Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 19 avril 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 19 avril 2018

Parcoursup — Orientation — Evolutions

Une revue centrée sur parcoursup (encore et toujours) et sur l’orientation. Et puis quelques flash sur quelques évolutions dans le monde de l’éducation.


Parcoursup

Des Présidents d’université et des enseignants montent aux créneaux.
Parcoursup : six présidents d’université demandent l’ouverture de négociations. “Dans une tribune publiée mercredi, ils souhaitent que le ministère ouvre le dialogue et écoute les inquiétudes des opposants à la loi ORE.”

Nantes Ces enseignants à l’Université refusent la sélection des lycéens.Les sections Sud-éducation et FSU de l’Université de Nantes demandent le retrait de loi Ore (Vidal) et sa plateforme d’orientation Parcoursup.”

Universités : « La tenue de ces simulacres d’examens est irresponsable ». “Dans une tribune au « Monde », un collectif d’universitaires de Paris I-Panthéon-Sorbonne s’élève contre l’instrumentalisation des examens par le gouvernement.”

Blocages des universités. Le président de Nanterre propose des états généraux pour sortir de la crise. “Le président de Nanterre, Jean-François Balaudé, a proposé mercredi 18 avril d’organiser sur son campus des « états généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur » pour son université, actuellement bloquée par des étudiants opposés à la réforme de l’accès au supérieur. « Je retiens de l’assemblée générale et de différentes motions qui nous ont été adressées la proposition tout à fait bien venue » d’organiser ces états généraux à Nanterre, fac emblématique de la contestation d’où était parti le mouvement étudiant en mai 1968, « dans un délai rapproché », affirme-t-il dans un communiqué.”

Et puis on analyse la loi et parcoursup
Accès à l’université : les points litigieux… ne sont pas dans la loi !Sur le site de "The Conversation France", Guillaume Bagard, doctorant à l’université de Lorraine, Georges El Haddad, doctorant en sciences économiques et Ater à l’Isam-IAE de l’université de Lorraine, Hélène Rossinot, interne en santé publique à l’AP-HP et Inès Ahmed Youssouf Steinmetz, doctorante en droit à l’université de Lorraine, mettent à jour les limites de la loi ORE.”

Parcoursup : « Le dispositif ne résout ni le problème de la déshumanisation ni celui de l’opacité ». “Dans une tribune au « Monde », les universitaires Joëlle Farchy et Cécile Méadel estiment que la question des algorithmes est au cœur des contestations sur la nouvelle procédure d’affectation des bacheliers. Selon elles, il faut repenser cet outil.”

Et un autre démontage de parcoursup : Les trompettes de Parcoursup par Ingénieur différent sur son Blog : Le blog de Ingénieur différent. “D’après les éléments de langages du gouvernement, APB était une usine à gaz pratiquant un scandaleux tirage au sort. Parcoursup va-t-il faire mieux ?” A lire !

Mais sinon tout va bien...


Orientation

Et ça manife aujourd’hui !
Que vont devenir les Centres d’information et d’orientation. “Les syndicats des personnels de l’Education nationale ont été reçus un à un par le ministère et s’inquiètent : de nombreux Centres d’information et d’orientation (CIO) vont fermer leurs portes dans les années à venir.”

Valérie Pécresse : "La Région est le bon niveau pour offrir un service d’orientation pour tous" par Marie-Caroline Missir. “En lançant sa plate-forme Oriane, dédiée à l’orientation des jeunes, la Région Île-de-France entend faciliter l’insertion professionnelle de chaque jeune Francilien. Une initiative qui préfigure le transfert de la compétence orientation aux Régions, prévue par le projet de loi "pour la liberté de choisir son avenir professionnel". Dans un entretien à EducPros, la présidente de Région détaille sa vision sur les réformes en cours.” Avec par exemple la question : “Comment envisagez-vous la place des CIO  ?
Je m’interroge sur les CIO, qui auraient vocation selon le projet de loi à être repris par les Régions. Je compte expérimenter les regroupements des missions locales et des CIO en lien avec les mairies, pour lutter plus efficacement contre le décrochage, une des grandes priorités de la Région. Ces nouvelles structures auraient une action beaucoup plus volontariste en allant chercher les décrocheurs via des campagnes de phoning et en leur "poussant" des solutions de raccrochage. Il ne faut pas attendre que le décrocheur pousse la porte mais pousser la porte du décrocheur. Je viens d’obtenir le fichier des décrocheurs de la Région. Ils sont 23.000 pour huit départements, soit 3.000 par département. Il devient jouable de les contacter un par un pour leur apporter une réponse personnalisée et adaptée à leur situation
.”

Mais heureusement : Il paraît que les profs sont qualifiés pour s’occuper de l’orientation (même sans formation). “Il faudra s’occuper de l’orientation… Mais quand ? Impossible de le faire pendant nos précieuses heures de vie de classe ! J’applaudis cette décision éclairée de nos dirigeants bien-aimés. Je me dis qu’ils doivent bien croire en nos géniales capacités de conseillers d’orientation psychologues, non ?
Et là aussi tout va bien !


Evolutions

Enfants à haut potentiel : un véritable enjeu sociétal par Carole Bisenius-Penin, Maître de conférences Littérature contemporaine, CREM, Université de Lorraine. “Il ne s’agit pas d’une pathologie, d’un handicap mais d’une spécificité, une « façon d’être au monde » qui résulte de compétences certaines, mais qui engendre aussi paradoxalement troubles de l’apprentissage, échec, souffrance psychologique et touche en France 2,3 % de la population scolaire (soit un ou deux enfants par classe).”

La pédagogie Montessori détournée en business nébuleux. “Jeux, livres et écoles… Le nom de la célèbre pédagogue italienne est victime d’une utilisation abusive. L’Association Montessori perd le contrôle de son label, semant la confusion auprès des parents et professionnels du secteur.”

L’intelligence artificielle aux portes des écoles. “Depuis quelque temps, l’école s’adapte à la société en mouvement, donc progressivement à l’intelligence artificielle. Ces premiers pas sont cruciaux et aident à un apprentissage personnalisé ou adaptatif des enfants : ceux qui sont en décrochages pourront se rattraper et les plus performants se développer. Comment cette technologie contribue-t-elle concrètement à l’apprentissage des enfants ? Les plateformes d’intelligence artificielle se développent-elles dans l’Education nationale ?” Alarme ou espoir ?

Dans les cliniques juridiques, les apprentis juristes s’exercent sur des cas réels. “Au sein des universités et des écoles, les cliniques du droit se multiplient et viennent en aide aux personnes éloignées des arcanes administratives.”

Au pays de Trump, la colère des enseignants secoue tous les États. “Aux USA, les profs n’en peuvent plus, et ils le font entendre. En Oklahoma, par exemple : « Après plus de 10 ans d’économies et de négligence des autorités, nos élèves sont dans des classes surpeuplées, au mobilier insuffisant, avec de vieux livres scolaires qui tombent en morceaux, dans une école qui n’est ouverte que 4 jours par semaines, avec des enseignants qui sont obligés de vendre leur plasma sanguin, d’avoir un deuxième boulot ou de recourir aux banques alimentaires pour nourrir leur famille. »

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 543 - Enseigner par cycles
Dossier coordonné par Maëliss Rousseau et Céline Walkowiak
février 2018
La réécriture des programmes de l’école obligatoire réaffirme de façon explicite la notion de cycle dans le parcours de l’élève, mise en place dès la loi d’orientation de 1989. Cela change vraiment les objectifs et les conceptions des enseignements et donc interpelle les enseignants au cœur de leur pratique de classe.

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.