Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 16 décembre 2004


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 16 décembre 2004

Quel va être le verdict face à ce projet de loi controversé ? c’est la question que pose l’Humanité dans un de ses articles consacré au projet de loi Fillon. L’information est maintenant connu puisque le CSE (conseil Supérieur de l’Éducation) a rejeté largement (39 voix contre) le projet proposé par le Ministre.
A signaler dans la Croix un dossier très complet sur la loi de 1905 sur la laïcité. Une laïcité que l’on met à toutes les sauces... lisez dans le Monde l’histoire du sapin de Noël du lycée de Lagny sur Marne ! De quoi s’enguirlander pour Noël...
Bonne Lecture...


Libération du1612/04

Libération : Parents d’élèves et enseignants : les rendez-vous manqués
Selon toute vraisemblance, le Conseil supérieur de l’Education devrait émettre un avis négatif sur le projet de loi d’orientation que François Fillon doit lui soumettre aujourd’hui. L’opposition viendra notamment des fédérations de parents d’élèves : la Peep (apolitique) dénonce un projet « insipide et sans saveur » ; la FCPE (gauche) épingle une « politique de la rustine ». La loi Jospin de 1989, qui prétendait ouvrir les portes des écoles aux parents, a-t-elle pour autant atteint son but ? Libération a demandé aux deux parties, simplement, de raconter la traditionnelle réunion de rentrée. Force est de constater le fréquent déphasage entre ce qui a été dit et ce qui a été entendu ou retenu. Paroles croisées d’enseignants et de parents, témoignages d’une immense attente de part et d’autre. Et autant de frustrations.
Lire la suite de l’article

Le ministère de l’Education recale les mauvais en informatique
Il dément le « bug » dénoncé par des candidats au professorat.
Lire la suite de l’article

L’art, matière première
C’est le « socle des fondamentaux » (lire, écrire, compter) qui a mis le feu aux poudres. François Fillon l’a assez martelé, la grande loi d’orientation pour l’école qu’il prépare renforcera l’enseignement des « fondamentaux ». Les artistes et tous les professionnels de l’enseignement artistique ont parfaitement entendu le message _ ou plutôt le non-dit du ministre de l’Education : tout le reste est accessoire. Hier, l’Association nationale de recherche et d’action théâtrale (Anrat) a lancé un « appel national » pour « la présence régulière des arts et des artistes dans l’école », depuis le théâtre du Rond-Point à Paris.Une forme de contre-proposition : pourquoi le « fondamental » ne serait-il pas une véritable introduction de l’art à l’école ?
Lire la suite de l’article

Au lycée, Prométhée entre sans frapper
Lycée professionnel et technologique Condorcet, Montreuil. Mohamed est au tableau, exposant à la classe les traits de caractère des personnages du Rhinocéros de Ionesco, quand la porte s’ouvre à grand fracas, propulsant deux hommes contre le tableau noir. Arrêté net, Mohamed prend la fuite dans le fond de la salle. Plus un bruit dans la classe, la tension est palpable.
L’un des deux hommes est en costume, menotté et débraillé. L’autre, en imper, évoque un inspecteur de police. L’inspecteur a tiré une chaise et tente de maintenir le menotté en place. Mais Prométhée vocifère, d’une langue complexe. La classe tend l’oreille. La tirade, d’Eschyle, a 2 400 ans... Au bout de dix minutes, le flic pousse Prométhée vers la sortie, la porte se referme sur eux. Des élèves applaudissent, d’autres restent ahuris.
A mille lieux des après-midi culturels plan-plan, ces interventions « coup de poing » en milieu scolaire portent un nom : les « Petites Formes ». Gilberte Tsaï, directrice du Centre national dramatique (CND) de Montreuil, propose depuis quelques années à sa troupe de comédiens de multiplier ces assauts dans des classes de Seine-Saint-Denis
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 16/12/04

Rien vu...


