Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 2 avril 2020


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 2 avril 2020

Examens et réouverture - Enseignement confiné - Divers

Confinement, on tourne en rond !


Examens et réouverture

En attente des mesures qui devraient être annoncées demain, de nombreux articles sur le bac 2020.

Quels sont les scénarios possibles pour le retour des élèves français à l’école ?
« Un temps envisagé, la réouverture des écoles le 4 mai n’apparaît plus comme le scénario privilégié. Du côté de l’exécutif, on réfléchit à un report des examens en septembre et à une fermeture des établissements scolaires jusqu’à l’été, en fonction de l’évolution de l’épidémie sur le territoire. »

Quand pourra t-on rouvrir les écoles ?
« JM Blanquer devrait faire connaitre en fin de semaine sa décision pour le bac. Ce sera un première indication sur la réouverture des écoles. Or celle-ci ne peut être prise qu’après avoir trouvé une réponse aux nombreux défis sanitaires, sociaux, économiques que pose l’épidémie. Loin d’être secondaire, la fermeture des écoles tient une position centrale dans la lutte contre la maladie. La décider a été très difficile. Ordonner la réouverture l’est encore plus… »

Le baccalauréat 2020 sera-t-il remodelé comme en 1968 ?
« En pleine crise du coronavirus, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer doit annoncer cette semaine sous quelle forme se déroulera le baccalauréat. »

Le bac 2020 ne pourra pas être organisé « dans des conditions normales », admet Philippe
« « Il y aura forcément une dose de contrôle continu », a concédé Jean-Michel Blanquer, qui doit présenter dans les prochains jours les scénarios possibles pour le bac 2020. »

Coronavirus : quelles formes pourrait prendre le baccalauréat 2020 ?
« Les établissements scolaires sont fermés depuis le 16 mars et les élèves doivent suivre les cours à distance. De quoi inquiéter les lycéens, à moins de trois mois du bac. »

Au moins un article sur le brevet, que les médias oublient très souvent.
Coronavirus : le brevet 2020 aura-t-il lieu ?
« Les élèves de troisième ne vont plus au collège depuis le 16 mars dernier en raison du coronavirus. Mais le brevet sera-t-il maintenu ?
Il s’agit du premier examen de leur vie. Cette année, les élèves de troisième doivent passer leur brevet les 29 et 30 juin 2020. Toutefois, depuis le 16 mars, l’ensemble des établissements scolaires est fermé aux élèves. Les cours se font à distance, mais certains rencontrent des difficultés à avancer correctement dans le programme. Le ministre de l’Éducation nationale a affirmé qu’« entre 5 et 8% des élèves » ont été « perdus » par leurs professeurs, qui ne parviennent pas les joindre pour assurer la « continuité pédagogique ». »

Et une tribune de Philippe Watrelot sur la forme du bac.
A propos du bac, des symboles, du principe de réalité et du contrôle continu…
« Pendant que le ministre tergiverse et promet des réponses sur le bac d’ici la fin de la semaine, le débat sur le contrôle continu se poursuit !
Certains continuent à s’insurger d’autant plus que l’an dernier, les luttes autour de la réforme du bac portaient déjà sur l’introduction d’une dose de contrôle continu. On se souvient des blocages et autres rétentions de notes.
Et aujourd’hui malgré les circonstances et l’urgence sanitaire, cela fait toujours polémique.
Quitte à relancer le débat, je voudrais faire valoir quelques arguments aussi bien pour la période actuelle que d’une manière plus générale. »


Enseignement confiné

Confinement : comment les profs, "livrés à eux même", se débrouillent pour enseigner
« En temps de confinement, la "continuité pédagogique" se fait par Whatsapp, sur Zoom ou Discord. Et au prix d’une surcharge de travail conséquente pour les professeurs.
Pas le temps d’aller cueillir des gariguettes dans le Finistère. Si la formule maladroite de Sibeth Ndiaye, insinuant que les professeurs ne travaillaient pas en raison de l’épidémie de coronavirus, est si mal passée du côté des enseignants, c’est parce que depuis le début du confinement, la majorité d’entre eux bûche plus que d’ordinaire. »

Numérisation de l’école : "On ne fait pas un cours de philosophie par courriels"
Harold Bernat, professeur de philosophie

