Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 22 mai


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 22 mai

Programmes - Contestation - Religions - Inclusion ?


En ce vendredi c’est toujours la réforme du collège qui tient le haut des manchettes avec quelques extras autour de la place des religions à l’école et de la question centrale de l’inclusion scolaire.


Programmes

On trouvera un article pondéré et lucide dans Le Monde Denis Paget, membre qualifié du Conseil Supérieur des programmes et Patrick Rayou, professeur des universités, responsable du groupe d’élaboration des programmes du cycle 4 s’y expriment tentant l’improbable prouesse d’entrer dans un débat dépassionné osant soulever de vraies questions tout en envisageant des pistes d’amélioration. la polarisation du débat sur des questions, certes pertinentes et passibles de solutions, comme celles relatives à l’enseignement des langues anciennes, à la suppression des classes bi-langues ou des sections européennes, conduit à passer à côté d’enjeux « fondamentaux » Puis il pointe du doigt un curieux paradoxe « Souvent persuadés de la nécessité d’alléger les programmes, les détracteurs du projet refusent cependant toute tentative d’aller dans ce sens. » Enfin, il évoque avec pertinence la question des EPI, enseignement pluri interdisciplinaire : « La crainte s’exprime aussi de voir se diluer les disciplines dans des travaux interdisciplinaires qui pourront être travaillés au collège pour la première fois dans des horaires dédiés. Certes, transposer les TPE du lycée au collège sans penser une progression des méthodes du travail d’équipe sur projet, serait bien hasardeux. Mais croire qu’on ne peut pas travailler des contenus disciplinaires précis sur des enseignements interdisciplinaires serait très dommageable au moment où toutes les évaluations nationales et internationales nous renvoient l’image d’élèves français qui savent restituer leurs connaissances dans le contexte d’apprentissage mais se révèlent très faibles dans la prise d’initiative, le goût de l’argumentation et de l’écriture et l’usage de leurs connaissances dans des situations inattendues. »

JPEG - 73.2 ko

Toujours au sujet des programmes, Jacques Toubon, lui, serait favorable à l’enseignement du droit au collège apprend-on sur Mensquare “Selon lui, il s’agirait d’une très bonne manière « d’envoyer de jeunes ambassadeurs dans les collèges et les lycées ». A ses yeux, le droit aurait autant sa place que des cours d’économie, des cours de sciences ou même d’histoire. Jacques Toubon a d’ailleurs déclaré durant l’émission : « On enseigne un certain nombre de matières, qui peut-être dans la vie ne vous serviront pas, peut-être que dans la vie, ce n’est pas indispensable de savoir que +1515 Marginan ». Sans doute conscient de ce qu’il venait d’affirmer, il s’est rapidement rattrapé pour préciser qu’« il était un de ceux qui se battaient pour l’enseignement de l’histoire. »