L’Humanité du 16/12/04

Quel va être le verdict face à ce projet de loi controversé ?
Quel que soit le verdict qu’il rendra aujourd’hui, l’avis du Conseil supérieur de l’éducation (CSE) ne devrait pas influer sur le fond du projet de loi d’orientation pour l’école. François Fillon lui a soumis le 3 décembre dernier et semble pressé d’en finir avec la mise en oeuvre d’un texte qui provoque l’ire de nombreux acteurs de l’école, mais qui présidera aux orientations du système scolaire pendant dix années, au bas mot. Les objectifs qu’il affiche en préambule sont charmeurs et flattent les idéaux démocratiques : 100 % d’une classe d’âge titulaire d’une qualification, 80 % titulaire du bac et 50 % détentrice d’un diplôme de l’enseignement supérieur. Son contenu, en revanche, a, au mieux, refroidi, sinon franchement échaudé une partie de la communauté éducative.
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 16/12/04

Rien vu...


La Croix du 16/12/04

Loi de 1905, de quoi parle-t-on ?
Que dit la loi ? Quels sont les textes fondateurs et de quoi parle-t-on quand on évoque la laïcité française ? À l’approche du centenaire de la loi du 9 décembre 1905, "La Croix" vous propose un dossier explicatif complet
Lire la suite de l’article


20 minutes du 16/12/04

La carte scolaire 2005 fâche
Ça s’annonce mal. Le Syndicat des enseignants (SE-Unsa) s’est élevé hier contre le projet de la carte scolaire 2005. Il juge « catastrophique » la répartition des moyens d’enseignement entre académies. Pour le premier degré, le SE s’étonne que les prévisions d’effectifs supplémentaires d’élèves à la rentrée 2005 aient « bizarrement fondu » en deux mois, passant de 51 400 à seulement 45 000. Quant au second degré, le syndicat s’interroge sur les variations des prévisions ministérielles depuis la présentation du budget et proteste contre les suppressions de postes prévues (5847).
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 17/12/04

Un sapin de Noël a-t-il encore sa place à l’école laïque ?
a loi sur la laïcité cachait des épines inattendues. Au lycée Van Dongen de Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne), un modeste sapin, un déraciné tout juste arrivé de sa terre natale, en a été la victime bien involontaire. Au milieu de la semaine dernière, comme le veut la coutume bien ancrée dans l’établissement, un sapin était installé dans le hall d’entrée. Thierry Vieusses, nouveau et jeune proviseur, arrivé à la rentrée, en a eu la surprise.
Vendredi, en fin d’après-midi, il reçoit deux lycéennes dont il dit ignorer la confession. Ces élèves religieusement non identifiées, affirme-t-il, en représentent une dizaine d’autres restées dans le couloir. Elles lui disent être "très choquées" par la présence du sapin en contradiction, selon elles, avec le principe de la laïcité. Le proviseur tente de leur expliquer que cet innocent conifère est la victime d’un malentendu et qu’il n’est en rien un symbole religieux. Peine perdue."Garant de la sécurité dans l’établissement", il craint "d’éventuelles manifestations d’humeur..." Le sapin est donc retiré le lendemain.[...]
Lire la suite de l’article

Recherche : la mise en garde des présidents d’université
Pour Michel Laurent, premier vice-président de la Conférence des présidents d’université (CPU), "l’idée même que le système puisse rebondir sur le mode d’organisation actuel nous paraît un challenge impossible". Renoncer à une "réforme de fond" mènerait à la "catastrophe".
Lire la suite de l’article

La future loi d’orientation ne devrait pas bousculer l’organisation actuelle
Le contenu du futur projet de loi d’orientation et de programmation sur la recherche semble devoir déboucher sur une réforme en douceur. A quelques semaines de la présentation d’une première version du futur texte de loi, prévue pour janvier 2005, le gouvernement n’envisage pas de bousculer l’organisation actuelle de la recherche en France.
Lire la suite de l’article