Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 11 février 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 11 février 2016

Les maux de l’école - Les mots pour comprendre - Les mots justes - Divers


La principale actualité "scolaire" de ces deux derniers jours est hélas à la page des faits divers, à la rubrique des drames de la route. Toute l’équipe de la revue de presse s’associe à la douleur des familles et des enseignants des jeunes victimes.


Les maux de l’école

Dans un article publié par Le Monde (malheureusement réservé aux abonnés), l’économiste Thibault Gajdos s’inquiète : L’état d’urgence scolaire doit être déclaré par François Hollande. On le sait "la France consacre moins de moyens à l’éducation primaire que la plupart des pays de l’OCDE" mais surtout "ces ressources sont très inégalement réparties. En effet, 40 % du financement des écoles primaires sont assurés par les collectivités territoriales. Malgré un dispositif de péréquation entre collectivités, il subsiste une très grande disparité géographique, liée aux ressources et aux choix politiques des communes." Il souligne la présence d’"abcès intolérables de misère scolaire, dont Marseille est la triste illustration". L’idée n’est pas de dépenser plus, mais de veiller à une meilleure répartition des ressources, à l’image de ce qui s’est passé aux Etats-Unis, quand, "entre 1971 et 2010, les Cours suprêmes de 28 Etats ont imposé une révision du financement des écoles". Avec des résultats spectaculaires : "une augmentation de 10 % des dépenses annuelles d’éducation tout au long des 12 années des cycles primaire et secondaire est associée à des études plus longues (de 6 mois en moyenne), des salaires plus élevés de 10 %, et un risque de pauvreté à l’âge adulte divisé par deux".

De son côté, Louise Tourret, dans Slate, s’inquiète aussi : "Un moment mal choisi pour fermer des classes à Paris".
"Alors que les valeurs républicaines et le vivre-ensemble sont au cœur des débats politiques, enseignants et parents d’élèves s’inquiètent de la dégradation des conditions d’accueil dans la capitale, et ailleurs en France. Selon nos informations, dit-elle, 91 fermetures de classes sont prévues à Paris pour septembre. Dans certaines écoles, il semble que des classes ferment en même temps qu’est mis en place le dispositif « plus de maître que de classes »".

La Croix choisit de s’intéresser aux compétences mathématiques des jeunes français avec les 10 chiffres pour résumer l’échec en mathématiques, selon l’OCDE et l’enquête PISA de 2012. On notera ainsi que si vous cumulez les "9 facteurs principaux [qui] entrent en ligne de compte pour expliquer la difficulté en mathématiques (..) : milieu socio-économique défavorisé, famille issue de l’immigration, langue parlée à la maison différente de celle de l’enseignement, famille monoparentale, lieu d’études situé en zone rurale, non-scolarisation en maternelle, redoublement, scolarisation dans une filière professionnelle mais aussi sexe féminin", vous avez 99% de chance (?) "de ne pas être performant en maths".

Nous l’évoquions hier, le site de la chaîne de France Télévision Polynésie 1ère relevait dans le bilan annuel de la Cour des Comptes une "efficience à améliorer" pour le système éducatif en Polynésie française et en Nouvelle Calédonie.
L’Express reprend l’information, souligne que 35% des élèves polynésiens et calédoniens sortent du système scolaire sans diplôme (contre 10% en métropole) et cherche des explications : Pourquoi la Polynésie décroche-t-elle ? Pauvreté, faible niveau scolaire des familles, "bilinguisme mélangé, non structuré, qui ne permet pas la réussite", insularité sont autant de facteurs qui peuvent expliquer ces chiffres. Mais comme le souligne le vice-recteur Jean-Louis Baglan, il est stérile de vouloir à tout prix comparer la Polynésie et la métropole. Non seulement "le premier bachelier en Polynésie, c’est 1965" mais "la scolarisation systématique des enfants polynésiens est aussi bien plus récente. "Les premiers collèges ont été construits relativement tard en Polynésie, et les enfants ne vont massivement à l’école maternelle que depuis les années 90". Pour lui "plus de 50% d’une classe d’âge qui arrive au bac, c’est déjà une performance, vu d’où l’on vient".


