Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 5 janvier


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 5 janvier

Crises - Former - Réformer

Une petite revue de presse aujourd’hui : beaucoup de polémiques, quelques informations sur l’enseignement et un peu de réforme...


Crises

"Depuis plusieurs mois, des lycées sont en grève pour contester leur sortie de l’éducation prioritaire. "Un sur cinq. C’est la proportion d’élèves de collège qui est actuellement dans un établissement REP (Réseau d’éducation prioritaire). Ces réseaux ont remplacé les anciennes ZEP (Zones d’éducation prioritaire), lors de la refonte de la carte d’éducation prioritaire, à la rentrée 2015. Un REP comprend ainsi un collège et les écoles primaires du secteur. Il y avait, à la rentrée 2016, 1095 REP."

Education nationale : les démissions d’enseignants bondissent "Les démissions d’enseignants sont en forte hausse depuis 2012. Les chiffres, glissés dans le rapport budgétaire des sénateurs Jean-Claude Carle (LR) et Françoise Férat (UDI), et repérés par le site spécialisé du « Café pédagogique », interpellent. Ils révèlent, selon les parlementaires, « une progression inquiétante du phénomène auprès des enseignants stagiaires, particulièrement dans le premier degré ». Leur taux de démission est ainsi passé de 1% en 2012-2013 à 3,18% en 2015-2016. Soit un triplement sur la période."

RETOUR D’UNE POLÉMIQUE. "Une ordonnance du tribunal administratif de Toulon nous apprend que le député-maire de Six-Fours-Les-Plages, Jean-Sébastien Vialatte (LR), a envoyé la police municipale devant une école afin de signifier l’opposition de la mairie à la tenue d’un cours d’arabe facultatif. Contacté par LCI, l’élu confirme l’envoi des policiers municipaux".

Une vision très polémique du plan numérique : “Prof en collège, Karine Mauvilly a démissionné face au "plan numérique pour l’éducation". Pour elle, il s’agit d’une intrusion du monde marchand à l’école. Les aspects négatifs du numérique sont plus nombreux que les positifs. Montrer une vidéo à des élèves peut avoir un intérêt pédagogique. Mais pas besoin de les numériser individuellement avec une tablette. Cela ne vise qu’à vendre des objets numériques aux élèves et à l’Ecole. Par ailleurs, de nombreux aspects mettent en danger la santé des enfants, ou sont négatifs pour l’apprentissage.”


Former

"Le deuxième trimestre est un peu aux élèves ce que le cap Horn est aux navigateurs : un passage difficile à négocier, au milieu d’une route encore longue avant l’arrivée. Entre la fatigue qui s’installe et le stress qui monte, le deuxième trimestre est réputé le plus difficile pour les élèves." Du primaire au lycée, voici les conseils des enseignants pour ne pas couler.

"Dans le monde de l’éducation, le débat sur les devoirs revient régulièrement sur le tapis. Faut-il les interdire ou les faire en classe ? Normalement, les élèves n’en ont plus en primaire, mais une association voudrait aussi les supprimer au collège. Ce qui n’est pas forcément du goût des enseignants ou des parents."

Une ressource intéressante pour l’EMI. "Le constat d’un auteur de fausses infos sur Facebook : « Personne ne vérifie. C’est effrayant ». Paul Horner possède un petit empire de sites qui font des canulars plus ou moins marrants. Il pense que la différence, après l’apparition du catalyseur Trump, est que les gens croient tout ce qu’ils lisent, même quand on leur prouve que c’est faux."


Réformer

Une tribune très pro-libérale : “A-t-on du mal à réformer en France ? Éducation, Santé, Assurance chômage, Logement… accordons aux Français le droit de choisir entre plusieurs systèmes afin de mesurer celui qui répond le mieux à leurs exigences ! On a pu remarquer que tous les pays qui s’en sortent ont fait des réformes libérales. Et aucun domaine n’a été épargné : ni le monde du travail, ni celui de l’éducation, ni celui de la santé. Il n’y a pas de secteur tabou. On nous dit qu’en France, il est très difficile de réformer et de changer de modèle social, même si celui-ci est en faillite et fabrique des millions de chômeurs”

Éducation, comment « tuer le mammouth ». "Dans leur ouvrage, Bernard Toulemonde et Soazig Le Nevé dressent – sans surprise – le tableau d’une école malade de ses inégalités et dont les élèves – « cette fois, ce n’est plus une impression, c’est un constat unanime » – voient leur niveau baisser. Une école dans laquelle les velléités de changement se heurtent systématiquement au mur des syndicats et des lobbies.
« Sous prétexte de liberté pédagogique, inscrite dans la loi Fillon de 2005, le métier est conçu comme une profession libérale exempte de toute subordination hiérarchique, de tout compte rendu d’activité et de tout travail d’équipe », déplorent les auteurs."

Second degré : Poussée du privé au collège et en seconde. "Constatée au primaire, la poussée du privé concerne aussi le seconde degré affirme une récente étude de la Depp. A la rentrée 2016, le collège public a perdu près de 10 000 élèves quand le privé en gagne plus de 6 000. L’étude met en évidence une autre évolution : la baisse du redoublement fait gonfler à la fin de la seconde les filières technologiques. La voie professionnelle continue à perdre des élèves. Les réformes jouent-elles contre l’Ecole publique ?"

Géraldine Duboz
Demain, c’est le retour de Pascal Thomas


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Former les futurs citoyens

N° 530
Dossier coordonné par Laurent Fillion et Pascal Thomas
juin 2016
Mise en place du nouveau socle commun, de l’enseignement moral et civique : l’éducation à la citoyenneté, thème souvent abordé par les Cahiers pédagogiques, revient au cœur des préoccupations. De quelle éducation à la citoyenneté parle-t-on ? Comment ne plus la confondre avec une éducation au civisme et à la civilité ?

N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

Dossier coordonné par Évelyne Chevigny et Roseline Ndiaye
décembre 2016
L’enseignement des sciences expérimentales s’est considérablement renouvelé. Ces changements ont visé à mettre l’élève au centre, en prenant en compte les travaux de la didactique ainsi que les réflexions sur le bagage intellectuel de base pour tout citoyen du XXIe siècle, au cœur d’une société basée sur les sciences et les technologies.