Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 7 juin 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 7 juin 2018

Formation des enseignants — Orientation — Parcoursup

Le trop plein de réforme se poursuit. Cette fois-ci il s’agit de la formation des enseignants. La question de l’orientation est toujours dans l’air ainsi que Parcoursup.


Formation des enseignants

Enseigner avec un bac+3 : révolution envisagée dans le monde de l’Education nationale. “Afin de remédier au manque d’attractivité du métier, Frédérique Vidal et Jean-Michel Blanquer sont favorables à un recrutement à bac+3.”

Formation des enseignants : trop de théorie, pas assez de pratique. “Atypique en Europe, la formation des professeurs est très académique en France.”

Vers une nouvelle réforme de la formation des enseignants ? Par Catherine Mallaval. “Faut-il réformer la formation des enseignants ? C’est ce que suggère que la Cour des comptes ce lundi avec la publication de son « référé » préconisant un bon lifting. Selon les magistrats, « l’allongement de la durée des études pour se présenter au concours de recrutement, puis la création du master MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) et la rénovation des concours n’ont pas […] garanti une élévation du niveau de compétences disciplinaires, ni une professionnalisation nettement accrue ». Et d’ajouter que la crise d’attractivité du métier d’enseignant aboutit à des « insuffisances » de niveau chez certains candidats.”

A-t-on vraiment besoin de concours de recrutement ?La question est un peu provocante. Mais elle se pose après la décision de porter en L3 les épreuves d’admissibilité des concours enseignants. Le 6 juin le Café pédagogique a expliqué que cette décision alignerait le fonctionnement de l’éducation nationale sur celui de l’enseignement privé sous contrat. Les professeurs du privé reçus au concours doivent trouver un établissement d’accueil qui valide leur concours. Alors poussons encore un peu plus loin la réflexion. Dans ce cas, à quoi sert le concours ?

Et réactions des syndicats :
Pré-recrutement des enseignants à bac + 3 : "Le salaire n’est pas extrêmement attrayant". “Francette Popineau, co-secrétaire générale et porte-parole du syndicat Snuipp-FSU s’est exprimée mercredi 6 juin 2018, sur franceinfo, sur le rapport de la Cour des comptes qui recommande de "pré-recruter" les enseignants à bac + 3.”

Fsu : Pas question de renoncer au statut de fonctionnaire stagiaire. “"La réponse des ministres à l’interpellation de la Cour des Comptes sur la formation des enseignants semble essentiellement guidée par des préoccupations budgétaires et ne répond pas aux enjeux posés par l’École", affirme la Fsu dans un communiqué publié le 6 juin. Les ministres de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur annonçaient que les épreuves d’admissibilité auraient lieu en L3, l’admission étant en M1 ou M2.”

Mais, au fond, est-ce si grave de réformer la formation des enseignants sans avoir décidé de ce qu’il doivent enseigner, et surtout comment et pourquoi ?


Orientation

CIO : La fermeture pour cause d’inefficacité ?" Face au constat récurrent d’une orientation qui ne fonctionne pas comme on pourrait le souhaiter, le Gouvernement veut transformer l’orientation", explique JM Blanquer dans une intervention à l’Assemblée nationale le 5 juin. " Cette nouvelle conception de l’orientation passe par un nouveau partage de compétences entre l’État et les régions pour une meilleure éducation à l’orientation dès le collège", poursuit le ministre. " Dans ce contexte, l’objectif est que l’État concentre son action dans les établissements scolaires pour renforcer l’accompagnement de proximité des élèves par les équipes pédagogiques... En marge du processus d’élaboration de la loi, une évolution du maillage territorial des CIO est envisagée". C’est au nom de l’efficacité et du pragmatisme que le ministre justifie la fermeture inattendue et brutale des CIO.”

Je n’ai pas tout-à-fait la même lecture de la réponse du ministre... Ma réaction sur mon blog : Si on écoute bien JM Blanquer sur l’orientation. “Lors de la première séance du mardi 05 juin 2018 à l’assemblé nationale, parmi les questions diverses sans débat, il y a celle de M. Loïc Dombreval, député LREM no 343, relative aux centres d’information et d’orientation. Je citerais en suite en son entier la réponse de M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale[1]. Que peut-on en déduire pour le moment ?”

Muriel Pénicaud : « L’émancipation par le travail est notre projet de société » propos recueilli par Emmanuelle Réju dans La Croix. “La ministre du travail Muriel Pénicaud présente à La Croix le programme « 100 % inclusion », qu’elle lance le lundi 4 juin à Strasbourg.
Un programme qui s’insère dans le « plan d’investissement compétences » visant à former deux millions de personnes éloignées de l’emploi en cinq ans
.”

