Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 1er décembre 2005


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 1er décembre 2005

Actualité très riche pour l’éducation en ce jeudi 1er décembre. C’est le jour, en effet, où le Premier Ministre dans une conférence de presse a développé plusieurs propositions concernant l’éducation. Après la crise des banlieues, il en fait un des axes de sa politique. "L’urgence aujourd’hui, c’est de faire de l’égalité des chances une réalité pour tous, avec deux leviers : l’emploi et l’éducation", a-t-il dit.
Les mesures sont détaillées dans tous vos journaux : "contrat de responsabilité parentale" et « suspension » des allocations familiales aux familles « défaillantes », remise à plat du système des ZEP, fin de la méthode globale, apprentissage à 14 ans. Voilà un catalogue très hétéroclite. On peut se demander si tout cela constitue une politique cohérente. On peut y lire aussi un positionnement politique après les déclarations, hier mercredi, de Nicolas Sarkozy demandant le dépôt de bilan des ZEP et s’immiscant ainsi dans le débat sur l’école, relancé dans cette période troublée.
L’école mérite mieux que cela. Peut-être faut-il alors aller voir de plus près la proposition du directeur de Sc.Po Paris d’approfondir ses précédentes initiatives avec la création d’un lycée d’excellence expérimental en banlieue. Le Parisien y consacre tout un dossier et Le Monde plusieurs articles.
Et puisque le 1er Ministre a conclu son discours par la phrase : « "L’école, c’est le lieu de rendez-vous de la République », à mon tour, une citation pour finir retrouvée au hasard de mes lectures : « Ce qui constitue la vraie démocratie, ce n’est pas de reconnaître ?des égaux mais d’en faire ». C’est de Léon Gambetta et c’est peut être plus ambitieux...
Bonne Lecture...


Libération du 01/12/05

20 centimes le préservatif au lycée
Des préservatifs dans tous les lycées, et à 20 centimes. A la veille de la Journée mondiale de lutte contre le sida, le chef de l’Etat a présidé une réunion sur la prévention de la maladie dans l’Education nationale aux côtés des ministres Gilles de Robien (Education) et Xavier Bertrand (Santé) et en présence de responsables associatifs. Oubliant les réserves habituelles de sa majorité sur la question, Chirac a souhaité que les établissements scolaires s’équipent de distributeurs de préservatifs ­ précisant même : à 20 centimes l’unité.
Lire la suite de l’article

Villepin vend l’égalité pour tous en 2006 et décide de suspendre les allocs aux « familles défaillantes »
Discriminations, remise à plat du système de ZEP, apprentissage, prime de Noël... C’était la sixième conférence de presse du Premier ministre.
Lire la suite de l’article

Après le bâton, Villepin sort les bonbons
[...] Le volet éducation est fondé sur l’accompagnement personnalisé des jeunes en difficulté. Concernant la responsabilité des parents, le Premier ministre refuse de supprimer les allocations aux familles de délinquants comme le réclament beaucoup de députés UMP, mais devrait annoncer d’autres formes de sanction. Le deuxième point est relatif à la maîtrise de la lecture et de l’écriture avec la mise en place d’une évaluation en fin de CE1. Villepin reviendra aussi sur l’apprentissage à 14 ans, très décrié par les syndicats, en insistant sur son caractère non obligatoire. Il donnera un coup de pouce aux ZEP, en renforçant les moyens alloués aux professeurs et à certains collèges et lycées.[...]
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 01/12/05

Absentéisme : Villepin veut autoriser la suspension des allocations
Le gouvernement veut renforcer le rôle des parents d’enfants trop absents à l’école ou en grandes difficultés en leur faisant signer un « contrat de responsabilité parentale » qui pourrait conduire à une suspension des allocations familiales s’il n’est pas respecté.« Je propose de mettre en place un contrat de responsabilité parentale » à l’adresse des parents dont les enfants sont absentéistes ou connaissent « des difficultés graves », a annoncé jeudi le Premier ministre Dominique de Villepin lors de sa conférence de presse mensuelle.
Lire la suite de l’article

