Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 3 janvier 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 3 janvier 2019

Blanquer — Evaluer — Supérieur — Contexte, histoire

Première revue de l’année 2019. Et toute l’équipe vous souhaite une belle année !


Blanquer

Et commençons par les vœux du ministre
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, présente ses vœux à "ceux qui œuvrent chaque jour pour l’éducation, parents, professeurs, personnels de l’éducation".“

Éducation, Jean-Michel Blanquer persiste sur la voie des réformes
La réforme du lycée n’est pas encore pleinement en vigueur que déjà le ministre de l’éducation ouvre de nouveaux chantiers, notamment ceux, sensibles, de la formation des enseignants et de l’évaluation des établissements.”

Les étapes de la réforme : ce qui change en 2019
Le 21 décembre, le ministère du Travail présentait à la presse les grands enjeux et changements prévus en 2019. Pour cette année d’exécution des réformes de l’apprentissage et de la formation professionnelle, qui nécessiteront un changement des mentalités, le gouvernement entend mettre l’accent sur l’accompagnement des acteurs.”

Dans la promotion de la Légion d’Honneur du 1er janvier, pour le ministère de l’éducation on trouve un certain nombre de personnes attendues : Souad Ayada, Philippe Tournier (ancien Pdt du SNPDEN), Aziz Jellab, ...Et puis il y a aussi notre copine Nicole Bouin et ça fait super plaisir pour elle !
Mme Bouin, née Guiyot (Nicole, Marthe, Marcelle), professeure et conseillère pédagogique académique honoraire, formatrice et spécialiste en sciences de l’éducation ; 44 ans de services.”

Vient de paraître : FAIRE PROGRESSER TOUS LES ÉLÈVES AU COLLÈGE
Enseigner pour qu’ils apprennent, Annie Di Martino, Anne-Marie Sanchez
Le collège unique a regroupé tous les élèves dans le même établissement. Cette démocratisation se heurte depuis des années à la difficile gestion de l’hétérogénéité et aboutit à une massification qui, d’après les recherches et les enquêtes internationales, creuse les inégalités sociales.”


Evaluer

Les réformes éducatives en 2018 : le vain leitmotiv de l’excellence ? Par Charles Hadji, Professeur honoraire (Sciences de l’éducation), Université Grenoble Alpes
L’année 2018 aura souvent entendu résonner les trompettes de l’excellence. Déjà, fin 2017, la nouvelle présidente du Conseil supérieur des programmes (CSP) avait dû sa nomination à son goût « de l’excellence pour tous ». Les réformes touchant le lycée, ou la charnière entre le lycée et les universités, « Parcoursup » – et qui viennent d’être violemment contestées par le mouvement lycéen de décembre – ont été initiées et conduites au nom de la recherche de l’excellence.”

Pourquoi, en France, l’évaluation des acquis des élèves est-elle si difficile ? question que se pose Alain Bouvier sur son blog
Est-il naturel de s’interroger sur l’évaluation des acquis des élèves français ? Oui, pourquoi ne saurait-on pas ce que savent nos élèves ? N’est-ce pas indispensable pour améliorer leurs apprentissages ? Curieusement, en France, ce sujet est source de vives polémiques. L’évaluation ne devrait-elle pas faire partie de la culture professionnelle des enseignants ? Pourquoi ces questions de bon sens rencontrent-elles autant de résistances ?

Rappel : La nouvelle instance remplaçant le Cnesco nécessitera 1 600 « experts évaluateurs »
Dans la mission du nouvel organisme d’évaluation, l’accent sera mis sur le pilotage et l’évaluation des établissements, alors que le Cnesco se consacrait surtout à des études thématiques sur les différents aspects des politiques éducatives.
L’étude d’impact situe le futur Conseil d’évaluation de l’école dans le cadre du renforcement de l’autonomie des établissements du 2d degré, lesquels auront « davantage de liberté dans l’élaboration de leur projet pédagogique, en contrepartie d’une responsabilisation accrue et d’une évaluation plus régulière ». Le ministère prévoit « dans un premier temps » l’évaluation de 7 800 établissements et estime qu’il faudra pour cela « 400 équipes au niveau national, soit environ 1600 experts évaluateurs ».
Ces derniers ne seraient « pas des personnels à plein temps », mais seraient « formés à l’évaluation et mandatés pour des missions ponctuelles à effectuer au cours de l’année ». Les équipes « seront composées sous l’autorité des recteurs, et pilotées par les corps d’inspecteurs territoriaux »
.“

Etonnante complaisance par Jean-Michel Zakhartchouk
Les comportements arrogants du président de la République, la façon de gérer l’Etat en passant par-dessus les « corps intermédiaires » (une notion un peu vague, qui mériterait d’être précisée), la vision technocratique de la « réforme », le manque d’écoute, tout cela est fustigé à juste titre à l’heure actuelle. Que la critique soit parfois excessive et qu’on soit passé, selon la formule, un peu vite de « lécher » à « lyncher », qu’on peine à énoncer des alternatives, dont le fameux RIC n’est certainement pas la meilleure ; avec sa logique binaire et ses risques populistes, c’est une autre histoire que je n’aborderai pas ici.”


