Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 23 novembre 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 23 novembre 2017

Polémiques et débats — Supérieur

Un peu de polémiques mais surtout de l’inquiétude autour du projet de réforme de l’entrée dans le supérieur.


Polémiques et débats

Luc Ferry, les "quartiers pourris", "leurs 98 nationalités" et nous sur le terrain. “Dimanche 19 novembre, Luc Ferry, ancien ministre de l’Éducation nationale, était l’invité de BFMTV pour commenter l’actualité. Ses propos sur les “quartiers pourris”, leurs “98 nationalités” et l’impossibilité de faire cours dans les classes ont choqué Aurélie Gascon, enseignante d’allemand à Sarcelles. Nous lui ouvrons nos colonnes en réponse.”

Les ateliers « en non-mixité raciale » du syndicat SUD-Education 93 créent une polémique. “Le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, a jugé « inconstitutionnelle et inacceptable » l’organisation de réunions réservées aux « racisés » lors d’un stage syndical.”

Et même Sophie Coignard s’en mêle : SUD Éducation : en lutte, mais pas pour les élèves. "Ce syndicat propose des stages interdits aux Blancs, mais ne s’intéresse guère aux salles de classe, comme en témoignent ses publications."

Jean-Michel Blanquer porte plainte contre SUD-Education 93 et cherche à museler le syndicalisme enseignant combatif. “Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, est enclin à écouter la fachosphère. En particulier, quand elle lui donne des billes pour taper sur les syndicalistes enseignants retors de la Seine-Saint-Denis, mobilisés depuis la rentrée. Il a annoncé à l’Assemblée Nationale porter plainte contre l’organisation syndicale SUD-Education Seine-Saint-Denis pour s’opposer à la tenue d’un stage syndical intitulé « Au croisement des oppressions : Où en est-on de l’antiracisme à l’école » dans lequel des débats en « non-mixité raciale » sont prévus.”

Plus intéressant : Éducation : l’importance du travail d’équipe
Selon une étude réalisée par l’OCDE, le goût du travail d’équipe commencerait dès le plus jeune âge grâce à l’éducation parentale.”
Le goût du travail d’équipe est une qualité recherchée par de nombreux recruteurs. Or, chacun sait que résoudre un problème relève parfois de beaucoup de patience. Être à l’écoute, répartir les tâches de façon efficace et équitable, L’OCDE ( Organisation de coopération et de développement économiques) a ainsi réalisé une étude auprès de 52 pays, sur la résolution collaborative des problèmes. Résultat : 28% des élèves ne sont pas capables de résoudre un problème collaboratif simple. À l’inverse, certains pays sont de très bons élèves dans le travail collaboratif : Singapour, Hong Kong, la Corée ou encore le Japon.”


Supérieur

De très nombreux médias relaient la nouvelle, par exemple La Nouvelle république : Accès à l’université : le nouvel APB s’appellera "Parcoursup".

Et si vous voulez, Découvrez le calendrier Parcoursup pour 2018

Les nouvelles règles d’entrée à l’université présentées en conseil des ministresLa plate-forme « Parcoursup » ouvrira le 15 janvier. Les lycéens inscriront dix vœux maximum et recevront les réponses au fil de l’eau, à partir de mai.”

Licence : la pluridisciplinarité pour enrayer l’échec. “A la rentrée 2018, les universités devront proposer des parcours « à la carte ». Visite de quelques universités pionnières en la matière.”

Université : la sélection n’est plus un tabou pour les jeunes par Marie-Estelle Pech. “Mais alors qu’il porte un projet de loi sur le sujet, présenté ce mercredi en Conseil des ministres, le gouvernement joue habilement sa partition. Suffisamment flou, instituant un semblant de tri sans le dire, le texte bénéficie d’un alignement des planètes optimal. Le tirage au sort pratiqué cette année dans les filières en tension (psychologie, Staps, droit) a fait figure d’épouvantail et préparé le terrain.”

Et d’ailleurs, puisqu’on vous le dit : Frédérique Vidal : "Notre objectif c’est que l’ensemble des bacheliers trouve sa place dans l’enseignement supérieur". “La ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal, était l’invitée de L’interview J-1, mardi sur franceinfo, à la veille de la présentation du projet de loi "Orientation et réussite des étudiants" en Conseil des ministres.”

Entrée à l’université : un projet de loi légèrement modifié présenté en Conseil des ministres par Laura Taillandier. “C’est une version du projet de loi sur l’entrée à l’université avec quelques modifications qui a été présentée en Conseil des ministres, mercredi 22 novembre 2017. Selon le texte qu’EducPros s’est procuré, outre une évolution de l’ordre des paragraphes, des changements ont été apportés à la suite de l’examen par le CSE et le Cneser.”

Projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants. “Le Gouvernement a décidé de rendre public l’avis du Conseil d’État sur le projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants.”

