Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 17 novembre 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 17 novembre 2016

Education prioritaire - moyens - avenir - politique - divers


Deux sujets majeurs dominent l’actualité éducative de ce jeudi : la gréve des lycées de l’éducation prioritaire et la place de l’éducation dans les débats de l’élection présidentielle. Parmi les autres sujets abordés, un intéressant article sur la façon dont les échelons intermédiaires détruisent les projets de justice scolaire du ministère, et quelques articles sur le numérique. Et une insulte, au passage, pour les "pédagogues". Une de plus...


Grogne dans les lycées de l’éducation prioritaire

"Touche pas à ma ZEP" : les profs des lycées d’éducation prioritaire en grève. L’Express, entre autres titres, nous donne des éléments de compréhension de cette grogne. "Ils se considèrent comme "les grands oubliés" de la réforme de l’éducation prioritaire de 2014. Les enseignants des lycées d’éducation prioritaire réclament une pérennisation des moyens qui sont accordés à leurs établissements.". Le Monde titre pour sa part Plusieurs dizaines de lycées de ZEP en grève
Le sujet est également décliné dans la presse locale : Réseau d’éducation prioritaire : les enseignants tirent la sonnette d’alarme pour Objectif Gard, Rhône : plusieurs lycées en grève ce jeudi contre la réforme de l’éducation prioritaire pour mLyon.fr (titre étrange puisque c’est en réalité l’inverse que réclament les grévistes), Académie Aix-Marseille : grève des enseignants des lycées en éducation prioritaire sur le site de France 3 Provence-Alpes, etc.

La ministre a été saisie du dossier lors des questions au gouvernement cet après-midi à l’Assemblée nationale. Son blog propose le texte de la réponse qu’elle a adressée au député Olivier Marleix.


Gestion des moyens

« C’est un constat étonnant. Imaginerait-on une administration qui consacrerait beaucoup de moyens pour chiffrer ses besoins nationaux jusqu’à l’échelle communale pour ensuite en confier la répartition à d’autres ? ». C’est le Café pédagogique qui pose ainsi la question des moyens, dans un article très fouillé et bien documenté, intitulé Comment l’Éducation nationale cultive son impuissance dans la répartition des moyens.. « C’est pourtant ce que fait l’Éducation nationale. Présentée lors d’une soirée organisée par l’Observatoire des zones prioritaires le 16 novembre, par Eric Peyre, chef du Bureau du premier degré de la Dgesco (ministère de l’Éducation nationale) et Olivier Monso (Depp), l’analyse précise de la nouvelle répartition des moyens dans le premier degré manifeste à la fois la grande compétence des acteurs et une certaine impuissance des politiques. Au final, l’administration ligote les politiques pour que pas grand chose ne change... ». Un article au détour duquel vous découvrirez comment les administrations intermédiaires, notamment les rectorats, se fondent sur des représentations (souvent erronées) et des routines technocratiques pour perpétuer, année après année, des inégalités entre établissement pourtant parfaitement identifiées par la Dgesco. Le « mammouth » n’était sans doute pas là où certains ont voulu le voir à une époque...


Avenir ?

La question est posée par L’Etudiant : L’éducation selon LinkedIn : pour un monde meilleur ?. De retour de la Learning Expedition EducPros dans la Silicon Valley, Marie-Caroline Missir, directrice de la rédaction de L’Étudiant, s’interroge sur les stratégies en matière d’éducation des géants du Web, et notamment sur celle de LinkedIn.

De son côté, le site québécois Carrefour-éducation se penche sur la question des organisation éducatives à l’ère de la mobilité au travers de l’évocation d’un colloque franco-québécois sur la question. « Organisé conjointement par l’École supérieure de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESENESR) et la TÉLUQ, ce colloque rassemblait des participants de ce côté de l’Atlantique dans les locaux de l’université à distance, à Montréal. Les activités se déroulaient parallèlement, grâce à la vidéoconférence, à celles de Poitiers, en France. On comptait aussi des relais à distance dans toute la francophonie.
Le programme de deux jours présentait cinq tables rondes autour de deux volets distincts, soit “mobilité et apprentissage” et “transformation des organisations éducatives”. Le tout a permis aux experts internationaux de traiter des questions particulières aux défis pédagogiques que posent à la fois la mobilité et l’intégration du numérique
 ».


