Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 14 avril


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 14 avril

Absences vs remplacements - Inégalités - Supérieur - Rentrée 2016


La presse évoque beaucoup le manque de remplaçants des enseignants, mais aussi les inégalités, notamment celles des enfants dans un rapport de l’Unicef où la France est très mal classée. Dans le supérieur, il est question des mesures prises par Manuel Valls à la suite du mouvement étudiant, mais aussi de l’introduction de la sélection en master. Pour finir, la circulaire de rentrée est sortie.


Absences vs remplacement

Sur son blog, Lucien Marboeuf rappelle une donnée incontestable venant de la lecture des chiffres. Les professeurs sont moins absents que les autres salariés. "Le vrai souci, dans l’absentéisme des enseignants, c’est qu’il se voit comme le nez au milieu de la figure." "On comprend alors que le fond du problème n’est pas l’absentéisme enseignant, mais le non remplacement des profs absents." "qu’on ne se trompe pas de cible : les profs n’ont pas à être pointés du doigt. Les choix politiques de nos dirigeants, oui."

Le problème du manque de remplaçants est particulièrement problématique en Seine-Saint-Denis. ""Écoles en détresse . Nous voulons plus de maitresses". Les banderoles des parents de Seine-Saint-Denis manifestent simplement le problème. Depuis décembre, les parents font face a la montée des enseignants non remplacés. En janvier on comptait en moyenne 400 classes sans enseignant chaque jour dans les écoles primaires du département, selon le Snuipp.". Le Café pédagogique. ""On a été écouté, entendu je ne sais pas car on est sorti sans solution", nous a dit Rodrigo Arenas Munoz, président de la Fcpe 93. "On est déçu sur l’immédiateté mais pas sur la proposition de créer un groupe de travail pour avancer concrètement sur l’avenir"."

Certains parents ont décidé d’agir plus concrètement en recrutant eux-même des remplaçants. "A Asnières (Hauts-de-Seine), il manquait quinze instituteurs la semaine dernière. Alors, la présidente locale de la fédération PEEP, Véronique Gamon-Nicholson, a diffusé avec l’aide des autres parents une centaine de petites annonces, placardées à la boulangerie, à la pharmacie, chez le boucher... « Cela a permis à l’inspection de recevoir plus de candidatures », assure Véronique, qui recense encore deux postes à pourvoir.
Les parents ont également traqué dans la rue, dans les jardins publics, d’anciens enseignants. Ainsi, Patrick Fortunat, jeune retraité de 60 ans, s’est fait recruter pendant qu’il baladait son chien, jeudi. « Je ne reprendrais pas à temps complet, mais, de temps en temps, je veux bien ! » confie cet ancien directeur. Sa candidature n’a pas encore été prise en compte par l’administration."
Le Parisien


Inégalités

Elles sont d’abord salariales aujourd’hui dans la presse. “Tous collègues Certes. Mais pas pour la feuille de paie. La publication du Bilan social de l’Education nationale jette un coup de projecteur sur les rémunérations réelles des enseignants et une vague lueur sur celle des non-enseignants. La surprise c’est que tout le monde n’est pas mal payé dans ce ministère…”
L’enquête est disponible. Avec des salaires moyens qui nous semblent bien élevés.

JPEG - 159 ko
Les différences de salaires par JiMo

Plus grave encore, la France, bonnet d’âne en matière d’égalité à l’école. “La France est classée par l’Unicef 35e sur 37 pays de l’OCDE en termes d’écarts de performance scolaire.Le Télégramme.
Sébastien Lyon, directeur de l’Unicef pour la France, s’exprime dans La Croix : "Notre système éducatif est l’un des mieux lotis dans le monde, mais il semble très moyennement performant. La politique de l’éducation en France doit être plus ciblée sur les enfants en échec scolaire.
D’une manière générale, le rapport montre que les politiques publiques françaises laissent de côté les plus vulnérables, en ne prenant pas en compte les spécificités de ces populations.
L’éducation est une clé. Un enfant qui réussit à l’école va déclarer beaucoup plus facilement être satisfait de sa vie. À l’inverse, les difficultés scolaires vont influer sur sa vision de son existence. Les inégalités s’accumulent."

A lire aussi dans Le Monde et le Café pédagogique.


Supérieur

La ministre de l’Education nationale détaille dans un entretien pour L’Etudiant les mesures prises par Manuel Valls pour contrer la colère étudiante : "le monde de l’enseignement supérieur sort largement gagnant des annonces du 11 avril. Un plan pluriannuel de cinq ans, avec 2.000 créations de places de BTS par an c’est-à-dire 10.000 places au total, c’est inédit et formidable !
L’intérêt des universités, c’est que les jeunes étudient dans de bonnes conditions, afin de leur donner un maximum de chances de réussite."

La sélection en master a fait couler beaucoup d’encre : "À partir de la rentrée 2016, la sélection entre la première et la deuxième année de master sera légale dans quelque 1 300 mentions telles que « droit et gestion des finances publiques » ou encore « sciences du médicament ». C’est ce que révèle un projet de décret du ministère de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur." Cela concerne 42% des masters. Le Monde.


Rentrée 2016

La circulaire de rentrée est sortie. Un texte long et jargonnant dans lequel on annonce de fausses et de vraies nouveautés. A lire avec attention, si vous en avez le courage !

Géraldine Duboz


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Le pari du collectif
Revue n°524 - novembre 2015
C’est une évidence, nous travaillons tous en équipe : dans l’établissement, autour d’une classe, pour un projet, sur un cas particulier d’élève… Hors du collectif, point de salut ! Est-ce si sûr ?

L’évaluation, plus juste et plus efficace : comment faire ?

Ouvrage - juin 2014