Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 15 janvier 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 15 janvier 2014

Réflexions, absurdité et nécessaire réflexion - Pratiques de classe - Numérique


L’actualité éducative commence un peu à se diversifier même si elle reste dominée par les suites des réactions en milieu scolaire après les attentats de la semaine dernière.


Réflexions autour de l’école, la citoyenneté et la laïcité : entre absurdités et nécessaire réflexion

Pour reprendre le titre de la revue de presse de France 3 : l’éducation est en première ligne.
Ce qui nous donne droit à un concours de propos et de propositions que je vais éviter de qualifier. Dans Le Point.fr, Sophie Coignard exhorte la ministre de ne plus parler de "communauté éducative". On ne comprend pas bien pourquoi mais c’est Sophie Coignard...
Comme le rapporte Metronews, Eric Ciotti a proposé de « supprimer les allocations familiales aux parents des élèves qui n ’ont pas respecté la minute de silence ». On se souvient tous de l’inefficacité totale de sa mesure pour lutter contre l’absentéisme scolaire. Mais C’est Eric Ciotti... Mais la palme revient sans nul doute à Jean-Pierre Chevènement qui, reçu rue de Grenelle avec les autres anciens ministres de l’Education Nationale a osé : « l’essentiel c’est la transmission. Il faut apprendre à aimer la France à travers les grandes oeuvres. Il faut rétablir le roman national. L’école n’a pas à refléter le miroitement de la société au jour le jour ». Mais c’est Chevènement...
Quant à Bernard Debré, député UMP de Paris il a déposé, comme nous l’apprend Le Parisien « une proposition de loi relative au port de l’uniforme et à la présence des paroles de l’hymne national et du drapeau tricolore dans les classes des écoles de la République française ».
Dire que tout cela est parti de l’assassinat de Cabu...

Comme si tout cela ne suffisait pas, Le Monde.fr titre qu’un professeur de Mulhouse [a été] suspendu pour avoir montré en classe des caricatures de « Charlie ». La lecture de l’article et un communiqué du ministère laisse supposer que ce titre est bien maladroit et que c’est davantage l’attitude et les propos du professeur qui lui seraient reprochés.

Tout cela n’aide évidemment pas à mettre en oeuvre une nécessaire critique et refléxion sur ce que peut et doit apporter l’école dans les domaines du vivre ensemble et de la citoyenneté. Toutefois, dans les établissements, l’émotion commence à faire fait place à la réflexion comme le titre L’Est éclair
Aurélie Colas dans LeMonde évoque « les failles de l’éducation à la citoyenneté ». Elle y distingue à juste titre ce qui existe sur le papier et ce qui est effectivement mis en oeuvre. L’article insiste également sur la nécessaire formation des enseignants dans ce domaine et rappelle en conclusion « qu’on ne peut demander à l’école de régler, à elle seule, tous les maux de la société ».

Sur la question de la laïcité, l’émission Histoire d’info sur France Info nous offre quelques rappels historiques en revenant sur un vibrant plaidoyer pour l’école laïque en 1947
« Enseignement religieux dans les écoles, subvention des établissements confessionnels... Le régime de Vichy a malmené l’École de la République. Et c’est à ce défi de la laïcité à l’école que se trouvent confrontés les gouvernements de l’après-guerre. Preuve si besoin est de l’attachement de la République à la laïcité, une laïcité jamais dirigée contre une religion en particulier.
A l’été 1947 s’ouvre ce que l’on appelle la Quinzaine de la laïcité à l’école, avec des fêtes, des cérémonies... À cette occasion, le ministre de l’Instruction publique, Marcel-Edmond Naegelen prononce un vibrant hommage à la laïcité française :
"L’école laïque, est par excellence un facteur de concorde nationale et le ciment de la République !"”
 »


Et si on cherchait du côté des pratiques de classe ?

Il se passe de belles choses aussi dans nos classes. Nord-Eclair relate aujourd’hui un projet d’écriture mené dans un collège de Roubaix dans le cadre du centenaire de la Première Guerre Mondiale.
« À l’école de la Ve République, en ces temps de commémoration de la Première Guerre mondiale, « nos ancêtres » ne sont plus Gaulois mais Poilus. Le collège Lebas, à Roubaix, participe à l’élaboration de ce nouveau mythe fondateur et fédérateur, tout en le mettant en scène et en le questionnant. Une poignée d’élèves, notamment, mène un travail d’écriture, un cycle de nouvelles au long cours qui se poursuivra jusqu’en 2018. Ils écrivent leur guerre. À coups de stylos et de mots, ils revivent celle de leurs aïeux, celle des tranchées et des Poilus, celle que l’on commémore depuis quelques mois déjà et qu’ils vont réécrire pendant quatre ans encore. » Et les aïeux de ces élèves, venaient parfois du Sénégal ou d’Afrique du Nord.