Redoubler sa 3e ou sa 2nde pour ne pas subir son orientation. “S’ils ne sont pas d’accord avec la décision d’orientation définitive du conseil de classe, les parents d’élèves de 3e ou 2nde peuvent choisir de faire redoubler leur enfant. Une bonne décision ?


Parcoursup

Débat : La double vie de l’étudiant par Claude Patriat Professeur émérite de Science politique, Université de Bourgogne et Isabelle Mathieu, Ingénieur de recherche, Sciences Information et Communication, associée à Cimeos, Université de Bourgogne. “Si l’on cherche un terrain où le changement de Président et de majorité présidentielle aurait induit une rupture avec les politiques antérieures, ce n’est pas, malgré le tohu-bohu autour de Parcoursup, du côté de l’enseignement supérieur qu’il faut espérer le trouver. De réformes en réformettes, on poursuit dans la voie d’une mutation opaque qui fait perdre à l’université une part essentielle de son ambition universelle et humaniste : la voici encore plus réduite à l’horizon exclusif et étroit de la formation professionnelle.”

Le rapport de Terra Nova Faut-il sauver les algorithmes d’affectation ? Affelnet, affectation des enseignants et Parcoursup. “Depuis plusieurs années, l’utilisation des algorithmes comme outils d’aide à la décision tend à se généraliser dans les administrations publiques. Ceci est particulièrement vrai au sein de l’Education nationale où les décisions ayant trait à la gestion des ressources humaines ou à l’affectation des élèves aux établissements scolaires mobilisent désormais très largement l’algorithmique. Ces algorithmes d’affectation se retrouvent aujourd’hui au cœur du débat public. Parfois accusés d’être à l’origine de décisions « inhumaines » ou d’être déconnectés de volonté politique, ils sont l’objet de critiques particulièrement virulentes. Terra Nova s’interroge dans cette note, centrée sur trois algorithmes, Affelnet (affectation des élèves de troisième aux lycées), celui concernant la procédure d’affectation des enseignants et Parcoursup, sur l’origine des nombreux dysfonctionnements observés ces dernières années et sur le rôle réel ou supposé joué par les algorithmes dans ceux-ci. Faut-il sauver les algorithmes d’affectations et, si oui, comment ?” Par Julien Combe, Victor Hiller, Olivier Tercieux, Camille Terrier, le 06/06/2018

Découvrez les réponses à 11 questions très concrètes sur Parcoursup. “Nadège Chapillon, conseillère d’orientation psychologue du Centre de ressources enseignement supérieur ainsi qu’une journaliste spécialiste de l’enseignement supérieur ont répondu à vos questions sur Parcoursup.”

Le Café pédagogique signale : Parcoursup : Les avocats dénoncent l’absence de recours. “" Nous dénonçons les délais exceptionnellement courts... et l’absence de voies de recours effectives pour les candidats moins chanceux... En s’abstenant de prévoir que le silence gardé par un établissement sur une candidature présentée dans le cadre de la procédure nationale de préinscription équivaut à une décision de refus immédiatement contestable, le texte prive les lycéens de toute voie de recours devant le juge administratif avant le terme de cette procédure prévu le 5 septembre, date qui coïncide avec la rentrée universitaire dans de nombreux établissements". Le Syndicat des avocats de France (SAF) s’invite dans le débat sur Parcoursup. Pour le SAF, le décret et l’arrêté qui fondent Parcoursup piétinent allègrement les droits des lycéens. Il dénonce aussi ’"l’opacité" de la procédure. " Sous couvert de la protection du secret des délibérations des équipes pédagogiques chargées de l’examen des candidatures, l’article L612-3 du code de l’éducation instaure un régime particulièrement dérogatoire au droit d’accès aux principaux traitements algorithmiques utilisés pour l’adoption des décisions individuelles."

Et pour sourire, un peu, le Billet de Nicole Ferroni du 6 juin 2018, en 3 minutes : Parcoursup, c’est comme un jeu d’osselets.

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 545 - Accompagner en pratiques
Dossier coordonné par Rachel Harent et Xavier Dejemeppe
mai 2018
Qu’est-ce qu’accompagner au sein et hors de la classe ? Qu’en est-il de l’accompagnement personnalisé ? Comment l’accompagnement vise-t-il à construire l’autonomie de l’élève ? Ce dossier interroge le sens donné aujourd’hui à l’accompagnement de tous les élèves par les enseignants et aussi par les coéducateurs.

N° 544 - Les écrits de travail des élèves
Dossier coordonné par Jacques Crinon et Hélène Eveleigh
mars-avril 2018
À l’école, on n’écrit pas toujours beaucoup, car on est trop souvent dans la logique de production d’un écrit bien fait, qui sera évalué ou communiqué. Or, le langage écrit est aussi un instrument intellectuel, au service du travail quotidien des élèves. Comment les faire écrire davantage ?