Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 25 janvier 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 25 janvier 2018

Réformes du lycée et du bac — Supérieur — Apprentissage — Ailleurs

L’actualité est envahie par les réformes annoncées du lycée et du bac par le rapport Mathiot qui, à peine présenté, provoque des vagues. Parcoursup, c’est pas si simple ! La réforme de l’apprentissage se bloque. Quelques nouvelles d’ailleurs.


Réformes du lycée et du bac

L’Etudiant annonce : Exclusif. Réforme du lycée : "un test ludique et numérique" à l’entrée en seconde. “À l’étude au ministère de l’Éducation nationale, un test pour permettre aux lycéens d’évaluer leurs compétences, avec un accent tout particulier sur la maîtrise de la langue.”

Dans Libération, la dépêche de l’AFP présentant Les principales pistes de réforme du bac et du lycée du rapport Mathiot.

Pour le Café pédagoique, Jean-Michel Blanquer vante son bac de " la réussite ". “Un bac " modernisé ", " remusclé ", " simplifié ", " limpide ", " avec plus de sens " et surtout un bac qui favorise la réussite des élèves dans le supérieur et même dans la vie : le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer n’a pas caché hier son enthousiasme pour son projet de réforme du bac, fondé sur les propositions de Pierre Mathiot, l’ex-directeur de Sciences Po Lille.”

Vous trouverez sur L’Alsace.fr, une présentation des réformes du bac et du Lycée : fin des séries et grand oral au bac.

La Nouvelle république : Bac : des propositions de réforme radicales avant un projet mi-février.
Mais après les “simples” présentations, déjà les réactions.
Réforme du bac. Proviseurs et enseignants réagissent. “Face aux propositions du rapport Mathiot pour une réforme du lycée et du baccalauréat, le principal syndicat des chefs d’établissements salue une « bonne base de travail ». Opposés à ces mesures, le principal syndicat enseignant appelle lui à la grève, le 6 février.”

Baccalauréat : "Il y aura des parcours qui seront valorisés et d’autres qui le seront moins", craint Frédérique Rolet du SNES-FSU. “La secrétaire générale du SNES-FSU, Frédérique Rolet, a réagi mercredi sur franceinfo à la présentation des pistes de la réforme du baccalauréat voulue par Emmanuel Macron.”

Revient-on au bac des années 1970 ?Un rapport remis ce mercredi au ministère de l’Education recommande une disparition des séries du lycée au profit d’un bac un peu plus "à la carte". Les associations possibles des matières évoquent les séries instaurées en 1968.”

Le nouveau lycée pose la question de l’annualisation des services. “Si vous aimez la machine à gaz du bac vous ne serez pas déçu avec le nouveau bac imaginé par Pierre Mathiot et sa commission. Il gagne en complexité entre "unités générales", "unités d’approfondissement et de complément" et "unité d’accompagnement", sans parler des majeures, mineures et options. Mais on retiendra surtout trois points. Le principal c’est que la réforme du bac est l’outil pour changer le lycée et non seulement l’examen. Ensuite, le projet n’est pas évalué en terme de postes ce qui n’est pas bon signe. Il pose bien la question du maintien d’un volume hebdomadaire d’enseignement pour les professeurs et du maintien du groupe classe. Mais les réponses sont peu convaincantes. La réforme du bac pourrait bien faire sauter les statuts et altérer profondément les enseignements.”

Baccalauréat : cette proposition de réforme est "un certificat de fin d’études plutôt qu’un passeport", selon l’UNL. “La présidente de l’Union nationale lycéenne (UNL), Clara Jaboulay, a expliqué, mercredi sur franceinfo, qu’avec cette nouvelle version du baccalauréat proposée par Pierre Mathiot au ministère de l’Éducation nationale, son rôle était dévalorisé.”

Réforme Mathiot : Le Se Unsa circonspect. “Alors que le Snes est en opposition ferme contre la réforme, l’attitude du Se Unsa, second syndicat enseignant, pourrait être décisive pour son avenir. "On attend avec impatience les consultations la semaine prochaine et que le ministre dévoile les options qu’il a en tête". Pour Stéphane Crochet, secrétaire général du Se Unsa, le rapport Mathiot comprend des points positifs mais aussi des "points d’alerte" dont le risque d’annualisation. Le syndicat pencherait pour retenir quelques points seulement du rapport.”

Réforme Mathiot : Les syndicats divisés. Le Café pédagogique donne la position du SNPDEN, du SGEN-CFDT et du SNES-FSU.


Supérieur

Vidéo. Bordeaux : le dispositif Parcoursup présenté au lycée Brémontier, par le recteur him-self, et c’est pas si simple…

Comment la conversation aide les élèves de Terminale à réussir leur orientation post-bac. “Bien que censé pallier aux couacs d’APB, le Parcoursup suscite de nombreuses questions chez les jeunes.” par Pauline Raud Directrice des redactions digiSchool.

Education : Des universités vont interdire le redoublement de la première année de médecine. “Le but est « de ne pas faire perdre de temps à l’étudiant avec un redoublement », explique Jean-Louis Beaudeux, doyen de la faculté de pharmacie Paris Descartes…

Mais heureusement, Les étudiants de plus en plus formés aux compétences « douces ». “Les écoles comme les recruteurs valorisent les « qualités comportementales », comme la confiance en soi, la créativité, la gestion du stress ou la capacité à travailler en groupe.”

-----

Apprentissage

L’apprentissage doit relever des syndicats et du patronat. “Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, souhaite que l’apprentissage soit piloté par les syndicats et le patronat, estimant que les régions ont "d’autres missions" importantes à gérer, a-t-il annoncé mercredi sur France 2.”

Réforme de l’apprentissage : la négociation au point mort. “En conflit avec les régions, le Medef et la CPME envisagent de se retirer des discussions bilatérales prévues en fin de semaine.”

Formation professionnelle : les PME refusent de poursuivre les négociations. "Les représentants des PME ont fait part de leur refus de reprendre les négociations sur l’apprentissage, sur fond de bras de fer avec les régions". Source AFP.


Ailleurs

En Suisse, on se demande : Noter ou ne pas noter à l’école ? Là n’est plus la question. “Une notation porteuse de sens existe. Pour cela, l’élève doit être noté en référence à des repères pédagogiques et non en comparaison des scores de ses camarades ou d’autres facteurs aléatoires, explique Raphaël Pasquini, professeur à la Haute Ecole pédagogique du canton de Vaud.”

Bruxelles jette les bases d’un espace européen de l’éducation. “Le premier sommet européen de l’éducation se déroule aujourd’hui. Il entend réfléchir sur le futur des systèmes scolaires en Europe. L’UE en est persuadée : c’est aussi et surtout à l’école que l’on devient européen.”

Bernard Desclaux vous souhaite un bel et bon week-end !


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.

N° 541 - Les tâches complexes à la loupe
Dossier coordonné par Christophe Blanc et Florence Castincaud
décembre 2017
Depuis l’instauration du socle commun et l’incitation des enseignants à mettre en œuvre des «  tâches complexes  » dans leurs classes, on assiste à un foisonnement de propositions, personnelles et institutionnelles. Un dossier pour poursuivre la réflexion et nous aider à faire des choix pédagogiques et didactiques plus pertinents.