Cinq chantiers pour « l’égalité des chances » à l’école
Le plan que présentera ce matin Dominique de Villepin vise à ce que chaque élève sache lire et écrire à la fin du CE 1.
Lire la suite de l’article

En Seine-Saint-Denis, le préapprentissage fait des heureux
Jérémy, Mehdi, Grégory, Amar et d’autres pétrissent la pâte pour fabriquer des baguettes. Dix garçons de 15 ans sont en préapprentissage (CFA) au centre interprofessionnel de Pantin.
Lire la suite de l’article

Gilles de Robien ou le pari de la bonne volonté
Nommé à l’Education nationale pour ses capacités de dialogue, il va devoir faire preuve d’habileté pour mettre en oeuvre le plan Villepin pour l’école.
Lire la suite de l’article

Sarkozy revisite la fracture sociale
Pour le ministre de l’Intérieur, il faut « déposer le bilan des ZEP » et passer à une politique des « élèves prioritaires ».
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 01/12/05

Rap : la réponse aux censeurs

La saisie par le député UMP François Grosdidier du ministre de la Justice contre quelques groupes de rap joue sur la méconnaissance de cette forme d’art et sent la censure politique.
Lire la suite de l’article

Violent, mais pourquoi ? par Sylvia Faure, sociologue
[...] On a donc affaire à un style artistique qui a ses codes, ses logiques de créations, ses concurrences internes et qui, pour exister, doit régulièrement transgresser l’existant, comme toutes les formes artistiques non académiques. Le durcissement de certaines paroles (parfois) doit être vu à la lumière d’une logique de distinction qui sépare les rappeurs « commerciaux » (rap « cool ») des rappeurs « hard ». Ces derniers travaillent à réinventer leurs styles, leurs écritures, sur la base d’une mise en mots « noire » du quotidien, au nom d’une expérience sociale mise en scène de manière parfois provocatrice. La position d’avant-garde se doit d’être transgressive.[...]
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 01/12/05 ( payant)

Un lycée d’élite pour lutter contre l’échec scolaire
C’EST UNE petite bombe dans le monde si sensible de l’Education nationale. Voilà un directeur d’une des grandes écoles les plus prestigieuses de la République, allié à un président d’une université scientifique de renommée mondiale, qui, ensemble,...
Lire la suite de l’article

Pensez-vous que ce projet soit une bonne idée ?
Amel Chokri 30 ANS EN RECHERCHE D’EMPLOI AUBERVILLIERS (93) « C’est une magnifique idée ! J’espère surtout que ce super-lycée aura une solution pour donner de l’espoir aux jeunes : un bon esprit dans les classes, ça veut dire une meilleure...
Lire la suite de l’article

Villepin et Sarkozy s’affrontent sur les ZEP
L’ÉGALITÉ DES CHANCES passe par une refonte de l’éducation. Dominique de Villepin présente ce matin, à l’occasion de sa sixième conférence de presse, une série de mesures pour aider davantage les élèves des quartiers sensibles, via un accompagnement plus...
Lire la suite de l’article

Pourquoi ils s’engagent
AUTOUR de Richard Descoings, patron de Sciences-po et de Gilbert Béréziat, président de l’université de Paris-VI, sont réunies, pour l’instant, une quinzaine de personnes prêtes à se lancer dans l’aventure.
Lire la suite de l’article

« L’heure est à l’union nationale pour les banlieues »
Comment vous est venue l’idée de lancer ce projet ? Richard Descoings. L’image de l’école en banlieue est systématiquement noircie, avant même la révolte des banlieues.
Lire la suite de l’article

Lycée d’élite
LE LYCEE QUE SOUHAITENT OUVRIR Richard Descoings et son équipe sera un établissement public. Il respectera totalement la carte scolaire (il accueillera les élèves du secteur où il sera implanté) et les programmes nationaux.
Lire la suite de l’article


