ses stratégies locales
Lire la suite de l’article

Le syndicat des professeurs des écoles sous tension
La rentrée s’est bien déroulée cette semaine, même si les représentants des instituteurs pointent certains blocages
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 11/09/07

Le nombre de dérogations à la carte scolaire n’a pas doublé comme promis
orsque le 13 juillet, Nicole de Labareyre, mère de trois adolescentes, ouvre le courrier du rectorat de Paris, elle ne s’attend pas à une réponse négative à la dérogation demandée pour sa fille cadette entrant en sixième, au titre du rapprochement de fratrie. "Deux jours avant notre départ en vacances, la douche froide", se souvient-elle.[...]
Des déçus, la carte scolaire nouvelle version en a fait un certain nombre. Même si la rue de Grenelle assure que tout s’est bien passé, l’expérimentation n’a pas pu satisfaire tous les parents, notamment à Paris. Et pour cause : dans certains établissements, les demandes ont dépassé les possibilités d’accueil. Il a bien fallu faire des choix, dans des conditions jugées opaques pour les parents.
Lire la suite de l’article

Le numérique à l’aide des enfants malvoyants
Lire au tableau devient facile pour des enfants malvoyants grâce à la technologie numérique. A l’école spécialisée du Château, à Nice, neuf élèves handicapés par une vision inférieure à 3/10e après correction sont équipés, pour la deuxième année consécutive, d’un ordinateur portable doté d’un logiciel d’aide à la vision, spécialement conçu pour la lecture de documents éloignés. Concrètement, l’ordinateur est relié à une caméra de bonne qualité, qui filme le tableau sur lequel écrit l’enseignant.
Lire la suite de l’article

L’autonomie, condition-clé de l’efficacité des universités
Plus une université est autonome et bien dotée financièrement, plus elle est performante en matière de recherche et donc bien placée dans les classements internationaux. Mieux, chaque centime supplémentaire investi a d’autant plus d’effet sur les résultats d’une université que celle-ci est libre de gérer son budget. Tels sont les résultats d’une étude réalisée pour le centre de réflexion européen Bruegel par cinq économistes, Caroline Hoxby et Philippe Aghion tous deux professeurs à l’université de Harvard, Mathias Dewatripont et André Sapir, professeurs à l’université libre de Bruxelles, et Andreu Mas-Colell, professeur à l’université de Pompeu Fabra de Barcelone.
Lire la suite de l’article

"La loi n’est pas parfaite"
Gilbert Béréziat, délégué général de l’alliance Paris Universitas
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 10/09/07

Rien vu...


L’Express.fr du 10/09/07

Rien vu...


Une sélection dans les dépêches du 10/09/07

Suppressions de postes dans l’Education : Fillon veut "continuer l’effort"
Le Premier ministre François fillon a déclaré dimanche qu’il fallait "continuer l’effort" dans la suppression de postes de l’Education nationale afin qu’elle soit "mieux organisée" et que les salaires des enseignants soient "revalorisés".
Lire la suite de l’article

Education : Darcos veut accroître la place réservée à l’histoire des arts
Le ministre de l’Education nationale Xavier Darcos a affiché lundi son ambition d’accroître la place réservée à l’histoire des arts "de la grande section de maternelle jusqu’en terminale" ainsi qu’à l’éducation artistique.
Lire la suite de l’article

Après la loi autonomie, une rentrée universitaire suspendue au budget 2008
Etudiants, présidents d’universités et personnels appréhendent la rentrée universitaire les yeux tournés vers le budget 2008, fin septembre, dont dépendra leur bonne volonté dans l’application de la loi sur l’autonomie votée cet été, ont-ils assuré lundi à l’AFP.
Lire la suite de l’article

Rentrée universitaire 2007 : la FSU déplore un "manque d’ambition"
La FSU, principale fédération de l’éducation nationale, a déploré lundi "le manque d’ambition en matière de formations post-bac" et "l’accroissement des inégalités dans l’accès et la réussite dans les formations universitaires".
Lire la suite de l’article

Sarkozy s’adresse aux fonctionnaires mercredi, les syndicats en embuscade
Nicolas Sarkozy doit détailler mercredi à Nantes les réformes qu’il entend mener dans la fonction publique, dans un discours très attendu des syndicats de fonctionnaires, exaspérés par les suppressions d’emploi et l’absence de négociations salariales, mais "sans grande illusion".
Lire la suite de l’article

Journée internationale "pour la liberté d’instruction" des enfants samedi
L’association "Les enfants d’abord", qui défend le droit à "l’instruction en famille" comme mode d’éducation des enfants, a annoncé lundi le lancement samedi prochain d’une première "journée internationale pour la liberté d’instruction".
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre...
Lisez et achetez des journaux !