Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 27 juin 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 27 juin 2019

Canicule - Orientation - Divers

C’est bien entendu la canicule qui domine l’actualité éducative. On parle aussi de la réforme de l’orientation. Quelques informations diverses pour terminer.


Canicule

Des épreuves du bac ou du brevet ont-elles déjà été reportées à cause de la météo ?
“Contacté par CheckNews, le ministère de l’Education nationale explique ne pas disposer d’historique des épreuves pour vérifier, mais de mémoire d’attaché de presse (environ vingt ans), c’est une première. De même, d’après le Snes, principal syndicat des enseignants du secondaire, ou encore Météo-France, « c’est une première au niveau national ».”

Fermetures et « bouts de ficelle », comment les écoles s’adaptent à la canicule
“Rénover le bâti scolaire pour tolérer des températures très hautes – mais aussi très basses, en hiver – est un des enjeux identifiés en début de semaine par le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. « C’est facile de faire des préconisations quand on ne paie pas les factures », grince Agnès Le Brun, maire de Morlaix (Finistère) et vice-présidente de l’association des maires de France.
Certaines communes en ont cependant pris leur parti. Villeurbanne (Rhône) s’est lancée dans un projet de rénovation des écoles : isolation des murs, changements de matériaux, installation de « brise-soleils », des stores rigides en bois qui coulissent devant les fenêtres.
La Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), qui anticipe les mêmes difficultés de canicules prolongées sur le temps scolaire, plaide pour des aménagements « universels », qui se déclencheraient partout au-dessus d’une certaine température, et non « au cas par cas ». Elle plaide pour l’instauration de « congés canicule » pour les enfants mais aussi pour les parents, sur le modèle des « congés enfant malade ». Pour ceux qui, lorsque l’école fermera pour cause de forte chaleur, devront aller récupérer leurs enfants.”

La grande majorité des écoles, collèges et lycées sont-ils dans "un bon état thermique", comme l’assure Jean-Michel Blanquer ?
“Selon le Conseil national d’évaluation du système scolaire, le personnel et les élèves de la quasi-totalité des établissements du second degré ont signalé des problèmes d’isolation thermique.
Des rapports permettent tout de même d’éclairer la situation. Et un chiffre a attiré notre attention : 92% des établissements du second degré ont été interpellés par leur personnel ou par leurs élèves sur des problèmes d’isolation thermique, selon l’Enquête sur la restauration et l’architecture scolaires du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco), publiée en 2017. Ainsi, les problèmes liés à la construction et à la qualité des locaux semblent très largement répandus, selon cette étude”
.

Un père offre dix ventilateurs à l’école maternelle et l’Education nationale les retire
“Or lors du passage d’un inspecteur de l’Education nationale, l’école a demandé au père de retirer les ventilateurs et de les reprendre. L’inspection académique du Val-de-Marne est très claire, elle trouve l’initiative du père d’élève très louable mais le règlement interdit ce type de dispositif. "Tout matériel qui arrive dans une école du premier degré est soumis à un règlement en lien avec la commune. Et ce pour se prémunir de tout risque pour la sécurité des élèves et du personnel", a rappelé l’inspection à nos confrères du Parisien.”


Orientation

Parcoursup : êtes-vous concerné par les "points d’étape" ?
“Phase complémentaire, répondeur automatique, points d’étape… Il y a de quoi s’y perdre. Et pour cause, le 25 juin 2019 marque la fin du bac, mais aussi et surtout plein de nouveautés sur Parcoursup. Parmi elles, la mise en place des points d’étape. Ces bilans seront obligatoires pour les candidats encore en attente de place dans tous leurs vœux et pour ceux qui n’ont pas validé définitivement une proposition (ce qui signifie que vous avez encore des vœux en attente dans votre liste). Le but : accélérer la procédure en vous incitant à conserver ou libérer des places si vous n’êtes plus intéressé par un vœu”.

Refonder l’orientation : un enjeu État-régions
Rapport - Pascal Charvet, Michel Lugnier, Didier Lacroix - 25/06/2019
“Pascal Charvet, IGEN honoraire, a remis le rapport "Refonder l’orientation : un enjeu État-régions", écrit en collaboration avec Michel Lugnier, IGEN, et Didier Lacroix, IGAENR, à Jean-Michel Blanquer, le mardi 25 juin 2019.
“Le rapport présente des pistes pour repenser le système d’orientation français à partir des besoins des élèves et de leurs familles, mais aussi des professeurs, en garantissant pour tous une information fiable, juste et gratuite. Le rapport prend en compte les réalités de l’insertion professionnelle, en cohérence avec la mise en œuvre, sur le terrain, du Cadre national de référence signé le 28 mai 2019 par l’État et les Régions.
En lien avec l’Onisep, qui doit rester le premier acteur de l’orientation, il s’agit désormais de donner aux élèves une éducation à l’orientation, au plus près des établissements, dans le cadre des nouveaux horaires dédiés au lycée et de l’accompagnement personnalisé.””