La Croix du 01/12/05

L’égalité des chances, nouvelle priorité
Dominique de Villepin a déclaré jeudi 1er décembre que "notre pays sort d’une épreuve grave", dans l’allocution d’ouverture de sa conférence de presse mensuelle à Matignon. "L’urgence aujourd’hui, c’est de faire de l’égalité des chances une réalité pour tous, avec deux leviers : l’emploi et l’éducation", a-t-il ajouté, avant de dévoiler les mesures qu’il entend mettre en œuvre pour y parvenir
Lire la suite de l’article

Cinq propositions pour relancer les ZEP
Le ministre de l’éducation doit présenter une nouvelle politique en faveur des ZEP le 15 décembre
cinq professionnels et spécialistes des ZEP proposent à La Croix leurs solutions pour relancer la politique d’éducation prioritaire
Lire la suite de l’article


20 minutes du 01/12/05

Paris : La Ville aménage des écoles pour les handicapés
La Ville de Paris a présenté hier son plan pour l’accessibilité des écoles primaires aux handicapés. Actuellement, seules 6 % des écoles parisiennes sont aménagées (soit 44 en tout). La Ville espère que 19 % d’entre elles le seront d’ici à 2008 (soit 133 écoles).
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 01/12/05

Apprenti à 14 ans, une solution à l’échec scolaire ?
L’apprentissage dès 14-15 ans, sans les exigences du vrai contrat de travail ? Pour le gouvernement, c’est une solution à l’échec scolaire. Pour les jeunes « préapprentis » boulangers du Mans, c’est déjà une réalité. Témoignages.
Lire la suite de l’article

Le sida ne leur fait (presque) plus peur
Le sida ne recule toujours pas chez les 15-24 ans. En ce jour mondial de lutte contre cette maladie, une campagne nationale cible les établissements scolaires. Au lycée Amiral-Ronarc’h, à Brest, la plupart des ados avouent être plus effrayés par le cancer.
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 01/12/05

Le directeur de Sciences-Po Paris veut créer un lycée d’élite pour les élèves des banlieues
C’est une initiative sans précédent dans le milieu de l’éducation nationale. Le directeur de Sciences-Po Paris, Richard Descoings, propose en effet la création d’un lycée expérimental d’élite dans la banlieue parisienne pour lutter contre l’échec scolaire, annonce-t-il dans un entretien, jeudi 1er décembre, au quotidien Aujourd’hui/Le Parisien.
Lire la suite de l’article

La loi de 1905, histoire d’un débat qui n’en finit pas
Au lendemain de la promulgation par le président de la République, Emile Loubet, de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat, le 9 décembre 1905, Abel Combarieu, secrétaire général de l’Elysée, note dans son journal : "Ce grave événement dont nous redoutions le retentissement dans le pays ne produit pas d’émotion." L’heure est calme, donc, mais c’est un calme éphémère : dans l’histoire de la République, rarement loi n’a connu genèse aussi tourmentée et ne connaîtra application aussi difficile.
Lire la suite de l’article

Le bilan chiffré de la crise des banlieues
eux semaines après le retour au calme dans les banlieues françaises, le premier ministre, Dominique de Villepin, a tenté, mardi 29 novembre, de relativiser la gravité des incidents en les comparant aux émeutes de Los Angeles qui avaient fait 54 morts en 1992 : "En France, pendant ces deux semaines de troubles, personne n’est mort", a assuré le chef du gouvernement sur CNN, en réfutant le terme d’"émeutes" pour préférer celui de "troubles sociaux".[...]Proportionnellement, ce sont les collèges qui ont signalé le plus de dégradations (92 touchés sur un total de 5 200), devant les lycées (49 sur 2 500) et les écoles (106 sur 51 000). Dans 20 % des cas environ, les dégradations ont perturbé le fonctionnement des classes.
Lire la suite de l’article