Campagne électorale

Les premiers articles consacrés aux (maigres) propositions d’Emmanuel Macron en matière d’éducation n’auront pas attendu longtemps après sa très médiatique annonce de candidature : Emmanuel Macron sur l’éducation : un air de déjà-vu titre l’Obs, un rien cassant. « Le candidat d’En marche ! mise sur l’école primaire et sur la plus grande autonomie du système éducatif. Loin d’être révolutionnaires, ces propositions font largement consensus. »

L’autonomie des universités déclinée sous toutes les coutures dans les primaires de la droite. « Si les candidats à la primaire de droite ne placent pas tout à fait le curseur au même endroit en matière d’autonomie des universités, tous sont d’accord sur au moins un point : il faut passer à la vitesse supérieure, et, après la loi relative aux libertés et responsabilités des universités, votée pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, mettre en place l’acte II de l’autonomie ». A lire sur le site de L’Etudiant

La primaire de la droite, qui tenait ce soir, sur France 2, son dernier débat. Peu de choses concernant l’éducation. En tout cas peu de choses nouvelles. Le « retour » de l’autorité et le recentrage sur les apprentissages fondamentaux tiennent toujours lieu de pensée éducative à la plupart des candidats. A noter tout de même une évolution substantielle par rapport à l’épisode précédent : plusieurs candidats, dont deux majeurs, se sont nettement prononcés pour un maintien du collège unique : NKM (qui était déjà sur ce créneau), Alain Juppé et, plus surprenant, Nicolas Sarkozy.
Les amateurs d’humour retrouveront également la proposition de redoublement perpétuel du CP déjà formulée par l’ancien président, à laquelle vient s’ajouter cette fois-ci une proposition de redoublement perpétuel du CM2, formulée par un autre candidat.


Divers

La Croix propose le second volet de son triptyque consacré au sujet « Éduquer, l’affaire de tous ». Cette semaine, Les « valeurs » au centre de la question scolaire : « La réintroduction d’une “pédagogie de la morale” qui passe par de nouvelles pratiques éducatives est plutôt bien accueillie dans l’enseignement catholique mais rencontre des résistances dans l’enseignement public. Au sein des établissements sensibles où les tensions n’ont jamais été aussi fortes, des chefs d’établissement tentent malgré tout de donner sens aux valeurs. »

Éducation nationale : « Il n’y a pas plus de violence qu’autrefois » nous rappelle pour sa part Libération. Au travers du rapport annuel de la Fédération des autonomes de solidarité, cet article explique que la situation tend à s’améliorer sur le front de la violence scolaire. « 1 595 cas d’insultes ou de menaces, 330 agressions physiques légères n’ayant pas entraîné d’interruption temporaire de travail, 1 680 cas de diffamation ou encore 157 dégradations de bien. Tel est le bilan des conflits rencontrés par les personnels de l’éducation dans l’exercice de leur fonction, selon la Fédération des autonomes de solidarité (FAS) pour l’année scolaire 2015-2016. Depuis 1903, l’association propose une assurance et un système d’assistance aux enseignants afin de les aider à faire face à d’éventuels “litiges” professionnels, qu’ils en soient victimes ou qu’ils soient mis en cause. De quoi prendre le pouls du “climat scolaire”, estime la FAS qui publie chaque année un baromètre. »

Dans Le Monde - Campus, « Zoom sur la répartition des 100 millions d’euros prévus dans le budget 2017 pour répondre à l’augmentation du nombre d’étudiants dans l’enseignement supérieur » : Hausse du nombre d’étudiants : quelle rallonge budgétaire obtient chaque université ?

Ah, et bien entendu, je ne saurais refermer cette revue de presse sans une petite référence à François Fillon et à sa médaille d’or de la démagogie agressive : les défenseurs de « la caste de pédagogues prétentieux qui ont imposé des programmes jargonnants » vous saluent bien bas, monsieur le Premier ministre...

Lionel Jeanjeau


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Les parents et l’école, trente ans de réflexion
Hors série numérique 41
Coordonné par Guy Lavrilleux
La question des relations entre les parents d’élèves et l’école n’est pas nouvelle. Les Cahiers pédagogiques en parlent et y réfléchissent depuis plus de quarante ans. Ce nouveau hors-série numérique est constitué d’articles tirés de nos archives des trente dernières années, pour mettre en perspective enjeux et débats d’hier et d’aujourd’hui, pointer les problématiques qui perdurent mais aussi des pistes pour aller vers plus de dialogue et de coéducation.

Débuter dans l’enseignement

Hors série numérique 43
Coordonné par Catherine Rossignol et Sylvain Connac
Selon Freud (1937), avec gouverner et soigner, éduquer serait un métier impossible. Pourtant, des milliers de jeunes (et moins jeunes) choisissent chaque année l’enseignement pour profession et désirent s’y engager. Ce dossier des Cahiers pédagogiques leur donne la parole, ainsi qu’à leurs formateurs et partenaires.