Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 23 juin 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 23 juin 2016

L’état du système — Orientation — Communautarisme


En cette période de fin d’année, à part les examens, les corrections de copies et les contestations en tous genres, l’actualité est ralentie. On trouvera tout de même quelques interrogations sur l’état de notre système et ce qu’il produit, l’orientation tant dans le secondaire que dans le supérieur, et quelques problèmes de communautarisme à l’est !


L’état du système

A la fin de l’école primaire, des écarts sociaux de réussite scolaire déjà bien installés. “C’est une première. La Depp (division des études du ministère de l’éducation nationale) publie les résultats d’une étude portant sur plus de 160 000 élèves entrant en 6ème pour évaluer leur niveau de maitrise du socle commun. Elle montre que les écarts de réussite scolaire sont déjà bien présents à la fin de l’école primaire. Ils sont sociaux. Mais aussi géographiques, certaines académies obtenant à conditions égales de meilleurs résultats que d’autres. Mais pourquoi ?

La note de la DEPP : Évaluation numérique des compétences du socle en début de sixième : des niveaux de performance contrastés selon les académies.

Le Monde confirme Les écarts de réussite s’installent dès l’école primaire. Et donne une “Autre information de l’étude, également révélée dans les tests de lecture réalisés chaque année lors de la Journée défense et citoyenneté (JDC) : les filles réussissent mieux que les garçons en maîtrise de la langue (86 % d’entre elles ont les bases suffisantes, contre 78,4 % des garçons). Cet écart n’apparaît pas, en revanche, dans le domaine scientifique. Enfin, les élèves ayant redoublé durant le primaire ont des résultats bien inférieurs aux autres (plus de 40 points de différence). Signe que leur redoublement n’a pas permis de rattraper leur retard.”

Le Figaro nous annonce que L’éducation des parents protège les enfants du surpoids. “Deux économistes de l’École d’Économie de Paris ont mis à jour une relation étonnante entre le poids d’un enfant et le niveau d’éducation de ses parents.”

En ces temps de réflexions sur la mise en place de la réforme du collège il n’est pas inutile de lire le texte d’Eric Charbonnier, expert éducation à l’OCDE : Créer une culture de collaboration dans nos collèges : Est-ce possible ?Le palmarès des lycées ou les comparaisons de performances entre les collèges français ont le mérite de nous apporter chaque année de riches enseignements. Malheureusement, lorsque ces études sont rendues publiques, l’attention est polarisée sur les établissements collectionnant les médailles ou sur ceux se battant pour éviter le bonnet d’âne. Pourtant, ces classements nous indiquent aussi, par exemple, que deux établissements distants de quelques centaines de mètres, de populations comparables à la fois en termes de taille et de niveau socio-économique obtiennent parfois des résultats diamétralement opposés. C’est un constat d’autant plus surprenant que ces établissements sont censés faire face aux mêmes difficultés et devraient donc obtenir des performances assez proches.”

Baccalauréat : pourra-t-on secouer le géant qui dort ?Rétabli par Napoléon en 1808, le baccalauréat vient d’avoir 208 ans. C’est un bel âge. N’est-il pas temps de s’interroger sur son utilité ? Et encore plus sur son sens ?
Cela paraît d’autant plus urgent qu’il touche désormais un nombre considérable de lycéens, et qu’il est devenu une énorme machine. Mais une machine qui sert à quoi ?
” se demande Charles Hadji, Professeur émérite (Sciences de l’education), Université Grenoble Alpes.

Investissements d’avenir : le troisième volet mise sur l’enseignement et la recherche. “Sur l’enveloppe de 10 milliards, 5,9 milliards iront à l’enseignement et la recherche, et 4,1 milliards au développement des entreprises.”