Edito du Monde
Fracture scolaire

oilà donc l’école une nouvelle fois otage de la polémique politique et de l’implacable guérilla à laquelle se livrent le premier ministre et son ministre de l’intérieur dix-huit mois avant l’élection présidentielle de 2007. Décidé à répondre à la crise des banlieues en s’attaquant, notamment, aux inégalités scolaires dont souffrent les jeunes des quartiers en difficulté, Dominique de Villepin entend, en effet, engager une vaste réforme de l’éducation. Après avoir rouvert, à la hussarde, le chantier de l’apprentissage, il a posé, mardi 29 novembre, la question des zones d’éducation prioritaires (ZEP) en assurant qu’il "faut faire plus et mieux" en leur faveur.
Mais vingt-quatre heures plus tard, sans attendre que le chef du gouvernement détaille ses intentions, Nicolas Sarkozy s’est à son tour emparé du sujet. Avec son sens habituel de la provocation, il a assuré qu’il faut "déposer le bilan des ZEP", puisque "cette politique a échoué".[...]
Or l’avenir de l’école mérite mieux que cette nouvelle empoignade entre les deux ténors de la droite. Ce n’est un mystère pour personne que la politique des ZEP - l’une des premières politiques publiques fondées sur le principe de la discrimination positive, cher au ministre de l’intérieur - n’a pas eu les moyens de ses ambitions initiales et qu’elle n’a que marginalement renforcé l’égalité des chances. Mais la bonne foi devrait conduire les responsables politiques à reconnaître qu’elle a suscité un engagement et un travail souvent remarquables des enseignants et des établissements concernés. Sans les ZEP, à l’évidence, la fracture scolaire se serait creusée encore plus gravement.[...]
Lire la suite de l’article

Villepin annonce des mesures en faveur de l’égalité des chances
e premier ministre, Dominique de Villepin, a présenté, jeudi 1er décembre, lors de sa conférence de presse mensuelle, une série de mesures en faveur de l’égalité des chances, dont certaines feront l’objet d’un projet de loi que le gouvernement souhaite faire adopter au cours du premier trimestre 2006. Le premier ministre compte s’appuyer sur deux leviers - l’emploi et l’éducation - pour venir en aide aux habitants des quartiers sensibles.
Concernant le volet éducation, le gouvernement a annoncé des changements opérationnels à la rentrée 2006, sans remettre en cause la loi Fillon.
Pour répondre à l’échec scolaire et à l’absentéisme, le gouvernement veut responsabiliser les parents des enfants en difficulté. Un "contrat de responsabilité parentale" sera proposé par un travailleur social agissant en liaison avec le chef d’établissement et le maire. Il prévoiera un accompagnement personnalisé de l’élève en difficulté et de ses parents. Si les parents refusent de le signer, les allocations familiales seront suspendues et placées sur un compte bloqué, une décision relevant du président du conseil général.
Une évaluation des élèves au cours de l’année de CE1, portant sur la lecture et l’écriture, sera mise en place. Les élèves de CE1 "devront bénéficier d’un programme personnalisé de réussite éducative en lecture et en écriture dans le cadre de groupes de moins de dix élèves", a précisé le premier ministre. Cet "accompagnement personnalisé" sera poursuivi "en dehors de l’école grâce à la multiplication par deux des équipes de réussite éducative", a-t-il ajouté.
Aujourd’hui 100 000 élèves, soit 10 % d’une classe d’âge, entrent en sixième sans maîtriser la lecture ou l’écriture. Des classes de rattrapage de moins de dix élèves seront créées. Le ministre de l’éducation, Gilles de Robien, remettra d’ici trois mois, pour la rentrée 2006, des propositions sur les méthodes d’apprentissage de la lecture. L’apprentissage à 14 ans sera mis en œuvre dès la rentrée 2006 et les jeunes "pourront retrouver à tout moment le collège s’ils le désirent", a indiqué Dominique de Villepin."Il s’agit, sans remettre en cause l’obligation de scolarité jusqu’à 16 ans qui est un droit, de donner la possibilité à des jeunes qui ne s’épanouissent pas à l’école de s’engager dans des parcours différents", a ajouté le premier ministre.
Les lycées des zones d’éducation prioritaires (ZEP), dont le bilan est "contrasté", selon le premier minsistre, seront renforcés, avec une meilleure formation des enseignants, de meilleures conditions de rémunération et de valorisation de carrière. Une classe de BTS sera ouverte dans chaque lycée des zones d’éducation prioritaire.
Lire la suite de l’article

