Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 28 février 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 28 février 2019

Le système — Supérieur — Ressources

Pas grand chose dans l’actualité, mais quelques questions de fond pas inintéressantes.


Le système

Fin de la longue histoire des directeurs d’école primaire ? Par Claude Lelièvre, Historien
Par un simple amendement impromptu, adopté sans la moindre concertation, l’Assemblée Nationale a fait disparaître comme d’un coup de baguette magique les directrices et directeurs d’écoles élémentaires ! Ainsi se poursuit la mise en tutelle de l’école communale par le collège. Voici donc l’« École de la confiance » au débotté.”
https://aoc.media/opinion/2019/02/25/fin-de-longue-histoire-directeurs-decole-primaire/
Libérer les après-midi des élèves pour faire du sport : "L’expérimentation commencera en 2019-2020.
“Selon le ministre de l’Éducation nationale, cette expérimentation se fera avec des établissements volontaires avant, peut-être, un élargissement à tous les établissement en 2022
.”

Avec la réforme du lycée, le temps de cours chamboulé par les sciences numériques par Violaine Morin
Des enseignants craignent que la nouvelle discipline, qui doit se mettre en place à la rentrée, complique leur emploi du temps.”
Mais qui assurera ce cours ? Selon une note adressée aux recteurs d’académie en janvier, cet enseignement commun peut être proposé aux professeurs de mathématiques et de sciences de l’ingénieur, mais aussi aux professeurs de sciences de la vie et de la terre (SVT), de physique-chimie, d’histoire-géographie, de sciences économiques et sociales… « A peu près tout le monde, sauf les profs d’EPS », s’amuse Alexis Torchet, secrétaire national du SGEN-CFDT.”

La co-intervention devient obligatoire
Sans doute, pas si simple à mettre en oeuvre : “Le corps enseignant, de son côté, tient un avis plus critique sur la co-intervention. « Cette pratique me rappelle le Projet pluridisciplinaire à caractère professionnel (PPCP), qui prévoyait déjà, il y a quelques années, de faire intervenir plusieurs professeurs sur un enseignement professionnel. Or, ce projet a été abandonné, car bien trop chronophage pour les enseignants. Un travail en commun demande beaucoup de préparation, et c’est parfois un casse-tête pour trouver des heures en commun entre les professeurs », explique Philippe Latournerie, professeur de lettre et d’histoire au lycée Pasteur, et membre de la CGT Éduc’Action. Pour lui « l’efficacité de la co-intervention sera certainement très inégale en fonction des établissements. Ses bienfaits ne seront pas toujours à la hauteur de l’investissement demandé ».“


Supérieur

La réforme du baccalauréat a quelques effets dans le supérieur.
Les établissements du supérieur se mettent au diapason par Eva Mignot
Grands chamboulements à venir pour le lycée. Dès la rentrée 2019, les établissements du secondaire devront abandonner les séries L, ES et S de la voie générale pour mettre en place des spécialités. En plus des cours de tronc commun, les élèves de première suivront, à partir de la rentrée 2019, trois enseignements au choix parmi ceux proposés par leur établissement. Si la réforme du baccalauréat annoncée va profondément bouleverser l’organisation des établissements, ceux de l’enseignement supérieur anticipent déjà l’arrivée des bacheliers 2021.”

Et Bruno Magliulo se demande à propos de Parcoursup : faut-il cacher le nom du lycée d’origine des candidats à l’admission dans l’enseignement supérieur ?
En même temps que s’ouvrait , le 22 janvier dernier, la phase d’inscription des voeux d’orientation en première année de l’enseignement supérieur, le Défenseur des droits - Jacques Toubon - publiait ses préconisations en vue d’une amélioration de la plateforme Parcoursup. En particulier, il revient sur ce qu’il avait déjà exprimé l’année dernière : la nécessité de prendre dès à présent des mesures ("dans les deux mois" , soit avant la date d’envoi des dossiers vers les établissements d’enseignement supérieur), afin que la procédure d’affectation soit plus transparente, ceci dans le but de "permettre aux candidats d’effectuer leurs choix en toute connaissance de cause". Et le Défenseur des droits de demander à la Ministre en charge de l’enseignement supérieur - de qui dépend la plateforme Parcoursup - de dévoiler pleinement l’ensemble des critères pris en compte dans l’appréciation de chaque candidat, et la méthode qui préside à leur application. En particulier, le Défenseur des droits pointe le fait que l’un des critères ayant permis en 2018 de classer les candidats à l’admission dans certaines formations a pu être le nom du lycée d’origine, procurant aux candidats formés dans les "bons" lycée le bénéfice d’une sorte de bonus, ce qui est susceptible d’être assimilé à une pratique discriminatoire. Le moins que l’on puisse dire est que cette charge est rude.”