Orientation

Orientation. Vers la fin du redoublement. “« Avant on rigolait bien en conseil de classe, il y avait de la vie : on s’engueulait, on défendait les gamins, on avait l’impression de servir à quelque chose. On était un peu comme saint Pierre avec les clefs du paradis. Maintenant, on s’ennuie un peu... ». Si Hervé Bellec, professeur d’histoire géo au lycée Vauban, préfère aborder les faits avec humour, le sujet n’en reste pas moins sensible. Mise en application en septembre dernier, une réforme de 2014, sobrement intitulée « Évaluation des acquis, accompagnement pédagogique des élèves, dispositifs d’aide et redoublement », modifie les compétences en matière de redoublement pour les classes de fin de cycle et transfère la décision finale du conseil de classe vers les représentants légaux. Traduction : quel que soit l’avis des professeurs, l’élève accédera à la classe supérieure si ses parents le souhaitent.”

Pour un commentaire à cette question je me permets de vous renvoyer à mon dernier article sur mon blog Educpros : Le redoublement sinon rien. “C’est à la veille des conseils de classe de fin d’année que la lutte contre la suppression du redoublement est relancée par différents syndicats. Le décret de 2014 s’applique en effet seulement cette année. Lors de sa parution il avait déjà fait l’objet de réactions au moins sur deux thèmes que nous allons revoir. Nous explorerons ici d’autres arguments expliquant cette résistance.”

Quel est le lien entre l’origine sociale des lycéens et leur orientation post bac ?La 2e phase de réponses APB commence aujourd’hui, jeudi 23 juin, et les bacheliers 2016 s’apprêtent à découvrir s’ils ont enfin obtenu leur premier vœu. L’origine sociale des lycéens influence-t-elle leur orientation ?
En 2012, L’INSEE faisait paraître deux dossiers s’intéressant aux liens entre origine sociale des lycéens et leur scolarisation. Retour sur ces enquêtes
.”

On lira un excellent papier de Romain Pierronnet, Doctorant en sciences de gestion, Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC) : Ce que dit l’orientation post-bac de notre enseignement supérieur. “Comme chaque année, le mois de juin est marqué par le marronnier que constitue l’organisation du baccalauréat. C’est aussi l’occasion de reparler d’orientation, et des premiers résultats et indicateurs issus de l’utilisation de la plate-forme Admission Post-Bac (APB).”


Communautarisme

Laïcité : Des parents d’Alsace veulent garder l’enseignement religieux local. “A la veille du déplacement du président de la République au congrès de la Ligue de l’enseignement à Strasbourg, trois associations de parents d’élèves alsaciennes manifestent leur attachement au statut local concernant l’enseignement religieux.”

François Hollande à Strasbourg face aux défenseurs de la laïcité à l’école. “Les organisations laïques écouteront avec attention le discours de François Hollande, jeudi après-midi, au Palais de la musique et des congrès de Strasbourg. Et pour cause : le chef de l’État s’exprimera à l’occasion du 150e anniversaire de la Ligue de l’enseignement, créé sous le Second Empire pour défendre l’idée d’une école accessible à tous, gratuite... et laïque.”

L’enseignement catholique mis en garde contre les promoteurs d’un art martial douteux. “Dans le collimateur de l’évêque en charge de la lutte contre les dérives sectaires : l’association Femmes internationales - murs brisés (FIMB), qui s’emploie selon lui à infiltrer "divers réseaux de l’enseignement catholique" par "la proposition d’un art martial à portée non violente et pacificatrice, le chindaï".”

Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Former les futurs citoyens


Revue n°530 - juin 2016
Mise en place du nouveau socle commun, de l’enseignement moral et civique : l’éducation à la citoyenneté, thème souvent abordé par les Cahiers pédagogiques, revient au cœur des préoccupations. De quelle éducation à la citoyenneté parle-t-on ? Comment ne plus la confondre avec une éducation au civisme et à la civilité ?

Mettre en oeuvre les EPI

Revue n°528 - mars 2016
Les enseignements pratiques interdisciplinaires vont se mettre en place à la rentrée 2016. Dans certains collèges, on anticipe déjà. Dans d’autres, les pratiques interdisciplinaires existent depuis un certain temps. On ne part
donc pas de rien et les EPI peuvent s’appuyer sur l’existant.