Paris-VI et Sciences-Po planchent sur un lycée d’excellence en banlieue

Ouvrir un lycée expérimental à partir de la mise en commun des bonnes pratiques éducatives des lycées difficiles. L’idée est encore à l’état de proposition mais elle est déjà reprise par Dominique de Villepin. A l’origine de ce projet, Richard Descoings, directeur de Sciences-Po Paris et Gilbert Béréziat, président de l’Université Pierre-et-Marie-Curie (Paris-VI), qui y travaillent depuis le début de l’année 2005.
Lire la suite de l’article

Contre l’échec scolaire, le premier ministre prône le suivi des élèves et des sanctions parentales
’est par une vaste réforme de l’éducation que Dominique de Villepin a répondu, jeudi 1er décembre, à la crise des banlieues. Plutôt qu’une nouvelle loi sur l’école, le premier ministre a préféré présenter un ensemble de mesures pour répondre à l’échec scolaire et, surtout, accorder une attention particulière aux élèves en difficulté et à leurs parents.
Le chef du gouvernement justifie ainsi le rôle accru qu’il entend donner à l’Etat : "Je ne me situe pas dans les débats doctrinaux sur l’efficacité du modèle français, je cherche les moyens de mettre en oeuvre concrètement et pratiquement, pour tous les Français, nos principes républicains. Pour cela, certains Français ont besoin d’un accompagnement personnalisé en matière d’emploi et d’éducation." "L’école, c’est le lieu de rendez-vous de la République", conclut-il.
[...]L’apprentissage de la lecture sera modifié, notamment avec l’abandon de la méthode dite "globale", dès la rentrée 2006. Même si elle est déjà largement délaissée par les enseignants, les manuels scolaires devraient officiellement la proscrire. Le ministre de l’éducation nationale, Gilles de Robien, a été chargé par le premier ministre de faire des propositions concrètes à cet effet, dans les trois mois à venir.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Quotidien du 01/12/05

Absentéisme scolaire : ?les parents menacés
Le Premier ministre a présenté son plan pour l’égalité des chances, qui prévoit notamment de suspendre les allocations familiales aux parents d’élèves absents.[...] Refusant de s’aventurer sur le terrain politiquement sensible de la suppression des allocations familiales aux parents d’enfants qui manquent l’école, le Premier ministre a toutefois annoncé, en cas d’absentéisme, l’obligation de signer un « contrat de responsabilité parental ». Si les parents se refusent à signer ce contrat, assorti d’une aide éducative, ou ne le respectent pas, il se verront infliger une amende, une suspension ou une mise sous tutelle des allocations familiales, placées, sur décision du président du Conseil général, sur un compte bloqué.?Fait étrange, cette disposition, qui existait depuis 1966, a été supprimée en mars 2003 par le ministre délégué à la Famille de l’époque Christian Jacob. Celui-ci estimait en effet que ce dispositif s’était révélé "inefficace, brutal, mal adapté parce qu’il s’adresse aux familles qui perçoivent les allocations familiales, or il y a 1.300.000 familles qui n’ont qu’un enfant et ne perçoivent pas les allocations".?Une amende pouvant aller jusqu’à 750 euros avait été mise en place pour remplacer la suspension des allocations familiales.
Lire la suite de l’article

