Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 29 septembre 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 29 septembre 2016

Politique — Inégalités — Enseignement supérieur — Ressources


Une courte revue avec quelques infos politiques. Le rapport sur les inégalité suscite encore des réactions. Mais surtout il y a également des débats concernant l’enseignement supérieur. Et une ressources sans doute très utile en ce moment proposée par l’IFE à propos de l’interdisciplinaire.


Politique

Budget 2017 : Un coup de pouce important au budget de l’Education nationale. “Dans un contexte budgétaire contraint, l’Education nationale affiche en 2017 ses privilèges avec la création de 11 662 emplois et 3 milliards supplémentaires. Pour N Vallaud-Belkacem, qui présentait le 28 septembre le budget, "la rentrée 2017 sera une merveilleuse rentrée"...

Les Républicains : faut-il renouer le contact entre les jeunes et l’entreprise ? Notamment tir à vu contre les conseillers d’orientation… les bouc-émissaires traditionnels de la droite.


Inégalités

Inégalités à l’école : "Le système repose sur une idée élitiste". “La France, mauvaise élève à l’école. Une enquête publiée mardi pointe les dysfonctionnements du système scolaire et épingle les dispositifs d’éducation prioritaire. Mais pour certains spécialistes, ces conclusions sont réductrices.” BFMTV présentent les commentaires au rapport du CNESCO de Claude Lelièvre, MIchel Fize et Marie Duru-Bellat.

La Croix Comment rendre l’éducation prioritaire plus efficace ? Les réactions de Marc Douaire, Président de l’Observatoire des zones prioritaires et de Georges Felouzis, Sociologue à l’Université de Genève.

Education prioritaire : Marc Douaire (OZP) : Cnesco, un rapport destructeur. “Que pensent les acteurs de l’éducation prioritaire du rapport du Cnesco ? "L’éducation prioritaire dérange car à l’intérieur il y a des pratiques qui bousculent les partisans de l’enseignement traditionnel". C’est sur le terrain pédagogique que Marc Douaire, président de l’association Observatoire des zones prioritaires (OZP), critique le rapport du Cnesco. Pour lui, le rapport méconnait l’évolution récente de l’éducation prioritaire et est un cadeau à l’opposition de droite.”
Plus de bacheliers, mais toujours autant d’inégalités par Séverin Graveleau. “En tant que « premier grade universitaire », le baccalauréat pourrait servir à remettre les choses à plat, en offrant un diplôme de même niveau à tous. Mais il semble qu’il vienne juste acter et officialiser l’injustice scolaire qui le précède. « L’objectif fixé de 80 % d’une classe d’âge possédant le niveau baccalauréat masque la réalité d’inégalités sociales de diplomation », écrit ainsi le Cnesco. Comme nombre de sociologues et spécialistes du système scolaire depuis une quinzaine d’années, les chercheurs du Cnesco évoquent l’existence d’une « hiérarchie entre les voies générales, technologiques et professionnelles [et] entre les filières ».”


Enseignement supérieur

De l’audace pour l’enseignement supérieur français !Alors que les étudiants sont de plus en plus nombreux, les contraintes budgétaires s’amplifient et la qualité de l’enseignement en pâtit, notamment au détriment des étudiants aux ressources modestes.”

L’enseignement supérieur en dix chiffres par Denis Peiron. “La France compte désormais plus de 2,5 millions d’étudiants, dont six sur dix fréquentent une université.
2,59 millions, c’est le nombre d’étudiants en cette rentrée 2016. Parmi eux, on compte plus de 1,5 million d’inscrits à l’université hors IUT. Le reste des effectifs est réparti entre les classes préparatoires (88 000), les BTS (268 000), les IUT (117 000) et les autres établissements publics ou privés, dont les grandes écoles (572 000)
.”

Un sans-abri sur dix est diplômé de l’enseignement supérieur. “Pas moins de 14 % de sans-abri ont suivi des études supérieures et 10 % sont diplômés, selon une étude de l’Insee et de l’Institut national d’études démographiques (INED) publiée mercredi 28 septembre. Leurs travaux se fondent sur un recensement mené en janvier et février 2012 dans les centres d’hébergement, les hôtels, les centres maternels, les lieux de distribution de repas ou encore les banques alimentaires.”

