Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 5 février 2015


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 5 février 2015

Redoublement - Conférence présidentielle - Maternelle - Développement durable - Et plateforme numérique


L’actualité éducative du jour nous montre à travers la recension de moult conseils et conférences que l’Education Nationale a tendance à multiplier ses priorités en ce moment.

Conseils sur le (re)doublement

Le CNESCO a présenté hier ses recommandations pour remplacer le doublement dans un document de 42 pages
Le Café Pédagogique nous présente les deux propositions phares qui en émergent :« un examen de rattrapage durant l’été et le suivi sur trois ans par le même professeur des élèves du cycle 2. »
Le Conseil National d’Evaluation du Système Scolaire « propose d’expérimenter le suivi de classe sur tout le cycle 2. Pendant 3 ans, les écoliers ne pourraient pas redoubler mais suivraient d’année en année le même maitre. Pour le Cnesco ce procédé améliore les résultats scolaires car professeur et élèves se connaissent bien. Cela supprime le mois nécessaire à la prise en main de la classe en début d’année. Les élèves savent aussi mieux coopérer. »
« La seconde grande proposition du Cnesco, c’est l’examen de rattrapage en septembre. Ce dispositif est déjà très fréquent en Europe et souvent couplé avec des écoles d’été. L’examen est destiné aux élèves susceptibles de redoubler. Si l’élève réussit l’examen il passe dans la classe supérieure. Pour le Cnesco cela a aussi l’avantage d’obliger les établissements à définir précisément les conditions du redoublement. Une école d’été, sur trois semaines en petit groupe et sur les fondamentaux, permet de se préparer à l’examen. »
Voilà donc deux propositions pour le moins contradictoires, de quoi satisfaire (ou fâcher ?) tout le monde.
Sur Eduveille, Olivier Rey commente ces propositions d’expérimentation sur dix ans du Cnesco. Pour lui on change de perspective : « au lieu de partir de l’idée que des élèves "n’ont pas le niveau" et qu’il faut les traiter "à part", ces dispositifs proposent un traitement de la difficulté scolaire dans la classe en introduisant des variations dans les modalités d’apprentissage.
Autrement dit, ils postulent que les difficultés scolaires sont de même nature pour tous les élèves, mais qu’elles présentent des degrés de difficultés différents pour chacun, plus élevés et donc plus problématiques pour certains. Il s’agit dès lors d’essayer de comprendre ce que les élèves ne comprennent pas, plutôt que de leur répéter la même chose de la même façon pendant une année supplémentaire en espérant que "ça rentre mieux".
 »
Ce constat très juste ne semble pas aussi évident, mais alors pas du tout, avec la proposition de créer des « écoles d’été » et cet examen de passage/rattrapage. Imposer moins de vacances à des élèves en échec qui n’aiment donc que rarement l’école, une bonne idée ? Pour trois semaines de bachotage pré-examen ?


Conférence présidentielle

L’autre grande actualité du jour c’est la conférence du Président. Encore très marquée par la suite des attentats, il y a quand même été question d’éducation et en particulier de laïcité à l’école.