"Bilan des ZEP" : Robien ?réplique à Sarkozy
Nicolas Sarkozy veut "déposer le bilan" des Zones d’éducation prioritaire qui, à ses yeux, ont "échoué", se démarquant de Dominique de Villepin, qui souhaite "faire plus et mieux en direction des ZEP", et s’attirant une réplique immédiate de Gilles de Robien. Nicolas Sarkozy a estimé mercredi 30 novembre qu"’il faut déposer le bilan" des zones d’éducation prioritaire car "cette politique a échoué". "Améliorer, renforcer la politique des ZEP, c’est très en deçà de nos besoins. Il faut changer les ZEP", a-t-il plaidé. ?Aussitôt après ces déclarations, le ministre de l’Education, Gilles de Robien, a répliqué qu’il ne voyait "aucune raison de demander un dépôt de bilan des ZEP".
Lire la suite de l’article

"Ce n’est pas le rôle ?d’un ministre de l’Intérieur"
par Gérard Aschieri, ?Secrétaire général de la Fédération syndicale unitaire (FSU)

[...]Effectivement, la situation actuelle des ZEP est inquiétante. Elles concentrent plus d’échec scolaire que les autres zones. Elles doivent aussi souvent faire face à des problèmes de violence et d’insécurité, en partie à cause de la situation sociale des élèves. Et c’est tout l’ensemble du système scolaire qui est entraîné vers le bas. Mais on ne peut pas pour autant parler des ZEP de manière générale.?Nous proposons donc, afin d’améliorer la situation des ZEP, tout d’abord d’augmenter le différentiel des moyens, qui est actuellement insuffisant face aux problèmes présents. Il faut ensuite réduire les effectifs par classe, afin de plus individualiser l’enseignement. Aujourd’hui, la moyenne est de 25 élèves par classe. Atteindre 20 élèves par classe serait bien. Selon une étude, 17 élèves est l’idéal.
Lire la suite de l’article

Sarkozy : "Les Noirs plus violents ?que les Arabes"
Dans son édition du jeudi 1er décembre, le Gri-Gri international - qui se présente comme un "quinzomadaire satirique françafricain" - révèle des propos prononcés par le ministre de l’Intérieur après trois semaines de violences urbaines en France. ?Selon le journal, Nicolas Sarkozy a affirmé "fin novembre, lors d’un déjeuner" que d’après les rapports de ses services, "ce sont curieusement les Noirs plutôt que les Arabes qui sont violents". Plus particulièrement "les Ivoiriens et les congolais", a précisé le ministre, toujours selon le Gri-Gri. Le journal ajoute que selon Nicolas Sarkozy, la violence serait "culturelle" dans ces pays d’Afrique
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 01/12/05

Dominique de Villepin ironise sur "l’école des sceptiques"
Dominique de Villepin, interrogé jeudi soir sur les critiques émises par Nicolas Sarkozy contre les zones d’éducation prioritaire (ZEP), a estimé jeudi soir qu’il fallait "être juste", ironisant au passage sur "l’école des sceptiques" à l’approche de 2007.
Lire la suite de l’article

M. Le Pen juge "aberrante" la concentration des moyens sur certaines ZEP
Le président du Front national Jean-Marie Le Pen a jugé "aberrante" la décision de M. de Villepin de concentrer les moyens disponibles sur certaines zones d’éducation prioritaires (ZEP). "Les zones d’éducation prioritaires ne servent à rien, sinon à dépenser en pure perte l’argent du contribuable", et "il est aberrant de vouloir transformer les plus mauvaises d’entre elles en zones super prioritaires", a déclaré M. Le Pen dans un communiqué.
Lire la suite de l’article