Contestations

JPEG - 101.3 ko

Il est un exercice de style dans lequel la France excelle particulièrement, c’est celui de la riposte, de la joute verbale et de la contestation systématique. Pour s’en convaincre, on pourra lire cet article du Monde Education, les figures imposées de la contestation. qui met en lumière trois sujets sur lesquelles, invariablement, butent les réformes, 1. La vieille guerre des « pédagogistes » contre les « élitistes », 2. L’éternelle querelle sur l’histoire, 3. La crainte de l’autonomie « néolibérale ». « « Pédagogistes » contre « élitistes », niveau qui baisse, tribunes enflammées, noms d’oiseaux à l’Assemblée, ministre accusée de « saborder », « massacrer », « sacrifier » l’éducation des enfants, manifestations… Ce court descriptif résume assez bien la réforme du collège que porte Najat Vallaud-Belkacem. Mais pourrait tout aussi bien évoquer la réforme du primaire de 2008 ou les lois Fillon sur l’école de 2005. »
Le Débat sur Europe1 hier n’y a pas échappé dans la critique et l’affrontement entre Bruno Le Maire et Najat Vallaud—Belkacem. Ils se sont ainsi accusés mutuellement de saccager l’Éducation nationale ce qui a particulièrement marqué La Dépêche. Bruno Le Maire a encore montré qu’il n’avait pas compris le sens des EPI, la ministre a insisté sur la nécessité de former les enseignants, ce que nous appelons tous de nos voeux.
Dans ce débat, la ministre a encore montré ce que le journal La Croix pointait déjà hier son calme face aux critiques.
Du côté des opposants syndicaux on s’organise et comme le titre le Café Pédagogique « L’intersyndicale "met en débat" une journée de grève » le 4 juin.
Libération conteste les propos d’Eric Ciotti avec ces termes nets « DÉSINTOX Contrairement à ce qu’avance le député UMP Eric Ciotti, la France n’a pas les dépenses publiques les plus généreuses d’Europe pour l’éducation. « Plus il y a de moyens, moins il y a de résultats. On est le premier budget d’Europe je crois, plus d’enseignants, plus de moyens, toujours plus ! Et à la sortie, des résultats pour les élèves qui sont un drame : 20% des élèves qui ne savent pas lire en entrant en sixième. » »


Religions

En Alsace-Moselle, le Figaro remarque que « les cours de religion pourraient devenir optionnels ». Le régime particulier de l’Alsace-Moselle qui est régie par le Concordat et non la loi de 1905 est pointé du doigts par l’Observatoire de la laïcité.
Quant à l’école catholique, elle se félicite de la réforme du collège et va l’appliquer comme le rapporte le Figaro. « Le secrétaire général de l’enseignement catholique, Pascal Balmand, salue cette réforme qui met l’accent sur l’interdisciplinarité et le travail en équipe. » Pascal Balmand s’était déjà estimé favorable dans le journal La Croix, en mars dernier, heureux de voir apparaître explicitement des éléments de programme mettant l’accent sur « la formation de la personne et du citoyen ».
A l’université c’est le Cneser qui affirme que le port du voile n’est pas « une menace contre l’institution universitaire » nous dit Le Monde. Il est décidément beaucoup question de religion autour de l’école laïque...


Inclusion ?

Le Forum mondial sur l’éducation encourage les pays à fournir une éducation inclusive et de qualité à leurs enfants.
Pendant ce temps, dans le Plus de L’Obs, une enseignante raconte le combat de tout son établissement pour aider la mère sans-papiers d’un de ses élèves.
A l’école des greffes, il ne fait pas bon être anorexique. Selon l’Est républicain, une jeune élève y a été exclue en raison de son état de santé...
Terminons cette revue par cette étude intéressante venue de nos cousins d’Amérique et rapportée par Educavox. Il s’agit de l’idée de moduler la salle de classes pour inclure les nouvelles formes pédagogiques.

Cette revue, écrite à quatre mains par Ostiane Mathon et Emilie Kochert ne saurait être complète sans l’annonce du très attendu bloc-notes de demain par Philippe Watrelot.

JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Faire vivre une morale laïque
Hors-série n°30 - avril 2013

Une compilation d’articles parus ces dernières années sur l’éducation à la citoyenneté, le droit, la laïcité, les débats et les « questions sensibles » à l’école , en contribution à la réflexion en cours sur une « morale laïque ».

L’école inclusive : un défi pour l’école - Repères pratiques pour la scolarisation des élèves handicapés
Ouvrage - novembre 2014

Pascal Bataille, Julia Midelet
Jadis pensée en termes d’« éducation spéciale », l’intégration de chaque élève dans l’institution scolaire – quelles que soient les difficultés rencontrées dans son histoire – doit être aujourd’hui conçue selon le principe de « l’accessibilité universelle ». C’est dire que nous devons quitter le registre de la « remédiation compassionnelle », abandonner la dérivation systématique vers des filières de relégation et rechercher obstinément comment multiplier les ressources de l’école pour qu’elle puisse accompagner tous les élèves dans des apprentissages exigeants… Tel est le projet de l’école inclusive.