« La vraie question est plutôt de savoir que faire exactement dans sa discipline (tant qu’il reste encore des disciplines) sans que cela rentre en contradiction manifeste avec son esprit, son essence pourrait-on dire si on ne craignait pas d’effrayer les techniciens du savoir pour qui tout peut finir dans une clé USB ou une plate-forme interactive. Qu’est-ce qui, dans ma discipline, échappe à la continuité quand l’absence des corps interdit la rencontre des esprits ? »

"Les enseignants ’inverseurs’ avaient déjà les outils et les moyens de gérer le choc" (Claude Tran, "Inversons la classe !)
« Les membres de l’association "Inversons la classe !" ont l’expérience des outils numériques et de leurs usages pédagogiques, qui sont sollicités actuellement pour assurer la "continuité pédagogique" qu’impose la fermeture des établissements scolaires et le confinement des élèves et de leurs professeurs. Les enseignants qui se réclament de ce mouvement sont toutefois confrontés comme tous leurs collègues à une “école à distance” qui renvoie à la maison une partie du travail habituellement fait en classe. Mais comment s’organisent ils ? Claude Tran, le président de l’association (pédagogue, ancien chef d’établissement et inspecteur*) répond à nos questions. »

Education et confinement : les oubliés de l’enseignement à distance
“Après la fermeture des établissements scolaires pour lutter contre le coronavirus, certains élèves ont du mal à rester en contact avec leurs professeurs. Fracture numérique, zone blanche, ou volonté de rester en retrait : 5 % des élèves de l’académie de Bordeaux seraient concernés.”

Coronavirus : l’Education nationale et La Poste se mobilisent pour les élèves qui n’ont pas accès au numérique
« L’Education nationale et La Poste veulent assurer la continuité du service public de l’éducation en Côte-d’Or comme dans tous les départements de France. Du matériel informatique mais aussi des cours et des devoirs par courrier postal vont être envoyés aux familles en "précarité numérique". »

Voir aussi sur le site de La Poste


Divers

Parcoursup : dernier jour ce jeudi pour les lycéens qui doivent confirmer leurs choix
« Les candidats de Parcoursup ont jusqu’à ce jeudi 2 avril 23h59 pour compléter leur dossier, joindre les éventuelles pièces jointes demandées et confirmer leurs vœux. »

Les vacances scolaires d’été raccourcies ? Poisson d’avril !
« Un nouveau pseudo-courrier officiel attribué au ministère de l’éducation évoque des congés d’été réduits à quatre semaines pour les enseignants et les élèves. Daté du 1er avril, il s’agit encore d’un faux. »

Cinq applis pour enseigner aux enfants selon leur âge
« Si les professeurs de l’Education nationale redoublent d’efforts pour épauler les enfants et poursuivre l’enseignement scolaire à la maison, les parents se retrouvent parfois débordés entre le télétravail et la vie de famille.
Surtout, il reste compliqué d’occuper les plus jeunes lorsqu’ils ne peuvent pas sortir se défouler. Et pourquoi pas le faire de manière pédagogique et ludique ? Surtout, toutes ces activités liées à un écran doivent se faire avec parcimonie et ne venir qu’en complément de vraies leçons et dans un temps strictement limité, recommandent les pédopsychiatres.
Voici notre sélection d’applications, avec des plates-formes à la fois mobile et web. »

Géraldine Duboz


JPEG - 23.5 ko
Par Fabien Crégut

Sur la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 560 : Urgence écologique : un défi pour l’école
Coordonné par Peggy Colcanap et Jean-Michel Zakhartchouk
mars-avril 2020
Ce dossier nous invite à aller plus loin que l’éducation à l’environnement ou au développement durable. Comment permettre à nos élèves de prendre conscience des enjeux de cette indispensable transition écologique : apport de connaissances, actions locales, formation à l’éco-citoyenneté…

N° 559 : L’aventure de la géographie

Coordonné par Christophe Duhaut et Alexandra Rayzal
février 2020
Comment faire aimer et étudier une géographie vivante, qui ait du sens, qui permette de comprendre le monde et d’y agir en citoyens actifs ? Comment, de la maternelle à l’université, faire entrer nos élèves dans les deux dimensions fonctionnelle et symbolique de l’espace à travers des démarches prospective et imaginaire ?