Le rapport Charvet redessine l’architecture de l’orientation
“"Pendant longtemps l’orientation a été le parent pauvre du système éducatif... L’éducation à l’orientation cesse d’être la tâche exclusive des professionnels de l’orientation pour devenir la mission de l’ensemble de la communauté éducative". Cet extrait du rapport Charvet, enfin publié, marque l’ambition de ce rapport. Mais dans l’immédiat ce qu’attendent les professionnels c’est déjà de savoir ce qu’ils vont devenir, pour les personnels des CIO et des directions régionales de l’Onisep (Dronisep). Et dans les établissements comment vont être utilisées les heures dédiées à l’orientation. Sur ces questions le rapport apporte des réponses précises. Avec une réserve : aucune préconisation n’est chiffrée. Peut-on changer l’orientation sans budget ?” Et sans changer les procédures ..?

Stages en entreprise : La réglementation modifiée
" Elles ne peuvent être organisées qu’à partir des deux derniers niveaux de l’enseignement des collèges ou durant la scolarité au lycée".

« Vote de la Convention-cadre entre la Région Nouvelle-Aquitaine et le Rectorat de région académique de Nouvelle-Aquitaine relative à la mise en œuvre de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel. Il s’agit d’une “expérimentation”.
Où il est question des personnels des DRONISEP, des directeurs de CIO, des PsyEN, des professeurs principaux, etc… »
A écouter attentivement.

« Entre deux Grandes écoles le financement de l’apprentissage peut aller du simple au double ! »
“L’apprentissage va-t-il pouvoir continuer à se développer dans l’enseignement supérieur ? Et notamment dans les écoles de management ? La question se pose alors que les conditions de son financement restent incertaines. L’analyse de Denis Guibard, directeur de l’Institut Mines Télécom BS en charge du sujet au sein de la Conférence des grandes écoles.”


Divers

Faut-il supprimer les manuels scolaires ?
“Enjeu sociétal à l’interface entre l’institution, le corps enseignant et les élèves, le manuel scolaire est un objet complexe dont les usages sont en plein bouleversement.
Cependant, au-delà de ces inconvénients pratiques, les manuels gardent une place symbolique forte, imprégnant l’imaginaire et les souvenirs de générations d’élèves (citons les exemples du petit Lavisse en histoire et des Lagarde et Michard en français), sonnant le début et la fin des années scolaires, de leur distribution à leur remise.
Comment expliquer cette longévité et cette importance ? Quel peut être l’avenir du manuel scolaire à l’heure des multiples réformes ministérielles et du tout numérique ?”

« Pourquoi l’école échoue en banlieue ? Parce que tout le monde s’en fout. » La chronique d’Erwan Le Noan
“« La culpabilité des élites n’est pas de réussir, c’est de ne pas agir pour autoriser le succès des autres. »
Mais la raison de l’échec est plus profonde, et plus simple : tout le monde s’en fout.
Personne ne s’en soucie, parmi ceux qui pourraient donner une réelle inflexion de changement car, en réalité, jamais aucun n’a mis les pieds quelques instants dans ces classes ni même ces quartiers ; jamais personne ne fréquente ces jeunes qui ne sont pas entrés dans la vie mais dont l’avenir est déjà compromis.
Les statistiques sont assez claires : très peu feront des études supérieures (et presque aucun les plus prestigieuses), ils n’auront donc pas accès aux emplois qualifiés et seront confrontés au risque du chômage de masse. La précarité sera leur lot. A l’inverse, les enfants de l’élite réussiront : s’ils n’intègrent pas les meilleurs établissements, ils partiront étudier à l’étranger puis, forts du capital parental, ils lanceront leur start-up. Le chômage ne sera pour eux qu’une statistique dans la presse.”

Fonction publique : le Sénat vote l’annualisation du temps de travail des profs
“Le Sénat à majorité de droite a adopté dans la nuit de mardi à mercredi un amendement LR au projet de loi sur la fonction publique « annualisant » le temps de travail des enseignants du second degré.
« Mon amendement ne me fera pas que des amis », a reconnu son auteur, Max Brisson, rappelant que « l’annualisation du temps de service des enseignants du second degré est une idée récurrente depuis 1970 ». « Il ne s’agit pas de faire enseigner les professeurs davantage », a-t-il souligné, mais de concevoir leur temps de travail « sur une base annuelle, comme dans le supérieur », ce qui serait « plus conforme à l’intérêt des élèves ».”
Max Brisson a trouvé comment définitivement repousser les candidats aux concours...

Géraldine Duboz


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 552 - Les dys dans la classe
Dossier coordonné par Nicole Bouin et Émilie Pradel
mars 2019
L’accueil des élèves présentant des troubles des apprentissages, dont les «  dys  », ne va pas sans difficultés au quotidien pour les enseignants. Notre dossier propose des éclairages de chercheurs sur ces troubles et donne la parole aux praticiens de terrain, aux parents, aux anciens élèves dys, aux médecins, aux associations…

N° 551 - Expliciter en classe
Dossier coordonné par Andreea Capitanescu Benetti et Sylvie Grau
février 2019
L’enseignement explicite, de quoi s’agit-il exactement ? Le projet de ce dossier est de faire le point sur ce que disent les chercheurs, les formateurs, mais surtout d’aller explorer ce qui se passe dans les classes. Qui explicite ? Quoi ? Quand et comment ?