Supérieur

Parcoursup 2019 : les obligations des établissements d’enseignement supérieur, publié sur Vie Publique.
La Commission nationale informatique et liberté (Cnil) a publié, le 26 décembre 2018, sous forme de « foire aux questions », un article destiné à accompagner les établissements d’enseignement supérieur dans le cadre de Parcoursup, le dispositif numérique d’enregistrement des candidatures et d’affectation des bacheliers dans le 1er cycle d’enseignement supérieur.”

L’année de césure, une année de plus ou une année de moins ?
"Faire une pause dans ses études pour partir à l’étranger, se consacrer à un projet personnel, découvrir le monde de l’entreprise… L’année de césure s’impose peu à peu dans le déroulement des cursus universitaires. Un investissement parfois à double tranchant pour les étudiants."


Contexte, histoire

Le livret scolaire, cet auxiliaire du bac par Marie-Odile Mergnac
Une création due au baccalauréat. Le livret scolaire est né en 1890, pour les lycéens uniquement, dans une optique utilitaire liée à l’examen du baccalauréat : c’était une façon de réduire les aléas de l’examen en tenant compte des résultats sur l’année précédente. Le décret de 1890 précise que le livret « a pour but d’empêcher que le candidat ne soit victime d’un accident, d’un trouble passager ». Les notes du livret ne sont pas regardées pour le calcul des points nécessaires au baccalauréat, mais leur prise en compte est obligatoire lors des délibérations des jurys pour d’éventuels rattrapages.”

’’Stylos rouges’’ en manque de ’’reconnaissance’’ et ’’en colère’’ par Claude Lelièvre sur son Blog : Histoire et politiques scolaires
C’est du moins ce qui apparaît au premier plan lors d’une interview récente de Jennifer, membre du groupe de six enseignants qui ont créé ce groupe à la mi-décembre : "on n’est ni reconnus par notre employeur ni par la société".” Un peu de perspective historique.

A propos des “stylos rouges”

Plusieurs articles reprennent l’information : des enseignants ont décidé de créer un collectif intitulé « Les stylos rouges » . [...]
Les stylos rouges veulent donc s’organiser sur le modèle des gilets jaunes et cherchent à élaborer une plate-forme de revendications et des modalités d’actions à partir des réseaux sociaux. Et cela semble séduire les médias, ce qui contribue à leur notoriété.
Comme beaucoup, je regarde ce mouvement qui se crée avec des sentiments ambivalents. Avec de l’agacement teinté de réalisme mais aussi un certain optimisme…
” (Les stylo rouges sont déjà 43000 sur le groupe Facebook)

Les oubliés de la République par angibault@gmail.com Blog : Atmosphères, atmosphères
Les enseignants sont les grands oubliés de la République : pouvoir d’achat en berne, mépris des politiques, c’est la nation qui se décompose, c’est la nation qui est menacée.”

Après 25 ans d’hésitations, la France semble se convertir pour de bon au télétravail par Caroline Diard, Professeur associé en Management des Ressources Humaines et Droit - Laboratoire Métis - Membre de l’AGRH, École de Management de Normandie – UGEI
À l’heure actuelle, le taux de télétravailleurs avoisinerait 25 % dans les entreprises françaises, selon une étude de Malakoff Médéric conduite en janvier 2018. Néanmoins, seuls 6 % des salariés le pratiquent de manière contractuelle. Mais ce taux devrait augmenter rapidement : d’une part, la hausse des prix à la pompe devrait inciter à ce mode d’organisation. D’autre part, le cadre juridique est devenu plus favorable depuis l’ordonnance n°2017-1387 du 22 septembre 2017 qui assouplit les règles régissant le travail à distance.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 548 - Des collectifs enseignants connectés
Dossier coordonné par Régis Forgione, Fabien Hobart et Jean-Philippe Maitre
novembre 2018
De nombreux champs d’actions du métier enseignant ont été transformés à mesure que l’informatique a envahi les lieux professionnels et personnels des enseignants. Comment définir aujourd’hui ce qu’est un collectif d’enseignants connectés et comment le numérique prend place dans son fonctionnement ?

N° 547 - Des alternatives à l’école ?
Dossier coordonné par Richard Étienne et Jean-Pierre Fournier
septembre-octobre 2018
Qu’en est-il de ces expériences de classes et d’écoles alternatives, dans le système public comme à l’extérieur, voire à l’étranger ? Sur quels principes se fondent-elles ? Comment interroger ces principes ? Un dossier pour voir plus clair dans ce qui, au-delà d’une certaine mode, reste flou.

Hors-série numérique n° 50 - Le bac, hier et aujourd’hui

septembre 2018
Dans le contexte de la réforme du baccalauréat et de la mise en place des nouvelles procédures d’accès aux études supérieures, ce hors-série revient sur de nombreuses tentatives de réformes plus ou moins fructueuses. Bac + 3, bac - 3, orientation, bac pro… quels leviers pour offrir une école plus démocratique ?