Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 6 mai 2010


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 6 mai 2010


Ordre, respect, répression et liberté de recrutement – Carte scolaire : bilan - Enseignement du fait religieux – la parole des parents -


Ordre, respect, répression et liberté de recrutement
D’une certaine manière, le discours de Nicolas Sarkozy, hier mercredi, est l’enterrement des “assises de la sécurité à l’école” qui s’étaient tenues il y a quelques semaines. Alors que ces travaux avaient montré l’importance de la prévention et d’une démarche éducative, le discours présidentiel a pour thème l’ “ordre” le “respect” et la répression. On ne reviendra pas ici sur le détail des mesures, vous pourrez les trouver ici ou là dans la presse . Il s’agit surtout de renforcer la coopération entre l’école, la police et la justice notamment, en accordant un bureau permanent à un policier dans les 53 établissements considérés comme « les plus exposés à la violence ». Le président précise : « le chef d’établissement peut refuser mais doit le faire par écrit ». Il a évoqué aussi une dizaine d’internats pour les “ados ingérables” et “pour qui on a tout essayé” qui ressemblent pas mal aux anciennes maisons de redressement…. Il y a d’autres dispositions encore (dont notamment les désormais fameux – et toujours calamiteux – “stages de tenue de classe”) qu’on trouvera dans les comptes rendus de ce discours
Une mesure, déjà évoquée par Luc Chatel à l’issue des états généraux, mérite cependant qu’on s’y attarde. Afin de stabiliser les équipes enseignantes, certains chefs d’établissement, à titre d’expérimentation, pourront recruter eux-mêmes sur profil leurs profs dès la rentrée. Ce système de “postes à profil” existe déjà mais de manière assez limitée dans l’Éducation Nationale. C’est notamment le cas dans les structures innovantes (regroupées au sein de la Fespi ) telles que le collège Clisthène ou le micro-lycée. Il semble important en effet que dans de tels établissements, il y a ait une adhésion au projet spécifique de la structure. Mais pour que ce type de recrutement existe, il faut qu’un certain nombre de garanties existent. Dont notamment l’existence d’une véritable équipe pédagogique qui valide l’admission d’un nouveau membre et la définition d’un “profil” précis et négocié. S’il s’agit de laisser au seul chef d’établissement ce pouvoir, on laisse la porte ouverte à de nombreuses dérives. Et on peut craindre que cette mesure présentée comme expérimentale ne soit qu’une étape dans une généralisation maladroite d’un pouvoir mal maîtrisé.

Carte scolaire : bilan
Les chefs d’établissements du Syndicat national des personnels de direction de l’éducation nationale (SNPDEN), le principal syndicat, ont réalisé auprès de 2 758 établissements une enquête sur le bilan de l’ouverture de la carte scolaire. On en trouve les résultats dans plusieurs journaux ( dont Le Monde).
Depuis la rentrée 2007, les familles disposent en effet – dans la limite des places disponibles – de la possibilité de choisir leur établissement secondaire. Quel bilan ? L’enquête du SNPDEN met l’accent sur l’aggravation des inégalités. Depuis 2007, 39,7 % des collèges et lycées de zones d’éducation prioritaires ont connu une baisse d’effectifs. Ils sont même 10,7 % à avoir perdu un quart de leurs effectifs. Les bons établissements attirent tous les bons élèves et les collèges ou lycées moyens sont tirés vers le bas. Cette ouverture de la carte scolaire avait pourtant été "vendue" par Xavier Darcos comme une mesure de justice sociale qui allait permettre aux classes défavorisées de choisir leur établissement. En 2007, le ministre se défendait de prendre le risque de « ghettoïser » certains établissements. C’est pourtant ce mécanisme pervers qui est à l’oeuvre.
D’où aussi des phénomènes de files d’attente et de sélection avec un modèle “parisien” qui tend à se généraliser au reste de la France. Pour résumer, on peut dire qu’on a cru (ou voulu nous faire croire) que l’assouplissement de la carte scolaire allait permettre aux familles de choisir le lycée. En fait, ce sont certains lycées qui choisissent leurs élèves...
Au final le syndicat demande au ministre de l’Education de rouvrir ce dossier car "si on laisse faire les choses, dans trois ou quatre ans il sera trop tard", selon lui.

Enseignement du fait religieux
Signalons dans le Figaro un article consacré à l’ enseignement du fait religieux. Depuis le rapport Debray rédigé e 2002, les programmes ont évolué et intégré cette dimension. Depuis 2006, cela est même intégré au socle commun de connaissances et de compétences. Mais le bilan qu’on peut faire est plutôt mitigé et tient tout à la fois à des crispations (religieuses notamment) et à un défaut de formation. « Le problème est celui de l’inculture des professeurs et des élèves sur un sujet aussi sensible, résume Arnaud de Soria, professeur d’histoire et de lettres en lycée professionnel. Du côté des élèves : méconnaissance de leur propre tradition religieuse (les élèves musulmans prennent pour vérités établies des superstitions) et ignorance totale des traditions religieuses des autres. Du côté des professeurs : une formation parfois inexistante. Mais j’ose espérer qu’un enseignant est par nature quelqu’un de curieux qui va tenter de combler ses lacunes… ». Encore faudrait-il que la formation continue soit à la hauteur et permette sur ce sujet aux enjeux cruciaux d’aborder sereinement ces questions.

La parole des parents
La Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) organise un colloque, à Paris, sur le thème « Parentalité et prévention ». Le Parisien consacre un dossier à ce thème et sur le rôle des parents dans la prévention en indiquant que près de 20% des adultes n’ont jamais abordé la question de l’addiction et de ses risques avec leur progéniture. Étienne Apaire, le président de la Mildt rappelle dans un entretien au journal qu’ une récente étude montre par exemple que lorsque les parents ne disent rien contre la consommation d’alcool, il y a une hausse de 10% de l’alcoolisme chez leurs enfants. C’est la preuve que la parole des adultes porte et protège les enfants. Le constat est le même en ce qui concerne les soins. Les traitements sont mieux suivis si les parents s’en mêlent.

Bonne Lecture...


Libération.fr du 06/05/10 (certains articles payants)

Une dizaine d’internats en 2011 pour les élèves « les plus durs »
Devant une brochette de ministres, préfets et inspecteurs d’académie, Nicolas Sarkozy s’exprimait ce mercredi sur son thème fétiche, la sécurité, appliqué aujourd’hui à l’école. Le président a énuméré toute une série de mesures et expérimentations pour la plupart déjà annoncées à l’issue des Etats généraux sur la sécurité à l’école, ou lors de son récent déplacement en Seine-Saint-Denis le 20 avril.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 06/05/10

Difficulté de l’enseignement du fait religieux
Depuis le rapport Debray, les programmes ont évolué, mais les difficultés sont nombreuses.
Lire la suite de l’article


Le Monde.fr du 06/05/10

Le bilan de l’ouverture de la carte scolaire
Les chefs d’établissements du Syndicat national des personnels de direction de l’éducation nationale (SNPDEN), le principal syndicat, ont réalisé auprès de 2 758 établissements une enquête sur le bilan de l’ouverture de la carte scolaire.
Lire la suite de l’article

Après les primes individuelles, Valérie Pécresse annonce des primes collectives pour les chercheurs
Après les primes d’excellence individuelles tant décriées et refusées par une poignée de chercheurs, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche promeut des "primes collectives".
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 06/05/10 (un jour de retard)

À Saint-Vaury, l’État creuse la tombe du lycée pr
Depuis trois mois, l’équipe éducative du lycée professionnel Louis-Gaston-Roussillat, en Creuse, lutte contre la disparition programmée de deux CAP et d’un bac pro à la rentrée prochaine. Une décision susceptible de toucher 240 élèves.
Lire la suite de l’article

Ecole. Un service public en berne
Département rural par excellence, la Creuse prend de plein fouet les suppressions de postes et les fermetures d’écoles.
Lire la suite de l’article

Ecole. Jusqu’à 4 500 euros de surcoût
Bon courage à l’élève creusois qui souhaiterait se lancer dans un CAP pro électricité à la rentrée prochaine… Celui-ci devra se rendre à Saint-Junien (Haute-Vienne). Une élue CGT a calculé le surcoût pour les familles. Aujourd’hui, la dépense à l’année se monte jusqu’à 16 100 euros (internat, transport et éloignement des lieux de formation). Le surcoût se montera à 1 000 euros pour un élève boursier en CAP. Pour les non-boursiers, il sera de 2 800 à 3 000 euros pour un élève de CAP et 4 200 à 4 500 euros pour un élève de bac pro. En Creuse, un habitant sur six vit sous le seuil de pauvreté.
Lire la suite de l’article


Le Parisien (certains articles payants) du 06/05/10

Drogue : parents, apprenez à aider vos enfants
Selon une étude inédite que nous révélons aujourd’hui, 21 %des parents ne parlent jamais des dangers liés à la drogue à leurs enfants.Un chiffre que les spécialistes veulent faire baisser.
Lire la suite de l’article

« On aime notre fils, mais on ne savait pas quoi faire »
Benoît père de Patrick, 17 ans, ancien gros fumeur de cannabis
Lire la suite de l’article

NOS CONSEILS
Parlez-en dès qu’il vous pose des questions, quel que soit son âge. Pour Philippe Jeammet*, professeur de psychiatrie de l’adolescent, président du conseil scientifique des assises organisées aujourd’hui par la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt), c’est dès le plus jeune âge, avant un éventuel conflit, que les parents doivent se positionner contre toutes les formes d’addictions.
Lire la suite de l’article

« La parole des adultes protège les jeunes »
Etienne Apaire président de la Mildt
Lire la suite de l’article


La Croix du 06/05/10

La télévision, un danger pour les jeunes enfants
Selon une étude canadienne, l’exposition excessive des tout-petits à la télévision affecte leur développement
Lire la suite de l’article


Les échos (certains articles payants) du 06/05/10

Rien vu...


20 minutes du 06/05/10

donner aux écoliers du temps pour mieux apprendre
Éducation Un rapport de l’Institut Montaigne critique les rythmes scolaires
Lire la suite de l’article

Absentéisme : Nadine Morano annonce de nouvelles aides pour les familles
Cinquante trois millions d’euros supplémentaires d’ici à 2012 vont être affectés au « réseau d’écoute et d’appui des familles »...
Lire la suite de l’article

Une dizaine d’internats pour les élèves « les plus durs »
«  Il est temps de rétablir les mots respect et ordre.  » Dès le début du discours de Nicolas Sarkozy sur les violences scolaires hier à l’Elysée, le ton était donné.
Lire la suite de l’article


Rue89 du 06/05/10

La République des absents
Par Mouloud Akkouche, Ecrivain

Les absents ont toujours tort. La chasse à l’absentéisme scolaire est ouverte par le président de la République et son ministre de l’Education nationale. On évoque à nouveau la possibilité -une mesure quasiment jamais appliquée- de suspendre les allocations familiales pour les familles dont les gosses sèchent l’école.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 06/05/10

Carte scolaire : de « sévères » fuites d’élèves
La carte scolaire a été assouplie en 2007, à l’initiative de Xavier Darcos. Trois ans après, selon une enquête, les contrecoups sont sévères pour 15 % des établissements. Ils perdent un quart de leurs élèves.

