Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 22 mars 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 22 mars 2018

Grèves — Francophonie — Lycées — Mai 68

La, les grèves plombent l’actualité. Interrogations autour de la francophonie et de l’évaluation des lycées, et des papiers sur mai 68.


Grèves

Grève : « il y a un vrai frémissement de l’éducation nationale » (Groison). “Bernadette Groison, secrétaire générale de FSU (Fédération syndicale unitaire, première fédération syndicale en France de l’enseignement), était invitée sur Europe 1 ce matin. Elle a expliqué qu’elle s’attendait à une forte mobilisation ce jeudi au sein du corps enseignant, face à la réforme de la fonction publique.”

Grève : Le statut des enseignants est -il vraiment menacé ?Seront-ils plus nombreux que prévu, comme peuvent le laisser penser certains signaux venus du second degré , ou moins nombreux, comme le montre la mobilisation tiède du premier degré où il n’y aura, selon le Snuipp Fsu, qu’un professeur des écoles sur quatre en grève ? Cela va dépendre pour une bonne part de la façon dont les syndicats ont fait passer le message d’un moment tournant pour le statut des enseignants. Ce tournant existe-il ?

Mais d’autres mouvements apparaissent et vont peut-être s’agglomérer… Notamment dans les universités. Toulouse, Bordeaux, Montpellier : les facs contre la sélection. Par Faïza Zerouala. “Plusieurs universités, à Bordeaux, Toulouse ou Montpellier, sont bloquées pour protester contre la loi, définitivement adoptée le 8 mars au terme d’un examen accéléré, d’accès à l’enseignement supérieur. Les étudiant.e.s mobilisé.e.s occupent des bâtiments sur les campus et espèrent obtenir un retrait de la loi portée par la ministre Frédérique Vidal.” Article pour abonnés.


Francophonie

Emmanuel Macron annonce plusieurs mesures visant à renforcer la place de la langue française à l’étranger. “Le président français Emmanuel Macron a annoncé, mardi, plusieurs mesures visant à renforcer la place de la langue française à l’étranger.”

Le Journal de Brazzaville publie la dépêche de l’AFP :Les lycées français de l’étranger, un réseau d’excellence en pleine crise. “ Les lycées français de l’étranger, qu’Emmanuel Macron veut « consolider » dans le cadre de son plan pour le français dans le monde, regroupe 492 établissements dans 137 pays mais ce réseau, souvent considéré comme « d’excellence », traverse une crise profonde.”

« Le français ne doit plus faire barrage aux langues nationales des pays dits francophones ». “La romancière franco-ivoirienne Véronique Tadjo se félicite, dans une tribune au « Monde », de la volonté d’Emmanuel Macron de vouloir lier pluralisme linguistique et francophonie. Pour elle, la langue française a trop longtemps voulu défendre son hégémonie en Afrique subsaharienne.”

Et El Watan propose un article qui rappelle L’enseignement français en Algérie, un parcours difficile (1). “Un protocole d’accord relatif à l’enseignement français en Algérie est signé en juin 1963(2) et publié par décret n° 63-255 du 16 juillet 1963. L’Office universitaire et culturel français (Oucfa), créé par l’ordonnance n°62-952 du 11 août 1962, disposera de huit lycées en Algérie(3). Cinq lycées seront rétrocédés progressivement.”


Lycées

“Parmi les indicateurs de résultats des lycées, publiés mercredi, apparaissent les taux de mentions au baccalauréat. Un changement qui pourrait en appeler d’autres.” Par Camille Stromboni et Mattea Battaglia

Le contre palmarès des lycées est présenté par le Café pédagogique. “Le classement des lycées. Connaissez-vous le lycée Camille Desmoulins du Cateau Cambrésis ? Non ? C’est pourtant un des meilleurs lycées de France. Le Palmarès des lycées du Café pédagogique l’inscrit deux fois dans le peloton de tête des lycées français en série S et en série STMG. Du moins dans la lecture que fait le Café pédagogique des indicateurs des lycées. S’il est impossible d’enfermer la réalité du travail effectué dans les établissements dans des statistiques, il est possible d’utiliser les indicateurs de résultats des lycées publiés par le ministère de l’éducation nationale pour dévoiler des traces de ce travail. Encore faut-il vouloir les chercher. Parce qu’il y a plus de mérite à faire réussir les jeunes des quartiers populaire que de sélectionner parmi les bons élèves pour remplir ses terminales, le Café pédagogique exploite les statistiques ministérielles pour mettre en avant les lycées qui font vraiment réussir les jeunes qui ont besoin de l’éducation nationale.”


Mai 68

Deux articles sur la page d’accueil des Cahiers pédagogiques.
Mai 68, et après ? Amiens, mars 1968 : tout le monde est d’accord pour changer l’école ! Par Yann Forestier. “Du 15 au 17 mars 1968 se tient à Amiens un grand colloque pour imaginer « une école nouvelle », selon le titre de ses actes [1]. Introduit par le recteur Robert Mallet et conclu par le ministre Alain Peyrefitte, l’événement rassemble dans une effervescence extraordinaire sept cents chercheurs, militants pédagogiques et administrateurs qui constatent dans l’enthousiasme leur accord sur la nécessité de tout bouleverser. Un colloque scientifique réuni pour le cinquantenaire dans la capitale picarde a fait le point sur ce moment d’apogée du consensus réformateur des années 1960 [2].”

Les portraits du jeudi, par Monique Royer : Mai 1968, une onde longue et fertile : Raoul Pantanella. “Au cours d’une semaine où mai 68 se rappelle à notre mémoire, Raoul Pantanella nous offre son témoignage, celui d’un acteur de ce que l’on nommait alors les événements, un acteur parmi tant d’autres, mais pas seulement. Il nous raconte aussi le parcours d’un militant qui, à l’heure de la retraite, ne s’est pas arrêté. Portrait d’un optimiste pour qui le changement vient toujours de la base vers le sommet.”

Et pour terminer, en Belgique, on se demande si L’enseignement finlandais : un modèle à suivre ?Souvent en tête du classement PISA, l’enseignement finlandais est réputé pour sa qualité et régulièrement cité en exemple. Mais comment fonctionne-t-il ? Et est-il transposable en Belgique ? Pour y répondre, Soir Première a reçu Claude Anttila, ancienne enseignante en Finlande, ayant aussi été proviseure et experte au sein du ministère de l’Education en Finlande, et Frédérique Mawet, secrétaire générale de "Changements pour tous" en Belgique.”

Bernard Desclaux