Le site Webtimedias.com nous propose un regard franco-américain sur les promesses de la "classe inversée" par Maxime Crener, qui a dirigé le Ceram à Sophia et développé l’Université Internationale de Monaco et son épouse, Sandrine, qui est Research Associate à la Harvard Business School.
Leur article nous offre un descriptif clair et détaillé de ce qu’est cette méthode pédagogique et conclut ainsi :
« Inverser la classe revient donc à profondément modifier le rôle traditionnel de l’enseignant : ce dernier devient un véritable guide d’apprentissage. Il passe du face-à-face au côte-à-côte, permettant la mise en place d’une "co-construction des savoirs". Ainsi la classe devient le lieu de discussion, du partage du savoir et d’un apprentissage collaboratif.« Aujourd’hui après des années d’expériences très diverses on peut dire que c’est une nouvelle façon d’aborder l’éducation, une philosophie nouvelle de l’apprentissage ! » Voilà qui résonne particulièrement au regard de l’actualité. Et si la pédagogie était aussi une solution ?

S’il y en a un qui en est convaincu, c’est notre ami Guillaume Caron dont Monique Royer trace aujourd’hui le portrait aujourd’hui autour de sa pratique de la classe collaborative. [Un beau portrait auquel il a droit le jour de son anniversaire !]
« A travers la classe coopérative, c’est aussi une autre façon d’exercer son métier d’enseignant qui se dessine. « J’ai le sentiment d’accompagner les élèves y compris dans leur intégration sociale plutôt que de courir derrière un programme  » constate Guillaume Caron qui rajoute « les élèves ne sont pas des coquilles vides mais des personnes qui interagissent avec leur environnement, avec les autres  ». Alors dans cette réalité faite de surprises et de découvertes, de construction à tâtons en mode collectif, la profession d’enseignant n’est pas telle qu’il le pensait, mais différente, plus riche encore, «  un vrai bonheur au quotidien » qu’il partage et diffuse à son tour. »


Numérique au lycée et tout au long de la vie

Pour le site Orientations.com, l’éducation numérique se développe au lycée notamment à travers l’option « Informatique et Sciences du Numérique » (ISN) qui est proposée aux élèves de Terminale S dans près de la moitié des lycées français.
Le site Savoirs & Connaissances de son côté affirme que les données numériques sont un enjeu d’éducation au CESE (Conseil économique, social et environnemental)
Ce dernier a donné la parole le 13 janvier dernier à « Eric Peres (Groupe CGT-FO), en présence du Président de la section de l’éducation, de la culture et de la communication, Philippe Da Costa (Groupe des associations).”
Eric Peres préconise de renforcer l’éducation au numérique à toutes les étapes de la vie pour lutter contre la fracture numérique et sensibiliser aux bonnes pratiques ; d’utiliser le levier réglementaire, par la mise en œuvre d’un « droit à la connaissance de ses données », la simplification des formalités et des règles applicables pour les entreprises, et le renforcement des pouvoirs de la CNIL ; et de promouvoir la co-régulation par laquelle les individus pourront participer à la maîtrise de l’utilisation de leurs données personnelles et accéder véritablement à la "souveraineté numérique."
 »

demain c’est ma complice Mila Saint Anne qui proposera sa revue de presse
Laurent Fillion


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Une petite sélection pour notre ministre :
Faire vivre une morale laïque
Hors-série n°30 - avril 2013
Publication disponible uniquement au format numérique (PDF - epub), en téléchargement depuis notre site.
Une compilation d’articles parus ces dernières années sur l’éducation à la citoyenneté, le droit, la laïcité, les débats et les « questions sensibles » à l’école , en contribution à la réflexion en cours sur une « morale laïque ».

L’actualité du monde et la classe
Revue n°434 - mai 2005
Ce dossier interroge toutes les facettes de la problématique en donnant la parole aussi bien à des théoriciens de l’image qu’à des enseignants qui analysent comment ils prennent en compte l’actualité dans la classe.

Débattre en classe
Revue n°401 - fevrier 2002
Pourquoi débattre en classe ? Comment le faire ? Ce dossier montre les liens entre le débat et la démocratie, défend l’idée que débattre s’apprend et que cet apprentissage doit se faire dès l’école.

Esprit critique, es-tu là ?
Revue n°386 - septembre 2000
Comment s’y prend-on pour favoriser l’émergence de l’esprit critique chez les élèves ? Comment l’esprit critique convoque-t-il, transversalement, les savoirs pour porter un regard averti sur le monde d’aujourd’hui ? Ce dossier aborde aussi bien des aspects théoriques, politiques que pédagogiques.