Les mots pour comprendre

Mardi dernier, le ministère de l’Éducation nationale organisait une journée d’étude au Muséum d’histoire naturelle de Paris sur le thème "Réagir face aux théories du complot". La presse a évidement relevé l’humour de Najat Vallaud-Belkacem (reconduite dans ses fonctions après le remaniement d’aujourd’hui), mais a un peu oublié que l’introduction de son intervention cachait "un discours, beaucoup plus sérieux, sur la nécessité de combattre le complotisme" et sur les moyens mis en œuvre au sein de l’institution : place de l’Éducation aux médias et à l’information (EMI), de l’Éducation morale et civique (EMC), place centrale des professeurs documentalistes dans ces enseignements, formation initiale et continue...
L’intégralité de son intervention est à visionner sur Le Lab Politique d’Europe 1.
On pourra également aller consulter la page On te manipule proposée par le site Gouvernement.fr.
Interrogé par FranceTV Info, un enseignant souligne le rôle des enseignants dans la lutte contre ces élucubrations intellectuelles : "Quand un élève vous dit que le 11 Septembre n’a pas eu lieu, il ne faut surtout pas le mépriser, le moquer ou le disputer. Il faut, au contraire, lui apporter des réponses concrètes et toujours de façon pédagogique."


Les mots justes

"Je suis à fond pour la réforme de l’orthographe !" s’exclame Laurence Decugis, professeure française installée à San Francisco dans Marie-Claire. "Le temps passé en récitation de conjugaisons et dictées en français me semblait parfois superflu quand je voyais que en anglais mon fils se lançait déjà dans les essais créatifs et les présentations orales, "boostant" au passage sa confiance en lui".

Et puis, si vous n’étiez pas à l’écoute du Téléphone sonne de France Inter hier soir, consacré à la réforme de l’orthographe, n’hésitez pas à "podcaster" cette émission réjouissante dans laquelle Bernard Pivot, journaliste, président de l’Académie Goncourt et Olivier Houdart, correcteur du Monde.fr et animateur du blog Langue sauce piquante s’en sont donné à cœur joie pour dire tout le bien qu’ils en pensaient.


Divers

Admission postbac, « j’vois pas c’est quoi ! ». Pour aider à y voir plus clair, Le Monde témoigne de l’initiative de l’association Passerelle-Lycée-Université-Solidaire (PLUS) qui accompagne les lycéens dans la maîtrise de la plateforme APB. "L’objectif est de rompre la distance qui demeure entre adolescents-élèves et adultes-enseignants, conseillers principaux d’éducation, conseillers d’orientation-psychologues… En ce vendredi soir de février, ces derniers sont donc relégués au fond de la classe, silencieux… mais téléphones allumés. C’est Marie, Timothée et Myriam, trois étudiants de l’association Passerelle, qui font la classe, de 16 heures à 18 heures. Première leçon : APB Mode d’emploi."

VousNousIls reprend une dépêche de l’AFP qui relate une décision du Conseil d’Etat concernant la sélection en master : cette sélection est illégale. "Un coup de massue pour le milieu universitaire et une victoire pour de nombreux étudiants."

On trouvera également dans l’e-mag de l’éducation un digest du dernier BOEN qui publie l’organisation de la future "troisième préparatoire à l’enseignement professionnel" (ex-DP6) dans le cadre de la réforme du collège. Les élèves y bénéficieront des mêmes enseignements que dans un cursus "classique, AP et EPI compris.

Bonnes lecture et à demain, pour une nouvelle revue de presse qui sera concoctée spécialement pour vous par Bernard Desclaux.

Mila Saint Anne


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Compétences et mathématiques
Hors-série n°31 - septembre 2013
Publication disponible uniquement au format numérique (PDF - epub)
Ce dossier propose un point sur l’approche par compétences en mathématiques. Comment les travailler, puis les évaluer ? Comment en faire une opportunité pour mieux enseigner les mathématiques, dans le cadre des programmes comme dans des projets interdisciplinaires ?

Travailler sur la presse écrite à l’école
Hors-série n°15 - décembre 2008
La presse écrite a-t-elle encore sa place dans la société ? Comment travailler avec la presse, en comprendre les langages, contribue-t-il effectivement à former l’esprit critique ?

Orthographe
Revue n°440 - février 2006
Dans des débats où il est facile de verser dans l’excès et la caricature, ce dossier essaie d’apporter quelques clarifications sur les enjeux historiques et sociaux de l’orthographe, et s’interroge sur la réalité des compétences et des pratiques orthographiques.