Une photo révélatrice du manque de femmes dans l’enseignement supérieur fait polémique par Pauline Verge • Wally Bordas • Louis Heidsieck
Après la polémique suscitée par la photo de huit hommes lors de la signature d’un accord entre HEC et l’Institut polytechnique de Paris, Le Figaro Etudiant revient sur la place des femmes dans l’enseignement supérieur.”

Dans les coulisses de la protection des données de l’enseignement supérieur par Romain Ledroit
Depuis la promulgation du RGPD le 25 mai 2018, les établissements du supérieur ont dû revoir leur politique de protection des données. Un défi de taille que tentent de relever les délégués à la protection des données. Ils peuvent compter sur le réseau SupDPO, partenaire de la convention signée entre la Conférence des présidents d’université et la Cnil.”


Ressources

Pilotes et pilotages dans l’éducation, par Olivier Rey
" Inspectrices et inspecteurs, personnels de direction, directrices et directeurs : plusieurs catégories professionnelles, qu’on désigne parfois sous le terme de « cadres » de l’éducation, sont directement impliquées dans la mise en œuvre des changements, l’impulsion des dispositifs ou la conduite des organisations scolaires. Leurs activités se déroulent en fonction d’une répartition institutionnelle des fonctions et selon une prescription nationale qui traduit des tendances internationales des politiques éducatives."

La France, les inégalités et l’ascenseur social par Laurence Boone, Chef économiste de l’OCDE et Antoine Goujard, Bureau France, Département économique de l’OCDE
Les récentes manifestations des gilets jaunes pourraient n’être qu’une variante des fractures territoriales et sociales potentiellement liées à un même phénomène de rejet de la mondialisation qui s’est retrouvé dans plusieurs pays de l’OCDE. C’est probablement en partie le cas, mais les raisons de ce mouvement trouvent aussi leur racine dans une profonde inégalité des chances. Il faut plus de 6 générations en France à une personne du bas de la distribution des revenus pour en rejoindre la moyenne. Plus de 15% des adolescents de 15 ans ont de faibles compétences numéraires et de compréhension, ce qui se traduira probablement par des difficultés d’insertion dans la vie professionnelle. Seule la Hongrie montre plus de déterminisme social dans tous les pays de l’OCDE que la France.”

Et pour terminer une nouvelle fracassante !
Le Conseil supérieur de l’Éducation propose d’abolir le bulletin chiffré
Le ministre de l’Éducation, lui, n’est vraiment pas chaud à l’idée…” Mais c’est au Québec !

Pour lire ce rapport Évaluer pour que ça compte vraiment : le système d’évaluation au cœur du Rapport sur l’état et les besoins de l’éducation 2016-2018

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 548 - Des collectifs enseignants connectés
Dossier coordonné par Régis Forgione, Fabien Hobart et Jean-Philippe Maitre
novembre 2018
De nombreux champs d’actions du métier enseignant ont été transformés à mesure que l’informatique a envahi les lieux professionnels et personnels des enseignants. Comment définir aujourd’hui ce qu’est un collectif d’enseignants connectés et comment le numérique prend place dans son fonctionnement ?

N° 547 - Des alternatives à l’école ?
Dossier coordonné par Richard Étienne et Jean-Pierre Fournier
septembre-octobre 2018
Qu’en est-il de ces expériences de classes et d’écoles alternatives, dans le système public comme à l’extérieur, voire à l’étranger ? Sur quels principes se fondent-elles ? Comment interroger ces principes ? Un dossier pour voir plus clair dans ce qui, au-delà d’une certaine mode, reste flou.