Villepin vendredi à Amiens sur le thème de l’éducation
Dominique de Villepin se rendra vendredi matin à Amiens pour une visite axée sur l’éducation au lendemain de l’annonce, en réponse à la crise des banlieues, d’une batterie de mesures dans ce domaine, a confirmé jeudi le service de presse du Premier ministre.
Accompagné de son ministre de l’Education nationale Gilles de Robien, élu amiénois, il se rendra d’abord au collège Jean-Moulin de Moreuil, près de la capitale picarde, où il se fera présenter les dispositifs issus du "Programme personnalisé de réussite éducative" et visitera tour à tour une classe de soutien en mathématiques et en français, un atelier scientifique et une classe de "3e Découverte" avant de rencontrer la communauté éducative.
M. de Villepin visitera ensuite l’école primaire de Boves avant d’inaugurer la Maison de l’emploi d’Amiens et de prononcer un discours à l’Hôtel de ville.
Lire la suite de l’article

Le lycée Henri IV "enthousiaste" pour accueillir des bacheliers issus de ZEP
Le lycée parisien Henri IV s’est déclaré jeudi tout à fait prêt à accueillir dès la rentrée 2006 des bacheliers issus de ZEP et même "enthousiaste devant cette très belle tâche".
Evoquant l’annonce du Premier ministre, Dominique de Villepin, de la création d’une classe d’accueil pour une trentaine de bacheliers issus de Zones d’éducation prioritaires (ZEP) afin de les préparer à suivre des cours de classes préparatoires, le proviseur adjoint chargé des classes préparatoires, Michel Bonnot a exprimé son "enthousiasme".
Lire la suite de l’article

Le Sgen-CFDT et les propos de Villepin : "des rustines"
Le Syndicat général de l’éducation nationale (Sgen-CFDT) a ironisé jeudi sur les propos du Premier ministre, Dominique de Villepin, sur le système éducatif, déclarant qu’il ne propose que "des rustines".
Lire la suite de l’article

L’Unsa et les propos de Villepin : "flou, improvisation et habillage"
La deuxième organisation d’enseignants, l’Unsa-Education, a dénoncé jeudi "flou, improvisation et habillage" dans les propos du Premier ministre, Dominique de Villepin, sur le système éducatif.
Lire la suite de l’article

Le syndicat FSU des écoles et les propos de Villepin : "vide sidéral"
Le principal syndicat des enseignants du primaire, le SNUipp-FSU, a déploré jeudi le "vide sidéral" des propos du Premier ministre Dominique de Villepin sur l’école.
"C’est stupéfiant ou alors c’est un choix délibéré de ne rien dire sur une période capitale, sur le moment où tout l’avenir des jeunes se construit", a déclaré à l’AFP Gilles Moindrot, secrétaire général du SNUipp.
Lire la suite de l’article

Les parents FCPE et les propos de Villepin : "vacuité dramatique"
La principale organisation de parents d’élèves, la FCPE, a déploré jeudi la "vacuité dramatique" des propos du Premier ministre, Dominique de Villepin, sur le système éducatif. "La vacuité de la pensée gouvernementale en matière d’éducation est dramatique", a déclaré à l’AFP le président de la FCPE, Georges Dupon-Lahitte. "Le Premier ministre n’a rien dit de neuf, il s’est contenté d’annoncer comme nouveau des mesures déjà mises en oeuvre. Il semble bien que sa seule et unique préoccupation soit de répondre à la surenchère de l’autre candidat à la présidentielle", a-t-il ajouté.
Lire la suite de l’article

La FSU et les propos de Villepin : "la dureté derrière les apparences"
La principale organisation d’enseignants, la FSU, a dénoncé jeudi la "dureté derrière les apparences" des propos du Premier ministre, Dominique de Villepin, sur le système éducatif. "Sur l’apprentissage, les ZEP ou l’absentéisme, on a pu voir une confirmation d’une politique répressive et discriminatoire au-delà d’inflexions du discours", a déclaré le secrétaire général de la FSU, Gérard Aschieri, à l’AFP.
Lire la suite de l’article


Pour en savoir plus

L’indispensable café pédagogique

Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)

La maison des enseignants

Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr

Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation