Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 16 mars 2006


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 16 mars 2006

Aujourd ’hui dans cette revue de presse, un petit reportage personnel.
Dans mon lycée, ce matin, une petite centaine de jeunes bloquaient l’entrée des grilles. Les élèves ne passaient plus. les cours se sont déroulés avec très peu d’élèves en classe. Sur la place face au lycée, il y avait à peu près 300 élèves rassemblés jouant de la musique et prenant la parole avant le départ en train pour la manifestation.
La grande crainte de tous, adultes et jeunes, était celle de la violence et des provocations. La veille, quelques dizaines d’ « intrus », venant des établissements voisins, avaient brisé plusieurs vitres et du matériel. Il y avait eu aussi une blessée...Dans ce contexte, tous espéraient que la manifestation se passerait bien et ne nuirait pas au mouvement.
C’est aussi la tonalité que l’on retrouve dans beaucoup d’articles de vos quotidiens aujourd’hui. Beaucoup parient sur une forte mobilisation et sur le fait que les lycéens rejoignent les étudiants.
C’est ce qui, semble t-il, produit. On dénombrerait, selon les sources, de 247.500 à 500.000 manifestants, dont 33.000 à 120.000 à Paris. Quant aux violences, elles ont été apparemment limitées à la fin de la manifestation parisienne et à quelques « casseurs » extérieurs au cortège.

Bonne Lecture...


Libération du 16/03/06

Les cités vilipendent le contrat Villepin
En Seine-Saint-Denis, des jeunes en recherche d’emploi redoutent que le contrat première embauche accroisse leur précarité.
Lire la suite de l’article

Anti-CPE mais antiblocage
Dans les AG, des étudiants refusent d’être pris en « otage » et veulent pouvoir étudier.
Lire la suite de l’article

Courrier : Sorbonne, nous face au gaz
’ai 19 ans et j’étais dans la Sorbonne dans la nuit du 10 au 11 mars 2006. Je suis révoltée de voir que nos camarades du mouvement ainsi que l’opinion publique croient que nous avons brûlé des livres ; c’est faux !
Lire la suite de l’article

100 000 signatures contre le zéro de conduite à 3 ans
L’appel contre le dépistage de la violence chez l’enfant rallie professionnels et parents.
Lire la suite de l’article

Des psys contre la thérapie d’Etat
Une pétition circule. Le ministre reste ouvert à la concertation.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 16/03/06

La police craint le retour des casseurs
Les autorités redoutent que le cortège prévu cet après-midi dans la capitale ne dégénère, faute d’un service d’ordre syndical suffisant.
Lire la suite de l’article

Les antiblocages, aussi, mobilisent
D’un côté, les anti-CPE mobilisés pour le retrait du nouveau contrat ; de l’autre, les antiblocages qui refusent de voir leurs cours annulés. Entre les deux camps, la tension est désormais maximale. Hier, alors que l’activité de cinquante établissements au moins était perturbée, environ 250 étudiants se sont rassemblés sur la place du Panthéon, à Paris, derrière une banderole : « Il est interdit d’interdire aux étudiants d’étudier. »
Lire la suite de l’article

L’affrontement autour du CPE en dit long sur notre société de défiance
Alain Etchegoyen

Toute l’histoire du droit du travail s’est fondée sur un principe explicite et une évidence incontestée : les rapports de travail sont des rapports de force ; le droit a pour mission de les réguler. Le célèbre adage de Lacordaire, « Entre le fort et le faible, c’est la loi qui protège et la liberté qui opprime », prend tout son sens dans une construction juridique qu’il conviendrait plutôt de simplifier que de compliquer. Essayons de dénombrer les préjugés qui fondent le CPE. Rarement, dans notre histoire récente, l’occasion s’est offerte d’évoquer les préjugés de classe. Ce lexique, d’apparence archaïque, retrouve une nouvelle vigueur. [...]
Lire la suite de l’article

J’ai 25 ans et je n’ai pas peur du monde du travail
par Brieuc Benezet, jeune adhérent de l’UMP

Nous sommes conservateurs et non pas révolutionnaires en refusant les réformes nécessaires de notre société. Nous sommes égoïstes et non pas généreux en bloquant l’entrée des universités à ceux qui veulent et, souvent, doivent travailler. Nous ne voulons pas changer la réalité en manifestant, nous refusons de la voir pour nous complaire dans notre petit confort douillet. Nous n’avons rien d’une jeunesse idéaliste, nous sommes des enfants trop gâtés...
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 15/03/06 (un jour de retard)

A ceux qui galèrent, on propose le pire
Ils sont lycéens dans les filières professionnelles, demandeurs d’emploi avec ou sans formation, à Tours comme en Seine-Saint-Denis, ils rejettent le CPE.
Lire la suite de l’article

« Les jeunes des cités sont inquiets »
Entretien avec Samir Mihi, porte-parole d’AC Lefeu, collectif né à Clichy, après les violences urbaines. Il réfute l’idée d’indifférence des jeunes.
Lire la suite de l’article

Les étudiants parisiens s’organisent pour éviter les provocations
Avant d’aller manifester, ils ont désigné des groupes chargés d’éviter tout débordement. Déploiement policier massif à la Sorbonne.
Lire la suite de l’article

L’école des Sablons se mobilise pour Arten et Levon
Refusant d’examiner une demande d’asile, les autorités retiennent en rétention depuis sept jours une famille avec deux enfants.
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 16/03/06 ( payant)

Rien n’est joué
Premier rendez-vous crucial aujourd’hui pour la fronde anti-CPE avec la manifestation des étudiants et lycéens avant le défilé intersyndical de samedi. Radiographie d’une crise et de tous ses acteurs.
Lire la suite de l’article

« Faire valoir notre droit à aller en cours »
JUSQU’À PRÉSENT, ils s’étaient montrés discrets. On devinait leur exaspération aux abords des universités fermées, mais elle restait noyée dans la masse grandissante de la fronde anti-CPE. Hier, les étudiants parisiens opposés aux blocages s’étaient...
Lire la suite de l’article

« Unis contre le CPE, pas sur le blocage »
HIER MATIN, lors de leur assemblée générale organisée dans un amphithéâtre de la rue Cuvier dans le V e arrondissement de Paris, les quelque 500 étudiants de Jussieu présents - sur les 56 000 que comptent Paris-VI et Paris-VII - étaient certes soudés...
Lire la suite de l’article

« Moins de monde que contre la loi Fillon »
LA PRESTATION télévisée, dimanche soir, du Premier ministre défendant son projet bec et ongles semble avoir fait l’effet d’un électrochoc chez certains élèves. « CPE ça veut dire contrat premières emm... » Mohamed, 19 ans, élève de terminale à Léon-Blum...
Lire la suite de l’article

« Il est possible que ça dérape »
DEPUIS UNE SEMAINE, Céline est sur le pont, plus que jamais mobilisée face à la Sorbonne. Cette jeune femme de 28 ans n’est pas étudiante et son combat n’est pas le retrait du CPE. Son rôle à elle, c’est de protéger la vénérable institution
Lire la suite de l’article


La Croix du 16/03/06

En banlieue aussi, le CPE passe mal
À Clichy-sous-Bois, où avaient débuté les émeutes en octobre, le contrat première embauche ne convainc guère les jeunes et les travailleurs sociaux
Lire la suite de l’article


20 minutes du 16/03/06

CPE : journée nationale de manifestations étudiantes et lycéennes
La jeunesse mobilisée contre le Contrat première embauche (CPE) s’apprête jeudi à descendre dans les rues pour une journée nationale de manifestations étudiantes et lycéennes programmées à travers la France
Lire la suite de l’article

Quatre sorties de crise possibles
Comment sortir du conflit ? Quatre hypothèses, qui ne permettraient pas toutes à Dominique de Villepin de sauver la face
Lire la suite de l’article

Etudiants et lycéens redoublent d’effort
Chaque jour plus nombreux. En attendant la grande manifestation des salariés samedi, la mobilisation des étudiants et des lycéens contre le contrat première embauche semble ne jamais devoir fléchir.
Lire la suite de l’article

Après le débat sur le contrat, celui sur le blocage
C’est un stand parmi d’autres à la sortie du métro Jussieu, à Paris, près de la barricade bloquant les grilles d’entrée de l’université. Les étudiants y sont invités à s’opposer au blocage de leur université en apposant leur signature et en donnant leurs coordonnées. Un des organisateurs explique : « Nous sommes apolitiques, nous n’appartenons à aucun syndicat étudiant, mais le blocage tous les jours de la semaine, ce n’est pas possible. On veut pouvoir aller à un minimum de cours. » Pas d’ambiguïté, ce débat n’est pas un prolongement de l’opposition entre pro et anti-CPE. Hier, que les étudiants soient favorables ou non aux occupations, tous étaient contre le contrat première embauche.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 16/03/06

Étudiants - lycéens : journée test face au pouvoir
eur mobilisation aujourd’hui précède celle des syndicats et partis de gauche, samedi. Les appels au dialogue restent vains.
Lire la suite de l’article

Les présidents d’université : « Dialoguez ! »
[...]Ils se sont mis d’accord, aussi, pour souhaiter que les locaux redeviennent libres d’accès. Et demander, surtout, le dialogue entre le gouvernement et les syndicats étudiants. « Dans un contexte qui se tend, il est indispensable que le dialogue se noue. La CPU est prête à intervenir si étudiants et gouvernement font appel à nos compétences. Si on reste sur le bras de fer, il y en a qui perdront. Et il ne faut surtout pas qu’une image dégradée de nos universités sorte de ça. [...] L’important c’est que l’année universitaire puisse avoir lieu,
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 17/03/06

Importante mobilisation des étudiants et lycéens contre le CPE
lusieurs dizaines de lycées bloqués, près de 70 % des universités perturbées, des manifestations organisées dans de nombreuses villes : la démonstration de force anti-CPE attendue ce jeudi 16 mars a bel et bien lieu. Le fonctionnement de dizaines de lycées - dont 80 à Paris et en région parisienne - est perturbé partout en France. Des milliers de jeunes ont convergé vers la place d’Italie, à Paris, d’où a démarré une importante manifestation vers 14 h 30.
Lire la suite de l’article

Faiblement mobilisée et peu politisée, l’université de Créteil a fini par voter le blocage
Joana Rigaux et Estelle Kitegi, étudiantes en DESS gestion de l’humanitaire à l’université Paris-XII (Val-de-Marne), poussent un soupir de soulagement. Il est 13 h 30, mercredi 15 mars, et les 600 étudiants réunis en assemblée générale dans l’amphi T500 viennent de voter le blocage des cours. Un bon mois après les autres universités et à la veille de la manifestation de jeudi, l’université de Créteil, mauvais élève de la mobilisation, sort de sa torpeur.
Lire la suite de l’article

Les jeunes de l’UMP font campagne sur le Net
Deux blogs créés à l’initiative de jeunes militants de l’UMP font campagne contre le blocage des universités par les étudiants opposés au contrat première embauche (CPE). Le premier, lancé mardi 14 mars, a pour logo un panneau de sens interdit en plein milieu duquel est inscrit "Halte au blocage". Le second émane d’un Collectif national SOS-facs bloquées.
Les initiateurs de ces deux blogs assurent les avoir lancés de leur propre initiative, sans s’être fait souffler l’idée par leurs mentors politiques.
Lire la suite de l’article

Le Pen et de Villiers unis sur le déblocage
Divisés jusque dans leurs rangs sur le contrat première embauche (CPE) les étudiants militants du Front national de la jeunesse (FNJ), du Mouvement de jeunes de Philippe de Villiers, mais aussi les royalistes et les identitaires, sont des alliés objectifs sur le terrain pour demander "le déblocage des facs" et s’opposer à leurs ennemis de toujours, "les gauchistes".
Lire la suite de l’article

Protection de l’enfance : une nouvelle réforme en chantier
l y a un peu plus de vingt ans, les grandes lois de décentralisation du premier septennat de François Mitterrand confiaient la protection de l’enfance aux départements. Contrairement à ce qu’annonçaient les oiseaux de mauvais augure, les conseils généraux choisissaient d’investir massivement : en vingt ans, les dépenses ont plus que doublé. Avec un budget de 5,4 milliards d’euros en 2005, l’aide sociale à l’enfance est devenue le premier poste de dépenses des départements en matière d’action sociale. "Parce que la protection de l’enfance est un domaine particulièrement sensible qui constitue leur première mission en matière de solidarité, les départements s’y sont fortement impliqués", résumait, en novembre 2005, l’Observatoire national de l’action sociale décentralisée (ODAS).
Philippe Bas, ministre délégué à la famille, devait rendre publiques, jeudi 16 mars, les grandes orientations de sa réforme de la protection de l’enfance, qui doit être présentée en conseil des ministres à la mi-avril.
Lire la suite de l’article

Philippe Bas, ministre délégue à la famille
"Il y a trop de lacunes dans la prise en charge des enfants"

[...]Le projet de loi affirme clairement que la prévention fait partie intégrante de la protection de l’enfant, alors que la loi est aujourd’hui muette sur ce point. Mais il faut surtout mobiliser des moyens nouveaux. Dans la vie d’un enfant et d’une famille, il y a un certain nombre de carrefours qu’il faut mettre à profit pour détecter les difficultés et déclencher une prise en charge, et ce avant même la naissance.
Lire la suite de l’article

A Besançon, des éducateurs installés au coeur d’un quartier
ls ont un petit appartement dans le quartier des Clairs-Soleils à Besançon. Mais ils n’y vivent pas : Mathias Panier et Nathalie Roethlisberger, âgés d’une trentaine d’années, forment un couple professionnel. "Mixte", corrige leur directeur, Tony Morin, qui voit dans cette "complémentarité" imposée à ses équipes un gage "d’efficacité et d’exemplarité". ducateurs au service de prévention spécialisée de l’association départementale du Doubs pour la sauvegarde de l’enfant et de l’adulte (Addsea), ils accueillent dans ce logement aménagé ceux des 1 500 habitants du lieu qui souhaitent se confier à eux ou qui veulent juste bavarder. Quand ils ne tiennent pas de permanence ou n’ont pas de rendez-vous, c’est eux qui vont à la rencontre des jeunes, parfois des gamins de 6 ou 7 ans.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 16/03/06

Une journée d’actions sous haute surveillance
Etudiants et lycéens doivent manifester contre le CPE partout en France. Nicolas Sarkozy a reçu les organisateurs afin de prévenir tout débordement.
Lire la suite de l’article


L’Express Quotidien du 16/03/06

Les anti-CPE dans la rue
Alors que le mouvement de contestation prend de l’ampleur de jour en jour, étudiants et lycéens vont défiler cet après-midi, dans toute la France, contre le CPE. Des débordements sont à craindre
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 16/03/06

Les présidents d’Université appellent à renouer le dialogue sur le CPE
Quarante-six présidents d’Université ont appelé mercredi à Nantes le Premier ministre, Dominique de Villepin, et les organisations syndicales étudiantes à renouer le dialogue pour trouver une issue à la crise du CPE.
"Concrètement nous n’appelons pas au retrait du CPE, même si les présidents s’interrogent beaucoup sur sa pertinence", a expliqué à la presse Yannick Vallée, vice président de la conférence des présidents d’université (CPU) en marge d’un colloque annuel qui a rassemblé à Nantes 49 présidents d’Université.
Lire la suite de l’article

CPE : Robien appelle les manifestants à "penser aux chômeurs"
Le ministre de l’Education Gilles de Robien a appelé sur Europe 1 les étudiants qui manifestent contre le contrat première embauche (CPE) à "penser à ceux qui sont au chômage" alors qu’une journée nationale d’actions étudiantes et lycéennes est prévue jeudi."Vous avez le droit de manifester", a lancé M. de Robien aux étudiants, ajoutant, "pensez à ceux qui sont au chômage. Parce que les étudiants, ce n’est pas pour eux (le CPE), ce sera dans deux ou trois ou quatre ans".
Lire la suite de l’article

Affrontements entre étudiants à l’université "Arsenal" de Toulouse
Des affrontements ont eu lieu jeudi matin à l’Université des Sciences sociales de Toulouse (UT1), "Arsenal", entre des étudiants grévistes qui avaient occupé les locaux pendant la nuit et des groupes d’étudiants venus les déloger au nom de "la liberté", a constaté un journaliste de l’AFP.
Lire la suite de l’article

CPE : déclarations de leaders étudiants et lycéens dans la manif parisienne
Déclarations à l’AFP de leaders étudiants et lycéens dans la manifestation parisienne de jeudi contre le CPE :
Lire la suite de l’article

Démonstration de force des étudiants et lycéens contre le CPE


Des manifestations partout en France, plusieurs dizaines de lycées bloqués, près de 70% des universités perturbées : la journée de jeudi a donné lieu à une nouvelle démonstration de force pour obtenir le retrait du CPE face à un gouvernement déterminé.Treize villes avaient déjà été le théâtre de défilés contre le CPE jeudi en milieu de journée, rassemblant entre 42.000 (selon la police) et plus de 77.000 manifestants (selon les organisateurs), alors que plusieurs milliers de manifestants commençaient à marcher peu après 14H30 entre la place d’Italie et Sèvres-Babylone à Paris.
Lire la suite de l’article

CPE : "une vraie lame de fond dans la jeunesse", selon Gérard Aschieri
Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, la principale fédération de l’Education, a salué jeudi "une vraie lame de fond dans la jeunesse" contre le contrat première embauche (CPE), et plaidé pour que la prochaine étape soit "une grève en semaine".
Lire la suite de l’article

Anti-CPE : de 247.500 à 500.000 manifestants, dont 33.000 à 120.000 à Paris
Les manifestations contre le contrat première embauche (CPE) ont réuni jeudi de 247.500 à 500.000 jeunes à travers la France, dont 33.000 à 120.000 à Paris, d’après les chiffres du ministère de l’Intérieur et ceux des organisateurs.
Lire la suite de l’article


Pour en savoir plus

L’indispensable café pédagogique

Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)

La maison des enseignants

Les dépêches AFP-Éducation sur le site Voila.fr

Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation