Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 6 janvier 2005


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 6 janvier 2005

Grand barnum médiatique aujourd’hui devant les lycées. Les ministères de l’Éducation et de l’Intérieur organisaient des contrôles d’identité et des opérations de « sécurisation ». Visiblement, seuls les ministres eux-mêmes, semblent croire à ce type d’événement à grand spectacle...
L’Humanité se penche sur les expulsions pratiquées,elles, avec beaucoup moins de battage. Plusieurs articles s’intéressent plus particulièrement au sort des jeunes scolarisés qui sont expulsés avec leur famille.
Jacques Chirac, à l’occasion des vœux, a soutenu fortement la « Loi Fillon » pourtant rejetée au CSE par la quasi-totalité des acteurs du monde éducatif. Une opération de « sécurisation » du Ministre... ?
Bonne Lecture...


Libération du 06/01/05

Eloge présidentiel du projet Fillon
Jacques Chirac a prononcé hier un éloge enthousiaste du projet de loi d’orientation que le ministre de l’Education, François Fillon, présentera la semaine prochaine en Conseil des ministres. L’objectif de cette réforme est, a-t-il rappelé, de « >construire une école plus juste, plus efficace, plus ouverte, plus sûre ». Il a notamment salué l’ambition de garantir à chaque élève la « maîtrise d’un socle commun de connaissances ». Cette disposition phare du projet est aussi celle que les syndicats contestent le plus violemment. A l’attention des enseignants, Chirac a promis que la loi devait leur « permettre de mieux s’investir encore dans la réussite de leurs élèves en leur assurant la liberté pédagogique et en améliorant leur formation initiale et continue ».
Lire la suite de l’article

Ecoles : contrôles policiers à grand spectacle
Grand barnum aux abords des établissements scolaires ce matin, à l’initiative du ministère de l’Intérieur et avec la participation de la Justice et de l’Education nationale : les forces de l’ordre vont procéder à des contrôles d’identité massifs. D’après la circulaire émise par le garde des Sceaux le 3 janvier, il s’agit d’une « opération nationale de sécurisation », dans le cadre de la lutte « contre les trafics et violences divers ». Inutile de dire que ni les policiers, ni les enseignants, ni les magistrats ne croient une seconde à l’efficacité de ce genre d’opération « coup de pub », selon l’expression de Frédéric Lagache, du syndicat de policiers Alliance.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 06/01/05

Polémique autour de l’opération de « sécurisation » des écoles
Le ministre de l’Intérieur Dominique de Villepin, qui a lancé aujourd’hui à Orléans une opération controversée de « sécurisation » aux abords des établissements scolaires, a demandé à « être jugé sur pièces ». « Si s’occuper de la protection des plus jeunes, si se mobiliser pour assurer la sécurité dans les écoles, autour des écoles et sur les trajets gêne quiconque, qu’ils voient dans quel esprit nous le faisons », a déclaré le ministre à la presse. La FCPE dénonce une « mascarade pitoyable ».
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 06/01/05

À Dreux, deux jeunes Russes contraints de fuir l’école
Artium, 8 ans, et Sofia, 11 ans, sont scolarisés à Dreux depuis 2002. Tout allait bien. Sofia, la jeune enfant russe, avait même eu les honneurs de la presse locale pour ses très bons résultats scolaires. Ils sont arrivés en France avec leur mère, Nathalia, pour rejoindre leur père, Sergeï, qui s’était enfui, deux ans auparavant.Déserteur en Tchétchénie, le père n’a pas eu le droit d’asile, la mère non plus : le préfet d’Eure-et-Loir veut faire du chiffre.
Lire la suite de l’article

à Pau, Samuel arrêté dans son collège
Samuel, nous avons déjà évoqué son affaire. Il est né en 1988, il a été arrêté dans son collège de Pau sous le nez de son professeur et de ses camarades, les conclusions d’un examen de ses os disent qu’il a dix-neuf ans. Pour la police, il est expulsable. Il est donc conduit à Paris. Les autorités ghanéennes délivrent un visa de retour qui stipule 1988 comme date de naissance. Comme il est toujours mineur, les enseignants et son avocat réussissent à empêcher l’expulsion.[...] Pour l’instant, Samuel est à l’abri. Mais il vit très mal cette clandestinité. Quand il en parle, sa voix se brise, les larmes affleurent. Quand il est arrivé, Samuel parlait l’anglais, pas le français. C’est pourtant dans un français clair qu’il s’exprime aujourd’hui. « Je ne sais pas si je vais pouvoir retourner à l’école. Pour l’instant, je me cache parce que je suis libre mais la situation n’est pas nette. Ce que je veux, c’est retourner au collège. C’est cela, l’important.  »
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 06/01/05