La VAE en recul de 7,6 % dans l’enseignement supérieurDe 2002, date de création du dispositif, jusqu’en 2007, la VAE est en plein essor. Puis s’ensuit une phase de stabilisation jusqu’en 2011. Depuis 2012, le nombre de bénéficiaires baisse : alors que le nombre de VAE a été multiplié par 3,7 entre 2002 et 2007 pour les validations en premier jury, il a reculé de 13 % depuis.” “Les validations refusées concernent davantage les masters (39 %).”

Le Télégramme fait dans la nostalgie avec deux articles. Fac de Droit. « Il y a 50 ans, c’était familial ». “Bac en poche en 1973, le Vannetais Pol Belenfant n’a pas réfléchi longtemps avant de prendre le chemin de l’école de droit. Il terminera ses études à Rennes avant de revenir au château de l’Hermine, cette fois pour enseigner. En 1982, il entre dans la fonction publique au conseil général d’où il suit la création de l’université. Coup d’œil dans le rétroviseur.” Ainsi que l’article IUT bretons. 50 ans et des emplois à la clé. “Ils sont nés en 1966. Les Instituts universitaires de technologie ont 50 ans. Un anniversaire que les huit IUT bretons fêteront aujourd’hui en grande pompe à Rennes (*). Quelque 120.000 diplômés en sont sortis.”

Le nouveau président de la Fage souhaite la fin du bac. “La Fage a changé de direction. Lors de la passation de pouvoir, le nouveau président a présenté les ambitions de l’organisation pour 2016-2017. Au programme : la réforme du lycée, la suppression du bac, la sélection en master et l’élection présidentielle.”
Le lycée est également dans le viseur de la Fage, qui aimerait une refonte totale. D’une, la classe de seconde serait commune aux trois filières générale, technologique et professionnelle. Ensuite, la progression ne se ferait plus en années, mais en semestres. Cela permettrait d’orienter les élèves de manière progressive « en fonction de leurs centres d’intérêt ». Concernant le lycée général, la Fage aimerait aussi voir disparaître les classes littéraire, économique et sociale et scientifique, au profit d’un parcours commun dans lequel les élèves pourraient choisir leurs matières, majeures et mineures. Avec un tel système, « l’orientation devient choisie plutôt que subie ».”

Forces et faiblesses de la loi Fioraso, trois ans plus tard. Entretien avec les deux rapporteurs. “Rapporteurs d’une mission d’information sur l’application de la loi Fioraso, les députés Sandrine Doucet (PS, Gironde) et Benoist Apparu (LR, Marne), dressent le bilan de ce texte en matière de réussite étudiante et de gouvernance, dans un rapport publié mercredi 28 septembre 2016. Si leurs analyses divergent sur beaucoup de points, ils s’accordent néanmoins sur le fait que la loi n’a pas encore produit tous ses effets.”

Changer de voie après un bac+5, c’est possible !Tout juste diplômé, ou jeune employé, vous prenez conscience que votre projet ne vous convient plus. Et si vous envisagiez une réorientation, voire une reconversion professionnelle ? 5 conseils pour bifurquer sans dommage.”

----------

Ressources

De la fabrication de l’interdisciplinarité à sa généralisation par Catherine Reverdy. Les EPI ont relancé le débat, l’auteure se demande : “Pourquoi un tel déchainement de passions devant une demande ministérielle somme toute récurrente depuis quelques décennies, à savoir aborder les sujets complexes de la société à l’école par le croisement de plusieurs disciplines ? On se souvient en effet de la mise en place des travaux personnels encadrés au lycée au début des années 2000, temps privilégié pour construire un projet interdisciplinaire et le présenter à l’oral. La mise en œuvre des TPE a été houleuse, mais le dispositif s’est maintenu et semble dorénavant apprécié par tous, enseignants comme élèves.” Un dossier-ressources pour réfléchir !

Bernard Desclaux



JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 528 - Mettre en œuvre les EPI

Coordonné par Jean-Michel Zakhartchouk
mars 2016
Les enseignements pratiques interdisciplinaires vont se mettre en place à la rentrée 2016. Dans certains collèges, on anticipe déjà. Dans d’autres, les pratiques interdisciplinaires existent depuis un certain temps. On ne part donc pas de rien et les EPI peuvent s’appuyer sur l’existant.

N° 524 - Le pari du collectif

Coordonné par Nicole Priou
novembre 2015
C’est une évidence, nous travaillons tous en équipe : dans l’établissement, autour d’une classe, pour un projet, sur un cas particulier d’élève… Hors du collectif, point de salut ! Est-ce si sûr ?