Sur ce sujet, Libération et Le monde dans leurs live ne semblent pas d’accord. Pour Libération, le Président aurait dit : « La laïcité, ce sont des valeurs et des règles de droit. Elle n’est pas négociable. Elle doit se transmettre, s’apprendre. Ce sera fait dans l’école, tout au long de la scolarité obligatoire ». Ces propos sont contredits par Le Monde qui a entendu « la laïcité doit se transmettre et s’apprendre, notamment par l’école. » Ce n’est pas tout à fait la même idée et c’est là tout l’enjeu pour l’école, ne plus être seule responsable des maux de la société. Vérification faite, le journaliste du Monde a bien entendu.
Le président y a rappelé son attachement à la loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat dès son propos liminaire. Le Chef de l’Etat a ensuite évoqué la lutte contre le décrochage scolaire comme le note Libération « Notre responsabilité, c’est de promouvoir l’école de la République. De nouveaux moyens seront donnés à la lutte contre le décrochage scolaire, la formation des enseignants sera renforcée. »
Le Figaro commente un seul point lors de son live, la remarque du Président sur le numérique à l’école : « Une grande école du numérique sera créée » Le président a annoncé sa création en une phrase sans s’étendre. » Il est vrai que l’annonce laisse un peu les acteurs de l’éducation sur leur faim, le plan correspondant sera annoncé ultérieurement...
Pour cela, il mise aussi sur la revalorisation du lycée professionnel. Mais comme le souligne Marie-Christine Corbier dans Les Echos ce n’est pas nouveau, « Le gouvernement a confié mi-décembre une mission à l’ancien président de la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI) Christian Lerminiaux sur une nouvelle filière professionnelle post-bac qui vise à lutter contre l’échec des bacs professionnels à l’université. Un rapport d’étape est attendu au printemps. ». Sandrine Chesnel demandait tout à l’heure sur Twitter :« Un/e journaliste Education dans la salle #confPR ? Pour demander au PR comment il compte revaloriser les lycées pros...(si, c’est important) », gageons que nous pourrons rapidement lui apporter une réponse. Ce printemps ?
Le Président insiste aussi sur la maitrise du Français comme le suggèrent Mattea Battaglia et Aurélie Collas dans un article du journal Le Monde « Autre chantier prioritaire, la maitrise du français, présentée comme un outil phare pour lutter contre les inégalités. Le ministère a déjà annoncé une évaluation en classe de CE2 afin, dit-il, de « mieux identifier les difficultés » des élèves et mettre en place des « réponses adaptées ». Pour mémoire, la gauche avait, dès son arrivée au pouvoir, mis un terme aux remontées nationales des évaluations de CE1 et CM2 instaurées par la droite. »... Encore une priorité du Ministère...
A ce sujet, Marie-Caroline Missir a déclaré sur Twitter :« Si Hollande parle du retour des évaluations en CE2 -enterrées par son gouvernement-, ben j’annule tout. #ConfPR ». Espérons qu’il s’agissait d’une plaisanterie !

JPEG - 123.7 ko
Le dessin de Jean-Marie Olaya

Mais les annonces qui retiennent le plus l’attention sont celles autour des réservistes citoyens bientôt dans les écoles. L’article du Monde titre même dessus tout en étant plus large puisqu’il évoque aussi les réformes et la maternelle. Mais il commence par mettre en avant l’inflexion du discours présidentiel « En matière d’éducation, François Hollande a mis de côté le slogan de la « priorité au primaire », martelé depuis 2012, pour ouvrir de nouveaux chantiers, au lendemain de la tuerie de Charlie Hebdo. Maitrise du français, transmission des valeurs républicaines, création d’une « réserve citoyenne d’appui » aux 64 000 écoles et établissements… ”Dans chaque académie, à partir du printemps, le recteur pourra faire appel à des citoyens bénévoles, actifs ou retraités – journalistes, avocats, professionnels de la santé, du monde de l’entreprise, enseignants, etc. –, invités à intervenir en classe et sur le temps périscolaire.” » « Si c’est négocié avec l’enseignant, si cela correspond à une demande de l’équipe pédagogique, pourquoi pas, mais ça ne peut pas être imposé », réagit Frédérique Rolet, du syndicat SNES-FSU. Inflexion notée aussi concernant le collège : « la réforme du collège, qui doit être divulguée au printemps. M. Hollande a toujours plaidé en faveur du maintien du collège unique, et donc contre les filières d’apprentissage précoce. Il n’en est pas moins ouvert à l’introduction d’une certaine souplesse et diversité des parcours. Un collège unique, mais pas uniforme.
La réforme qu’est en train d’imaginer sa ministre de l’éducation nationale instaurerait un tronc commun d’enseignements, regroupant toutes les disciplines actuelles, auquel s’ajouteraient des « enseignements complémentaires » (jusqu’à quatre heures hebdomadaires). Il s’agirait de modules thématiques mobilisant plusieurs disciplines. Ce qui suscite, déjà, des inquiétudes chez certains syndicats, qui redoutent une diminution des horaires de chaque matière.
 »


Conseil pour la Maternelle

Même si cette actualité est un peu éclipsée par la conférence du Président, le CSE se réunissait aujourd’hui pour discuter et voter le programme du cycle 1, la maternelle.