La réforme d’APB va-t-elle résoudre le problème de l’accès à l’université ? Recueilli par Nathalie Birchem et Emmanuelle Lucas. “Le projet de loi « orientation et réussite des étudiants », qui vise notamment à supprimer le tirage au sort et à réduire le taux d’échec en première année de fac, a été présenté hier en conseil des ministres. Vivement critiqué par plusieurs syndicats lycéens, étudiants (l’Unef) ou enseignants (le Snesup-FSU), qui dénoncent « une sélection déguisée », il est salué par d’autres acteurs comme une réponse équilibrée au problème de l’accès à l’université.”

Nouvelles règles d’entrée à la fac : "un projet fou" selon le premier syndicat du supérieur.Le Snesup, qui appartient à la fédération FSU (dont dépend également le Snes, premier syndicat des professeurs du secondaire), va alerter les élèves de Terminale, leurs parents et les professeurs sur les dangers que recèle selon lui ce projet de loi, via une lettre distribuée dans les établissements.”

Université. Les syndicats divisés sur les nouvelles modalités d’accès. “Le projet de loi "Orientation et réussite des étudiants", qui prévoit notamment de nouvelles modalités d’accès à l’université, est présenté ce mercredi en conseil des ministres. S’il ne comprend pas le terme de « sélection » ou de « pré-requis », il propose une inscription en licence pouvant être subordonnée à l’acceptation, par le candidat, d’un parcours d’accompagnement ou de formation pédagogique proposé par l’université.”

Université : tensions à prévoir par Luc Bentz. “Quand on creuse, on se rend compte que la substitution de « Parcours Sup » à APB est loin de régler le problème des néo-bacheliers sans affectation dans le Supérieur. Comme le montre une note de Terra Nova, le « choc démographique » va se poursuivre. Or trois problèmes se posent : 1º il n’a pas été anticipé ; 2º les universités, seules, vont-elles continuer à devoir absorber cette accroissement ? 3° pour l’instant, en termes de moyens, la situation est inquiétante et pourrait se traduire par des conséquences préoccupantes, surtout s’il y a des calculs à courte vue. Non sans risques pour les pouvoirs publics qui n’auront plus, à la rentrée 2018, l’alibi APB.”

Un tiers des étudiants inscrits en licence renonce dès la première année. “INFOGRAPHIE - Une note du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche dévoile les taux de réussite à l’université. Seul 28,4% des étudiants inscrits en licence en 2012 ont obtenu leur diplôme en trois ans.”

Orientation : «  Comment voulez-vous que les familles s’y retrouvent   ?  ». “Avec son plan étudiants, le gouvernement espère faciliter le choix des lycéens souvent perdus face au maquis des formations.”

Et pendant ce temps…parmi tant d’autres, Le Centre d’information et d’orientation doit fermer. “L’annonce a été faite lors du Comité technique académique (CTA) du 9 novembre. Le rectorat veut fermer le Centre d’information et d’orientation de Gaillac. L’un des trois, avec Albi et Castres, existant encore sur le département. Un projet que les organisations syndicales ont refusé lors cette réunion. Mais il doit être représenté lors du prochain CTA le 29 novembre. La position des syndicats ne sera alors que consultative.”

et une bonne question se pose : Les enseignants peuvent-ils faire de bons conseillers d’orientation ?

Les "Business schools"​ françaises de 1819 à nos jours : deux siècles d’un développement en marge de l’université. “Les actuelles "business schools" françaises sont les héritières d’établissements nés il y a près de deux siècles. Pour pouvoir bien analyser ce qui les caractérise aujourd’hui, et ce que pourrait être leur avenir à court et moyen termes, nous vous proposons d’en découvrir avec nous la genèse, et les pistes de développement qui s’offrent à elles aujourd’hui.” Par Bruno Magliulo.

Etudes supérieures en Espagne : quelles différences avec la France ?L’Espagne compte environ 1,5 millions d’étudiants parmi sa population, dans lesquels on compte cette année 2.801 étudiants français en mobilité entrante. L’Espagne est une destination privilégiée des étudiants Erasmus mais l’enseignement supérieur espagnol intéresse aussi la communauté française dont les enfants sont scolarisés dans le pays. Récapitulation de ses ses modalités.”

Les universités américaines, de plus en plus friandes d’intelligence artificielle par Hélène Labriet-Gross. "L’intelligence artificielle, nouvel eldorado du secteur de l’éducation ? Aux États-Unis, un nombre croissant d’enseignants font appel à cette technologie pour personnaliser leurs cours, relate EdTech Magazine, journal en ligne dédié à l’actualité du secteur. Les professeurs ont souvent face à eux des classes de plusieurs centaines d’étudiants et l’IA (intelligence artificielle) met à leur disposition différents outils, afin d’identifier les besoins de chacun, analyse le magazine.”


Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 539 - Pouvoir d’agir et autonomie de l’école au lycée

Dossier coordonné par Michèle Amiel et Gwenaël Le Guével
septembre-octobre 2017

Prendre des initiatives, engager un processus de décision, animer une équipe, mettre en place une innovation, etc. Est-ce le domaine réservé du directeur d’école, de l’IEN, du chef d’établissement ? Au bout du compte, l’augmentation du pouvoir dans un établissement autonome, c’est celle du chef ou celle des personnels.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.