Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 22 novembre 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 22 novembre 2018

Réforme du lycée - Divers - D’ici et d’ailleurs - Ressource

L’actualité éducative est dominée largement ces derniers jours par la réforme du lycée et les nouveaux programmes.


Réforme du lycée

La réforme du lycée, ainsi que les nouveaux programmes inquiètent beaucoup les enseignants. Beaucoup s’accordent sur une dérive élitiste, des programmes trop exigeants ou rétrogrades.
Les enjeux du lycée à la mode Blanquer
Par Mattea Battaglia et Violaine Morin
« Les quelque 80 projets de programmes scolaires du lycée, désormais tous dévoilés, sont-ils à la hauteur des attentes ? Donneront-ils corps à ce lycée du XXIe siècle censé garantir aux élèves, en lieu et place des séries S, L et ES supprimées à la rentrée 2019, une « plus grande personnalisation des parcours », comme le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, s’y est engagé ? Et permettront-ils de « muscler » le baccalauréat à l’horizon 2021, comme promis par le président, Emmanuel Macron, pour redonner du « sens » à l’examen, mais aussi de la « cohérence » entre les enseignements du lycée et ceux de l’université ?
En attendant les programmes définitifs qui devraient être présentés en décembre à l’occasion d’un Conseil supérieur de l’éducation et d’une intervention ministérielle, un point semble déjà faire l’unanimité : les exigences au lycée s’envolent. »

Nouveaux programmes du lycée : l’avenir en marche arrière
« Menée dans un secret confinant à la paranoïa, la grande révision des programmes du lycée approche de son terme. Hier, la phase de consultation des enseignants s’est achevée. Certaines disciplines suscitent une grande inquiétude parmi les professeurs. »
Enseignement : « Des projets de programmes qui confirment la dérive élitiste »
« La réforme des programmes scolaires annonce un lycée qui devra assumer sa part de sélection. La pédagogie passe malheureusement au second plan, estime le professeur de lettres Denis Paget, dans une tribune au « Monde ». »
« Le rôle des SES n’est pas de transmettre une doctrine, mais d’offrir aux jeunes un regard éclairé »
« Le collectif des Economiste atterrés dénonce, dans une tribune au « Monde », les travers idéologiques de la refonte du programme de sciences économiques au lycée. »

Au-delà des programmes, on s’inquiète aussi de la nouvelle organisation du lycée qui doit s’organiser dans la précipitation.
Dans les lycées, l’inquiétude monte face à une « réforme précipitée »
« Choix des spécialités, enseignement des matières transversales et de l’informatique… Des questions restent en suspens. Du côté des enseignants, le casse-tête ne fait que commencer. »

Selon un sondage, 62 % des élèves de seconde veulent choisir la spécialité mathématiques
« Selon le baromètre réalisé par l’Etudiant, les mathématiques sont largement plébiscitées par les élèves de seconde qui devront, en fin d’année, choisir trois spécialités de première. La physique-chimie et l’histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques récoltent aussi les suffrages des lycéens. »

Dans le cadre de la réforme du Bac et du lycée, Python deviendra le langage officiel de programmation en France
« À la mi-février, le ministre français de l’Éducation a dévoilé la tant débattue réforme du bac qui, comme on s’y attendait, a marqué la fin des séries au lycée, du moins pour la voie générale. Pour les partisans de cette réforme, il s’agit de repenser le lycée afin de mieux accompagner les élèves dans la conception de leur projet et dans l’acquisition des connaissances et des compétences nécessaires à leur poursuite d’études. »


Divers

Le professeur principal : un acteur essentiel... de plus en plus taillable et corvéable !
« Une circulaire récente (N° 2018-108 du 10 octobre 2018, publiée au Bulletin Officiel de l’Education Nationale N°37 du 11 octobre 2018) est venue préciser le rôle du professeur principal dans les collèges et les lycées. En trois pages très denses, on y détaille les missions normalement dévolues à ces acteurs de plus en plus sollicités, théoriquement volontaires pour exercer une telle mission ("Au sein des équipes pédagogiques, les professeurs principaux sont désignés par le chef d’établissement, avec l’accord des intéressés"), mais auxquels il est difficile de refuser une telle désignation. Le moins que l’on puisse dire est que ce texte réglementaire vient amplifier une tâche qui était déjà fort chargée, notamment dans le domaine de l’orientation, sans pour autant que ce que l’on y qualifie de "reconnaissance financière" fasse l’objet de la moindre revalorisation. »

Le défenseur des droits appelle à mieux garantir les droits des plus petits
« Le défenseur des droits rend, mardi 20 novembre, un rapport centré sur les enfants de 0 à 6 ans. Parmi ses recommandations : renforcer la formation des professionnels du secteur, proscrire l’utilisation des écrans pour les moins de 3 ans ou encore améliorer la coordination entre les différents acteurs du champ de la petite enfance. »
Fessée : une loi pour "corriger" les parents
« "Le pas qu’il faut faire, c’est voter une disposition qui dise que la fessée, la correction, la gifle, c’est une violence, interdite comme les autres violences. Il y a un continuum de violence. D’où la proposition de loi", poursuit Toubon. En réalité, il s’agit de donner un signal pour sensibiliser les familles plus que de les sanctionner, en cas de rouste inopinée. Techniquement, le texte sera inséré dans l’article sur l’autorité parentale du Code civil. Le même article qui est lu en mairie aux époux, lorsqu’ils se passent la bague au doigt. La nouvelle règle édictée ne s’accompagnera donc pas de sanction pénale. »

