Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 22 février 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 22 février 2018

Réformes — Parcoursup — Divers

Aujourd’hui, pour changer, ce sera les réformes et un peu de divers !


Réformes

La question du privé
Hors contrat : le changement de pied de Jean-Michel Blanquer. “C’était passé un peu inaperçu, ou juste trop vite, le 15 février, noyé dans les deux heures de L’Emission politique, sur France 2, qui recevait Jean-Michel Blanquer, au faîte de sa gloire médiatique la semaine où il était proclamé « vice-président » en couverture du Point, « nouvelle star » par Valeurs actuelles et « atout réformateur de Macron » par Le Figaro. Mais si l’on revoit l’émission, il se confirme que celle-ci a été l’occasion, sur la question des écoles hors-contrat, d’un net changement de pied du ministre de l’éducation. Jusqu’alors, celui-ci s’était signalé – mais c’était avant qu’il soit ministre – par un soutien très appuyé aux écoles Espérance Banlieues, comme le prouve son intervention le 4 avril 2016, sans sa présence physique mais par le truchement d’une vidéo, au colloque organisé par ce réseau.”

A propos du redoublement, le décret est paru ainsi que celui concernant l’orientation en terminale.
Enseignement, le redoublement c’est fini ! Daniel Roucous. “C’est officiel, à effet du 22 février, plus question de redoubler dans l’enseignement primaire comme secondaire, public comme privé, sauf cas exceptionnels.
Il s’agit de l’application du décret du 20 février 2018 relatif au redoublement qui prévoit :
- des dispositifs d’accompagnement pédagogique destinés aux élèves en difficulté afin d’éviter le redoublement,
- des mesures spécifiques d’accompagnment si le redoublement est nécessaire après avis des parents et de l’inspecteur de l’éducation nationale. Les parents peuvent faire appel dans le délai de trois jours suite à la réception de la notification de redoublement par le chef d’établissement
.”

Le décret sur le redoublement publié au J.O. "Le Journal officiel publie un décret qui revoir la procédure de redoublement au primaire comme dans le second degré. La nouvelle rédaction supprime le caractère exceptionnel du redoublement qui n’était possible qu’en cas de rupture des apprentissages depuis 2014. Le CSE s’était prononcé contre. Mais pourquoi ce retour en arrière ?"

Et au BOEN : Organisation du lycée. Rôles du conseil de classe et du chef d’établissement en matière d’orientation et autres dispositions.
NOR : MENE1800731D décret n° 2018-120 du 20-2-2018 - J.O. du 21-2-2018 MEN - DGESCO A1-4

Et puis le concernant la réforme du lycée.
Lycée : Blanquer précise sa réforme. "Interrogé par la Commission de la culture et de l’Education de l’Assemblée nationale le 20 février, JM Blanquer a saisi l’occasion pour répondre indirectement aux nombreuses critiques portées sur son projet de lycée. N’hésitant pas à renverser les arguments, il a déclaré que les disciplines seraient mieux servies avec la réforme et qu’il y aurait moins d’inégalités. JM Blanquer s’est attaché à rassurer les professeurs de maths ou de SES sur les horaires disciplinaires. Il a aussi confirmé les bruits sur la disparition de l’écriture d’invention à l’épreuve de français.”

Réforme du bac : quelle place pour les SVT ?Suite à la publication du texte officiel sur la réforme du bac, les Sciences de la vie et de la Terre deviendront un enseignement de spécialité dès la classe de première. Réaction de Serge Lacassie, président de l’Association des Professeurs de Biologie et de Géologie.”

Et qui qui va faire les 54 heures d’orientation et autres activités... Voir sur mon blog. Orientation et positionnement en seconde.

Le gouvernement veut relooker la voie professionnelle en voie royale pour les étudiants. “La députée LRM Céline Calvez et le chef étoilé Régis Marcon remettent ce vendredi leur rapport sur la voie professionnelle au ministre de l’éducation. Une base de travail pour Jean-Michel Blanquer, afin d’engager une réforme pour un "enseignement professionnel qui fasse envie".”

Formation professionnelle : cinq choses que vous ignorez peut-être par Laetitia HÉLARY.. “Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation, reçoit jeudi 22 février un rapport sur l’avenir de la voie professionnelle, préparée par la députée Céline Calvez et le cuisinier Régis Marcon. Moins valorisé que l’enseignement général, l’enseignement professionnel concerne 28 % des bacheliers. Jean-Michel Blanquer veut le rendre plus attractif et plus efficace.”

Voie professionnelle. Le rapport rendu ce jeudi à Jean-Michel Blanquer. “Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation reçoit, ce jeudi, un rapport sur l’avenir de l’enseignement professionnel. Parmi les premières pistes : plus de passerelles entre filières générales et professionnelles, adapter les formations aux besoins des entreprises…

Plus loin que le hackathon : Quel avenir pour l’enseignement professionnel ?Alors que JM Blanquer participe le 23 janvier à un "hackathon de l’enseignement professionnel" organisé par Céline Calvez et Régis Marcon, chargés d’une mission de "réflexion pour la transformation de la voie professionnelle", que sait-on de cette branche ? Alors que la voie professionnelle produit un bachelier sur trois, il faut croire, si l’on en croit les discours réguliers sur sa "revalorisation", qu’elle est singulièrement dédaignée. Cet inattendu hackathon est l’occasion de faire le point sur ses caractéristiques et aussi de demander à des enseignants comment ils voient son avenir.”

