Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 19 novembre


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 19 novembre

Bons et mauvais élèves - Idées tenaces


L’actualité du monde éducatif est toujours marquée par l’après-attentats. Alors que certains tentent honteusement de récupérer ces événements, d’autres préfèrent réfléchir et continuer à faire réfléchir leurs élèves.

Bons et mauvais élèves

Les bons élèves ce sont nos élèves qui se sont comportés, pour le plus grand regret de certains, avec dignité et respect. Les mauvais élèves, ce sont les députés de l’opposition qui ont offert un bien mauvais exemple à l’Assemblée Nationale mardi lors de la séance des questions au gouvernement.
Ils ont franchement énervé Mara Goyet qui leur fait une leçon de morale civique sur son blog Le Monde. Extraits :
« Cher député, j’ai appris que tu n’avais pas été sage dans l’Hémicycle.
Ce n’est pas la première fois. Comme je ne suis pas ton professeur, je ne t’ai rien dit jusqu’à présent. Et puis, tu as sans doute tes raisons. Ton corps change, tu es stressé par les attentats (peut-être ton entourage n’a-t-il pas su trouver les mots pour te rassurer), tu viens d’une banlieue difficile (comme Levallois, par exemple), le Premier Ministre ne t’interroge jamais quand tu lèves la main, la Ministre t’en veut (en plus, ça se fait pas, elle affiche ses opinions de gauche), ton hamster est mort, tes parents ou tes enfants sont en plein divorce, c’est pas toi, c’est ton voisin de banc. [...]
Mon petit, je ne suis pas ta prof mais je vais me permettre d’étendre mon magistère afin de faire un peu de pédagogie avec toi (je profite de l’état d’urgence pour outrepasser mes droits). Ces derniers jours, il y avait un "deuil national". Ça supposait de modifier un peu ton comportement, de faire preuve de tact, de changer un chouïa tes habitudes, bref, de te tenir, sinon bien, du moins mieux.
Je ne sais pas si tu le sais mais les enfants te regardent. Oui, ces enfants pour lesquels tu ne dois pas avoir de mots assez durs quand ils dérapent gravement lors des minutes de silence, livrés à des profs fonctionnaires laxistes et gauchistes. Ils te regardent. Rassure-toi, ils ne s’identifient quand même pas à toi, ils ne te demandent pas d’être exemplaire
 »
Même tonalité chez Bernard Girard dans son blog Mediapart qui a vu à juste titre « une leçon de civisme des jeunes aux politiques. Une jeunesse digne, responsable, respectueuse, pleine de sagesse. Une conduite exemplaire qu’on ne peut s’empêcher de mettre en regard du pitoyable spectacle offert le lendemain, à l’Assemblée nationale et qui disqualifie la charge violente dont l’école fait régulièrement l’objet chez nombre de ces politiciens. En réalité, ces derniers jours, de l’école ou des représentants de la république, des jeunes ou de ses éternels censeurs, des enfants ou des adultes, qui sont les plus qualifiés pour faire la morale aux autres ? »
Ces jeunes à qui il a fallu expliquer, qu’il a fallu rassurer. Les témoignages d’enseignants continuent à être publiés. Sur notre site, on lira avec intérêt celui de Marjorie Decriem, professeur documentaliste à l’École Internationale de Los Angeles (États-Unis). « Universalité des interrogations, des incompréhensions et des peurs. »

Idées tenaces

Sur son blog Educpros, Claude Lelièvre nous livre un commentaire sur « le nouveau « PISA à la loupe » (n°57) [qui] s’est focalisé sur les résultats des élèves immigrés à partir notamment des résultats au PISA 2013. Cette nouvelle étude tombe à pic en ces temps troublés pour redresser quelques idées reçues et ouvrir des perspectives. » « Une idée reçue tenace est mise à mal par cette étude, à savoir celle qui voudrait qu’au-delà d’un certain seuil, une forte proportion d’immigrés ait une incidence négative sur la performance d’un système d’éducation ». Voilà qui incitera certains à plus de prudence dans leurs explications douteuses sur le succès de l’école finlandaise.
Toutes les études et réflexions ne se valent pas.
Sur son blog, Bernard Girard, très en verve en ce moment, commente aussi le dernier article délirant de J-P. Brighelli dans le Point
« C’est du lourd, c’est du glauque, c’est du sordide, c’est du Brighelli, dans sa dernière tribune au Point, un hebdomadaire qui s’est fait une spécialité d’accueillir ce genre de prose : on ne pense pas, on n’argumente pas, on aligne des phrases, toujours les mêmes, avec ce qu’il faut de citations et de références savantes quand elles viennent en réalité du caniveau.
Pour Brighelli – qui termine sa carrière d’enseignant comme délégué national d’un micro-parti identitaire - tout est simple, tout est limpide : le terroristes ayant à un moment donné de leur existence, fréquenté l’école, cette dernière est donc responsable du terrorisme. Poussons l’argumentaire : les chauffards ont fréquenté l’école, l’école est également coupable de l’hécatombe routière, comme elle l’est de l’alcoolisme, les alcooliques ayant aussi été écoliers, comme elle l’est de la délinquance sexuelle et de tous les maux de la société. Treize millions d’élèves, autant de délinquants en puissance, autant de terroristes en puissance. Et tout cela, par la faute d’un infâme complot « pédagogiste » dont l’entreprise de destruction du savoir (de la méthode syllabique et de la chronologie des rois de France) a trouvé son aboutissement l’autre soir au Bataclan
. »

JPEG - 271.7 ko
Le dessin de Genevève Brassaud
JPEG - 131.1 ko
Le dessin de Jimo

Laurent Fillion
Merci à Geneviève et à Jimo (revenu spécialement pour l’occasion) pour ces traits d’humour qu font du bien en ce moment.

JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

L’actualité du monde et la classe
Revue n° 434 - mai 2005
Ce dossier interroge toutes les facettes de la problématique en donnant la parole aussi bien à des théoriciens de l’image qu’à des enseignants qui analysent comment ils prennent en compte l’actualité dans la classe.


Portfolio