Lire la suite de l’article

Pour mettre fin à la violence à l’école, Sarkozy a un plan
Nicolas Sarkozy a présenté mercredi une série de mesures destinées à juguler les violences et l’absentéisme scolaires, affirmant qu’il serait « intraitable » sur ces questions, dans un discours à l’Elysée devant les préfets, procureurs généraux et recteurs d’académie.
Lire la suite de l’article


Le Journal du Dimanche du 06/05/10

Écoles : "L’ordre" de l’Elysée
Un mois après les Etats généraux de la violence dans les écoles, Nicolas Sarkozy a disséqué le "problème" des violences scolaires, mercredi, lors d’un discours à l’Elysée. Il veut "rétablir le respect et l’ordre" dans les établissements scolaires, quitte à bousculer la fonction publique.
Lire la suite de l’article

Bandes : "L’expression d’une souffrance"
Il y aurait aujourd’hui 618 bandes en France. C’est ce que révèle un rapport de la sous-direction de l’information générale (SDIG) que s’est procuré Le Figaro. Si les bandes ont toujours existé, elles ont cependant évolué au fil du temps comme l’explique le sociologue Michel Fize au JDD.fr. Et cette escalade de la violence est due, selon lui, à un climat social dégradé.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 06/05/10

Sarkozy et la création d’un fichier élèves "décrocheurs"
"Avant 16 ans, il est possible de répertorier l’absentéisme scolaire et nous voulons savoir ce que deviennent tous les jeunes qui sortent de l’école à cet âge", a plaidé le chef de l’Etat en annonçant la création de ce nouveau fichier.
Lire la suite de l’article


L’Express.fr du 06/05/10

Rien vu...


Le Café Pédagogique du 06/05/10

Le CPE : Bras droit ou bras gauche de la direction ?
Alors qu’on parle d’instituer des "préfets des études", que le gouvernement aborde la question de la violence scolaire et de l’absentéisme sous le seul angle de la répression, les CPE s’interrogent sur leur avenir et celui de leur métier.
Lire la suite de l’article

Violence scolaire : Les mesures du président candidat Sarkozy
Attention un candidat peut nuire gravement à un président. Nicolas Sarkozy a prononcé le 5 mai un discours sur la lutte contre les violences scolaires devant les préfets, procureurs, inspecteurs d’académie et recteurs. Il a repris les mesures démagogiques qu’il avait annoncé le 24 mars.
Lire la suite de l’article


Médiapart (accès payant) du 06/05/10

Rien vu...


ÉducPros du 06/05/10

Nicolas Sarkozy dévoile son plan de lutte contre les violences scolaires et l’absentéisme
Le Président de la République a réuni les inspecteurs d’académie (IA), préfets, procureurs généraux et recteurs, à L’Elysée le 5 mai 2010 pour leur exposer ses mesures contre les violences à l’école et l’absentéisme. La plupart d’entre elles avaient été annoncées le 8 avril dernier par Luc Chatel, ministre de l’Education nationale, lors des Etats généraux de la sécurité à l’école.
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 06/05/10

Discours de Sarkozy sur les violences scolaires : réactions syndicales
Voici les réactions de syndicats enseignants et d’une fédération de parents d’élèves au discours de Nicolas Sarkozy sur la lutte contre les violences et l’absentéisme scolaires, dans des communiqués distincts jeudi :
Lire la suite de l’article

Carte scolaire : pas d’effets suffisamment "saillants" pour en tirer des conclusions (ministère)
L’assouplissement de la carte scolaire n’a pas eu à ce jour d’effets "saillants" permettant d’"en tirer des conclusions", a déclaré jeudi à l’AFP le ministère, interrogé sur une étude critique du principal syndicat des chefs d’établissements qu’il juge toutefois "intéressante".
Lire la suite de l’article

Carte scolaire : déstabilisation des établissements moyens (enquête syndicat)
L’assouplissement de la carte scolaire a eu pour effet en trois ans de davantage "ghettoïser" les établissements des zones difficiles et de déstabiliser les établissements moyens, selon une étude du principal syndicat des chefs d’établissements, la première du genre.
Lire la suite de l’article

Apprentissage : un plan d’action du gouvernement avant l’été
Le gouvernement "présentera avant l’été un plan d’action" pour développer l’apprentissage et l’alternance, a indiqué mercredi l’entourage du secrétaire d’Etat à l’Emploi Laurent Wauquiez.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre…
Lisez et achetez des journaux !