Éducation : pourquoi Blanquer veut réformer la filière professionnelle par Caroline Beyer. “Un rapport publié ce jeudi va proposer des mesures pour la revalorisation de cette filière, aujourd’hui majoritairement choisie par les jeunes en difficulté scolaire.
La filière professionnelle reste souvent celle de l’échec, celle vers laquelle les élèves qui n’ont pas le niveau suffisant pour aller en lycée général ou technologique sont orientés. Elle reste dévalorisée et peu plébiscitée par les parents. Le bac professionnel « est encore fortement associé à la faiblesse des résultats scolaires et au poids des origines sociales ainsi qu’à une vision exclusive et négative de la pratique de métiers manuels », observait l’an dernier une étude du Conseil national d’évaluation du système …

Et dans ce contexte, à moins que ce ne soit l’inverse, il y a la réforme de formation professionnelle.
Formation professionnelle : que contient l’accord quasi finalisé ?C’est une première étape dans le grand chantier d’Emmanuel Macron, qui entend réformer la formation professionnelle, l’apprentissage et l’assurance chômage pour "s’attaquer au chômage de masse". Les partenaires sociaux ont formulé un projet d’accord dans la nuit de mercredi à jeudi et doivent désormais se réunir pour avaliser ou non le texte. Résumé de ce qu’il contient.”


Parcoursup

Le Conseil d’Etat rejette les demandes de suspension de la plate-forme Parcoursup. “Les sénateurs communistes et des syndicats de personnels et d’étudiants avaient déposé des demandes de suspension, dénonçant la « sélection » à l’entrée des études supérieures.”

Parcoursup, une réforme à compléter. par Bernard Belloc / président honoraire de l’université Toulouse-I CapitoleFrancis Jouanjean / ancien directeur de l’Ensta Bretagne
Plus que de changer de logiciel d’admission post-bac, il faut réorganiser l’entrée dans l’enseignement supérieur.”

Parcoursup : en 2018, toutes les universités ne diront pas "oui, si" par Laura Taillandier.
Pièce maîtresse de la réforme du premier cycle, les parcours adaptés ne compléteront pas totalement le puzzle à la rentrée 2018. Soumises à un calendrier contraint et à un manque de visibilité sur les moyens, les universités ne proposeront pas de "oui, si" pour toutes leurs formations.”


Divers

Catherine Becchetti-Bizot : la classe inversée , une philosophie plus qu’une méthode ! par Claude Tran. “Inspectrice générale de l’éducation nationale, première directrice du numérique pour l’éducation, aujourd’hui médiatrice de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, Catherine Becchetti-Bizot est l’auteure du rapport « Repenser la forme scolaire à l’heure du numérique : vers de nouvelles manières d’apprendre et d’enseigner » remis au ministre de l’éducation nationale en mai dernier.”

Coopération entre élèves. C’est à plusieurs qu’on apprend tout seul par Christian Watthezsur les Cahiers pédagogiques. “Dans le cadre d’un module de formation proposé par le Centre d’études supérieures pédagogiques du Hainaut, des enseignants d’école primaire sont amenés à réfléchir sur leurs pratiques et à interroger d’autres enseignants, « experts » d’un domaine. Cette année, c’est la coopération entre élèves qui a amené les participants à s’interroger, par exemple, sur « les deuils à faire, en tant qu’enseignant, lorsqu’on engage ses élèves vers davantage de coopération en classe » ou à se demander si « la coopération est réellement bénéfique pour tous les enfants d’une classe ».”

L’éducation peut-elle être réellement égalitaire ?Le récent sommet international sur l’éducation organisé à Dakar (Sénégal) s’est conclu le 3 février. Son objectif : récolter 3,1 millions de dollars « d’ici à trois ans pour des programmes de soutien à l’instruction de base dans 65 pays en développement ». Pour de nombreux dirigeants et spécialistes mondiaux, c’était l’occasion de débattre des moyens mis en place afin de permettre à tous les enfants de bénéficier d’une éducation de qualité.”

Les réfugiés sont aussi des cerveaux par Cécile de Kervasdoué. “Depuis plus d’un an, à l’initiative de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Thierry Mandon, la France accueille les chercheurs en danger. Ce programme dispose d’un budget de trois millions et demi d’euros par an et prend en charge une centaine de chercheurs exilés.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.

N° 541 - Les tâches complexes à la loupe
Dossier coordonné par Christophe Blanc et Florence Castincaud
décembre 2017
Depuis l’instauration du socle commun et l’incitation des enseignants à mettre en œuvre des «  tâches complexes  » dans leurs classes, on assiste à un foisonnement de propositions, personnelles et institutionnelles. Un dossier pour poursuivre la réflexion et nous aider à faire des choix pédagogiques et didactiques plus pertinents.