#MerciProf ! Les parents et les enfants invités à remercier les enseignants
« En réaction au mouvement #Pasdevague, cette initiative des collaborateurs du Projet Voltaire, lancée ce mercredi, n’a rien d’anecdotique.
C’est l’instituteur qui a donné la bosse des maths à votre fiston longtemps allergique aux additions. C’est la prof de français qui a transmis le goût de l’écriture à votre aînée. C’est l’enseignant de physique « Géo Trouvetou » qui a aiguisé votre curiosité ou celui de philo à l’origine de vos engagements politiques. On a tous, élèves ou anciens élèves, un professeur aussi mémorable que celui du « Cercle des poètes disparus », qui nous a marqués à jamais. Le temps est venu de lui déclarer toute votre admiration. »

Violences à l’école : Eric Debarbieux dresse un bilan sur les mesures de sécurité
« Dans un entretien AEF, l’ancien délégué ministériel chargé de la prévention et de la lutte contre les violences scolaires Eric Debarbieux livre un bilan sur les violences à l’école et les mesures de sécurité prises par le gouvernement en octobre dernier. »

Des jeunes au bord de l’illettrisme numérique
« Mes doutes sont confirmés par des études. L’une d’entre elles, publiée en juin 2017 dans la revue Teaching and Teacher Education, montre qu’on ne naît pas avec des prédispositions qui renforcent la maîtrise des outils numériques, on les acquiert. Et cette acquisition ne se fait pas à la faveur d’un simple accès illimité à Internet : mes élèves, quoique pour la plupart issus de milieux défavorisés, possèdent tous des tablettes à la maison et des smartphones. Ils savent jouer à Fortnite et publier des statuts sur Facebook ou des stories sur Snapchat. Ils sont aussi capables de trouver les clips de leurs artistes préférés sur YouTube et de suivre les carrières de telle ou telle star de télé-réalité sur Instagram. C’est quand il s’agit de faire un usage éducatif de l’outil numérique qu’ils redeviennent ces êtres chétifs et impuissants qu’ils sont devant un livre ou un cahier. »


D’ici et d’ailleurs

"Bienvenue en France" aux étudiants étrangers, vraiment ?
« La moitié des étudiants étrangers en France sont africains. Le projet gouvernemental de hausse des frais de scolarité pour les non européens va compliquer leur venue.
Ainsi, dès la rentrée prochaine, ces jeunes devraient payer 2.770 euros au lieu de 170 euros pour s’inscrire en licence, et 3.770 euros pour une formation en master ou en doctorat – contre 243 euros et 380 euros actuellement. »

L’Écosse intègre « l’éducation LGBT » dans ses écoles
« (Édimbourg) Étudier l’histoire du mouvement LGBT ? Apprendre que certains grands personnages étaient homosexuels ? Échanger sur l’existence des couples de même sexe ? Tout cela sera bientôt une réalité dans les écoles publiques en Écosse. »


Ressources

Laurence De Cock, Dans la classe de l’homme blanc, L’enseignement du fait colonial en France des années 1980 à nos jours
« Influencée par son activité d’enseignante en histoire dans un collège qu’elle qualifie de « très relégué socialement » (p. 9), ainsi que par les polémiques nombreuses autour de l’enseignement du fait colonial, décrit tantôt comme absent des programmes, tantôt comme envahissant, Laurence De Cock essaye de retracer les enjeux d’un enseignement apparemment si problématique et polémique. Pour ce faire, elle s’inscrit au croisement de plusieurs traditions empruntées à différentes disciplines et courants de pensée. Tout d’abord, il y a l’histoire de l’enseignement, avec notamment le linguiste et historien André Chervel, qui a ouvert une nouvelle voie aux historiens de l’éducation en récusant l’idée « qu’une discipline scolaire ne soit que la mise en forme par des pédagogues de savoirs savants » (p. 27) : le passage des découvertes académiques à un enseignement de celles-ci nécessite plusieurs intermédiaires qui viennent d’autres milieux et qui ont d’autres préoccupations, ce que Laurence De Cock s’efforce de montrer. »

Géraldine Duboz


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Des collectifs enseignants connectés
Dossier coordonné par RÉGIS FORGIONE, FABIEN HOBART ET JEAN-PHILIPPE MAITRE
n° 548, novembre 2018
De nombreux champs d’actions du métier enseignant ont été transformés à mesure que l’informatique a envahi les lieux professionnels et personnels des enseignants. Comment définir aujourd’hui ce qu’est un collectif d’enseignants connectés et comment le numérique prend place dans son fonctionnement ?

N° 547 - Des alternatives à l’école ?
Dossier coordonné par Richard Étienne et Jean-Pierre Fournier
septembre-octobre 2018
Qu’en est-il de ces expériences de classes et d’écoles alternatives, dans le système public comme à l’extérieur, voire à l’étranger ? Sur quels principes se fondent-elles ? Comment interroger ces principes ? Un dossier pour voir plus clair dans ce qui, au-delà d’une certaine mode, reste flou.