Hier dans Rue des Ecoles, Louise Touret l’évoquait avec ses trois invités Marie-Thérèse Zerbato-Poudou, Jean-Paul Julliand et Bruno Suchaut. Ils ont su éviter les postures comme les y invitaient la journaliste. On a pu y entendre parler de la maternelle comme d’une école particulière, développant l’ouverture vers les autres à travers une socialisation scolaire différente de celles des autres espaces de la société. Louise Tourret y a notamment évoqué la pédagogie, et l’ambiance sonore particulières de cette école. Il y fut beaucoup question du bain linguistique français, mais aussi du français scolaire qu’elle procure aux enfants allophones et francophones. A ce sujet Jean-Paul Julliand a insisté sur les écarts sociaux, il y a dit que « dès 24 mois, il existe des écarts importants de vocabulaire selon les milieux sociaux et la maternelle permet de réduire en partie cet écart » tout en déplorant les problème d’encadrement qu’y rencontrent les enseignants. Il fut ensuite question des études menées aux Etats-Unis sur ces questions et du taux de scolarisation en maternelle qui n’empêche pas l’école française d’être une championne des inégalités. Mais Bruno Suchaut notait que malgré un taux de 99% de scolarisation en maternelle, « on dépense moins en France que dans les autres pays de l’OCDE [...] et surtout moins dans la maternelle que dans le lycée en France »
Dans Le Monde, on insiste aussi sur le rôle d’apprentissage de la langue dévolu à la maternelle. On peut lire que « le futur programme de maternelle, soumis jeudi à la communauté éducative pour entrer en vigueur à la rentrée 2015, mise sur la préparation à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Le développement de la conscience phonologique, qui permet à l’enfant de se préparer à entrer dans le « lire-écrire », y a toute sa place. C’est à partir de 3-4 ans, peut-on y lire, que les enseignants peuvent « centrer l’attention [des enfants] sur le vocabulaire, sur la syntaxe et sur les unités sonores de la langue française »
Le CSE a voté à l’unanimité (moins 4 abstentions et en l’absence des élus FO) le projet de programme. On peut retrouver le déroulé de ce CSE via les tweets de ses membres.
Marie-Caroline Missir de l’Express évoque à sa manière ce qui pourrait figurer dans de tels programmes dans un hommage à sa grand-mère décédée il y a peu
« L’enseignement dès le plus jeune âge de l’empathie – aux fondements de la capacité à apprendre, Stanislas Dehaene ne dit pas autre chose –, l’éducation au goût, le développement du jeu, l’attachement au passé et l’inscription de l’enfant dans une perspective temporelle à travers la mémoire familiale, tout cela pourrait utilement figurer dans un programme de maternelle.
J’ai eu beaucoup de chance puisque ma grand-mère a joué ce rôle à la perfection.
 »


