Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 16 mars 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 16 mars 2017

Attentat - Présidentielle - IA - Bilan - Ressources

Cette revue s’ouvre sur l’attentat à Grasse, vous aurez sans doute des infos plus détaillée ce soir dans vos JT favoris. Il sera question de la présidentielle bien sûr mais aussi de l’intelligence artificielle, de bilan et de ressources.


Attentat

Fusillade au lycée Toqueville à Grasse. “Une intervention de police est en cours au lycée Tocqueville de Grasse où un élève armé a fait irruption vers 13h et a tiré sur le proviseur. Il y a quatre blessés légers. Le jeune homme a été interpellé. L’alerte attentat a été déclenchée.”

Sur le site de l’éducation : Procédures de gestion de crise et sécurisation des établissements d’enseignement face à la menace terroriste : la ministre décide de la mise en œuvre des principales recommandations du rapport des inspections générales.


Présidentielle

Vote des profs : pour Pauline, « l’enseignement n’est plus une bulle de gauche ». “Fidèles électeurs du PS en 2012, les enseignants peinent à s’y retrouver dans ce scrutin inédit. Parmi eux, Pauline, 36 ans, professeur des écoles à Paris.”

Revalorisation et baisse des effectifs dans les classes : Les propositions de Benoît Hamon. “Benoît Hamon réussira-t-il à reconquérir le vote enseignant ? Crédité, selon le Cevipof, de 25% des intentions de vote chez les enseignants, il est actuellement dépassé par E Macron (29%). C’est dans ce contexte qu’il présente le 16 mars son programme électoral qui accorde une grande place à l’éducation. Dans la continuité du quinquennat Hollande, B Hamon veut revaloriser les enseignants, diminuer les effectifs élèves et créer un système d’aide pour les écoliers et collégiens. Loin de désinvestir, le candidat socialiste annonce 9 milliards d’investissements dans l’éducation sur le quinquennat.”

Hamon et l’éducation : dans la continuité du quinquennat Hollande. Marie Piquemal propose son décryptage. “Le candidat du PS détaille dix engagements pour l’école ce jeudi. La plupart dans la continuité de l’action menée au cours des cinq dernières années. Sauf peut-être son ambition de créer un « service public de soutien scolaire ».”

Le vote enseignant pour Macron, un problème d’offre politique. "Dans leur bastion enseignant, les candidats se réclamant explicitement de la gauche sont à un niveau d’intentions de vote historiquement faible : 42 %, dont 25 % seulement pour le candidat socialiste, Benoît Hamon. Emmanuel Macron réalise une percée (29 %) qu’il est difficile d’identifier politiquement (centre gauche, centre droit, autre ?)."

On a comparé pour vous les programmes sur l’enseignement supérieur. “Si le sujet de l’enseignement supérieur est peu évoqué dans les débats, il est bien présent dans les programmes des cinq principaux candidats. Orientation, contenu des enseignements, statut des universités, égalité des chances… Nous avons décortiqué l’ensemble des propositions.”

Expérimentation Bacpro/BTS : l’enseignement catholique en avant-garde. “À la rentrée 2017, les Hauts-de-France seront le terrain d’expérimentation d’une politique visant à faciliter l’accès à l’enseignement supérieur des lycéens inscrits en bac professionnel. L’Enseignement catholique se veut pionnier en la matière. Il compte bien poursuivre les efforts entamés depuis 2014 et l’adoption du dispositif “Cordées de la réussite”.”


IA

20Minutes nous apprend que L’intelligence artificielle de Deepmind (Google) apprend en se souvenant. “SCIENCES Il s’agit d’une avancée importante en vue d’un apprentissage généralisé…” “Les systèmes d’apprentissage par « deep learning » ont une limitation majeure : ils perdent la mémoire face à chaque nouveau problème. Du coup, ils excellent à une tâche spécifique (reconnaître une image, traduire un texte, jouer au Go) mais ils ont une polyvalence inférieure à celle d’un poisson rouge. Deepmind, la start-up rachetée par Google en 2014, affirme cependant avoir mis au point des réseaux neuronaux capables d’apprendre « en continu », une percée majeure sur la route d’une intelligence artificielle générale (IA « forte ») qui nous mettra tous au chômage.”

Et 01.net précise : Google sur le point de corriger un problème fondamental de l’intelligence artificielle. “Jusqu’à présent, un réseau neuronal était créé et apprenait à maîtriser une tâche : traduire du texte, classer des images ou venir à bout d’un niveau particulièrement retors de Space Invaders. Dans ce dernier cas, l’intelligence artificielle apprenait à terminer le jeu, à faire mieux que les joueurs humains. Mais ensuite, quand on lui soumettait une nouvelle tâche, elle oubliait tout pour réapprendre. Autrement dit, l’IA n’était pas capable de mémoriser ce savoir-faire. Pour chacun des titres Atari auxquels elle s’attaquait, il fallait tout recommencer. Le système qui avait terrassé Space Invaders ne pouvait pas jouer à Pong, par exemple, sans tout oublier et tout réapprendre. Un problème de mémoire, en quelque sorte, et de capacité à utiliser des connaissances dans un cadre différent, contrairement à l’humain qui apprend peu à peu et réutilise son savoir. Ce travers fondamental des réseaux neuronaux a d’ailleurs un joli nom « l’oubli catastrophique ».”

Algorithme : l’éducation nationale doit faire la transparence. “Les algorithmes s’imposent de plus en plus dans nos vies quotidiennes, à tel point qu’ils peuvent décider de l’orientation de nos vies, à l’instar de la plateforme mise en place par l’Education nationale pour le choix des études après le baccalauréat. Or cet exemple montre que le manque de transparence de ces procédures est un problème. Par Cécile Philippe, directrice générale de l’IEM.”

Education : vers un enseignement du (et avec le) numérique. “Comment refonder la pédagogie, à l’heure du numérique ? Par Alain Goudey, Professeur Associé de NEOMA Business School.”


Bilan

Michel Sapin et Najat Vallaud-Belkacem ont participé au colloque « L’éducation : un enjeu prioritaire pour la croissance, des bénéfices pour la société ». Le document Lutter contre les difficultés scolaires est à lire. “La France a atteint quatre objectifs sur six de la stratégie Éducation et Formation 2020 de l’Union Européenne : un taux de décrochage scolaire inférieur à 10 %, un taux de diplômés de l’enseignement supérieur dépassant 40 % des 30-34 ans, plus de 95 % des enfants de 4 à 6 ans scolarisés en maternelle, et la formation tout au long de la vie pour plus de 15 % des adultes.
En revanche, la France a, pour chaque domaine d’évaluation de PISA,...


Ressources

L’accompagnement personnalisé dans le quotidien de la classe. “L’ouvrage de Michèle Sanchez et Jean-Pierre Bourreau s’appuie sur des actions effectivement mise en place de toutes parts dans le système éducatif. Leur livre revêt l’avantage de mettre en exergue des expériences pionnières et des tâtonnements pédagogiques. Les auteurs ne sont pas des universitaires spécialistes de l’Accompagnement avec un grand A, mais avant tout des praticiens. Leur livre est la vibration d’une démarche de terrain.”

Et puis, Aux États-Unis, la religion frappe à la porte des cours de sciences.

Bernard Desclaux