Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 25 octobre 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 25 octobre 2018

Inégalités — Violences

Sale climat sur l’école. Inégalités générées ou entretenues par le système. Violences de certains élèves.


Inégalités

L’école est plus inégalitaire en France que dans la plupart des pays développés (classement Pisa) par Valérie
La France peut mieux faire pour assurer une réussite égale aux élèves issus de milieux défavorisés, montre une étude publiée lundi par l’OCDE sur la base des données Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves).”

Equité dans l’éducation : le lien entre milieu social et performance en France est parmi les plus élevés des pays de l’OCDE
Dans ce rapport, l’OCDE indique notamment que l’école ne parvient plus à corriger les inégalités sociales. "Les adultes dont les parents sont diplômés de l’enseignement supérieur ont 14 fois plus de chances d’être également diplômés de l’enseignement supérieur que ceux dont les parents ont un niveau d’éducation moins élevé". Cet écart de chance est de 11 fois en moyenne parmi les pays de l’OCDE, et seulement de quatre fois au Canada, en Estonie, en Finlande et en Suède, précise l’organisation.”

Inégalités scolaires : « Le défi dans les territoires paupérisés est de stabiliser des équipes » Par Mattea Battaglia
Alors qu’une étude sur les collèges publics d’Ile-de-France est dévoilée mercredi, la présidente du Conseil d’évaluation du système scolaire dresse le constat des inégalités scolaires d’origine territoriale.”
En tant que présidente du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco), la sociologue Nathalie Mons présente au Monde le panorama des inégalités dans les collèges d’Ile-de-France rendu public mercredi 24 octobre. Ce travail de recherches a l’intérêt, explique-t-elle, de livrer une photographie beaucoup plus fine des contrastes sociaux et scolaires qui minent le système éducatif.”

Le rapport du CNESCO : Panorama des inégalités scolaires d’origine territoriale en France
Les inégalités scolaires d’origine territoriale sont peu explorées et demeurent taboues dans une République une et indivisible. Aussi, le Cnesco a conduit une évaluation très fine des disparités scolaires d’origine territoriale en Île-de-France en se fondant sur la plus petite unité géographie établie par l’Insee, appelée IRIS ou plus communément, quartier. Ce découpage permet de révéler des inégalités invisibles à des niveaux d’études territorialement plus agrégés (par exemple au niveau communal). Cette évaluation s’est appuyée sur un éclairage national des inégalités socio-spatiales à l’école. Elle révèle que dans des contextes socio-spatiaux et démographiques inégaux, l’Éducation nationale et les collectivités territoriales déploient des ressources (humaines, budgétaires, offre de formation…) qui s’avèrent très variables selon les territoires. Ces fortes inégalités de ressources éducatives se développent aux côtés de disparités importantes dans l’orientation et la réussite scolaire.”

Les inégalités criantes dans l’éducation en Île-de-France par Sonia Bourhan, Ouafia Kheniche@ouafiak
Les inégalités scolaires en France sont toujours aussi fortes, le constat semble toujours le même, mais pour la première fois des chiffres mesurent l’ampleur des écarts selon les quartiers.”

L’Education nationale donne t-elle vraiment plus aux élèves défavorisés ? Par Marie Piquemal
Pour la première fois, une étude portant sur les 900 collèges publics d’Ile-de-France documente de manière fine les inégalités territoriales. Les élèves des quartiers défavorisés ont beaucoup plus de chances d’avoir des profs contractuels pas formés ou avec peu d’expérience.”


Violence

La tribune des profs du lycée de Créteil : "Notre lycée ne se résume pas à ces images"
Nous sommes fiers de nos lycéens et de leurs réussites. Nos élèves et leurs parents sont conscients de notre investissement et sont souvent reconnaissants.”

Créteil : les “familiarités” de l’enseignante braquée dénoncées
"Education. Des parents d’élèves du lycée Edouard-Branly pointent du doigt l’attitude de l’enseignante avec ses élèves et évoquent une absence “de cadre” dans la classe."

Lettre ouverte des lycées du 93 au ministre Blanquer par Les invités de Mediapart
Des enseignants de lycées en Seine-Saint-Denis déplorent les conditions « déplorables » dans lesquelles leur rentrée se déroule entre sureffectifs et violences autour des établissements.”