Développement durable

La Revue de presse d’hier évoquait le nouveau plan d’ éducation à l’environnement et au développement durable. On trouve aujourd’hui au BO : éducation prioritaire, éducation au développement durable, orientation et examens. L’éducation prioritaire concerne la liste des établissements des dispositifs REP et REP+. La nouveauté, c’est l’annonce de l’année 2015 comme l’année du développement durable à l’école pour faire vivre les valeurs républicaines à l’école :
« Solidarité, responsabilité, engagement, respect : le développement durable mobilise des valeurs similaires à celles de la République. Donner les moyens aux enfants et aux adultes autour d’eux d’apprendre à respecter l’environnement, c’est leur apprendre à se respecter eux-mêmes et à respecter les autres. Bâtir des projets communs autour de l’environnement, notamment à l’école, en collège ou au lycée, c’est faire vivre de manière concrète la notion de fraternité et montrer aux jeunes qu’ils sont capables de s’engager ensemble dans un projet, au-delà de leurs différences.”
“La lutte contre le changement climatique est désignée Grande Cause nationale 2015, “
Les écoles sont invitées à montrer l’exemple et notamment à “réussir le pari de la transition énergétique et former à une citoyenneté respectueuse de l’environnement”.
“Pour mobiliser les élèves de manière ludique, ou en s’appuyant sur la sensibilisation par les pairs, des simulations de négociations internationales sur le changement climatique seront organisées d’ici l’automne 2015 dans chaque collège et chaque lycée, avec toutes les classes qui le souhaitent. Des éco-délégués (délégués de classe sur le développement durable) seront désignés dans tous les collèges et lycées pour sensibiliser leurs camarades et proposer des projets communs
. » et des appels à projets avec des récompenses et un concours, il y en aura aussi dans le Supérieur.
On voit que les projets pour l’école se multiplient.

JPEG - 158.8 ko
Le dessin de Geneviève Brassaud

Une plateforme numérique pour l’orientation professionnelle en Auvergne

La Région Auvergne se vante d’avoir toujours fait preuve d’innovation en matière de numérique. Pour le site Actualités de la formation « cela ne risque pas de s’arrêter, si l’on en croit la convention quadripartite pour la mise en place d’une plateforme numérique dans le cadre du service public régional de l’orientation (SPRO), signée le 30 janvier à Clermont-Ferrand. » et qui réunit la Région Auvergne, le Rectorat de l’académie de Clermont-Ferrand, l’Onisep et le Carif-Oref Auvergne.
« C’est une première et George Asseraf, directeur général de l’Onisep, aimerait bien qu’elle fasse boule de neige. » Accessible dès avril 2015 via le portail du Carif-Oref Auvergne, la plateforme devrait « permettre l’accès de tous à une information de qualité sur les métiers et les formations dans le cadre du continuum formation initiale – formation tout au long de la vie »

JPEG - 70.6 ko
Le dessin de Jean-Marie Olaya

Emilie Kochert et Laurent Fillion se sont parfois emmêlés le clavier pour vous rédiger cette revue de presse. Nos deux dessinateurs ne se sont pas emmêlés les crayons pour l’illustrer. Demain ce sera Mila Saint Anne qui vous la proposera.


JPEG - 59.9 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Quelles alternatives au redoublement ?
Hors-série n°19 - octobre 2009
Ce dossier combine les réflexions de fond, les échos de recherches et les témoignages, de l’école primaire au lycée. Les redoublements ne constituent pas une solution à l’échec scolaire, mais il faut tenir compte de la complexité des situations, des effets pervers possibles, tant il ne s’agit pas de laisser les élèves à l’abandon.

Actualité de la pédagogie différenciée
Revue n°503 - fevrier 2013
La pédagogie différenciée apparait comme une réponse à de multiples problèmes : l’accueil d’élèves non francophones, d’élèves handicapés, la lutte contre l’échec scolaire et la garantie pour tous d’un socle commun. Un dossier pour faire le point sur les différences entre élèves.

Tout commence en maternelle
Revue n°517 - decembre 2014
Ils ont entre 2 et 6 ans et ils interpellent la communauté éducative pour qu’elle pense leur école, redéfinisse ses missions, entre épanouissement de l’enfant et apprentissages. Que sait-on aujourd’hui de l’école maternelle ? Quelles sont les attentes ? Qu’y apprend-on et pour quoi ? Avec qui ?

L’école maternelle aujourd’hui
Revue n°456 - octobre 2007
Le dossier explore ce qui se joue dans ces « petites classes » : si le « jeu » y garde droit de cité, si la socialisation demeure un des objectifs essentiels, là n’est pas le seul horizon de la maternelle, lieu des premiers apprentissages.