Polémique sur la « sécurisation »
L’OPÉRATION NATIONALE de « sécurisation » organisée aujourd’hui aux abords des établissements scolaires par les ministères de l’Intérieur et de la Justice a soulevé, hier, la colère du PS et de plusieurs syndicats, qui parlent de «  spectacle  » ou de «  gesticulation  ».
Lire la suite de l’article

Mehdi, enfant des cités, bientôt policier
S’IL A CHOISI d’entrer dans la police, « c’est parce qu’il y a de l’action ». A 19 ans, Mehdi Mabrouk, cheveux courts et regard assuré, n’est pas encore fonctionnaire de police mais il est sur la bonne voie. Depuis octobre, il porte l’uniforme des cadets de la République. Cette semaine, lui et ses camarades ont été conviés par le ministère de l’Intérieur pour la cérémonie des voeux, place Beauvau. Dominique de Villepin veut en effet développer le système de ces cadets de la République « pour tous les enfants de France » . Actuellement, 550 jeunes sont répartis dans une trentaine d’établissements. L’an prochain, leur nombre devrait être porté à un millier, et le principe étendu à la gendarmerie et aux pompiers.
Lire la suite de l’article


La Croix du 06/01/05

Rien vu...


20 minutes du 06/01/05

Contrôles contre violences scolaires
Les ministères de l’Intérieur et de la Justice organisent aujourd’hui aux abords d’établissements scolaires des opérations de « sécurisation » contre les violences scolaires. Leur nombre n’a pas été précisé. Elles se traduiront notamment par des contrôles d’identité. Des enseignants, des policiers et des magistrats dénoncent une opération de pure « communication ».
Lire la suite de l’article

Lille : Politique de la chaise vide à l’école
Lundi, ils feront l’école buissonnière. Les syndicats enseignants devraient boycotter comme l’an passé la réunion de commission technique paritaire qui doit leur présenter les détails des réductions d’effectifs prévues dans l’académie. Et pour cause : avec 895 suppressions au total, l’hémorragie des postes bat des records, encouragée par la chute démographique (plus de 8 200 élèves en moins dans le secondaire).
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 07/01/05

Polémique sur la pertinence des opérations de sécurisation autour des écoles
Opération de sécurisation ou de communication ? Les contrôles d’identité opérés jeudi 6 janvier par les forces de police autour des établissements scolaires sensibles ont soulevé une polémique sur la pertinence et la légalité de ce type d’action, censée contribuer à la lutte contre les violences scolaires.Des syndicats d’enseignants, rejoints par certaines organisations de magistrats et de policiers, ont vivement dénoncé l’initiative du gouvernement en soulignant son inefficacité. Le ministre de l’intérieur, Dominique de Villepin, devait assister à une de ces opérations, à Orléans.
Lire la suite de l’article

Des syndicats de police et d’enseignants dénoncent "une opération publicitaire" organisée par le ministère de l’intérieur
Une "opération nationale de sécurisation" est organisée, jeudi 6 janvier, aux abords de certains établissements scolaires : une initiative de pure "communication" pour de nombreux enseignants, policiers et magistrats.
Lire la suite de l’article

Jacques Chirac défend le projet de loi Fillon sur l’école
Le président Jacques Chirac a demandé mercredi 5 janvier la mobilisation de l’ensemble de la communauté éducative en faveur de la future loi d’orientation sur l’école, dont la réforme met en jeu "l’avenir de notre pays".
"L’objectif de la réforme engagée par le gouvernement, c’est de garder toute sa force à notre modèle et de le faire progresser. C’est de construire une école plus juste, plus efficace, plus ouverte, plus sûre
", a déclaré le chef de l’Etat lors de ses vœux aux corps constitués, à l’Elysée. "Une école plus efficace, c’est une école qui garantit à chacun la maîtrise d’un socle commun de connaissances", a estimé M. Chirac, alors que cette disposition-clé du projet de loi est contestée par des syndicats d’enseignants.
Ces objectifs "doivent mobiliser l’ensemble de la communauté éducative, mais aussi les parents (et) l’Etat tout entier, parce que c’est l’avenir de notre pays qui est en jeu", a-t-il lancé devant plus de 600 représentants de la haute fonction publique, mais en l’absence du ministre de l’éducation nationale, François Fillon, hospitalisé dans la matinée pour des problèmes de dos.
Lire la suite de l’article