Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du Lundi 15 Septembre 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du Lundi 15 Septembre 2014

NVB - Numérique - Idées reçues ou marronniers - Rythmes


Najat Vallaud-Belkacem, toujours cible de nombreuses attaques défend sa politique. On reparle également du numérique dans la presse mais aussi de marronniers éducatifs : manque d’envie d’apprendre, orthographe, élèves non affectés ... Et des rythmes à Marseille ...


Najat Vallaud-Belkacem

La ministre de l’éducation nationale continue d’être une cible privilégiée et défend sa politique et celle de ses prédécesseurs. Elle détaille dans La dépêche ses priorités pour l’école. Une interview dans laquelle elle explique que « vont arriver une série de réformes tout aussi importantes comme la rénovation des programmes et du socle commun de connaissances, de compétences et de culture  ». Mais aussi « la réforme de l’évaluation qui doit veiller à encourager les élèves plutôt qu’à les décourager. On va aussi ouvrir les premiers débats sur la réforme du collège ».
Najat Vallaud-Belkacem doit également se défendre sur la suppression des bourses au mérite. Le Monde titre sur une forte contestation à droite sur ce sujet. La ministre a réafirmé que «  ce dispositif était « moins efficace » pour « la réussite du plus grand nombre » qu’une augmentation du nombre de boursiers ».
Sur le site Atlantico, Pierre Duriot tente de nous expliquer « pourquoi la fin des bourses au mérite est le signe d’une école qui ne veut plus jouer son rôle d’ascenseur social ». Evidemment, c’était de toute façon mieux avant : "Abolis aussi blouses, rigueur, autorité, vouvoiement parfois, pour instaurer un genre de creuset idéologique bienveillant, épanouissant, où l’expression de l’élève et la mise en situation de réussite sont devenus des dogmes incontournables... au point que le bon élève, éternel fayot, doit parfois se cacher pour exceller et attendre que les glandeurs et les dissipés se soient tus pour pouvoir commencer à écouter les professeurs". Le professeur des écoles n’a presque rien à envier aux pires polémistes sur le plan du choix des mots : « quand on n’envisage l’égalité qu’en replaçant le travailleur au niveau du fainéant, on risque à terme de se priver d’une forme d’excellence ».


Numérique

BFM Tv reprend une information de l’AFP sur le numérique à l’école. « A quoi ressemble une "école numérique" ? ». L’article pointe que « chercheurs et spécialistes demandent une amélioration de la pédagogie et de la formation des enseignants. Le but ? Que les élèves ne soient pas que des consommateurs, mais aussi des acteurs. »
Libération reprend aussi le travail de l’AFP sous le titre « Voyage à l’intérieur de l’école numérique d’aujourd’hui ». Le journal propose également une enquête Numérique : les profs à nouvelle école. "Les technologies bouleversent les pratiques d’enseignement. Loin d’être remplacé par les écrans, le maître apprend à s’en servir pour mieux transmettre le savoir."
Mara Goyet tempère l’optimisme avec une anecdote dans laquelle beaucoup d’enseignants peuvent se retrouver : quand un cours est censuré.


Idées reçues et marronniers

On retrouve également dans la presse des idées fréquement relayées sur l’école ou des marronniers du mois de septembre...
Qui veut encore apprendre en France ? Sur le site Les Echos, Didier Cozin dresse un bilan assez pessimiste sur la société française et son envie d’apprendre. «  Il importe de se demander si l’essentiel de nos problèmes éducatifs n’est pas ailleurs, si les Français, jeunes comme adultes, ont encore le goût, l’envie et la nécessité d’apprendre, de progresser et de grandir avec le travail.  »
Un pessimisme qui agace Véronique Soulé sur son blog. Bentolila, Brighelli, Onfray : tout fout le camp !
Sur Slate, c’est Louise Touret qui fait son coming out orthographique. « J’ai moi-même des problèmes d’orthographe  ». Son article revient sur la polémique déclenchée après qu’un rapport de l’éducation nationale elle-même comporte un certain nombre de fautes. Si, comme le rappelle l’animatrice de Rue des écoles « s’insurger, comme avec ce rapport de l’inspection, juste pour le plaisir de critiquer les gens qui font des fautes, ne sert à rien  », elle nous explique que « ce n’est pas un truc de vieux réactionnaires que de dire que la maîtrise d’une écriture correcte, avec peu de fautes et une langue structurée, est un objectif raisonnable et souhaitable à atteindre par tous les élèves ».
Lucie Marboeuf, qui a lu le rapport OCDE Regards sur l’éducation en 2014 démonte sur son blog, 3 idées reçues. « La France ne dépense pas beaucoup pour l’éducation », « le temps accordé aux fondamentaux est parmi les plus élevés » et « le niveau des jeunes français est supérieur à celui de leurs aînés ».
Le Figaro nous rappelle, quant à lui, que, comme tous les ans, des élèves ne sont pas affectés.« 11.385 enfants sont encore privés d’école en raison de problèmes administratifs dans leur inscription » « Ce genre d’aléas administratifs est habituel à chaque rentrée »


JPEG - 90.1 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Rythmes

La presse locale et nationale continue de s’intéresser à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. De nombreux articles pour se féliciter ou pour dénoncer … et une situation emblématique à Marseille. La marseillaise évoque  les vendredis de la colère . « Le scénario du pire s’est joué ce vendredi à Marseille, dans une ville qui continue de jouer les improvisations avec la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. » Dans un billet publié sur le Huffington Post, Sébastien Barles relate que « l’inconséquence du maire de Marseille en matière d’application de la réforme des rythmes scolaires doit permettre de révéler l’état d’urgence de l’école publique à Marseille ».


Pédagogies alternatives

Les pédagogies alternatives sont à l’honneur dans Le Monde avec un article très intéressant sur la pédagogie Freinet.
L’occasion de faire le point sur les pédagogies alternatives enseignées en France. "Minoritaires dans l’offre éducative française, des établissements proposant des méthodes plus tournées vers l’individu existent pourtant aussi bien dans l’enseignement privé que dans le public. La plupart se réfèrent au courant de l’éducation nouvelle, qui prône un apprentissage à partir du réel et du libre choix des activités."

Rendez-vous demain avec l’équipe de la revue de presse !

Guillaume Caron


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Enseigner en classes hétérogènes
Ouvrage - 2014
Jean-Michel Zakhartchouk - ESF, 2014
Prendre en compte les différences de niveau ou de culture ? Pas facile, sans doute. Pourtant, de nombreuses réponses existent qui peuvent même transformer la difficulté en une opportunité.

Apprendre avec le numérique
Revue n°498 - juin 2012

Le dossier présente une grande variété de pratiques pédagogiques, de méthodes recourant à des outils numériques pour mieux faire apprendre, dans un cadre collectif comme dans l’accompagnement individuel. Ni révolution, ni scandale. L’enseignement est en mouvement, grâce au numérique aussi.