Sur son Blog Philippe Watrelot : #pasdevague : maux-valise
"Plus de 35 000 messages avec ce mot-balise (hashtag) ont été émis sur le réseau social Tweeter depuis lundi 22 octobre. Comme les journalistes sont très attentifs à ce qui s’y passe, cela a aussi été repris par de nombreux médias.
On ne peut passer à côté de ces messages. Mais, même s’ils sont rassemblés sous le même hashtag, il sont aussi très divers et peuvent être analysés à plusieurs niveaux et avec plusieurs sens. Mot-balise ou « mot valise » ?
"

#PasdeVague : Non, les proviseurs ne reçoivent pas de prime selon leur discrétion disciplinaire par Alexis Orsini
"FAKE OFF Dans le sillage du hashtag #Pasdevague, une rumeur affirme que les chefs d’établissement scolaire reçoivent une prime lorsqu’ils organisent le moins de conseils de discipline possible..."

Violences : "Les profs ont pris sur eux trop longtemps" Propos recueillis par Amandine Hirou, "Les gens ont compris le sens de notre combat : exercer au mieux notre métier dans le respect des valeurs de la République", expliquait Fabian Bergès en janvier dernier.
Après l’affaire de Créteil, Fabian Bergès, prof au lycée Gallieni à Toulouse, dénonce le manque de soutien de l’institution.
"C’est le pendant scolaire du mouvement #MeToo. Sous le hashtag #PasDeVague, des centaines d’enseignants livrent leur mal-être sur les réseaux sociaux, après la révélation de l’affaire du lycée Edouard-Branly de Créteil (Val-de-Marne). Une vidéo, massivement partagée en ligne, montre un élève braquant une enseignante avec une arme (factice), en plein cours. Pour beaucoup, à l’image de Fabian Bergès, l’heure du ras-le-bol a sonné. Ce professeur de mathématiques au lycée Gallieni de Toulouse dénonce la hausse des actes de violences à l’école. Ainsi que le manque de soutien de l’institution, incarnée par la hiérarchie."

Non contents de concentrer les élèves en difficulté, les collèges de banlieue récupèrent les profs les moins expérimentés. Par Gurvan Le Guellec
"Cette réalité est désormais chiffrée par le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco), qui, ce mercredi 24 octobre, livre un rapport froid et clinique sur les collèges publics d’Ile-de-France."

Sujet abordé et documenté dans mon rapport sur la grande pauvreté et la réussite scolaire, le choix la solidarité pour la réussite de tous (à partir de la page 124) Jean-Paul Delahaye, Inspecteur général de l’éducation nationale honoraire.

Et au BOEN
Communication en conseil des ministres : prochaines étapes de la réforme éducative
Brève - Jean-Michel Blanquer - 24/10/2018
Le ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse a présenté une communication relative aux prochaines étapes de la réforme éducative en Conseil des ministres, le 24 octobre 2018.
Depuis le mois de mai 2017, d’importants chantiers de transformation ont été engagés pour que l’école renoue pleinement avec la promesse républicaine d’élévation générale du niveau et de justice sociale
.” Sans rire !

N° 523 - Le climat Coordonné par Michèle Amiel et Thomas Dequin, septembre 2015
Qu’est-ce qu’un bon climat scolaire ? Est-ce lorsque les élèves répondent à notre fantasme du «  bon élève  » ? On ne peut nier l’impact qu’il a sur les personnels et les élèves. Se sentir bien ou mal à l’école détermine en profondeur le parcours que l’on y mènera.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 547 - Des alternatives à l’école ?
Dossier coordonné par Richard Étienne et Jean-Pierre Fournier
septembre-octobre 2018
Qu’en est-il de ces expériences de classes et d’écoles alternatives, dans le système public comme à l’extérieur, voire à l’étranger ? Sur quels principes se fondent-elles ? Comment interroger ces principes ? Un dossier pour voir plus clair dans ce qui, au-delà d’une certaine mode, reste flou.

N° 546 - L’histoire à l’école : enjeux
juin 2018
Comment les élèves peuvent-ils construire un rapport apaisé, critique et intégrateur au passé de la société humaine et à l’Histoire ? Une histoire qui prenne en compte le récit, l’histoire politique, économique, sociale, les représentations, les enjeux de mémoire, qui éveille l’esprit et qui crée du « nous ».