Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 1 mars 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 1 mars 2018

Enseignement agricole — Pédagogie — Orientation — Divers

L’actualité éducative de ce jeudi aborde des sujets très divers. Il sera question d’enseignement agricole, mais aussi de pédagogie et d’orientation. Nous terminerons par quelques informations diverses.


Enseignement agricole

Mardi dernier, M. Blanquer et M. Travert ont signé une convention concernant l’enseignement agricole, le but étant de permettre aux deux ministères de mieux coopérer sur le sujet, selon le communiqué de presse du ministère : « Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, ont signé ce mardi 27 février, en présence du Premier ministre, une convention identifiant les domaines dans lesquels les deux ministères vont collaborer plus étroitement pour garantir à tous les jeunes une meilleure connaissance de l’offre de formation de l’enseignement agricole. »
France 3 a, quant à elle, lancé une série de reportages sur l’enseignement agricole : « Dans cette série nous allons faire une immersion dans le monde agricole mais du côté de l’enseignement. Les agriculteurs de demain sont formés dans des lycées agricoles comme celui de Cottenchy le Paraclet. Focus sur un établissement tourné vers les métiers agricoles. »


Pédagogie

Vousnousils consacre deux articles à des pratiques pédagogiques intéressantes. Dans le premier, il s’agit d’un reportage dans la classe d’un enseignant de lycée qui pratique la classe inversée : « Prof d’histoire, David Bouchillon utilise la classe inversée pour rendre ses élèves acteurs et producteurs de savoir. Ils créent ainsi continuellement des contenus. Reportage. »
Le second article évoque la parution d’un serious game utilisable en cours d’histoire, en s’appuyant sur le témoignage d’un collègue qui a introduit le jeu dans son enseignement : « Sur sa chaîne YouTube, Romain Vincent, professeur au collège de l’Europe, à Chelles (Seine-et-Marne), analyse la façon dont les jeux vidéos permettent d’aborder l’Histoire. En 2014, l’enseignant, qui a régulièrement recours au serious gaming avec ses classes, analysait Assassin’s Creed et l’une de ses suites, Unity, qui se déroule durant la Révolution Française. Il relevait la présence de quelques erreurs et raccourcis scénaristiques, mais constatait que “ce genre de jeu peut avoir un aspect éducatif, malgré ses imprécisions, en donnant envie d’en savoir plus sur cette période”.
Utilisant la série d’Ubisoft avec ses élèves, il rêvait toutefois de pouvoir utiliser une version “pédagogique” de cette fiction, afin de pouvoir “l’utiliser pleinement” en classe, sans les combats et la narration du jeu. Son souhait a enfin été exaucé : le 20 février 2018, l’éditeur français de jeu vidéo a lancé un “mode éducation” de son jeu Assassin’s Creed Origins (qui se passe dans l’Egypte Ancienne) : “Discovery tour” »


Orientation

Commençons par une tribune de trois sociologues, parue dans le Monde et hélas réservée aux abonnés : « Dans une tribune au « Monde », trois sociologues considèrent que la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (ORE) pourrait entretenir la discrimination contre les femmes notamment par le biais des « attendus » affichés sur la plate-forme « Parcoursup ». »
Toujours dans le Monde, un article intéressant sur le désarroi des copsy :« Moins nombreux que leurs homologues européens, alors que leurs missions sont de plus en plus diversifiées, les ex-conseillers d’orientation-psychologues se sentent « malmenés » par la réforme de l’accès aux études supérieures ».
Enfin, La Provence donne quelques pistes aux lycéens qui ne sauraient pas quoi faire après le bac et à leurs parents.


Divers

Nous ne pouvions pas terminer cette revue de presse sans un article du Point qui donne la parole (pour une fois) à des personnes qui s’inquiètent de la gestion budgétaire du ministère : « Élus et syndicats d’enseignants dénoncent des créations de postes insuffisantes pour compenser le dédoublement des CP et CE1 en éducation prioritaire. »
Enfin, Vousnousils signale que les enseignants sont en première ligne aussi pour donner des conseils en matière de parentalité : « Selon une étude, l’accompagnement scolaire est une priorité pour les parents d’enfants de 6-12 ans. Quand elles ont besoin d’un soutien lié à la parentalité, les familles se tournent souvent vers les profs, qui sont pourtant peu formés à ce sujet. »
Aurélie Gascon


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 543 - Enseigner par cycles
Dossier coordonné par Maëliss Rousseau et Céline Walkowiak
février 2018
La réécriture des programmes de l’école obligatoire réaffirme de façon explicite la notion de cycle dans le parcours de l’élève, mise en place dès la loi d’orientation de 1989. Cela change vraiment les objectifs et les conceptions des enseignements et donc interpelle les enseignants au cœur de leur pratique de classe.

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.